20 Minutes France n°2018 1er avr 2011
20 Minutes France n°2018 1er avr 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2018 de 1er avr 2011

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (235 x 305) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6,6 Mo

  • Dans ce numéro : Des primaires qui font PSchiit

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
12 CAHIER VERT Les Français pour le local Les enjeux environnementaux planétaires suscitent de moins en moins d’intérêt de la part des Français. C’est l’un des grands enseignements de l’édition 2011 du baromètre annuel Ethicity sur « Les Français et la consommation durable », présenté hier au ministère de l’Ecologie. Pour la première fois depuis la création de ce baromètre il y a sept ans, moins d’un Français sur deux (49%) se dit « très sensible » à ces enjeux sur la planète. Ils étaient 62% à répondre favorablement à cette question en 2006. Aujourd’hui, 51% des Français privilégient la consommation locale. Ils lui font davantage confiance pour trouver des produits de qualité, 63% des Français plaçant la santé et celle de leurs proches dans leurs trois premières préoccupations. Pour Ethicity, « cette montée de l’individualisation » n’est « pas forcément une mauvaise nouvelle, à condition qu’elle crée des réseaux locaux ». WM.B ROMAIN GOULOUMÈS C’est comme ça chaque année depuis 2003. Entre le 1 er et le 7 avril, la France parle économie d’énergie, mange bio, consomme responsable. Lors de la désormais traditionnelle semaine du développement durable, le ministère du même nom convie associations, collectivités et établissements scolaires à promouvoir la cause de la planète sous toutes ses formes. Pas moins de trois mille manifestations, conférences et visites sont prévues cette année dans tout le pays. Leur objectif : expliquer le développement durable au grand public, le sensibiliser à ses enjeux. Une approche ludique A l’instar de la chasse au trésor pour petits écocitoyens organisée aux Buttes-Chaumont à Paris le 6 avril, ou des distributions de composteurs en Guadeloupe, les animations sont destinées autant aux familles qu’aux seuls adultes. « Le développement durable c’est chaque jour plus concret », veut démontrer le ministère. Le salon Planète Durable, ouvert hier et pour quatre jours porte de Versailles à Paris, est là pour le VENDREDI 1 ER AVRIL 2011 PLANÈTE La 9 e Semaine du développement durable a lieu jusqu’au 7 avril UNE SEMAINE POUR DEVENIR UN PARFAIT ÉCOCITOYEN WITT/SIPA Et si vous passiez au chauffage vert ? W DÉBATS POUR TOUS Les 2 et 3 avril, l’Université de la Terre propose une dizaine de débats au siège de l’Unesco (Paris). Représentants de l’écologie et de l’économie (dont la ministre Nathalie Kosciusko-Morizet) seront présents. Nouveauté : programme spécial enfants-ados. prouver. L’édition 2011 a pour thème les innovations sur les produits du quotidien. En passant par la basket fabriquée en matériaux de récupération, par les cosmétiques bio, sans oublier la coque en bois pour iPhone, les 35 000 visiteurs attendus au salon risquent d’apprécier ces initiatives éco-responsables. Mais rien ne dispense d’adopter des gestes simples, comme le tri sélectif, le covoiturage… En 2050, la planète devrait compter neuf milliards d’individus, soit autant de consommateurs. W
VENDREDI 1 ER AVRIL 2011 CAHIER VERT 13 MODE La griffe de prêt-à-porter féminin bio Ekyog fait de plus en plus d’adeptes dans l’Hexagone LE VÊTEMENT BIO À LA POINTE DE LA MODE HÉLÈNE DUVIGNEAU Concevoir des vêtements éthiques et bio tout en évitant la ringardise, tel est l’objectif d’Ekyog. Créée en 2004 par Nathalie et Louis-Marie Vautier, un couple de Bretons, la marque s’est fait une place dans l’univers encore discret de la mode éthique. Positionnée sur le moyen haut de gamme, Ekyog regroupe aujourd’hui quarante-cinq boutiques, et réalise 13 millions d’euros de chiffre d’affaire. Un marché inexploré A l’origine, c’est Nathalie, ingénieure textile de formation, qui a eu cette idée à force de visiter des usines textiles polluantes partout dans le monde. « A l’époque, on parlait peu de bio, et encore moins de coton bio. Il n’y avait pas non plus d’outil de production en mesure de fabriquer des textiles écologiques. Nous partions vraiment de zéro ! », se souvient Louis-Marie. Monter l’ensemble de la filière a nécessité plusieurs années de préparation et pas mal de déplacements. Il s’agissait non seulement de concevoir des vêtements en matière écologique, certifiés sans pesticides, engrais chimiques et OGM, mais aussi de faire en sorte que la fabrication obéisse de A à Z à des critères éthiques. Pour s’approvisionner, la PME a choisi de traiter directement Louis-Marie et Nathalie Vautier ont lancé la marque Ekyog en 2004 en véritables pionniers. avec des producteurs situés en Inde et à Madagascar. Les vêtements sont fabriqués, autant que possible, là où se trouve la matière première et chacune des étapes, de la transformation à la finition, est systématiquement passée à la loupe éthique. W W LA MODE ÉTHIQUE Elle intègre les principes du développement durable (coton bio, matières recyclées, économies d’eau, d’énergie) et ceux du commerce équitable (juste prix pour les producteurs). En France, elle ne représente que 1% du chiffre d’affaires du secteur de la mode. Selon l’IFM (Institut français de la Mode), 20% des Français ont déjà acheté un vêtement éthique.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :