42 n°1 février 2009
42 n°1 février 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de février 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 62

  • Taille du fichier PDF : 14 Mo

  • Dans ce numéro : les séries geeks.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
PUBLICITE Précautions d'emploi : Avant toute lecture de ce magazine assurez vous d'être correctement isolé de tous témoins génants qui pourraient se moquer parce que vous lisez un truc pourri de l'intraweb (en pdf en plus). Pensez également à bien vous hydrater les yeux (collyre, crachat...) afin de supporter les nombreuses pages de texte qui font saigner et les images plus laides qu'un phacochere accroc au crack. Enfin, ne lisez surtout pas ce magazine si votre sens de l'humour est porté disparu ou bien si vous pensez que l'humour noir et/ou stupide devrait être interdit par le réglement de discipline général inter-armées. Premiers soins : Si jamais vous avez été vu lisant le magazine par un témoin un peu bavard, surtout ne paniquez pas : Niez en bloc. Si cela ne suffit pas à calmer l'importun la seule solution pour sauver votre honneur bafoué reste le coup sec derrière la nuque (N'oubliez pas de jeter le corps dans le cours d'eau le plus proche de chez vous en le lestant correctement). En cas de saignements occulaires rincez vous abondement les yeux à l'eau ou, pour plus d'efficacité, avec des tampax. Voilà, maintenant qu’on s’est bien dédouané on est prêt à se prendre un procès au fesse POGNON POGNON PUB POGNON POGNON PUB POGNON POGNON - 32 -
TELE Koh Lanta Du feuuuu ! Et de la bière ! ZI EMISSION OF ZE MOIS Moi, la nature, je lui crache dessus et j'essuie mes grosses bottes sur sa tronche. J'aime rouler en 4x4 en ville et jeter mes cannettes de bière vides dans la forêt. C'est pour ça, que tous les mardis soir, je regarde Koh Lanta sur TF1. Le principe est simple, une douzaine de personnes séparées en deux équipes (les jaunes et les rouges) sont lâchées sur une île inhabitée, ou vaguement peuplée par un clan de pêcheurs. De là, les deux clans s'affrontent dans des épreuves où il faut manger des grosses larves encore en vie, ou exécuter le plus rapidement possible un parcours du combattant semé de morceaux de bambou. Entre temps, les concurrents sont censés trouver leur nourriture et creuser un trou dans le sable pour faire caca. Franchement passionnant. On a donc le loisir de contempler les inconscients ayant réussi le casting de l'émission en train de gratter la terre à la recherche de graines, et ça peut devenir assez marrant quand, un des équipiers sort une énorme connerie pour faire genre « t'inquiète, moi, je gère la situation ». Un soir, on a eu droit à « un ananas, pour voir s'il est mûr, il faut exercer une pression dessus, il faut le pressuriser » Si, si, si. L’art du plan nibard Pour être sûr de faire plein d'audimat, TF1 a eu la brillante idée de lâcher les participants dans un coin où il fait chaud et humide. Bah ouais, les doudounes en polaire et les énormes bottes, ça fait moins vendre. Et en plus d'avoir des morceaux de fesses sous les yeux en permanence, la production a rajouté un bon gros effet Big Brother, qui nous fait vite oublier les paysages paradisiaques. Les équipes sont filmées vingt-quatre heures sur vingtquatre, même quand tout le monde dort (passionnant, encore une fois), et le plus souvent, on les voit glander sur le sable les fesses à l'air, ou en train de s'engueuler parce que Jean-Michel a bouffé le dernier grain de riz. (Quel enfoiré.) Et bin casse toi pauv’con ! Point crucial de l'émission : L'élimination d'un candidat. Toutes les semaines, les deux équipes s'affrontent lors de l'épreuve d'immunité. (Attention musique dramatique.) Le plus souvent, ce sont des épreuves à la con du style rester le plus longtemps accroché à une corde avec la tête en bas, faire une course de relais avec de l'eau jusqu'à la taille et un boulet à chaque cheville, manger le plus de fourmis grillées, j'en passe et des meilleures. L'équipe qui gagne remporte un trophée en bois tout pourri qu'ils ressortent à chaque saison, et est dispensée de conseil. L'autre, en revanche, que l'on voit pleurer pendant trois-quart d'heure, doit se rendre au-dit conseil le lendemain, et, par bulletin secret, éliminer un des membres de l'équipe. Oui, c'est un principe de bâtard, on est d'accord. Stratégie de comptoir A partir de là, on a affaire à de la stratégie pure que même dans Riks c'est pas aussi poussé. En voici quelques exemples : Les gros et les vieux d'abord : Une fois n'est pas coutume, le casting n'a pas sélectionné que de beaux éphèbes blonds et musclés. Il y a aussi des gens normaux. Natasha, ancienne actrice porno reconvertie dans la vente de sous-vêtements en poil de chèvre, et Jade, mannequin de trente-huit kilos pour 1,85 mètre l'ont bien compris. Elles tentent donc de monter toute l'équipe contre Jean-Michel, militaire retraité. Bien sûr, Jean-Mi a plus de force physique et il sait à peu près se démerder dans la nature, mais peu importe, il est vieux, il est donc inutile. Les arguments de poids fusent : « il a des rides, il a du bide, il a un short ridicule, je l'ai vu faire pipi je suis trop choquée ». Cependant, Jacqueline, restauratrice dans le Larzac s'inquiète. Durant la dernière épreuve, elle a couru moins vite que les autres parce qu'elle est cardiaque. Ça aurait été con de crever pour trois grains de riz, mais Roger, prof de sport au collège de Champigny-les- Noix, ne l'entend pas de cette oreille. Il lui reproche donc ouvertement de n'être - 33 -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :