24h Montréal n°14-243 6 mar 2015
24h Montréal n°14-243 6 mar 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14-243 de 6 mar 2015

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Sun Media Corporation

  • Format : (273 x 317) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 54,4 Mo

  • Dans ce numéro : pour Léa Cousineau, il y a encore trop peu de femmes en politique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
0 BONNESRAISONS D’ACHETERVOTRE JOURNALDUSAMEDI 15 pages 4 week-end 6-8 mars 2015 Les femmes àMontréal √ 25 avril 1940 Les femmes obtiennent le droit de vote. Jessie Kathleen Fisher devient la première élue montréalaise √ Entre 1940 et 1960, six femmes seulement sont conseillères et cela prend près de 15 ans avant que d’autres soient élues. √ 1986 Premier comité exécutif paritaire. Le maire Jean Doré nomme trois femmes et trois hommes à titre de membres de l’exécutif √ 1990 Léa Cousineau devient la première présidente du comité exécutif 6 chroniques d’opinons 80 pages La meilleure section techno 6pages √ En 2015, 41% des élus de la Ville de Montréal sont des femmes, soit 42 des 103 élus BÂTISSEURS LE GUIDE INCONTOURNABLE EN CONSTRUCTION ET RÉNOVATION CAHIER NOS BÂTISSEURS 1 2 pages En 5 minutes 28 pages 104 pages TOUT POUR UNE NOUVELLE MAISON QUELLE MAISON VERTEE CHOISIR ? LES RÈGLES POUR AGRANDIR SA MAISON CAHIER SPÉCIAL CAHIER PUBLICITAIRE Samedi 7mars2015 Jessie Kathleen Fisher fut la première élue montréalaise. 4 pages REPORTAGE SPÉCIAL 5 pages d’entrevues 5 pages de jeux 320PAGESPOURSEULEMENT2,50$ Des femmes font le décompte des votes lors des élections de 1947.
AD{JM011911061} actualités week-end 6-8 mars 2015 5 Journée internationale de la femme Encore trop peu de femmes en politique dit Léa Cousineau Première femme à avoir présidé le comité exécutif de la Ville de Montréal en 1990, Léa Cousineau imaginait voir davantage de femmes s’engager en politique municipale vingt-cinq plus tard. AMÉLI PINEDA 24h À quelques jours de la Journée internationale des femmes,le8mars, la question de la présence des femmes n’en est plus une d’acceptation, mais plutôt de valorisation estime M me Cousineau. « On aquand même progressé depuis l’éligibilité des femmes en politique il ya 75 ans, mais il yaencore beaucoup de freins. Les femmes ne se projettent pas spontanémentenpolitique. Il yauncôté unpeu batailleur qui effraie et bien sûr,ilya toute laquestion de la conciliation travail-famille », soutientM me Cousineau. Si elles comptentaujourd’hui sur des installations qui ont été adaptées, ilreste beaucoup àfaire. « Lorsque les premières femmes ont été élues, c’était assez folklorique. Il n’y avait même pas de toilettespour elles,ilfallait surveiller les portes chaque fois », raconte-t-elle. Selon M me Cousineau, aujourd’hui âgéde73ans,un des défis actuels demeure la reconnaissance du congé parental. « Il ne faut pas que le fait d’être élue devienne une en- traveàlamaternitéetlecon- traire non plus,il ne faut pas que le fait de devenir mère empêche une femme d’être active enpolitique », mentionne M me Cousineau. Elle estime qu’à son époque, la problématique se vivait différemment puisque plusieurs élus occupaientleursfonctions àtemps partiel. « La conciliation n’était pas le même enjeu. Aujourd’hui, les femmes travaillentàtemps plein et doiventtrouver un équilibre entre leur vie familiale et leur rôle de politicienne », souligne-t-elle. Des acquis fragiles Arrivée en politique en 1986,à l’âgede44ans,avecleRassemblement des citoyens de Montréal, parti de Jean Doré, M me Cousineau atravaillé au coursdesonmandatpourfaire avancer les conditions des femmes àlaVille. « Nous sommes arrivés avec cette volontédedonnerauxfemmes la place qui leur revient. Sur la cinquantaine d’élus, nous étions14,unchiffreincroyable pour l’époque », indique M me Cousineau. L’arrivée des femmes,rappelle-t-elle, a permis d’avoir une nouvelle vision des façons de faire. Alors qu’elles « On a quand même progressé depuis l’éligibilité des femmes en politique il y a 75 ans, mais il y a encore beaucoup de freins », affirme Léa Cousineau, qui a présidé le comité exécutif de la Ville en 1990 alors que Jean Doré était maire. – PHOTOS D’ARCHIVES ET AMÉLI PINEDA/24h étaient surtout associées au domaine culturel et social, les femmes ont montré que l’administration avait aussi besoin de leur présence. « On est arrivéavecl’objectif de toujours voirlesenjeuxen tenant compte delaplace des femmes.Que ce soit en terme de sécurité en ville ou encore de l’aménagement des parcs, les femmes ontamené une tout autre vision en fonction de leur réalité etdeleurs préoccupations », se souvient M me Cousineau. Lorsqu’elle a été nommée àlatête du comité exécutif en 1990, M me Cousineau remémore avoir notamment instauré des mesures visant àfavoriser l’accès aux femmes à la fonction publique. « La présence des femmes était très bien accueillie et je crois qu’encoreaujourd’hui, c’est le cas, mais il n’yarien d’acquis.Ceque nous avons réussi à instaurer reste fragile et peu reculer rapidement si on ne s’assure pas de le préserver », indique-t-elle. De la lecturE POUR tous les goûts ! www.boutiquegoelette.com Inscrivez-vous ànotre infolettre * Aussi offerts en format papier JM011911061



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :