42 n°11 janvier 2010
42 n°11 janvier 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de janvier 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 82

  • Taille du fichier PDF : 22,6 Mo

  • Dans ce numéro : Shitstorm in Dubaï.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
CINEMA LE NANAR DU MOIS enchaînera les discours dignes de 2012 avec des vannes dignes de... rien, nan franchement, y'a rien qui permet de qualifier le niveau sub-atomique de "ça". Le pire c'est que les autres personnages "plus que secondaires" du film s'y mettent "nan je m'échappe pas sinon ils vont me couper les doigts et je devrai me gratter le cul avec une cuillère en bois" je veux mourir T_T Bref, l'ostéopasdrôle finit forcément par s'échapper du camp de la muerte (cette scène est culte, il retire son bâillon (zOMG !), court et... bah à peu près rien, personne ne bouge, les "gardes" attendent (en même temps, 12 secondes rien que pour tourner la tête, ça aide pas) et donc bah il se casse avec 2-3 pelés, la révolution est en route ! "Le Président est en vie" La Révolution avec un grand R, parlonsen tiens ! Notre ostéo pas marrant du tout va donc se balader à l'arrache pour retrouver le Président "LE PRESIDENT EST EN VIE LE PRESIDENT EST EN VIE"... Vous avez pas compris hein ? Allez, avouez petits saligauds ! À chaque fois que le mot "Président" est prononcé, tous les personnages du nanar (sauf le kiné) sont O-BLI-GES de hurler tout fort en levant les bras (comme un slogan quoi) : "LE PRESIDENT EST EN VIE LE PRESIDENT EST EN VIE" ou "LE PRESI- DENT EST VIVANT", ce qui a le don de rendre le film encore plus insupportable parce que les figurants en question feraient passer les figurants du film Vercingétorix pour des acteurs rigoureusement choisis après un complexe processus de sélection. Pour re- Le Président est en vie ! (avec quand même la bonnasse au premier plan, faut pas déconner non plus) joindre le Président (qui est en vie donc), notre bande de glandus va passer par "le village de la liberté". Dans le village de la liberté, le chef indiquera que le Président (bim, encore un slogan) se trouve dans les "montagnes interdites" (nan mais les noms quoi, "villages de la liberté", "montagnes interdites", pitié quoi...) mais refuse de se joindre à eux, tout comme son ultra bombasse atomique de future femme. Il ne peut pas car, il a un problème, il est courbé et ne peut donc se déplacer aisément. Et c'est LÀ, à ce moment PRÉCIS, qu'on se dit "éh mais, il est kiné non ? " et là, ni une ni deux, il lui fait craquer le dos et hop, le chef se tient droit, putain, heureusement qu'il était pas boulanger ce con... Le pire dans tout ça, c'est que notre kiné alakon (dès lors appelé "Magicien" ou "Grand Guérisseur") va nous faire ce tour alakon plusieurs fois selon l'équation : mec avec le dos courbé + kiné qui fait craquer le dos = je te dois la vie je vais t'aider on va aller bouffer de la sauterelle verte fluo en mousse Je veux mourir... Breeeeeeeeeeeeeeef, après X craquages de dos, on arrive chez le Président QUI EST EN VIE suivez un peu bordel mais qui est en fait un vieux gros qui en a rien à branler de rien, ouais, comme un vrai Président quoi... Alors notre kiné en carton fachétoutrouge fait un discours digne de 2012 ou autre film daubesque : "on est les plus forts" et vas-y que je te "faut pas abandonner notre liberté" sans oublier le "faut nous battre" et gna gna gna, ça sent l'assaut final en gros ! - XX (42lemag.fr) -
CINEMA Les "renforts", oui je sais... La Bataille de Minas Tirith v2.0 Notre guignolo de service, en dépit du refus du Président (n'oubliez pas de répéter le slogan tout fort en lisant le mot) ira attaquer le camp d'Aliens. S'ensuit une des batailles les plus mythiques de l'Histoire du Cinéma. Imaginez des Aliens supposés overpowerfull se faire crever par des flèches... ouais, des flèches... Si on remet dans le contexte, les Aliens violent la race humaine en quelques jours et là, ils se font buttseks par des flèches "okloule". Le plus drôle dans tout ça est la capacité des Aliens à rester sous le tir nourri de flèche en attendant patiemment d'en prendre une dans la poire. En gros, ils sont là, debout, comme des cons, font un mouvement toutes les 12 secondes et se font fumer par un kiné astronaute robin des bois, la classe. Le pathétisme pourrait s'arrêter là, mais non. Car les Aliens sont en fait 10 à tout péter, ce qui renforce l'effet "grande guerre de ouf" à 15 pelés avec des arcs contre 10 termites hémiplégiques... Enfin, 10, pas vraiment car OUMAGAD VOILA DES RENFORTS §§§ Même processus 7-8 autres machins verts déboulent, se font fumer de la même façon et gg à plus soul'bangbus. Deuxième salve de renfort, MERDE, ça va faire en tout 30 termites (truc de oufzor), les humains se font pounaid et les termites veulent châtier le responsable (et on a là un passage du type "j'ai détruit le barrage" dans South Park, mythique :')) et c'est à ce moment que le Président arrive, parce que oui, les Américains se battent jusqu'au bout et n'abandonnent jamais et oui, ils vont triompher, parce qu'America is superior (et "America Fuck Yeah" aussi). La bataille s'achève au milieu des cadavres des termites pourfendus (y'a à peu près 150 maccab'sachant qu'il y'a eu 30 Aliens à tout péter dans "la guerre") sur un superbe plan de notre héros et c'est là que commence le moment le plus culte du film... Pendant le cumshot Après le cumshot Imaginez, les humains (sapés comme des Cro-Magnon sauf un gland en combi d'astronaute – toujours blanche – se balader dans une prairie avec un monologue en fond "ouais on a gagné une bataille mais pas la guerre nous allons libérer d'autres camps" et avec par-dessus une incrustation de la ganache en gros plan du kiné en train de crever un Alien avec du sang vert qui gicle partout. Essayez d'avoir une représentation dans votre esprit du moment de pure awesomness que ça peut être... Vous voyez pas ? Bon, bah ça donne ça [voir image ci-dessous] Verdict : En tant que grand fan de nanar, je dois dire qu'Alien Apocalypse a tout pour lui : acteurs moisis ou tombés dans l'oubli, costumes ridicules qui font la part belle à de superbes moumoutes, scénario horrible, effets normaux (dire "effets spéciaux" seraient une sacrée insulte) de haute facture, dialogues pire que tout et personnages ayant le charisme de Christophe Lambert et François Hollande regroupés, du très très très très lourd donc. Il est cependant très difficile de savoir si le film se prend volontairement au 514314e degré (y'a des passages franchement...) ou si on est en face d'un truc qui ferait passer n'importe quel Vercingétorix pour un chef-d'œuvre, mais au final, le plaisir est le même : pizza, binouze, nanar, une recette TOUJOURS gagnante. Polo LE NANAR DU MOIS - XX (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 11 janvier 2010 Page 142 numéro 11 janvier 2010 Page 2-342 numéro 11 janvier 2010 Page 4-542 numéro 11 janvier 2010 Page 6-742 numéro 11 janvier 2010 Page 8-942 numéro 11 janvier 2010 Page 10-1142 numéro 11 janvier 2010 Page 12-1342 numéro 11 janvier 2010 Page 14-1542 numéro 11 janvier 2010 Page 16-1742 numéro 11 janvier 2010 Page 18-1942 numéro 11 janvier 2010 Page 20-2142 numéro 11 janvier 2010 Page 22-2342 numéro 11 janvier 2010 Page 24-2542 numéro 11 janvier 2010 Page 26-2742 numéro 11 janvier 2010 Page 28-2942 numéro 11 janvier 2010 Page 30-3142 numéro 11 janvier 2010 Page 32-3342 numéro 11 janvier 2010 Page 34-3542 numéro 11 janvier 2010 Page 36-3742 numéro 11 janvier 2010 Page 38-3942 numéro 11 janvier 2010 Page 40-4142 numéro 11 janvier 2010 Page 42-4342 numéro 11 janvier 2010 Page 44-4542 numéro 11 janvier 2010 Page 46-4742 numéro 11 janvier 2010 Page 48-4942 numéro 11 janvier 2010 Page 50-5142 numéro 11 janvier 2010 Page 52-5342 numéro 11 janvier 2010 Page 54-5542 numéro 11 janvier 2010 Page 56-5742 numéro 11 janvier 2010 Page 58-5942 numéro 11 janvier 2010 Page 60-6142 numéro 11 janvier 2010 Page 62-6342 numéro 11 janvier 2010 Page 64-6542 numéro 11 janvier 2010 Page 66-6742 numéro 11 janvier 2010 Page 68-6942 numéro 11 janvier 2010 Page 70-7142 numéro 11 janvier 2010 Page 72-7342 numéro 11 janvier 2010 Page 74-7542 numéro 11 janvier 2010 Page 76-7742 numéro 11 janvier 2010 Page 78-7942 numéro 11 janvier 2010 Page 80-8142 numéro 11 janvier 2010 Page 82