42 n°1 février 2009
42 n°1 février 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de février 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 62

  • Taille du fichier PDF : 14 Mo

  • Dans ce numéro : les séries geeks.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
CINEMA 5 bonnes raison de râler sur.. le cinéma ! N'avez vous pas remarquer comme il est facile de se mettre à râler dans certains contexte ? Prenons par exemple le cinéma ! 1/La file d'attente Il y a beau avoir une borne de paiement par carte bancaire, des pré-paiements sur le net, à en croire la file d'attente tout le monde paie sa séance en espèces. Et comme vous ne valez pas mieux que les autres et/ou que vous avez la seule carte de réduction qui ne s'affiche pas sur la borne, vous voilà condamné à attendre que la famille de lapins devant vous avec un nombre impressionnant de marmots veuille bien avancer pour que vous puissiez allez tranquilou vous asseoir dans votre salle. 2/Le prix Vous êtes bien sûr quelqu'un d'honnête, vous ne téléchargez pas les films sur internet et vous ne les regardez pas non plus en streaming. Mais payer 10 euros une place de ciné WTF ! Vous essayez bien de vous faire passer pour un(e) étudiant(e) fauché, de vous vieillir pour simuler une hypothétique carte vermeil, rien à faire, se payer un ciné de nos jours c'est un petit luxe. Pour peu que dans votre jour de bonté vous ayez voulu y inviter votre moitié, cette petite sortie ciné vous coûtera la moitié du prix d'un mois d'adsl ! 3/Les sièges Comme on vous a bien fait patienter à la caisse, vous débarquez dans une salle déjà bien remplie où les seules places restantes sont collées à des boutonneux, à une famille de braillards, un couple de tripotanus, des petits vieux méfiants. Il ne vous reste plus qu'à vous cramer les yeux et à vous asseoir tout devant, certes vous ne serez pas dérangé par des mains baladeuses qui n'étaient pas pour vous mais vous allez ressortir avec le melon d'Alain Delon à la place d'une boite crânienne habituelle ! 4/Le pop corn En ayant atterri tout devant vous pensiez qu'à défaut de voir tout l'écran, vous seriez au moins tranquille. C'est sans compter sur la centaine d'individus derrière vous qui mâchonne avec l'élégance de bouledogue leur pop corn. Attendez vous à entrendre des "scroutch scroutch" toutes les deux minutes, des remues pop corn comme si il y avait une surprise façon boite de céréales et à avoir les bras qui gratte par les merveilleuses miettes laissez par le précédent occupant de votre siège ! 5/Les toilettes Vous le savez et pourtant comme d'habitude vous n'avez pas "pris vos précautions" comme dirait maman. Vous voilà obligé de faire lever vos voisins aussi lents qu'une foule de loutre, de traverser la salle devant tout le monde, de pousser la porte où en lumière de néon tout le monde aura pu lire "Toilettes". Pour peu qu'il n'y ait pas de papier ou que vous ayez décidé de vous vider de tous les cotés, en ressortant vous aurez l'agréable impression que certains vous regardent de travers et pense "il est resté dix minuuuutes aux toilettes euh". 5 BONNES RAISON DE RÂLER Cela fait 5 bonnes raisons de rentrer chez vous fauché et énervé. 5 bonnes raisons de se mettre au téléchargement (c'est mal rappelons-le !). 5 bonnes raisons d'emmener votre chéri au zoo la prochaine fois que vous aurez envie de voir un troupeau de babouins machouiller du pop corn. 5 bonnes raisons de râler et d'en faire profiter tout le monde. Delphine - 26 -
CINEMA La pré-trilogie Star Wars Luke, je suis venèr ! - Naaaaaoooon ! LE FILM MOISI A (RE)DECOUVRIR Oyez, oyez, jeunes enfants. Le cirque 42 est ce soir chez vous. Nous vous proposons notre fabuleux spectacle, avec au programme des films turcs avec des rochers en polystyrène, mais aussi des nains qui se prennent pour James Bond, des méchants qui froncent les sourcils, des mannequins en mousse, des ninjas, et encore plein d’autres choses merveilleuses. Venez, et profitez du spectacle des pires films jamais réalisés. Je serai votre monsieur Loyal et je vous promets de la mauvaise foi en pagaille et de la rigolade à tous les étages. Alors attachez vos ceintures, on décolle. Pour commencer cette nouvelle rubrique, j’aurai pu taper tout de suite dans le très fort, avec du Turkish Star Wars, du For Your Height Only, du Backula, ou tout autre film dont l’excellent site Nanarland.com s’est fait une spécialité. Mais plutôt que de faire une redite de leur contenu de qualitay, on va taper dans la mauvaise foi, la vraie, celle qui habite nos congénères féminins et qui leur permet d’affirmer la tête haute que oui, la voiture était déjà totalement enfoncée ce matin lorsqu’elles l’ont prise dans le garage et que non ce n’est pas de leur faute à elles, pauvres créatures innocentes. First Blood Première victime à tomber sous mon terrible joug : la pré-trilogie Star Wars, enfin celle tournée après et qui se situe avant. Bref, Star Wars I, II et III, alias comment Dark Vador en fait c’était un gentil que il est devenu méchant avec des krrr krr dans la voix parce que sa mère elle s’est fait trop mettre sa race par des gros bâtards de marchands d’esclaves, que moi j’aurai eu un gun je les aurai fumé, faut pas me chercher, puis j’aurai roulé dessus avec ma 206 tunée avec des bandes de blanches, nan mais l’autre il croyait qu’il allait pouvoir ken (le survivant) ma reum, j’lui marave sa race et j’lui coule les pieds dans le béton en écoutant du Booba (mon petit ourson). Bon maintenant Kevin Napoléon, tu lâches ma jambe et tu arrêtes de me menacer avec ta gourmette en or. On a compris. Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée. Comme le disait donc mon turbulent mais néanmoins talentueux confrère avec ses petits mots poétiques à lui, on va voir comment Anakin est devenu Vador dans des films tout moisis. A l’origine, tout le monde connaît Star Wars épisodes 4, 5 et 6, tournés par un Georges Lucas qui pensait manquer d’argent pour commencer par les trois premiers épisodes. Et Star Wars c’est un certain goût du kitsch, des macarons sur la tronche de l’héroïne, un orang outan qui beugle et surtout des Ewoks. Bref un bon goût assumé, qui fait presque passer Turkish Star Wars pour le top du chic. George Lucas, qui aime l’agent et qui aime s’astiquer le sabre laser, décide mais un peu tard, non pas qu’on ne l’y reprendra plus, mais que ça serait vachement cool de tourner ces fameux trois premiers épisodes, dont tout le monde guette avec avidité le contenu. Et si possible en y mettant des créatures aussi chiantes que les Ewoks. Après un teasing de folie, tombe la première bande-annonce. Les fans se précipitent pour la voir, font du camping et se préparent pour la sortie. Ils ne vont pas être déçus… Le futur Dark Vador qui joue à la dinette... non mais franchement... - 27 -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :