24h Montréal n°15-40 11 mai 2015
24h Montréal n°15-40 11 mai 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15-40 de 11 mai 2015

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Sun Media Corporation

  • Format : (273 x 317) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 45,6 Mo

  • Dans ce numéro : des voies réservées aux autobus sur Notre-Dame Est d'ici deux ans.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
AD{JM011926253} DÈS 7 H 42 Détails sur ClIOL COM JM011926253
AD{JM011930035} Les clients privés de 160 M $ de trop-perçus MICHEL MORIN Agence QMI actualités lundi 11 mai 2015 13 Alors que les clients d’Hydro- Québec n’ont jamais éprouvé autantdedifficultés àpayer leurs comptes d’électricité comme l’a démontré au cours des derniersjoursnotreBureau d’enquête, la société d’État vient de déclarer 160 M$ de trop-perçus qui ne seront jamais retournés à ses 3,8 millions de clients. « Ces trop-perçus, cesont des rendements qui se font au-delà du rendement juste et raisonnable établi par la Régie de l’énergie, alors pour nous,par définition, ce sont des profits déraisonnables et abusifs qui devraient êtreretournés aux clients », a déclaré ànotre Bureau d’enquête Marc-Olivier Moisan-Plante, économiste àl’Union des consommateurs. En fait,lasituation d’Hydro- Québec est unique. Même au Québec, lorsque GazMétropolitain réalise des trop-perçus qui lui permettent des rendements supérieurs à ceux accordés par la Régie de l’énergie, la société gazière est forcée de retourner les tropperçus aux consommateurs, sous forme de rabais de tarifs à ses clients. 1,4 G$ en sept ans Depuis 2008,notamment depuis la chutedes prix sur les marchés d’exportation d’électricité, Hydro-Québec a réalisé avec sa clientèle et àson avantage d’importants trop-perçus de 1,4G$ensept ans. « Si les 1,4G$ avaient été remis dans les tarifs dans une année, cela aurait provoqué sur le coup une baisse des tarifs d’électricité d’HQ de l’ordre de 12% », a calculé l’analyste en énergie de l’Union des consommateurs, Marc-Olivier Moisan-Plante. Selon ses calculs,la baisse aurait étéde121$après taxes pour un petit logement et de 290$ pour un bungalow chaufféàl’électricité. Marc-Olivier Moisan-Plante, économiste. – PHOTO MICHEL MORIN/AGENCE QMI DES REMISES EN ARGENT SUR TOUT, TOUT LE TEMPS POUR EMILIE Perras À l'AFFÛT tel. w Desjardins ty 4L 4 ! 4- 4"LL.. : -eeiee -Reiee E FLRRAS CARTEVISAREMISES CAISSES desjardins.com/remises Desjardins Coopérer pour créer l'avenir *Visa Int./utilisée sous licence. 1 Applicable sur les achats courants seulement.Certaines conditions et restrictions s’appliquent. 2 L’assurance Appareils mobiles est souscrite par American Bankers Compagnie d’Assurance Générale de la Floride, une compagnie d’Assurant Solutions. Assurant Solutions est une marque de commerce déposée d’Assurant Inc. Les détails de la couverture, incluant les modalités, restrictions et exclusions, sont énoncés dans le certificat d’assurance disponible àdesjardins.com/remises. JM011930035 Consommation et gaspillage Moisson Montréal a sauvé 411 tonnes de nourriture MARIEÈVE DUMONT Agence QMI Plus de 411 tonnes de nourriture venant des épiceries de Montréal ont évité le chemin des ordures et ont été redistribuées à 40organismes locaux depuis un peu plus d’un an grâce au projet de Moisson Montréal. « C’est incroyable tout ce qui était jeté alors que c’était encore bon. On tente d’aller chercher tout ce qui n’est pas vendable, mais encore consommable. Ça diminue les coûts pour les organismes et ça comble un véritable besoin », souligne Dany Michaud, directeur général de MoissonMontréal. Le projet qui apris naissance à la fin de l’année 2013 regroupe maintenant 60supermarchés des bannières Loblaws et Metro. Des discussions sont aussi entamées avec IGA. De la viande Le tiers decequi est récupéréest de la viande, soit la denrée la plus recherchée par les organismes qui offrent des repas gratuits. « Les dépenses pour de la viande sont énormes. C’est ce qui est le plus cher pour une cuisine et ce qui manque le plus », mentionne M. Michaud. Ce sont donc 1,8M$qui restent dans les coffres des organisations et qui peuvent servir à mettre en place d’autres services pour les gens dans le besoin. « La demande est grandissante pour les repas, dit Mathieu Brunet,responsable de l’alimentation àla Mission Old Brewery. Les gens démunis ontbesoin de protéines,c’est souventlacarence dont ils souffrent le plus. » Moisson Montréal a réussi à convaincre les épiciers que laviandequ’ilsjettent reste tout de même comestible. « Les épiciers nous disaient qu’ils n’avaient pas de viande àdonner. Onleur a expliqué que c’était impossible que la viande devienne avariée tout d’un coup alors que 15 minutes plus tôtelle était toujours sur les tablettes, prêteàêtrevendue. Il suffisait de la congeler pour en faire unplat », explique M. Michaud. « C’est incroyable tout ce qui était jeté alors que c’était encore bon », a souligné Dany Michaud, dg de Moisson Montréal. – PHOTO MARTIN ALARIE, AGENCE QMI



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :