42 n°10 décembre 2009
42 n°10 décembre 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de décembre 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 18,0 Mo

  • Dans ce numéro : Preacher.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
JEUX VIDEO TESTAGE DE JEUX METAL GEAR SOLID 3 Snake Eater "Mécanisme Métallique Solide 3, le Mangeur de Serpent" en bon français. 1987, Hideo Kojima, jeune homme au mental un peu perturbé sur les bords, imagine pour la MSX (eh oui vous êtes beaucoup trop jeunes HAHAHA) un jeu d’action couillu (pour l’époque) avec moult ennemis à fumer, dans un grand port’nawak pyrotechnique cadavérique scénaristique. Seulement voilà, quand on voit qu’aujourd’hui un payçay n’est pas capable d’empiler les cadavres d’un FPS à l’infini sans cramer les 17 cartes vidéo nécessaires (au minimum), on imagine bien qu’avec une console 8 bits, ça va pas êtreuh possibleuh. Du coup, colère et frustration chez Konami, et Hideo décide donc de revoir sa copie en utilisant un subterfuge de gougnafier pour pas changer le gros du scénario. Puisqu’il n’a pas le droit de griller du méchant par paquet de trouze, autant contourner le méchant, avec quand même la possibilité de lui trancher la gorge avec un lance-roquettes. Et c’est ainsi qu’arrive sur MSX puis NES un jeu « plan B » baptisé Metal Gear, mettant en scène un personnage emblématique, Snake. Bon, la plupart des joueurs connaissent la série depuis 1998 et Metal Gear Solid sur Pléstécheune, puis en 2002 Metal Gear Solid 2 Sons of Liberty sur Pléstécheune 2, 2004 Metal Gear Solid 3 Snake Eater et Metal Gear Solid 4 Guns of the Patriots en 2008 sur Pléstécheune 3. Je vous parle pas des diverses versions, des jeux annexes, ni de la chronologie de la série, tous les machins pour les fans, vous n’avez qu’à aller fouiller par vous-même, bande de peigne-cul !!! Mais celui qui va faire le meublage de quelques pages aujourd’hui, c’est le 3e volet, censé se passer avant les autres épisodes, lorsque Snake n’était qu’un apprenti roxxor. Ouane, un peu d’immersion L’épisode 3 se passe donc dans les années 60/70, après l’affaire des missiles cubains. Une équipe de secours composé de « un » homme (la gueule de l’équipe) est envoyée par la CIA dans le trou du cul d’une jungle de la Mère Patrie (Karoukatchikétoum ! Doubidou Stach Stach !!!) pour récupérer et extrader un scientifique qui serait bien utile aux Américains pour pounaider les Russes vu qu’on est encore en pleine guerre froide. Snake, comme de par hasard, est cet agent qui doit s’infiltrer jusqu’à une base pour trouver le scientifique. Manque de pot, il se trouve qu’une couille surnage dans le potage, faisant complètement foirer la mission de sauvetage, qui s’avère en fait n’être que l’intro du jeu… 2h00… juste l’intro… - 14 (42lemag.fr) -
JEUX VIDEO La vraie trame, c’est qu’un groupuscule extrémiste Russe est en train de développer une arme mobile dans le but de balancer des têtes nucléaires à droite à gauche et ainsi faire basculer le monde dans la 3e guerre mondiale. C’est manichéen au possible, les Russes sont les méchants, vous incarnez Snake le gentil Américain, et c’est parti pour sauver le monde. Touuuu, Viva La Vida Loca Bon qui dit parachutage dans la jungle avec pour mission d’éviter la 3e guerre mondiale, dit aussi qu’il va falloir la jouer discret (du moins plus que Polo quand il reçoit le dernier numéro de Wolverine Magazine). Et pour la jouer discret dans la jungle, c’est tout un poème, ça va de la survie pure et simple à l’évitement des méchants qui patrouillent. TESTAGE DE JEUX Contrairement aux deux précédents opus (Metal Gear Solid et Sons of Liberty pour les cinq ou six qui ont une mémoire de poisson rouge), on se retrouve à évoluer dans un espace coloré et ouvert, bien loin des similis bunkers gris moches précédemment rencontrés. Et vu que chronologiquement ça se passe bien avant, la technologie est moins avancée, enfin surtout celle à disposition du héros hein, je vous rassure… Donc exit les fucking séquences à rallonge de Codec qui nous faisaient poireauter 30 minutes à écouter un pinpin quelconque déblatérer sur l’écologie métaphysique de la politique communiste mais capitaliste d’une manipulation militaire génétique pour finalement jouer trois minutes avant le prochain appel au Codec du même pinpin. Ici le merdier est toujours dispo, mais il ne sert que très épisodiquement, laissant la part belle au jeu, et c’est pas trop tôt !!! (De mémoire je dirais que le 1er Metal Gear Solid de la Pléstécheune durait 20h, dont seulement 5h max de jeu effectif, haha calmé.) Bon on est débarrassé du Codec chiant, mais on est aussi débarrassé du radar. Pour ceux qui n’ont jamais joué, honte à vous, le radar était LE truc qui rendait le jeu simple, trop même, puisqu’il indiquait la position des gardes, et leur angle de vue. Dans cet opus, le seul moyen de savoir où se situent les ennemis est d’observer le plus furtivement possible, ce qui au début se solde immanquablement par un flagrant délit de regardage au coin d’un mur et un canardage en règle ayant régulièrement pour fin un message du type « vous êtes mort ». Puis vient l’habitude de progresser dans la jungle, et on apprend qu’on peut grimper à certains arbres pour voir les patrouilles, qu’on peut se camoufler pour se rendre quasiment invisible aux yeux d’une IA méchamment développée (du moins quand on joue pas en easy). Le camouflage, ce n’est pas comme quand Konekochan se déguise en abat jour pour vérifier en live nos fautes, c’est plutôt du vrai camouflage, avec des costumes, de la peinture et tout. Un menu permet de choisir sa tenue et le type de maquillage qui ira le mieux avec, parce qu’après tout, on a beau essayer de sauver le monde, faut savoir rester coquet et fashion. Bon cela dit, le choix de l’attirail en fonction de l’environnement permet d’éviter de ressembler à Mr Egg version Gay Pride au milieu d’un enterrement d’Emo. (Ce qui a le don d’attirer les balles ennemies.) Un pourcentage affiché en tout petit - 15 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :