20 Minutes France n°2016 30 mar 2011
20 Minutes France n°2016 30 mar 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016 de 30 mar 2011

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (235 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : Hou-hou... Ségolène

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 SPORT FOOTBALL La génération 1988-1989 termine son parcours avec plein d’espoirs Un joli cadeau d’adieu. Pour son dernier match avec l’équipe de France Espoirs, la génération 1988-1989 a offert une dernière victoire à son entraîneur Erick Mombaerts face à la République tchèque (0-1), hier après-midi à Olomouc. Exit donc les Moussa Sissoko, Jérémy Pied ou Marvin Martin, trop âgés pour participer avec les Bleuets à la prochaine campagne de qualification à l’Euro 2013. Place aux (encore plus) jeunes ! Conscient que cette équipe de France Espoirs avait atteint ses limites en manquant la qualification à l’Euro (l’été prochain), Erick Mombaerts a décidé de procéder à une transition en douceur. Des gamins de 17 à 20 ans, comme le Lensois Raphaël Varane ou le Montpelliérain Benjamin Stambouli ont ainsi intégré un groupe qui s’est, coup sur coup, imposé face aux Espagnols (3-2) et donc aux Tchèques, deux des grands favoris du prochain Euro. De quoi laisser pas mal de regrets à une génération dont le rêve reste inabouti, mais aussi donner beaucoup d’ambition à celle qui va prendre la relève. W B. V. MERCREDI 30 MARS 2011 FOOTBALL L’équipe de France a livré un match insipide hier soir contre la Croatie (0-0) LES BLEUS NOUS ONT BIEN FAIT MARINER ANTOINE MAES La cerise sera pour plus tard. Après une semaine à deux matchs, qui aura vu l’équipe de France remporter le plus important des deux au Luxembourg (0-2), les Bleus ont calé contre la Croatie (0-0), hier soir au Stade de France. C’était le moment de prouver qu’en plus de gagner, Laurent Blanc avait aussi réappris à sa sélection l’art de la séduction. Du match d’hier soir, l’histoire retiendra surtout qu’Alou Diarra a été le premier capitaine en marinière. Car il ne suffit pas de porter une tenue de moussaillon pour déclencher des abordages toutes les trois minutes. Le Stade de France a donc souvent vogué sur l’ennui, se réveillant de temps à Franck Ribéry est entré à l’heure de jeu sur la pelouse, conspué par un virage, acclamé par l’autre. autre pour une bonne bourrasque. Le plus gros avis de tempête sur les cages de Lloris : un face-à-face avec Perisic, sauvé par le gardien lyonnais (42 e) . Côté français, la canonnière Benzema s’est enraillée après une offrande de Ménez (37 e) . A la pause, les travées du Stade de France ont alors vu Franck Ribéry partir s’échauffer. Tout le monde l’attendait, au moins autant pour le siffler que pour faire bouger les lignes. Avant le J. NAEGELEN/REUTERS Samir Nasri et ses coéquipiers ont étrenné hier soir leur nouveau maillot marinière face aux Croates. match, lui et Patrice Evra n’ont pas été livré à la vindicte populaire. D’abord parce que comme prévu, ils sont allés s’asseoir sur le banc au coup d’envoi. Mais aussi parce que l’écran géant dyonisien a eu un gros coup de pompe, bizarrement, au moment de faire défiler les trombines des remplaçants. Le Boulonnais est donc entré, à la place de Florent Malouda, après une heure de jeu. Conspué par un virage, et acclamé par l’autre. Comme si la cicatrice qui lui barre le visage coupait aussi la France en deux. Son offrande pour Rémy (85 e) aurait dû le réconcilier avec ses détracteurs, mais le Marseillais a gâché le cadeau. Pour Franck Ribéry, comme pour l’équipe de France, plaire en marinière est remis à plus tard. W Retrouvez toutes les réactions d’après-match secondes 20 W AUTRES MATCHS Dans le groupe de la France, la Roumanie a dominé hier soir le Luxembourg (3-1). Sa première victoire des éliminatoires grâce notamment à un doublé d’Adrian Mutu. Il y avait aussi d’autres amicaux : l’Italie a battu l’Ukraine (0-2) et l’Australie a surpassé l’Allemagne (1-2). TENNIS Gachassin recadre sèchement Bartoli Le président de la fédération française (FFT), Jean Gachassin, a confirmé que le torchon brûlait entre Marion Bartoli et la FFT. « Il y a des règles [en équipe de France]. Et il faut les respecter. Les règles ont d’ailleurs été aménagées pour Marion. Mais elle n’accepte pas ces règles. Marion va avoir un gros problème. » Monfils encore victime de Dolgopolov Deux jours de match n’ont pas suffi à Jo-Wilfried Tsonga pour battre Alexandr Dolgopolov (7-6, 4-6, 5-7) au troisième tour du tournoi de Miami. L’Ukrainien l’avait déjà dominé à Melbourne. RUBGY Un ailier All Black à Clermont L’international néo-zélandais Sitiveni Sivivatu (28 ans) a signé pour deux ans avec le champion de France Clermont. L’ailier d’origine fidjienne a inscrit 27 essais en 43 tests-matchs.
G. ALISTAIR/AP/SIPA MERCREDI 30 MARS 2011 SPORT 23 HANDBALL Le capitaine des Bleus a décidé de rentrer jouer en France, à Toulouse FERNANDEZ, UN EXPERT QUI VA COMPTER ANTOINE MAES Même à 34 ans, Jérôme Fernandez fait encore des envieux. Le capitaine de l’équipe de France, courtisé par les clubs de Nantes et Dunkerque, s’est engagé avec Toulouse, sous réserve que la Ligue accepte son statut de joker médical. Plus qu’un renfort sportif évident pour l’avant-dernier de la LNH, c’est surtout un signal fort pour un championnat qui souffre de la comparaison en termes de notoriété avec celle des Experts. « C’est très positif. Derrière la locomotive bleue, les wagons doivent se raccrocher », explique Philippe Bana, le directeur technique tricolore. Pour les clubs, c’est un énorme coup de boost. « On franchirait un cap dans l’ambition avec un joueur de ce calibre », expliquait le coach dunkerquois Yérime Sylla quand il espérait rapatrier l’arrière gauche des Bleus dans le Nord. Dans la Ville rose, outre l’influence de Claude Onesta, resté très proche du club, la logique est la même. Un exemple pour d’autres ? Le joueur y trouve aussi évidemment son compte. Même si le choix sportif peut paraître discutable, alors que Fernandez a en point de mire les JO 2012. « Des gens comme Fernandez sont accomplis, avec une grosse CYCLISME Grégory Baugé sur la piste de ses dernières imperfections Grégory Baugé est champion du monde de la vitesse pour la troisième fois. expérience. Et les Jeux ne sont que dans douze mois », relativise Philippe Bana. Le DTN français voit même plus loin, et imagine le signal envoyé aux jeunes joueurs impatients qui veulent quitter rapidement la France. « Ça peut leur donner des idées. Une façon de leur dire que si partir jeune était le bon chemin il y a dix ans, ce n’est peut-être plus le cas aujourd’hui », espère Philippe Bana. Un parcours à l’image de celui de Xavier Barachet, qui ne rejoindra Ciudad Real qu’en 2012. W W UN DEVOIR ENVERS LE HAND FRANÇAIS « Ça me tenait à cœur de finir ma carrière en France, et de pouvoir rendre au handball français tout ce qu’il avait pu m’apporter avec l’équipe de France », a expliqué Jérôme Fernandez hier au « Grand Forum » sur Infosport. J.-P. THOMAS/ICON SPORT « Greg en a sous la semelle, il doit tendre vers la perfection. » Jérôme Fernandez évoluait jusque-là à Kiel (Allemagne). Il a tout pour être heureux. Reparti de la petite bourgade d’Apeldoorn, aux Pays-Bas, avec sous le bras deux nouveaux titres de champion du monde de vitesse, individuel et collectif, Grégory Baugé a prouvé qu’à 26 ans, il est sans conteste le patron de la discipline. Mais le Cristolien ne s’en satisfait pas. « Ce championnat du monde n’est qu’une étape vers les Jeux de Londres, explique-t-il. J’ai fait quelques erreurs tactiques que je dois absolument gommer. » Son entraîneur, Florian Rousseau, qui admet que son poulain est « difficilement prenable », n’en reste pas moins tout aussi sage. « Il aune vraie marge de progression, juge l’ancien [lui aussi] champion du monde. Greg en a sous la semelle, il doit tendre vers la perfection. » Une prudence qui confine à l’inquiétude. Encore traumatisé par l’échec de Pékin, où la délégation française avait fait chou blanc, Baugé estime que l’équipe de France ne met pas tous les moyens en œuvre pour briller à Londres. « Nous sommes moins pros que les Britanniques dans la préparation, assène-t-il. Je le répète depuis Pékin. Ceux qui sont chargés de nos performances doivent s’y mettre à fond. Que ce soit au niveau du matériel, des équipements, des stages ou des voyages à l’étranger, il faut des améliorations. » On a forcément plus de chances d’être entendu avec trois médailles d’or autour du cou. W BERTRAND VOLPILHAC W ROUSSEAU NE CRAINT PAS LES ANGLAIS « Les Anglais ont énormément de budget et pourtant, ils n’étaient pas devant nous à ces championnats du monde. Ce n’est pas la course aux dollars, tempère Florian Rousseau. Ce sont les athlètes qui font les performances. Il y a des choses à améliorer, mais la fédération fait le maximum pour que les athlètes puissent réussir. »



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :