42 n°10 décembre 2009
42 n°10 décembre 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de décembre 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 18,0 Mo

  • Dans ce numéro : Preacher.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
JEUX VIDEO CES JEUX INJUSTEMENT MECONNUS retrouve, je l'ai rangé derrière les bouteilles de vodka de messe et mes DVDs consacrés au Miracle de la Reproduction, ah le voilà ! Vous avez de la chance, il a failli disparaître lors du dernier autodafé Familles de France, j'ai réussi à le sauver de justesse en l'échangeant au Père Supérieur contre les photos de vous qu'on a faites ensemble l'hiver dernier... Mes Fils, je vous demande un instant de recueillement car vous contemplez à présent Conker's Bad Fur Day sur N64 ! Ooooooh, il est mignon ! Et pour cause, puisque développé par Rare (développeur mythique s'il en est, que son nom soit sanctifié) et présenté dès l'E3 1997, Conker's Quest (car tel était son titre originel) n'était au départ destiné qu'à être un jeu de plate-formes gentillet dans la plus pure lignée de Banjo&Kazooie. Et c'est d'ailleurs probablement pour ne justement pas produire un énième jeu de plate-formes mignon que ce projet fut maintes fois retardé et remanié par Rare (en fait, rétrospectivement, quand on regarde les jeux Rare précédents, les signes annonciateurs du pétage de plombs des créatifs de Rare ne manquent pas...). Et lorsque Conker (loué soit son nom) fit à nouveau son apparition en l'an 2000, les joueurs ne purent que constater qu'il était devenu... différent... Conker's Bad Fur Day est l'un des jeux les plus trashs jamais sorti, car sous les dehors mignons de Conker se cache un antihéros grossier, violent, cupide, alcoolique et sociopathe (c'est un peu le AVANT APRÈS Éric Cartman du jeu vidéo quoi, quoique Cartman n'est pas encore alcoolique). Le fait qu'un jeu pareil ait pu sortir sur une console Nintendo est assez incroyable, et ils n'ont probablement dû autoriser la sortie de ce jeu que pour essayer justement de changer l'image de console pour gamin dont a énormément souffert la N64. Nintendo n'a d'ailleurs jamais complètement assumé ce jeu, puisqu'il n'est jamais sorti chez ces apostats du Soleil Levant, et n'a bénéficié de quasiment aucune publicité aux États-Unis où il n'a même pas été mentionné dans Nintendo Power (l'organe de propagande officiel de Nintendo chez les bouffeurs de burgers). Il n'aurait même pas dû sortir en Europe, mais à la suite d'une pétition, il fut finalement distribué dans nos belles contrées par THQ, mais au prix fort et sans aucune traduction, ce qui n'est pas plus mal car cela aura permis à des générations de joueurs de perfectionner leur maîtrise en anglais d'un registre de langage qu'on n'apprend pas trop à l'école. Pour toutes ces raisons, nul ne s'étonnera que ce jeu fut un échec commercial, malgré pourtant des critiques extrêmement élogieuses. Car ne serait-ce que d'un point de vue technique, Conker's Bad Fur Day est une réussite. Rare démontre sa maîtrise du développement sur N64 (réputé très chiant compte tenu des limitations imposées par le support cartouche) en poussant dans ses derniers retranchements la vieillissante console. En plus de ses excellents graphismes (dont l'aspect mignon et coloré offre un contraste des plus rafraîchissants avec l'hallucinante vulgarité du contenu), le jeu présente de nombreuses caractéristiques particulièrement impressionnantes pour l'époque telles que des éclairages dynamiques, le doublage audio de tous les dialogues sans exception, ou l'animation faciale des personnages. Conker's Bad Fur Day est donc considéré pour cela par beaucoup comme un miracle technologique et accessoirement le chant du cygne de la N64. Mais assez discutaillé, commençons donc une partie. Vous incarnez donc Conker, un "sympathique" écureuil roux. - 22 (42lemag.fr) -
JEUX VIDEO Après avoir trop picolé à la taverne locale, il se réveille dans un endroit inconnu, et le but du jeu va donc être de l'aider à rentrer chez lui retrouver sa meuf copine petite amie fiancée. On est tout de suite dans l'ambiance puisque lorsque le jeu commence, Conker a la gueule de bois, il ne peut donc se déplacer qu'en titubant et doit s'arrêter tous les dix mètres pour vomir. Le premier objectif est donc des plus clairs : trouver de l'aspirine afin que Conker puisse commencer son aventure dans de bonnes conditions. À partir de là, l'ensemble du jeu sera prétexte à faire se succéder des péripéties aussi débiles que politiquement incorrectes. Niveau maniabilité, c'est un jeu Rare, donc de ce côté-là aussi c'est nickel. Les commandes sont basiques et efficaces : la touche A permet à Conker de sauter et de planer en l'air en faisant tourner sa queue, tandis que la touche B lui permet d'attaquer ses ennemis en les frappant à coup de poêle à frire. Mais la touche B est bien plus puissante que ça, car elle permet aussi de déclencher de nombreuses actions contextuelles : ainsi, en fonction des situations, Conker disposera de nombreuses (et stupides) manières d'interagir avec l'environnement, que ce soit à coup de lance-pierres, shotgun, lance-roquettes, ou rouleaux de PQ. Au niveau du contenu, comme je vous l'ai déjà dit, c'est du bien lourd : c'est gras, c'est pipi-caca, c'est gore (dans le style cartoon certes, mais gore quand même), c'est rempli de références cinématographiques et c'est surtout très très drôle, d'autant plus que la censure a le bon goût de se faire minimale (en gros, parmi les montagnes d'insultes proférées tout au long du jeu, seuls ce que les anglo-saxons nomment pudiquement le F-word et le S-word est bippé, et encore, le bip est suffisamment décalé pour qu'on ait absolument aucun mal à deviner quel mot se cache derrière...). Au fil des ans, ce jeu a donc acquis un statut mythique auprès de tout joueur qui se respecte, à tel point que Rare en a sorti un remake sur Xbox en 2005 qui, très ironiquement, fut beaucoup plus lourdement censuré que la version Nintendo (alors que la XBox se veut une console pour adultes). Intéressons-nous maintenant plus en détails au level design, qui présente l'amusante... Oh et puis merde quoi, Conker ça ne se raconte, ça se joue ! Même si le gameplay n'a rien de révolutionnaire (le jeu est plutôt facile et se finit en une petite dizaine d'heures), Conker's Bad Fur Day c'est un peu comme un film culte dont on se repasse les meilleures scènes encore et encore (d'ailleurs, mises bout à bout, on doit largement arriver à deux bonnes heures de cinématiques). Bref, ce jeu est un monument d'humour, de vulgarité, et de violence gratuite, à consommer sans modération par toute la famille ! Mais je m'égare, pardonnez-moi, il est vrai que j'ai parfois tendance à me mettre à parler comme un rédacteur de publication pour geeks lorsque l'enthousiasme m'emporte. Alors les enfants, convaincus CES JEUX INJUSTEMENT MECONNUS - 23 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :