42 n°10 décembre 2009
42 n°10 décembre 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de décembre 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 18,0 Mo

  • Dans ce numéro : Preacher.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
PORTNAWAK 3) Otargos DOSSIER MIOUSIK Revirement à 180° pour du black metal pur et dur. Otargos nous vient de Bordeaux, et nous propose un black metal plutôt underground et technique. Certes, ils ne réinventent pas la poudre en matière de black metal. Néanmoins leurs productions sont extrêmement séduisantes de par leurs différentes approches : tantôt mid-tempo, tantôt débauche de haine et de violence typiquement black metal. Un groupe de black metal qui poutre pas mal, et qui a le mérite de ne pas se donner un genre true evil sataniste. À l'instar d'autres groupes de BM plus avant gardiste (citons le mystique Blut Aus Nord), le groupe joue sur une image alambiquée, où Satan porte le bonnet d'âne parce qu'il suxxe autant que Mr Egg. En gros, point de culte à Satan, mais plutôt une thématique sur la futilité humaine. Black metal cru, mais accessible pour qui veut découvrir le genre. 4) Kalisia Attention, ce groupe est un truc de fou furieux. Voilà un peu le fleuron de ce que le metal français est capable. Rien que leur premier album Cybion, sorti en début d'année, a pris plus de 10 ans de gestation. Auto-produit, il est le fruit d'un travail de grand fou malade coupé du monde. Pour vous donnez une idée du bousin. Un concept album, un morceau de 71 minutes (wut ?), découpé en 20 morceaux, cinq par actes, le tout par ordre alphabétique (wait WAT ?). Sur fond de death mélodique, power metal, et surtout de metal progressif, Cybion est un récit de science-fiction dit d'anticipation, avec un monde imaginaire et une langue imaginaire créée de toute ORTAGOS pièce, comme Vanders avec Magma (WTFFFFUUUU ? !). Encensé par la critique, c'est un des albums les plus démesurés et les plus excitants que j'ai jamais écouté. 5) Gojira Comment ne pas parler du premier groupe de metal français à faire une tête d'affiche sur le sol américain, et qui a fait la première partie de Metallica ? Alors j'en vois crier "ouais mais Gojira c'est bien mais bon y a mieux..." Oui mais non. Faut arrêter de jouer les wannabe rebels à cracher sur un truc dès qu'il marche. Faut se dire les choses : Gojira mérite son succès, et est l'exemple parfait de l'awesomeness du metal français tout entier. Pourquoi ? Parce que leur death metal est unique. Une thématique particulière et aux antipodes des standards ayant toujours existés (pour ne pas dire cliché gore caca mort satan...), un death metal "écolo", plus spirituel, mais non dénué d'énergie. Avec surtout ce son à eux, qui fait qu'on les reconnait parmi une vase de metalcore. Et en live c'est encore mieux. Voilà pour ma petite sélection. Et donc, j'en reviens à ce que je disais, il y a pleiiins d'autres groupes qui poutrent du tronc d'arbre : Blut Aus Nord, The CNK, Punish Yourself, Henker, Kronos... Y en a d'autres. III) Ce qui ne va pas en France. KALISIA Nous y voilà à la partie un peu plus sérieuse, et désolé pour les gens qui ne savent pas être sérieux. Thématique FdF et politiquement correct oblige, je me devais de faire un sujet là-dessus. Non pas parce que ça parle de métal, mais plutôt pour le côté "exception culturelle". Ce qui ne va pas en France, c'est que cultu- - 52 (42lemag.fr) -
PORTNAWAK GOJIRA rellement on est relativement ouvert, certes, mais ce n'est qu'une façade. Tout le monde parle de "l'exception culturelle française". pourquoi cette expression ? Premièrement, notre gouvernement a eu la bonne idée, du temps d'André Malraux (non ne fuyez, je parle pas politique promis !), de favoriser la création artistique et culturelle (rien à voir avec Albanel et cie). Et puis il y a le côté péjoratif, où la France est décriée pour être prétentieuse et avoir le kiki plus gros que les autres. Y a cette habitude que certains ont à considérer que la France, ça roxxe culturellement. Bah ouais y a eu l'histoire française, riche en péripéties (demandez à notre Petit Nicolas), des peintres, de grands écrivains, et j'en passe. que dans d'autres pays. La faute à cette "exception culturelle", qui place le métal parmi les parias culturels. Tandis que d'autres pays font le minimum pour qu'il y ait un minimum de reconnaissance. Bien sûr qu'il y a le Hellfest chez nous, qui est en passe de supplanter le Wacken qualitativement parlant (du fait de sa taille plus humaine, et ceci n'est pas un troll). Mais voilà, c'est politiquement incorrect, ça plaît pas, donc ça coince (cf. encadré) de metal, comme je l'ai cité. La scène BM est florissante, les groupes français de tout horizon ne manquent pas. Mais ils n'ont pas la même reconnaissance Transition vers quelque chose qui me fait plus peur : les concerts. Si un groupe décide de faire plusieurs dates dans un pays, c'est parce qu'il est certain que le public présent est là, et qu'il y a moyen d'obtenir plein de flouze et de célébrité et de FIIILLES ! Et aussi parce qu'il y a pas mal de promoteurs pour organiser les concerts, proposer des dates, des LES LÉGIONS NOIRES. DOSSIER MIOUSIK Mais voilà, c'est bien beau d'avoir cette exception, encore faut-il que la population de ce beau pays (sic) reflète cette exception culturelle, en exprimant son ouverture, son enthousiasme face à d'autres cultures. Et contrairement à l'Angleterre, qui ont une tout autre mentalité, chez nous c'est la ramasse. J'en viens au metal qui n'a pas la côte en France. Ce qui ne vas pas, c'est justement l'opinion générale qui veut que le métal soit une musique marginale, l'apologie du mal, de Satan et d'autres belles choses comme le sacrifice d'ortolans sur scène. Ce qui ne va pas, c'est le fait qu'on soit un peu la risée mondiale en terme de metal. Je parle comparé aux pays dits "développés" qui eux peuvent bien profiter de leur musique favorite. Risée de l'Europe déjà, et je vais vous expliquer pourquoi. Abordons cette blague du metal français. Blague parce que c'est que du flan, à part chez les autres, l'étranger. C'est quoi donc les Légions Noires ? Un collectif de gens qui font du black metal super underground de la mort qui tue. Ouais, comme son nom l'indique, c'est noir, c'est guerrier, pas de pitié pour la majorité (référence inside, une bière à gagner pour celui qui trouve). C'est dégueulasse, c'est immonde, une production inexistante, des démo à quantités très limités (OLOL le split BM à 500 exemplaires CVLT !!! ), des noms à coucher dehors. Et une musique inexistante. Oui, Les Légions Noires font de la merde, en plus d'avoir une idéologie à la con. Enfin, une rébellion à la con du genre "nous soutenons tout ce qui amène la destruction de l'humanité, guerre, épidémie..." et j'exagère à peine. Citons parmi ces groupes Vlad Tepes, Mütiilation (les seuls s'étant sortis de ce gouffre abyssal, au risque de se faire traiter de falses vendus posers) ou encore Brenoritvrezorkre (/facepalm et vous avez le droit de rire). Le gros paradoxe est que la France est dotée de bon nombres de bons groupes Voilà pour la culture et surtout pour se foutre de la gueule de BeuhMeuh qui servent à rien. - 53 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :