20 Minutes France n°2014 28 mar 2011
20 Minutes France n°2014 28 mar 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2014 de 28 mar 2011

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (235 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : L'UMP se plante, le FN s'implante

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 ÉPARGNE Avec 1 300 milliards d’euros d’encours, l’assurance-vie fait figure de placement chéri des Français. Philippe Lequeux Sauvage, délégué de la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA), nous explique pourquoi. Pourquoi l’assurance-vie a la cote ? C’est un moyen de se constituer une épargne longue sécurisée. La fiscalité reste avantageuse. Elle permet enfin de transmettre son capital hors droits de succession à des personnes avec qui vous n’avez pas de lien de filiation. Quel intérêt pour la retraite ? Vous pouvez en faire ce que vous voulez. Les retraités s’en servent généralement comme d’une grosse tirelire, mais l’argent continue à travailler. L’intérêt par rapport au Perp, c’est la totale liberté d’utilisation. LUNDI 28 MARS 2011 ASSURANCE La fin de vie réserve parfois de très mauvaises surprises. Comment s’en prémunir ? TRÈS CHÈRE INDÉPENDANCE HÉLÈNE DUVIGNEAU Parmi les milliers de scénarios qu’on échafaude en vue de sa retraite, la dépendance est sans doute le moins séduisant. Pourtant, c’est celui qui demande le plus de préparation. La dépendance, c’est essentiellement le fait de « ne plus pouvoir accomplir des actes indispensables à la vie quotidienne », rappelle Gérard Ménéroud, directeur général adjoint de CNP Assurances. Elle intervient généralement dans les quatre à cinq dernières années de la « Pour obtenir une rente de 2 000 000 €, il faut détenir 600 000 € de capital constitutif. » vie. Difficile à supporter moralement, la dépendance a également un impact financier énorme dans bien des situations. En cas de dépendance lourde, ce coût peut dépasser le montant des pensions et des aides publiques réunies. « La prise en charge reste coûteuse, prévient Gérard Ménéroud. Elle peut grimper entre 2 000 et 3 000 € par mois selon le lieu de résidence et le choix d’un éventuel placement en maison médicalisée. » Or le niveau moyen des pensions de retraite s’élève à 1200 € par mois.C. HARTMANN/REUTERS Les aides financières ne solutionnenent pas tout, mais le nombre de personnes dépendantes devrait diminuer. Une aide en demi-teinte « Même si l’aide personnalisée à l’autonomie peut couvrir les besoins à hauteur de 1000 €, ce sont au final 500 à 1000 € qui restent à la charge de la personne », observe Lionel Tourtier, directeur général de l’Afpen. Or, selon ce spécialiste de l’épargne retraite, il reviendrait trop cher de financer la dépendance par la seule épargne, étant donné que, « pour obtenir une rente de 2 000 €, il faut 600 000 € de capital constitutif ». Il faut alors se tourner vers l’assurance. « Il est possible de s’assurer à l’approche de la soixantaine à raison d’un peu moins de1 € par jour, ce qui permet de bénéficier de services allant de 500 à 1000 € par mois », assure Gérard Ménéroud. Les mutuelles proposent par ailleurs leurs propres garanties dépendance. Les prévisions d’évolution de la dépendance ne sont pas aussi pessimistes qu’on pourrait le croire. Selon les dernières statistiques démographiques de l’Ined, l’augmentation de l’espérance de vie sans dépendance est en effet supérieure à l’augmentation de l’espérance de vie. Autrement dit, six Français sur sept âgés de 65 ans termineront leur vie sans dépendance lourde. Enfin une bonne nouvelle. W Une situation problématique pour l’Etat Le gouvernement a annoncé qu’il préparait une grande réforme concernant la prise en charge de la dépendance. Mais peut-il réellement en assurer seul le financement ? Plusieurs facteurs incitent à la prudence. A commencer par le recul du nombre d’aidants potentiels par personne âgée dépendante. Famille plus petite, éclatée, elle-même vieillissante… La solidarité familiale, qui a longtemps prévalu en la matière, s’effrite. La prise en charge des personnes âgées dépendantes incombe de plus en plus aux professionnels. Et coûte donc très cher. Ces dépenses reposent désormais sur les départements, via les allocations personnalisées d’autonomie (APA), qui soutiennent en grande partie les personnes âgées dépendantes. Insuffisamment compensées, elles grèvent assez lourdement les finances des départements. Chaque année, vingt-deux milliards d’euros sont dépensés pour financer la dépendance, et les projections tablent sur un besoin supplémentaire de dix milliards d’euros annuels d’ici à quinze ans. Dans un contexte de déficit budgétaire important et à moins d’un dopage de la croissance économique, on peut s’inquiéter quant à la capacité de l’Etat à financer seul ce surcoût. D’ailleurs, au regard de la teneur des débats actuels, le gouvernement semble envisager de faire peser une partie du financement sur un système assurantiel à la charge des personnes. W « L’assurance-vie, un outil pour l’épargne longue » Que devrait changer la réforme de la fiscalité du patrimoine ? Le gouvernement semble vouloir toucher à la fiscalité des intérêts de l’assurance-vie, mais nous avons répondu à la FFSA qu’augmenter de 1% le taux de prélèvement forfaitaire libératoire ne rapporterait que trente millions d’euros à l’Etat, ce qui est faible. Et cela risquerait d’entamer la confiance qu’ont les gens dans l’assurance-vie. W H. D.
LUNDI 28 MARS 2011 JEU VIDÉO 15 TOURNEZ MAGIE FANTASY À PETIT FEU « Dragon Age 2 », suite du jeu de rôles vendu à trois millions d’exemplaires. JOËL MÉTREAU Il arrive que les dragons manquent de souffle. « Dragon Age 2 », suite du jeu de rôle situé dans un univers d’héroic fantasy et plébiscité en 2009 ne parvient pas au niveau de l’épique épopée. Cette fois, on incarne Hawke, un(e) réfugié(e) – mage, guerrier ou voleur au choix –, qui commence par s’établir chez sa famille, dans la ville de Kirkwall, avant de tenter une ascension sociale. Le joueur enchaîne les quêtes dans des niveaux trop peu animés et construits comme des corridors. Sur PS3 et Xbox 360 (le jeu est aussi disponible sur PC), les commandes et l’inventaire ont été simplifiées par rapport au premier opus. Dommage que le scénario et les graphismes n’atteignent pas la magnificence d’un « Mass Effect 2 », autre jeu développé par le studio Bioware. Si bien qu’on ressent moins l’impression d’être immergé dans un jeu de rôle que dans un « hack’n’slash » de luxe, avec ses combats bourrins. Ces aspects finissent malgré tout par lui donner un charme désuet. « Dragon Age 2 » se parcourt sans déplaisir (une trentaine d’heures de jeu), mais on en attendait mieux. W 20 secondes PRIX « Heavy Rain » récompensé trois fois « Heavy Rain », le thriller interactif réalisé par le Français David Cage et son studio Quantic Dreams, a réalisé un joli triplé. Il a été récompensé de trois prix au Video Games Awards 2011 organisés par les Bafta britanniques : meilleure bande originale, meilleur scénario et meilleure innovation technique. VENTES « Dragon Quest IX » passe le cap des 5 millions « Dragon Quest IX : Les sentinelles du firmament » sur Nintendo DS s’est vendu à 5,3 millions d’exemplaires dans le monde fin 2010, a révélé hier son éditeur Square Enix. Ce qui en ferait le jeu de rôle le plus vendu de cette licence, qui s’est écoulée à 57 millions d’unités dans le monde depuis sa création au Japon en 1986. MODE LE BONHEUR DANS LE PLACARD LAURENT BAINIER Les Suédois nous ont enseigné le bonheur de monter nous-mêmes notre placard. Nous leur montrerons sans doute bientôt à quel point il est jouissif de le vider. Après avoir révolutionné la vente de vêtements de seconde main en France, Vestiairedecopines.comentend en effet s’attaquer au monde. Ce site qui compte déjà 220 000 membres (un chiffre qui a doublé en 45 jours) s’est spécialisé dans la revente d’accessoires et de vêtements « peu ou pas portés » entre particuliers. Un marché déjà encombré où il s’est pourtant très vite imposé grâce à une arme inédite : l’intermédiation. Là où les autres sites laissent les internautes se débrouiller entre eux, Vestiairedecopines jouent les entremetteurs. L’équipe de vingt-sept personnes (ils étaient deux il y a seize mois) sélectionne, met en valeur et contrôle physiquement les produits mis en vente. De quoi transformer un site de vente d’occase en temple mode communautaire... DR Vestiairedecopines.com a déjà séduit 220 000 membres. « On est sélectif, explique Sébastien Fabre, fondateur du site. Mais c’est un avantage pour les vendeurs, dont les produits ne seront pas noyés dans une offre pléthorique. » Et pour les acheteurs, qui n’auront pas la désagréable surprise de découvrir que le sac qu’ils viennent de recevoir est taché ou qu’il est vendu 30 € moins cher neuf. Coûteux, puisqu’il nécessite des moyens ELECTRONIC ARTS pour contrôler la qualité des produits, le projet était périlleux. Mais il a tout de suite séduit. Le vestiaire s’est vite rempli (1 200 produits sont proposés chaque jour) et les copines sont arrivées. Les copains aussi. « On pensait que nous n’aurions que des clientes, mais les hommes s’y mettent, note Sébastien Fabre. On a quand même gardé notre nom parce qu’il marchait bien. » Pour s’attaquer au marché mondial, en revanche, ce sera plus compliqué. « Pour les anglophones, c’est quasi impossible de le taper dans un moteur de recherche sans faute. Alors, on a choisi un autre nom : fashionomic. » Lancement prévu dans quelques semaines. D’ici là, le site aura changé de look (une nouvelle version graphique devrait sortir courant mars) et aura vidé bien d’autres placards. « Nous les vidons et nous les remplissons. Souvent nos clientes vendent pour acheter un produit d’une gamme supérieure. Nous sommes aussi là pour leur offrir leur premier pas dans le luxe. » Et leur éviter quelques faux pas. W THQ TIR AU PIGEON Occupation passagère En 2027, la Corée du Nord envahit les Etats-Unis et le joueur rejoint les rangs de la résistance américaine. Alors que ce premier trimestre voit un embouteillage de First Person Shooter (FPS), « Homefront » (sur PC, PS3 et Xbox 360) ne parvient pas à sortir du lot, en raison de son manque d’originalité. La campagne solo trop courte (six heures max) n’exploite pas assez l’ambiance réaliste et sordide de pays occupé. « Homefront » souffre aussi de défauts agaçants, comme ses personnages sans saveur ou sa linéarité. Heureusement, on peut se replier sur le mode multijoueur, plus abouti, avec ses véhicules et ses cartes qui peuvent accueillir jusqu’à trentedeux joueurs en ligne. W J.M. Le jeu de tir « Homefront ». WEB LE SONDAGE IPSOS-NOKIA 88% des 15-34 ans français pensent que les petites réussites du quotidien sont importantes dans la vie*. Un résultat attendu ? Peut-être. Mais si l’on ajoute le fait que, selon la même enquête, 91% des sondés refusent de faire une distinction entre grandes et petites réussites, chacune d’entre elles contribuant au bonheur à part égale, on découvre un trait intéressant de la nouvelle génération. Finies les années « superhéros ». La relève ne se rêve plus forcément en entrepreneur richissime ou en star adulée. Pour les jeunes Français, l’important est de savoir apprécier les choses simples. C’est sans doute leur plus belle réussite. * Sondage Ipsos pour Nokia réalisé en ligne du 16 au 21 février 2011 auprès d’un échantillon de 1 003 personnes.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :