24h Montréal n°15-44 15 mai 2015
24h Montréal n°15-44 15 mai 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15-44 de 15 mai 2015

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Sun Media Corporation

  • Format : (273 x 317) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 51,6 Mo

  • Dans ce numéro : un été électronique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
AD{JM011930296} 8 week-end 15-18 mai 2015 actualités 12 dénoncent l’homophobie personnalités publiques gaies Le président de la STM, Philippe Schnobb, a failli ne pas être nommé présentateur du bulletin d’information en Alberta, à l’époque où il travaillait pour Radio-Canada, parce qu’il est homosexuel. Un animateur de radio du Saguenay aouvertement aaqué l’ex-ministre Sylvain Gaudreault sur son orientation sexuelle lorsque ce dernier a décidé de faire de la politique. En marge de la Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie, qui se tiendra le 17 mai, 12 personnalités québécoises ont raconté au 24 Heures comment elles ont survécu au phénomène. YANNICK DONAHUE ET GUILLAUME PICARD, Collaboration spéciale PHILIPPE SCHNOBB Profession : Ex-journaliste à Radio-Canada et président de la STM Avez-vous déjà été victime d’homophobie ? L’homophobie s’exprime parfois de manière subtile et ce n’est que plus tardqu’on en prend conscience. Quand je travaillais en Alberta pour Radio-Canada, j’avais été nommé présentateur du bulletin d’informations.J’ai appris plusieurs années plus PHILIPPE SCHNOBB tard que la responsable de l’émission avait dû faire preuvedebeaucoup de persuasion auprès de la direction régionale qui était très mal à l’aiseaveclefait de confier la présentation des nouvelles à un gai. « Qu’est-ce que les gens vont penser », disait-on. J’ai fait le travail pendant deux saisons et personne ne s’est plaint ! Avez-vous été témoin d’actes homophobes ? Lesseuls moments où j’ai été témoin d’actes homophobes, c’est lorsque je m’occupais des réseaux sociaux pour le Téléjournal. Ilm’est arrivé d’écrireàcertaines personnes pour les prévenir que je devrais effacer leursinterventions si elles continuaient à tenir ce genre de propos. Comment combare l’homophobie ? La meilleure façon d’enrayer le phénomène c’est l’éducation et la communication. C’est pour cette raison que je soutiens activement le GRIS, un organisme communautaire dont les bénévoles font le tour des écoles pour parler d’homosexualitéaux élèves. Toutes les questions sont permises.LeGRIS célèbre ses vingt ans cette année. Monami Robert Pilon, qui a étéprésidentdel’organisme pendant neuf ans, vient d’ailleurs de publier un excellentrecueil de témoignages de bénévoles et de personnalités publiques qui racontent commentils viventleur homosexualitéauquotidien. SYLVAIN GAUDREAULT Profession : Député péquiste etex-ministre des Transports Avez-vous déjà été victime d’homophobie ? En 2007, lors dema premièreélection, un animateur de radio du Saguenayavait déclarésur les ondes que « les travailleurs d’usine ne voteraient jamais pour une tapette ». Les réactions publiques avaient alors ététrèsvives,l’animateur a étéexclu des ondes et j’ai continué ma campagne en misant d’abord sur les idées que je proposais pour ma circonscription. J’ai finalement remporté ma campagne et j’ai été réélu àtrois reprises depuis. Avez-vous été témoin d’actes homophobes ? J’en ai été témoin surtout lors de voyages à l’étranger,là où l’homosexualité n’est pas SYLVAIN GAUDREAULT aussi acceptée qu’auQuébec. Souvent, les actes homophobessont de petitsgestes en apparence anodins, des RÉJEAN THOMAS regards, des attitudes... Quant à moi, j’ai toujours le réflexe de poser des gestes d’ouverture et d’accueil envers la personne qui en est victime, comme un sourire compréhensif,unregardcomplice, une attitude sans préjugé. Comment combare l’homophobie ? Ilfautconstammentmisersur l’éducation, comme le fait le groupeGRISdanslesécoles.Il faut témoigner de sonexpérience et démontrer la « normalité » de la vie d’une personne homosexuelle dans la société. Il faut aussi continuer de lutter, car les gains sont fragiles ici et les reculs sont encore importants à l’étranger, notammentdans les pays du Sud. Voilà pourquoi les défilés et autres manifestations sont encoreimportants. RÉJEAN THOMAS Profession : Médecin et fondateur de la clinique médicale L’Actuel Avez-vous déjà été victime d’homophobie ? Àl’adolescence, j’ai vécu de l’intimidation de la part de deux gars.Cela m’est arrivé à plusieurs reprises à cette époque. Onsesenttrèsmal, on al’impression d’êtreseul au monde. On a le sentiment que tout le monde est contrenous, quel’onestexclu.Onnesaitpas si on va survivre à cela. Avez-vous été témoin d’actes homophobes ? Très souvent. Bien trop souvent.Ce sont surtout les patients qui racontent des his- videotron.com/couverture Aupari pa VIDÉDTRDN > MOBILE MAINTENANT SUR UN RÉSEAU ULTRA-VASTE MAINTENANT SUR UN RÉSEAU ULTRA-VASTE JM011930296
AD{JM011930298} 771 actualités week-end 15-18 mai 2015 9 toires.Plusieursont étébattus,ils ont subi de la violence. Fréquemment, ils n’ontpas été suffisamment écoutés par la police. Les actes d’homophobie n’ontpas étéreconnus.Certains patients ont été mis àlaportepar leursparents parce qu’ils étaient gais. Ce sont surtout les pères qui les rejettent.Cesontdes situations dramatiques et révoltantes. Comment combare l’homophobie ? La loi sur le mariagegai aété adoptée en 2004 au Québec, ce qui en faisait une province à l’avant-garde. Il faut maintenant des lois strictes contre l’homophobie, des lois qui dénoncentlaviolence sous toutes ses formes contre l’homosexualité. Il faut énoncer clairement qu’au Québec, ces situations sont inacceptables. L’homophobie est souvent issue de l’ignorance qu’il faut combattre.L’éducation dans les écoles et les campagnes grand public sont des moyens MANON MASSÉ efficaces de signifier qu’au Québec, l’homosexualitéest pleinement acceptée. Tout le monde doit y adhérer,y compris les nouveaux arrivants. MANON MASSÉ Profession : Députée de Québec solidaire Avez-vous déjà été victime d’homophobie ? Jamais d’homophobie, mais régulièrementdetransphobie. Le fait de ne pas répondre au modèle standardimposé aux femmes par l’industrie de la mode et de la beauté me vaut quotidiennement des jugements,des injures ou une négation de mon identité de genre. Je suisd’ailleurstrès heureuse que, cette année, on parle de Journée internationale de lutte contrel’homophobie et la transphobie. Avez-vous été témoin d’actes homophobes ? Trop de fois dans ma vie j’ai assisté àlabanalisation de propos homophobes : « Je vais vous conter une joke de tapettes, c’est juste une joke », « moij’airiencontreça,mais… », « j’en connais,moi, quelqu’un qui est comme ça, mais au moins il n’est pas efféminé », « elle doit avoir été abusée sexuellement dans son enfance, c’est pour ça qu’elle est lesbienne ». Depuislongtemps, je réagis instantanémentetje travaille àdéconstruireles préjugésetàconfronterles gens surleurproprevision hétérosexistedesrelations. Comment combare l’homophobie ? L’hétérosexualité comme norme sociale nourrit beaucoupdepréjugéset ades impacts négatifs dans la viedesgensquinesuiventpas cesnormes.Mêmechosepour lesgensquitraversentlesgenres bien stéréotypés de ce que devrait être une « vraie femme » ou un « vrai homme ». Ces modèles nous enferment dans des carcans qui briment la liberté d’être « qui on est ». Qu’y a-t-il de si menaçant, au juste ? Il faut déconstruire ces mythesetlaisserl’humainêtre quiilestetenrelationavecqui il veut.. PHILIPPE DUBUC PHILIPPE DUBUC Profession : Designer et homme d’affaires Avez-vous déjà été victime d’homophobie ? Oui, surtout àl’adolescence, car c’est àcette période de la vie que notre identité sexuelle se confirme, mais notreentourage(amis,collègues, voisins) n’est pas toujours ouvert et mûr pour comprendre une telle différence. On peut vivre plusieurs échecs à cet égard. Nous ne sommes pas toujours conscients que nous vivons de l’homophobie parce qu’elle est parfois vicieuse. Avez-vous été témoin d’actes homophobes ? Oui, car j’ai été impliqué dans plusieurs activités sportives dans ma jeunesse comme le hockey ou l’athlétisme. J’ai vu à plusieurs reprises des actes homophobes perpétrés àl,endroit de candidats qui semblaientplus faibles et marginaux : ils se faisaient ridiculiser. J’ai été moimême victime d’intimidation, mais ma personnalité m’a permis de remettre certains gars àleur place. Les épreuves nous rendent cependant plus forts. Comment combare l’homophobie ? C’estenparlantetenfaisant comprendreàlapopulation que la différence doit être une normalité. Même si on en parle moins aujourd’hui, je trouvequ’il yaencoretrop d’allusions sexuelles face à l’homosexualitéetdeblagues platesbalancées dans les médias àcet égard. Il me semble que nous devrions être rendus plus loin socialementdans l’acceptation de la différence CHARLINE LABONTÉ Profession : Triple médaillée d’or aux Jeux olympiques en hockey féminin et gardienne des Stars de Montréal Avez-vous déjà été victime d’homophobie ? Pas vraiment. Pas personnellement. L’homosexualité n’est pas un sujet tabou dans mon milieu. C’est une des raisons pour lesquelles j’ai fait ma sortie. Tout aété super positif.Je reçois beaucoup de messages de soutien. Les gens me disent : « On abesoin de modèles comme toi ». Avez-vous été témoin d’actes homophobes ? Pasdans mon milieu, mais c’est assez évidentqu’il ya encoredes problèmes liés à ça dans notre société. Dans le CHARLINE LABONTÉ sport,ilyaencoredes problèmes, notamment les sports masculins.Par exemple, dans la LNH, il n’yapas d’hommes gais qui sortent du placard. Cela en dit long sur là où on est rendu. Comment combare l’homophobie ? Cela commence avec le langage.J’ai entendu « C’est tellementgai ça » àmapremière année à l’Université McGill. J’ai confronté la personne sur les raisons pour lesquelles elle disait ça.Elle m’a répondu que c’est justeune expression. Or, c’est une expression qui ne veut rien dire. La situation a changé et la personne en question acessé de parler ainsi. Il faut prendreconscience de l’importance du vocabulaire. On peut s’affirmer,onpeut s’exprimer,mais il faut toujours rester respectueux. Découvrez les témoignages d’Alex Perron, Jasmin Roy, Dany Turcoe, Monique Giroux, Jean-Philippe Dion et Émile Gaudreault au www.journaldemontreal.com/24heures. PHOTOS COURTOISIE ET D’ARCHIVES 9r.. videotron.com/couverture Je II on U3 Nd3 dN31NdW MAINTENANT SUR UN RÉSEAU ULTRA-VASTE 15 d'v8ns JM011930298



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :