20 Minutes France n°2018 1er avr 2011
20 Minutes France n°2018 1er avr 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2018 de 1er avr 2011

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (235 x 305) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6,6 Mo

  • Dans ce numéro : Des primaires qui font PSchiit

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
DAMOURETTE/SIPA 28 SPORT LIGUE 1 Chaque président de club aune politique différente sur la question DES PRIMES EN OPTION Louis Nicollin fait partie des présidents généreux, Robin Leproux est plus regardant, Olivier Sadran très économe. ROMAIN SCOTTO ET LES RÉDACTIONS LOCALES Il y a d’abord des chants, des cris de ralliement, des joueurs qui dansent sur les tables. Puis le président débarque, bravant l’atmosphère de hammam. Dans l’euphorie de la victoire, les joueurs savent toujours accueillir le patron : « La double ! La double ! » ou « la triple ! » sont devenus les refrains classiques des après-matchs de Ligue1. Certains présidents ont l’habitude de répondre favorablement à la demande de primes. D’autres beaucoup moins… G Les généreux. Pour eux, il est normal de récompenser leurs joueurs après une belle victoire. Louis Nicollin est l’exemple type du bienfaiteur instinctif. Cette saison, Loulou a « triplé la prime » face à Lille. Il a aussi payé sa rallonge après la qualification en finale de la Coupe de la Ligue face à Paris. Le Nancéien Jacques Rousselot se classe aussi dans cette catégorie. A Marseille, où la prime de victoire tourne autour de 2 500 €, Jean-Claude Dassier pioche également dans le porte-monnaie. « Cela fait plaisir aux joueurs, expliquait-il après la victoire à Nancy. Il faut considérer ce geste comme un signe de solidarité forte et d’encouragement. » Quitte à ne pas respecter les recommandations de Margarita Louis- Dreyfus, qui prône plus de rigueur. G Les modérés. Pour la plupart de ces présidents, les primes de victoire sont définies en début de saison. Et ils ne concèdent pas facilement des rallonges. C’est le cas des clubs où la masse salariale est élevée et dont les JACQUES ROUSSELOT Président de l’AS Nancy-Lorraine. Quelle est la politique nancéienne en matière de primes de victoire ? Il y aune réunion en début de saison entre le capitaine [Bracigliano], deux joueurs et la direction pour mettre en place dans le règlement intérieur les primes de victoire et de match nul. On se voit à plusieurs reprises. Ils font part primes sont indexées sur les séries de résultats positifs comme à Bordeaux, Lyon, Rennes ou Paris. A Lille, « on double quand il y a des performances qui sortent de l’ordinaire », indique le directeur général du club. Cela avait été le cas à Marseille, mais la démarche reste très ponctuelle. des discussions à leurs collègues. Quelques fois, ça grince un peu, donc on se revoit. Qu’est-ce qui définit vos élans de générosité ? Pour moi, il est de bon ton de les récompenser d’une double ou triple après une victoire. Pas systématiquement. Je le fais au feeling. En fonction du contexte, de l’adversaire, et d’autres critères. VENDREDI 1 ER AVRIL 2011 G Les économes. Avec eux, gagner fait partie du métier. La politique de primes est très restrictive. « Les doubles primes ? Ce n’est pas du tout la politique du club, explique l’entraîneur toulousain Alain Casanova. Lorsqu’un match est bien négocié et gagné, on a simplement fait notre travail, Ça donne aussi une mauvaise image vis-à-vis des gens qui ont peu de moyens. » Cette rigueur concerne aussi les clubs où il n’est pas possible de faire des folies comme à Valenciennes, Nice, Sochaux ou Arles- Avignon. Récompensés à hauteur de 800 € (prime doublée) après leur unique victoire face à Caen, les Sudistes n’ont plus eu depuis l’occasion de demander « La double ! ». Pour faire pression sur son président, il faut déjà gagner. W « Ça peut paraître déplacé ou même indécent » B. BISSON/JDD/SIPA A. GELEBART/20 MINUTES EN LIGUE 1 29 e JOURNÉE Demain : Toulouse-Montpellier, PSG-Lorient, Sochaux-Brest, Arles-Avignon-Monaco, Rennes-Auxerre, Lille-Caen, Nancy-Bordeaux, Dimanche : Lens-Marseille, Nice-Lyon, Saint-Etienne-Valenciennes CLASSEMENT Pts Diff. 1 Lille 55 22 2 Marseille 51 17 3 Rennes 50 11 4 Lyon 49 21 5 PSG 45 12 6 Saint-Etienne 39 2 7 Montpellier 39 -6 8 Bordeaux 38 3 9 Lorient 38 1 10 Toulouse 37 -1 11 Sochaux 35 5 12 Brest 35 -4 13 Caen 35 -7 14 Nancy 35 -11 15 Nice 34 -9 16 Valenciennes 33 2 17 Auxerre 32 -2 18 Monaco 29 -3 19 Lens 28 -14 20 Arles-Avignon 12 -39 ON JOUE LE MATCH ce soir, de 20 h à 23 h L’émission sur les pronostics sportifs animée par Christophe Pacaud et Lionel Rosso, avec Alexandre Pedrode 20 Minutes. C’est variable d’une année sur l’autre. La saison dernière, on était sur des primes de victoires de 3 000, 3 500 €. Cette année, c’est plus modeste. Vous comprenez que cela puisse choquer des supporters ? C’est vrai que ça paraît déplacé, quelquefois même indécent. Mais c’est une pratique du sport de haut niveau. W RECUEILLI PAR R. S.
VENDREDI 1 ER AVRIL 2011 SPORT 29 CYCLISME Le Tour des Flandres, qui a lieu dimanche, ne fait pas partie de la culture française LES FRANÇAIS N’ONT PAS LE PIED FLANDRIEN ANTOINE MAES Un petit coup d’œil sur le palmarès suffit pour comprendre : en 94 éditions, le Tour des Flandres ne s’est offert qu’à trois reprises aux Français (Bobet en 1955, Forestier en 1956, Durand en 1992). Et dimanche, de Bruges à Meerbeke, il y a encore une fois assez peu de chances qu’un Tricolore triomphe des monts flamands. Tout pour le Tour C’est tout sauf un hasard. « Un gars de chez nous, il arrive à l’hôtel, il voit la pluie qui tombe à l’horizontale par la fenêtre, il se dit : « Belgique de merde ! » et il n’a qu’une envie, c’est de COMBINÉ NORDIQUE/JASON LAMY-CHAPPUIS « Il y a bien plus d’engouement » Un deuxième globe de Coupe du monde, une médaille d’or aux Mondiaux en combiné nordique. Dans la foulée de son titre olympique, en 2010, Jason Lamy-Chappuis a encore bouclé une saison réussie. Quel bilan tirez-vous de cette saison ? Vos résultats vont-ils au-delà de vos espérances ? On ne peut pas dire que c’est une saison ratée… J’avais un peu plus de doutes cette année que les précédentes. J’étais le favori. Avec un été un peu mouvementé à cause de toutes les sollicitations médiatiques. Et puis, dès la première course, je gagne, je m’installe dans une spirale de confiance. Sentez-vous que l’intérêt pour votre sport a encore grandi cette année ? Depuis ce 14 février 2010 [date de son titre olympique], ça a vraiment basculé. Je sens que les gens parlent plus de combiné nordique. Les résultats sont là, donc ça continue. Il y a eu beaucoup plus d’engouement cette année. Même en dehors de ma région. Un jour, en embarquant dans un avion, un gars m’a reconnu sans casque et lunettes. rentrer chez lui », raconte Frédéric Moncassin, le dernier Français à avoir accroché un podium, en 1997. En clair, il faut aimer le Ronde van Vlaanderen pour espérer y gagner. C’est bien le problème en France, où l’immense majorité des coureurs misent toute leur saison sur le Tour de France, « alors qu’on n’y est pas franchement bons non plus. Moi, j’habite dans les Pyrénées, et le Tour des Flandres, c’est à la limite du monde connu. On n’est pas éduqué à ce genre de course », poursuit Frédéric Moncassin. Le profil type des derniers vainqueurs n’existe pas dans le peloton français. « Quand on regarde la moyenne d’âge desM. SCHRADER/AP/SIPA Vous êtes aussi champion de France de saut à skis, peut-on vous voir en Coupe du monde la saison prochaine ? Pourquoi pas si j’ai des trous dans la saison. Ce serait sympa de participer aux étapes de la Tournée des quatre tremplins. Ou faire du vol à skis. Mais ma priorité va au combiné nordique. W RECUEILLI PAR ROMAIN SCOTTO F. LENOIR/REUTERS Le Français Jason Lamy-Chappuis. Une foule compacte se masse tout au long des 18 monts du Tour des Flandres. derniers vainqueurs, ils sont tous très expérimentés », remarque Jacky Durand, le dernier vainqueur tricolore, en 1992. « Il faut aussi être très fort physiquement. Et aussi tactiquement. En fait, il faut être vachement complet », s’enflamme Moncassin. Et aimer passer sa journée à se bagarrer pour se placer. Tout en affrontant une foule compacte de supporters flamands tout au long des 18 monts qui jalonnent l’épreuve la plus difficile du monde, avec Paris-Roubaix. W dimanche sur W LIVE Suivez dimanche en live le Tour des Flandres, à partir de 15 h 30.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :