24h Montréal n°14-243 6 mar 2015
24h Montréal n°14-243 6 mar 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14-243 de 6 mar 2015

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Sun Media Corporation

  • Format : (273 x 317) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 54,4 Mo

  • Dans ce numéro : pour Léa Cousineau, il y a encore trop peu de femmes en politique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
AD{JM011909624} W6 6-8 mars 2015 Les merveilles Obscur et suranné Avec Lesmerveilles,la réalisatriceAliceRohrwacher ne parvient pasàconvaincre totalement. Ce n’est paspar hasardsicelong métrage inclassable de 110 minutes a remportélegrand prix du Festival de Cannes en 2014 sous les huées des critiques. Nous sommes transportés en Ombrie, région de l’Italie, plus précisément dans un petit village où vit la famille de Gelsomina (Maria Alexandra Lungu), 13 ans, l’aînée de quatrefilles. Son père(Sam Louwyck) est apiculteur et prédit sans cesselafindu monde. Mais la foudrenevapas tarder às’abaresur la famille menée par ce marginal de première. Carl’homme est àla fois un tyran domestique et un doux rêveur excentrique qui, quand il ne donne pas d’ordres et ne contrôle pasla vie de toutes, rêve d’un chameau. Dur àsaisir Bref,ilyacomme des relents de trip de drogue dans Les merveilles,d’autant qu’Alice Rohrwacher ne s’astreint à aucun rythme et qu’elle se complaît àfilmer la campagne italienne sous un soleil qui délave ses images, leur donnant un charme suranné. Surréalisme De primeabord. Carle surréalistedelachose devient encoreplus évident quand une émission de téléréalité débarque dans le village. L’animatrice, Milly (Monica Bellucci qui s’exprime ici en italien, sa langue maternelle) étant non seulement furieusement kitch, mais aussi totalement en décalage avec la réalité. Et il yaaussi ce garçonqui vient habiter dans la ferme familiale. Muet, il passeson temps àsiffler. Autredéfaut rapidement identifiable du long métrage, on ne parvient jamais àsavoir où AliceRohrwacher veut en venir.Elle multiplie les pauses, les silences, les images qui semblent contenir un sousentendu (des abeilles qui sortent de la bouche de Gelsomina), mais que l’on ne parvient pasàcomprendre malgréd’intenses réflexions. 2,5/5 –Isabelle Hontebeyrie, Agence QMI GAGNEZ L’UN DES 30 LAISSEZ-PASSER DOUBLES POUR LA PREMIÈRE DU FILM EN Chorus Survivre àlamort Le deuil est un précipice, un trou béant, comme celui dans lequel les enquêteurs retrouvent, suite à la confession de Jean-Pierre (Luc Senay), les restes du petit Hugo, tué il y a 10 ans. – Isabelle Hontebeyrie, Agence QMI PHOTOSSÉBASTIEN STJEAN/AGENCE QMI ET COURTOISIE LA SÉRIE D IVERGENCE LE MERCREDI 18 MARS AU MÉGA-PLEX MARCHÉ CENTRAL EN VERSION FRANÇAISE À19H EN VERSION ANGLAISE À19H15 Insurges-LeFilm.com Pour participer, visitez le 24heures.ca/concours Le concours se termine sur le web le 8mars 2015. Les 30 gagnants recevront leur prix par la poste. Valeur totale des prix : 680 $. Règlements du concours disponibles sur 24heures.ca/concours. AUSSI ÀGAGNER : Un ensemble-cadeau Insurgés #Insurgés JM011909624 Face àcette douleur béante qui annihile tout sur son passage,Christophe (Sébastien Ricard, impressionnant), le père, achoisidefuirsouslesoleil du Mexique. Là,il traîne sonindifférencedesonlit,oùil n’estpasseul,àlaplage,surlaquelle il se fond avec le roulis desvagues. ÀMontréal, Irène (Fanny Mallette, éblouissante), la mère, continue de mettre un pied devant l’autre. Ellefake.Cecombatquotidien ne masque sa douleur et son étouffement qu’aux yeux des autres, ses collègues d’une chorale. Dialogue impossible La confession du tueur,du pédophilequiaravilavied’Hugo, pousse Irène àdemander à Christophe de revenir.Elle ne peut vivre cette chose sans lui. Coupé du monde, dans un « non-temps » pour reprendre le terme utilisé par le réalisateur François Delisle lors de ma conversation avec lui, le dialogue vrai avec sa mère (Geneviève Bujold, exceptionnelle) est impossible. Elle est là –comme le père de Christophe, extrêmement bien joué par Pierre Curzi –pour la pousseràlanormalité, àune réactionsocialementacceptable, conforme aux attentes des autres qui ne veulent pas voir « cette tristesse qui fait peur ». Quête desens Sil’ex-couplea, ensurface, des réactions totalementopposées,lesdialoguesenvoixhors champ infirment cette impression. Christophe et Irène viventlamême chose, ressentent les mêmes émotions,se sont tous deux retirés du monde, sans pour autant être parvenus àalléger cette douleur innommable. La morgue. Les restes du squelette d’Hugo, ce crâne si petit.Les pompes funèbres,le choix de l’urne, de ce qu’il faut en faire, de la cérémonie de commémoration… l’épreuve, non pas de la réalisation de la mort de leur fils,mais du rappel de leur peine et de l’absence du garçonnet. Puis,lejaillissementdelavie. Cette main d’Irène qui prend celle de Christophe. Irène qui retrouve un désir absent depuis 10 ans et qui se jette sur sonex., Christophe qui al’envie –illusoire et nécessairement secrète-de lui faire un enfant, un autre. Le même ? Puis Antonin (Antoine L’Écuyer), ancien ami d’Hugo, vientleur porter une lettre écritepar le garçon il yades années.Antonin qui les entraînedansunconcertderock, où ils dansent et sourient. « Pendant10ans,j’aiété le pèred’unenfantinvisible », confieChristophe. Est-cepour cela qu’Irène et Christophe continuentdevivre ? Pour, non pas préserver la mémoire d’Hugo, mais pour vivre à sa place ? Àchacun son interprétation Le spectateur resteentièrement libre de son interprétation de Chorus ainsi que l’a souhaité François Delisle. Avec ce long métrage, ce cinéaste d’exception livre avec une subtilitégrandiose, l’un desraresfilmsquiexplorentle deuil dans toute sa subtilité et saréalité. Sanscontesteundes meilleursfilmsquébécois,soutenu par des acteurs, dont les prestationsilluminentl’écran, Chorus estinoubliable. 4,5/5
AD{JM011908096} Droitsd’adaptation : LesÉditionsAlbertRené. 2014lesÉditionsAlbertRené/Goscinny–Uderzo 2014, M6Studio, Belvision, M6FilmsetSNC, tousdroitsréservés. W7 6-8 mars 2015 Une nuit pour survivre Un gangster rarapé par son passé Dans Une nuit pour survivre, réalisé par Jaume Collet-Serrat, Liam Neeson se bat pour sauver son fils ! – Isabelle Hontebeyrie, Agence QMI Ed Harris,Vincent D’Onofrio et Joel Kinnaman sont les vedettesdecefilm gangsters, qui arrivedans les salles la semaine prochaine. Jimmy Conlon (Liam Neeson) est un tueur à gages qui adéjà connu des jours meilleurs. Ami de Shawn Maguire(Ed Harris), un patron de la pègre, Jimmyest hanté par ses crimes passés et toujours poursuivi par un flic, John Harding, retors (VincentD’Onofrio). Quand Mike(Joel Kinnaman) devientune cible, Jimmydoit enfin choisir, enune nuit, entre sa vraie famille et celle qu’il s’est construite pendant des années de crime. Univers Le scénario,écrit par Brad Ingelsby (Au cœur du brasier), se déroule dans le milieu de la mafia, quelque chose à laquelle tenait l’auteur. « C’est un monde qui m’a toujours intéressé,surtout du point de vue du chemin parcouru, quand les choix faits par ces mecs plus jeunes les rattrapent. » « C’était une dynamique intéressante de décrire quelqu’unqui adéjà étépuissant et qui, maintenant, n’est plus dans cette position, même s’il gravite en périphérie de ce monde. Du coup,les gens qui avaientpeur de lui ne le prennent plus au sérieux et se moquentdelui », » Dans Une nuit pour survivre, Jimmy n’a que quelques heures pour tenter de raraper l’une des grandes erreurs de sa vie : celle de ne jamais avoir été présent pour son fils, Mike –Isabelle Hontebeyrie, Agence QMI dit le scénaristedupersonnage interprété par Liam Neeson. Un survivant en déroute Pour l’acteur,Jimmy est « un survivant. Il atoujours pu faire ce que les autres étaient incapables de faire, il a donc fait le sale boulot.[…] Le détective Harding ne fait pas que représenter l’ordre et la justice, mais également la conscience de Jimmy. Ce dernier est hanté par les personnes qu’il atuées,ilvoit leurs visages et veut se libérer decepoids. Laseule chose qu’il faut, c’est qu’il passe à travers cette nuit. » Car, dans Unenuit pour survivre, Jimmy n’a que quelques heures pour tenter de rattraper l’une des grandes erreurs de sa vie : celle de ne jamais avoir été présent pour sonfils,Mike. Comme l’explique Joel Kinnaman, le fils « est réticent, au départ, àl’idée d’accepter l’aide de sonpèreenraison des sentiments qu’il éprouve àson égard. Mais,peu àpeu, il PASDERELÂCHE POUR LES ROMAINS ! devient évident qu’il est le seul à pouvoir l’aider.Leur collaboration est donc forcée. » Renouer les liens Pour le réalisateur, qui a tourné de nouveau avec Liam Neeson après Hors de moi (2011) et Sans arrêt (2014), « si cette nuit ne se produisait pas, Mikeneserait pas complet. Cette nuit doit arriver afin qu’il puisse renouer des liens avec sonpèreet, en conséquence, devenir le meilleur pèrepossible. » Puisque l’intrigue du long métrage se déroule le temps d’une nuit,l’équipe de productionadûtournerlesscènesextérieures à la tombée du jour. Comme le souligne le producteur Michael Tadross, « nous avons tourné pendant 48 nuits. ÀNewYork. Enplein hiver. » Même en tournant àdes heures indues, l’équipe ne pouvait obtenir un plein accès au métro de New York, constammentenfonction. Une nuit pour survivre fait monter la tension dans les salles obscures dès le 13 mars. PHOTOSCOURTOISIE Création graphique : 2014,SND,tous droits réservés.Crédits non contractuels. Impression : France Affiches RCS 330543042 FIER PARTENAIRE PRESENTEMENT AL, AFFICHE ! FACEBOOK.COM/ASTERIXDDD JM011908096



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :