20 Minutes France n°2014 28 mar 2011
20 Minutes France n°2014 28 mar 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2014 de 28 mar 2011

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (235 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : L'UMP se plante, le FN s'implante

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 FRANCE réactions FRANÇOIS FILLON Premier ministre « Le score du Front national démontre que le vote protestataire ne doit pas être sous-estimé et banalisé. Ce parti doit être combattu. Le très faible nombre de ses élus démontre cependant qu’une grande majorité de citoyens refuse les solutions extrémistes. » SÉGOLÈNE ROYAL Présidente (PS) de la région Poitou-Charentes « Il faut avoir le courage de retenir que le premier parti de ces élections cantonales, c’est l’abstention. Aucun démocrate ne peut s’en réjouir. Les citoyens se sentent vraiment dépossédés. Ils expriment une fatigue profonde à l’égard des méthodes politiques, inefficaces et injustes. » PATRICK BASSOT Premier élu FN au canton de Carpentras-Nord « J’ai été élu parce que je suis près du peuple. Les gens ont compris qu’il fallait faire tomber la gauche caviar qu’on avait dans le canton. J’ai vécu une campagne très dure, des membres d’une association de gauche ont manifesté contre moi. Si le FN était si mauvais, la République n’aurait pas permis qu’on soit un parti. » NICOLAS DUPONT-AIGNAN Président de Debout la République « Nicolas Sarkozy et François Fillon viennent de subir leur troisième défaite en autant d’élections : ils ne sont plus en mesure de représenter la droite en 2012. Les résultats sont clairs : l‘UMP s’effondre, mais le PS et la gauche ne l’emportent que timidement, par défaut. » W RETROUVEZ SUR G Tous les résultats. G Les scores définitifs de chaque parti. G Toute la matinée, les réactions des leaders des principaux partis. G L’analyse du politologue Stéphane Rozès. G A suivre, les négociations en vue du de l’élection du président du conseil général, le 31 mars. P. FAYOLLE/SIPA VINCENT VANTIGHEM Il n’y aura finalement eu ni vague rose, ni vague bleue Marine. Mais en recueillant un peu plus de 19% des voix, l’UMP s’affiche comme le perdant des élections cantonales. Le PS est, en effet, arrivé en tête avec plus de 36% des voix, le Front national atteignant, de son côté, environ 11% (lire encadré). Copé est « un peu déçu » « Les Français nous ont fait confiance et ont ouvert la voie au changement, a réagi Martine Aubry, la première secrétaire du PS. J’accueille cette victoire avec humilité. » Car elle n’est néanmoins pas aussi éclatante que prévu. Si la gauche a conquis les Pyrénées-Atlantiques ou le Jura, elle a, semble-t-il, aussi perdu le Val-d’Oise et laissé passer sa chance dans la Sarthe, le fief de François Fillon. « Oui, on peut être un peu déçus, nuançait Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP. Mais le PS est loin du compte des dix départements qu’il comptait faire basculer. » Au final, personne ne sort véritablement vainqueur de ce scrutin. Pas même le Front national qui, auréolé de son score du premier tour, comptait pour la première fois de son histoire installer dix de ses membres dans les assemblées départementales. Pari perdu : seuls deux élus FN sortaient vainqueurs des urnes à l’heure où nous bouclions cette édition. Avec 56% d’abstention, ces cantonales ne capteront pas l’attention très longtemps. Hier soir, les bulles de champagne n’étaient pas encore éclatées que les états-majors se projetaient LUNDI 28 MARS 2011 SECOND TOUR Avec environ 19% des voix, l’UMP est le perdant d’hier 2012 DANS TOUTES LES TÊTES W DES RÉSULTATS À ANALYSER AVEC PRUDENCE Selon le dernier décompte partiel du ministère de l’Intérieur, le PS recueillerait 36,37% des voix, devant l’UMP (19,09%) , le FN (11,38%) , les divers droite (10,27%) , les divers gauche (5,24%) et l’extrême gauche (4,73%) . Des scores à analyser avec prudence, les partis n’étant pas présent dans tous les cantons au second tour. Le FN n’était ainsi qualifié que dans 399 des 2 029 cantons renouvelables lors de ce scrutin. François Hollande. CANTONALES 2011 LA NOUVELLE CARTE DES DÉPARTEMENTS FRANÇAIS Il avait fait de cette élection un tremplin vers sa candidature aux primaires socialistes. En prenant un siège supplémentaire à la droite, François Hollande a permis à la gauche de conserver le département de Corrèze. « Sans me précipiter » Sur cette terre qui a déjà abrité les ambitions d’un président de la V e République – Jacques Chirac –, il peut maintenant regarder plus haut. « La décision de me présenter aux primaires du Parti socialiste va venir, je vais la prendre sans me précipiter, mais sans tergiverser », a-t-il déjà vers la présidentielle. « Il faut désormais penser au rassemblement », confiait ainsi la secrétaire d’Etat Marie- Anne Montchamp au siège de l’UMP. « On a intérêt à s’y mettre ! », lâchait même Rachida Dati. Certes, le Front national a confirmé sa difficulté dans les élections uninominales à deux tours, mais la menace est aux portes de l’UMP. Hier soir, un sondage Ipsos pour France Télévisions donnait Nicolas Sarkozy battu au premier tour par tous les prétendants socialistes, à l’exception de Ségolène Royal. Marine Le Pen serait, elle, qualifiée dans tous les cas de figure. W Hollande met le cap sur les primaires expliqué, hier, sur France 2. Plus personne ne doute pourtant de sa candidature. L’ex-premier secrétaire, qui s’est énormément investi dans cette campagne des cantonales, multiplie les déclarations en ce sens depuis des semaines. Il a également confirmé ses ambitions à Dominique Strauss-Kahn, lors d’une rencontre en février. Avec son équipe, François Hollande réfléchit à la forme que prendra son annonce de candidature aux primaires. Il pourrait s’exprimer devant la presse, jeudi, lors de sa réélection à la tête de la présidence du conseil général. W MATTHIEU GOAR
LUNDI 28 MARS 2011 FRANCE 5 EXTRÊME DROITE Le Front national aura au moins deux élus POUR MARINE LE PEN, LE VERRE EST À MOITIÉ VIDE ALEXANDRE SULZER La flamme du FN ne s’est pas éteinte hier au second tour des élections cantonales, mais elle n’a pas non plus embrasé la France entière. Avec, à 23h, deux candidats élus conseillers généraux (lire encadré), Marine Le Pen réussit son pari d’entrer dans les assemblées départementales, mais à la marge seulement, puisque son parti se maintenait dans près de 400 cantons. Le FN espérait en réalité une dizaine d’élus. Parmi les déçus, Louis Aliot, le compagnon de Marine Le Pen, qui était en ballottage très favorable à Perpignan ou SteeveBriois dans les terres marinistes d’Hénin-Beaumont (lire ci-contre). Un parti pas comme les autres « Même si le FN se désenclave, une majorité de Français considèrent toujours que ce n’est pas un parti comme les autres, analyse Jérôme Sainte-M. LIBERT/20 MINUTES CANTONALES 2011 La présidente du FN votait hier à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). Marie, chef du département politique de CSA. Son résultat n’est pas ébouriffant. Il l’emporte à Carpentras et Brignoles, dans des zones pavillonnaires de la petite bourgeoisie radicalisée. Il ne s’est W REPORTS DE VOIX Dans les duels FN-PS ou FN-UMP, le FN aurait indifféremment progressé de 10 à 15% entre le premier et le second tour, affirmait-on hier soir au QG de l’UMP. Pour Claude Goasguen, député de la majorité, « ce n’est pas la révolution ». pas imposé dans les zones ouvrières du Nord-Pas-de-Calais ou de Moselle. La feuille de route du FN, certes en pleine forme, n’est qu’à moitié remplie. » « La porosité entre FN et droite parlementaire dans certains cantons du sud de la France n’est pas une grande nouveauté », confirme Jean-Yves Camus, politologue et spécialiste de l’extrême droite. Hier soir, Marine Le Pen se voulait triomphante : « Encore quelques coups de boutoir pour que le système UMPS s’effondre. » W 20 secondes LES GAGNANTS François Hollande, président PS du conseil général de Corrèze, conserve sa majorité et devrait donc se présenter aux primaires socialistes pour l’élection présidentielle. L’ancienne figure du Front national dans la région Paca Marie-Claude Bompard, membre de la Ligue du Sud, est réélue à Orange avec 56% des voix. Patrick Devedjian, président UMP sortant dans les Hauts-de-Seine, est réélu. LES PERDANTS Isabelle Balkany, en lice à Levallois (Hauts-de-Seine), est battue alors qu’elle visait la présidence du conseil général. A Lyon, l’ancien ministre UMP Dominique Perben perd son pari face au candidat Jean-Jacques David (DD), qui récolte 54% des voix. Dans le Pas-de-Calais, le secrétaire général du FN, SteeveBriois, s’incline avec 44,7% des voix face au socialiste sortant, Jean-Marie Picque.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :