24h Montréal n°15-44 15 mai 2015
24h Montréal n°15-44 15 mai 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15-44 de 15 mai 2015

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Sun Media Corporation

  • Format : (273 x 317) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 51,6 Mo

  • Dans ce numéro : un été électronique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
W2 15-18 mai 2015 Des festivals de musique électronique pour tous les goûts La saison estivale est à nos portes et entraîne avec elle plusieurs festivals de musique électronique. Voici ma sélection d’événements à ne pas manquer cet été. – Marie-Hélène Chartrand, 24h St-Jean BASStiste 9 e édition Nombre de personnes aendues 1000 Styles musicaux Trance progressive, techno progressif et psychédélique. Particularités Comme son nom l’indique, ce festival fait la promotion des talents d’ici avec une programmation meant en vedee enmajorité des DJ québécois et quelques DJ venant d’ailleurs au Canada. « C’est pour célébrer la Saint- Jean Baptiste et faire la promotion des talents de la scène alternative underground », affirme un des organisateurs, Yohan Ygriega. Coup de cœur Présenté les 26, 27 et 28 juin, au domaine des Aigles à St-Damien, de 60 $(mai) à 70 $(juin) Facebook : St-Jean Basstiste, Musique et Art Festival OpenMind 4 e édition Nombre de personnes aendues 2000 Styles musicaux Musique du monde, électroacoustique, dub, reggae, musique à saveur tribale et amérindienne, musique électronique souvent mixée avec de vrais instruments. « La programmation est assez variée sur le plan musical, mais si on veut mere une étiquee, ils ont tous une caractéristique élevante », fait valoir un des organisateurs, Adam Taschereau. Particularités Sous le thème Incarner, le festival OpenMind se veut Coup de cœur une expérience personnelle et collective axée sur le bien-être. « C’est un monde àpart, un monde alternatif, on crée un idéal pendant une semaine selon une manière de vivre qui est plus en harmonie avec soi, les autres et la nature », explique Adam Taschereau. Plusieurs ateliers sont offerts (yoga, méditation, etc.) en plus d’un village pour les familles. Présenté du 27 juillet au 3 août, La Patrie, de 170 $(à l’avance) à 195 $(à la porte) pour 4 jours et de 205 $(à l’avance) à 240 $(à la porte) pour 8jours, openmindfestival.com Totem 3 e édition Nombre de personnes aendues Entre 800 et 1000. Styles musicaux Majoritairement techno avec un peu de deep house et de progressive trance. Particularité « Le site est enchanteur, on a la chance d’avoir un point d’eau juste à côté de la scène et on est le seul festival extérieur qui se concentre sur la techno », affirme l’organisateur, YannKhatchadourian. Coup de cœur Le site est également idéal pour faire du camping avec des douches et des toilees à l’intérieur en plus de permere àtout le monde d’avoir sa tente à l’ombre. PHOTOSCOURTOISIE Présenté les 10, 11 et 12 juillet au parc de la Chute Ste-Agathe (Ste-Agathe- De-Lotbinière), de 100 $ (à l’avance) à120 $ (à la porte), totem.com Île Soniq 2 e édition Nombre depersonnes aendues 40 000 (plus de 20 000 personnes par jour) Styles musicaux EDM et plusieurs de ses déclinaisons (pop, trance et house) etduhip-hop. Particularités Le festival est le seul présenté sur l’île de Montréal et offre une large gamme de styles musicaux comprenant même du hip-hop. De plus, l’expérience audiovisuelle proposée est à la fine pointe de la technologie. Présenté les 14 et 15 août au parc Jean Drapeau, les tarifs pour les 2jours vont de 175 $ PHOTO SUSAN MOSS (laissez-passer régulier) à 500 $(laissez-passer platine), ilesoniq.com AIM 1 ère édition Nombre de personnes aendues 10 000. Particularité « On offre une programmation pointue dans un but commercial », explique l’organisateur de l’événement, François Lebaron qui compare la programmation de AIM à celle du Piknic électronique. De plus, l’événement offre plusieurs ateliers enlien avec la musique électronique et le métier de DJ. Styles musicaux Techno, house, deep house, chill out et popelectronica Présenté les 26, 27 et 28 juin, au parc Carillon à Saint-André d’Argenteuil, différents tarifs variant selon la durée du séjour et la classe de billets (régulier ou VIP) entre 54 $ et 250 $, aimexperience.com Timeless 2 e édition Nombre de personnes aendues Entre 400 et 600 personnes. Styles musicaux Trance progressive et psychédélique sur la scène principale et de l’électroswing, drum N bass et du house sur la scène secondaire. Particularités Une troisième scène permet aux DJ amateurs de montrer leur talent tout en respectant le style musical de l’événement. De plus, un espace de création artistique est mis à la disposition des peintres, dessinateurs et artistes de cirque. Présenté du4au7 septembre à St-Julien, de 60 $(à l’avance) à 90 $(à la porte), Facebook : Timeless Festival
W3 15-18 mai 2015 Mad Max : La route du chaos Plein les yeux, plein les oreilles, plein la gueule Écrire une critique de Mad Max : La route du chaos, c’est utiliser tous les superlatifs du dictionnaire, le nouvel opus de George Miller étant énorme dans tous les sens du terme. – Isabelle Hontebeyrie, Agence QMI Il y a 30ans, Mel Gibson, alias MadMax, seretrouvaitdansle dômedutonnerre.Aujourd’hui, lehérospostapocalyptiqueales traitsdeTomHardyetressembleàuneversionsousstéroïdes de son prédécesseur. Quand on rencontre cette incarnation moderne de Max Rockatansky, il se fait enlever parlesWarBoysdelacitadelle, un lieu placé sous le commandementd’ImmortanJoe(Hugh Keays-Byrne, qui incarnait ToecutterdanslepremierMad Max), un leader brutal et cruel qui garde la population sous contrôle en rationnant l’eau. Lapremièrepartiedufilmest consacréeàlaréductionenesclavagedenotrehomme,battu, tatoué et marqué au fer rouge, sonsangservantàgarderenvie Nux(Nicholas Hoult), l’un des WarBoys. Son destin croise celui de Furiosa (Charlize Theron) quand cette dernière décidedes’enfuirdelacitadelle avec une cargaison des plus précieuses : les six reproductrices (incarnées par Rosie Huntington-Whiteley, Riley Keough, Zoë Kravitz, Abbey Lee, CourtneyEatonetMegan Gale) d’Immortan Joe. Il lance doncsonarmadaàlapoursuite de la traîtresse,le reste du long métrage de 120 minutes étant consacré à cette traque dans le désert. » L’action est remarquablement bien rythmée, le pari de tenir deux heures sans dialogues significatifs en enchaînant les scènes d’action étant relevé haut la main par le cinéaste – Isabelle Hontebeyrie, Agence QMI Au cœur du désert Tourné dans le désert de Namibie, Mad Max : La route duchaosestd’aborduneexplosion de couleurs, des ocres orangéesdecemondemourant aux gris et noirsd’une gigantesque tempête de sable. Puis viennent les sons, rugissements des moteurs des véhicules sortis tout droit de l’imagination démente de George Milleretlamusiqueàfond, qui écorche les oreilles (le visionnementauquelétaientconviés lesmédiasétaitenformatAVX, dont les subtilités sont,malheureusement,malexploitées). L’actionestremarquablement bien rythmée, le pari de tenir deux heures sans dialogues significatifs en enchaînantles scènes d’action –ne comprenantque des voitures et camions en plein désert –étant relevé haut la main par le cinéaste. Les costumes –l’influence du steampunk est perceptible à plusieurs reprises – etlesmaquillagess’insèrentvisuellementdans cet univers unique. Le résultatest un MadMax : Larouteduchaos–àla3Dinutile–dontlebudgetdeproduction de 150 millions $ explose –littéralement–sur l’écran. Quelques longueursémaillent le long métrage, George Miller se fait visiblement plaisir avec certains plans un peu trop travaillés (les femmes d’Immortan Joe, notamment, servent plus de parure visuelle que de réelressortscénaristique) etle tout est enrobédans un humour dément. On s’en prend donc plein les yeux, plein les oreillesetpleinlagueule. 3,5/5 PHOTOSCOURTOISIE La note parfaite 2 Croisement entre Glee et La Voix Mignone petite comédie française, Les gazelles joue sur les clichés habituels de la rupture, du célibat après 30 ans et de toutes ces questions faussement existentielles que les femmes trouvent le moyen de se poser. Dérive dudestin Dire que les Françaises dépeintes par la cinéaste Mona Achache sont compliquées est un euphémisme ! Marie (Camille Chamoux) vient de signer – crise de panique incluse –une hypothèque de 30 ans avec son conjoint Éric (Franck Gastambide) avec qui elle est en couple depuis près de 15 ans. Quelques jours plus tard, elle croise un bel inconnu, Martin Les gazelles Débandade au féminin (Samuel Benchetrit) qui l’invite àboire unverre etavec qui elle couche promptement. Du coup, elle plaque Éric, l’appartement et une vie somme toute tracée d’avance. Mais, dans sa précipitation, elle n’a pas évalué les répercussions de son geste. Chamboulements D’abord, elle doit déménager et Marie se retrouve chez ses parents (Josiane Balasko en mère castratrice est impayable). De deux, elle se retrouve maintenant célibataire. Et de trois, ces chamboulements font qu’elle adeplus en plus de mal àassurer son emploi au Pôle-Emploi (notre équivalent du chômage). Bref, c’est la catastrophe. Évidemment, suivant la recee facile de bon nombre de comédies ayant pour public cible les femmes, la surenchère decatastrophes et de drames (vrais ou imaginaires) ne se fait pas aendre. Marie se retrouve bientôt dans un tourbillon de soirées alcoolisées, de coucheries d’un soir, d’engueulades avec sa famille et de prises de bec avec ses copines. Est-ce un film àvoir sur grand écran ? Pas certaine que bouder le soleil soit nécessaire pour le voir en salle. Par contre, surveillez la sortie en DVD du film Les gazelles, car ce long métrage de 99 minutes permet de passer un moment agréable. 3/5 –Isabelle Hontebeyrie, Agence QMI On avait quiéles filles sur une victoire. Souvenez-vous, la bande délurée du groupe LesBellasavait remporté contretouteaentele concoursdechant de son universitéenCalifornie. Les revoici dans La noteparfaite2, une suitetrèsaendue signée Elizabeth Banks, qui s’offre également un rôle dans son premier long métrage. L’actriceetréalisatrice américaine, connue pour son interprétation de l’extravaganteEffie Trinket dans la franchise Hunger Games,succède derrièrela caméraàJason Moore, qui avait fait du premier chapitre un gros succèsensalle avec des revenus d’exploitation mondiaux de 113millions $en 2012.Lefilm n’avait coûtéque 17 millions $àproduire. Formule gagnante On ne changera donc pasune recee aussi rentable. La note parfaite2–adaptation libredu roman pour ados de Mickey Rapkin –demeuretoujoursce mélange efficaceentrelasérie Glee et l’émission La Voix. L’actriceAnna Kendrick campe ànouveau Beca. Son personnage n’apas abandonné son rêve de devenir un jour productricede musique. Les blagues s’accumulent ainsi sur le même principe. Agrémenté d’un humour potache et absurde qui descend souvent en dessous de la ceinture, ça tiresur tout ce qui bouge en n’épargnant personne au passage. Malgré quelques accrocs, notamment sur le plan de la mise en scène, cee comédie adolescente reste enjouée et sympathique. Bon moment Bref,onpasse un bon moment en compagnie de cesjeunes femmes aussi drôles qu’inoffensives, reflet fantasmé et bon enfant de la diversitéaméricaine post- Obama. L'occasion de nous délivrer un message simple et naïf : etsil’amitié demeurait le meilleur antidoteaucynisme ambiant ? C’est décidément trop beau pour êtrevrai. 3,5/5 –Ismaël Houdassine, Agence QMI



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :