20 Minutes France n°1847 HS juin 2010
20 Minutes France n°1847 HS juin 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1847 de HS juin 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (227 x 288) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 6,9 Mo

  • Dans ce numéro : Les jeunes diplômés ont de la ressource

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 EMPLOI JUIN 2010 CONJONCTURE Pour les débutants, le ciel de l’emploi est couvert sur l’ensemble du territoire LA DIFFICILE ASCENSION VERS LE PREMIER POSTE DELPHINE BANCAUD Leur démarrage dans la vie active ne se fera pas en trombe cette année. Les jeunes diplômés 2010 risquent encore d’avoir du mal à trouver leur premier poste, d’après les dernières études prospectives. Ainsi, selon l’enquête annuelle de l’Apec (Association pour l’emploi des cadres) parue en février, le volume prévisible de recrutements de jeunes diplômés serait de l’ordre de 23000 en 2010, soit 23% de moins qu’en 2009. Ce qui ne permettrait même pas LAURENT WAUQUIEZ Secrétaire d’Etat à l’Emploi. Une enquête de l’Afij révèle que 64% des jeunes diplômés en 2009 n’occuperaient pas de poste en avril 2010. Partagez-vous ce constat ? La situation est plus contrastée. Entre mai 2008 et mai 2009, le taux de chômage des moins de 25 ans avait progressé trois fois plus vite que pour le reste de la population. Mais depuis la rentrée 2009, nous avons bien redressé la barre puisque le nombre de demandeurs d’emploi de moins de 25 ans a reculé de 3% (457000 en mars 2010). Le gouvernement a annoncé que la prime de 3000 € pour l’embauche en CDI de jeunes stagiaires ne serait pas reconduite, pourquoi ? Elle n’a bénéficié qu’à 7000 personnes, alors que nous en visions 50000. Ce dispositif n’a donc pas été porteur et ne mérite pas d’être prolongé. Et qu’en est-il de la création de contrats aidés pour les jeunes, décidée par Nicolas Sarkozy en avril 2009 ? L’objectif était de créer 50000 contrats initiatives emploi (CIE) supplémentaires dans le secteur privé, pour les jeunes de moins de 26 ans et 30000 contrats d’accompagnement dans l’emploi (CAE) dans les collectivités et les associations. Au final, nous avons de placer tous les diplômés des écoles de commerce et d’ingénieurs, qui sont généralement les premiers recrutés. Conséquence : « ils accepteront des postes sous qualifiés », prédit Jacky Chatelain, directeur général de l’Apec. De sorte que les jeunes les plus diplômés prendront les postes initialement destinés à ceux qui le sont moins, impliquant des répercussions en cascade. Face à cette situation, le gouvernement peine à trouver des remèdes. Lors du sommet social du 10 mai dernier, réduction des dépenses publiques oblige, conclu 55000 CIE et 64000 CAE. Vos résultats semblent moins bons en ce qui concerne les contrats d’accompagnement formation, lancés en septembre 2009, pour aider les jeunes de moins de 25 ans peu qualifiés à accéder à l’emploi en repassant par la case formation… Nous en sommes à 25000 prescriptions alors que l’objectif visé est de 50000 avant la fin 2010. Mais nous avons de bonnes chances d’y arriver. Nicolas Sarkozy a annoncé son intention de ne pas reconduire certaines mesures décidées en 2009 pour soutenir l’emploi. Ainsi, le dispositif zéro charge, qui exonérait de cotisations sociales pendant un an les PME de moins de 10 salariés pour toute embauche d’un salarié au smic, ne sera pas prolongé au-delà du 30 juin. Une mesure qui, pourtant, a fait ses preuves puisqu’elle a permis le recrutement d’un million de personnes. Idem pour la prime de 3000 € pour les entreprises recrutant un stagiaire. Faute d’avoir été suffisamment utilisée, Vous misez beaucoup sur l’alternance pour améliorer l’insertion professionnelle des jeunes… Oui, car trop de formations sont théoriques et peu professionnalisantes, ce qui conduit les jeunes à un vrai parcours du combattant lors de la recherche de leur premier emploi. A contrario, les cursus en alternance débouchent dans 70% des cas à une embauche. Vous avez lancé en janvier des ateliers de l’apprentissage, pilotés par trois DRH, afin d’identifier les elle disparaîtra en juin. En revanche, le gouvernement ne compte pas toucher à la prime aux entreprises nouant des contrats d’apprentissage. Arrivée à échéance le 1 er juin, elle sera reconduite. Idem pour la prime à l’embauche de jeunes en contrat de professionnalisation. Deux dispositifs qui permettront sans doute au gouvernement d’atteindre son objectif d’un jeune sur cinq formé en alternance à l’horizon 2015. Reste à savoir ce que deviendront ces jeunes lorsqu’ils rechercheront leur premier CDI… W « TROP DE FORMATIONS SONT THÉORIQUES ET PEU PROFESSIONNALISANTES » « Je réfléchis à la possibilité de faire passer le quota obligatoire de 3 à 5% d’alternants dans les entreprises. » BALTEL/SIPA « Je dois présenter au Président un plan d’actions sur l’alternance, avant l’été. » freins à ce mode pédagogique. Parmi leurs quarante propositions, lesquelles allez-vous reprendre ? L’idéedecréerunejournéed’information sur l’alternance dans les collèges et les lycées me semble excellente. Tout comme celle de rapprocher le statut de l’apprentideceluidel’étudiant,pourpermettreauxjeunesd’avoiraccèsauxaides au logement, aux restaurants universitaires, aux diverses réductions… Autre suggestion: créer un Meetic de l’alternance pour mettre en contact les étudiantsaveclesentreprisesproposantdes contrats,caractuellementl’offreesttrop dispersée. Nous venons d’ailleurs de lancerwww.contrats-alternance.gouv.fr. Enfin, je veux pérenniser et augmenter lesdéveloppeursdel’alternance,quisont chargés de promouvoir ces contrats auprès des entreprises depuis 2009. Vous souhaitez aussi ouvrir l’alternance à d’autres filières… Oui, car elle est encore trop concentrée sur les métiers manuels. Il faut la développer dans les filières post-bac, afin qu’elle prépare à des emplois dans le tertiaire, aux métiers verts ou à ceux des services à la personne. Dans cet esprit, il me semblerait judicieux de créer des périodes d’alternance à la place des stages de fin de cursus. Je réfléchis aussi à la possibilité de faire passer le quota obligatoire de 3 à 5% d’alternants dans les entreprises. Comment comptez-vous décliner ces idées sur le terrain ? Lors du sommet social du 10 mai à l’Elysée, le président de la république m’a missionné pour lui proposer un plan d’actions après concertation avec les partenaires sociaux et les différents acteurs de l’alternance. Celui-ci sera présenté avant l’été. W RECUEILLI PAR DELPHINE BANCAUD
JUIN 2010 EMPLOI 3 CONSEILS Les candidats doivent se montrer de plus en plus vigilants sur la Toile. Les pièges à éviter ATTIRER L’ATTENTION MAIS SOIGNER SA E-RÉPUTATION LAURE CAILLOCE Pour exister sur Internet sans hypothéquer ses chances auprès de futurs employeurs, il suffit de suivre quelques règles simples. Première étape: faire un état des lieux de son identité numérique en tapant ses prénom et nom sur un moteur de recherche, et adapter son comportement en conséquence. « Si les candidats pensent à paramétrer leur profil Facebook, ils ne savent pas que leurs comptes sur YouTube, Dailymotion, ou Picasa sont publics par défaut », indique Julien Maleinge, associé chez DoYouBuzz, une jeune société de CV en ligne. Autre habitude à prendre: intervenir sur les forums de discussion sous un pseudonyme, et ne twitter qu’avec la plus grande prudence, car toutes les échanges sont désormais référencés par Google ! Effacer les traces compromettantes Si malgré ces précautions, il reste des traces peu flatteuses sur le Net, ne pas hésiter à contacter le webmaster du ou des sites concernés, afin de faire jouer son « droit d’accès et de rectification DR Il faut garder à l’esprit que tous les échanges sont désormais référencés par Google. des données personnelles », garanti par la Commission nationale informatique et libertés (Cnil). Pour soigner sa e-réputation, les réseaux sociaux professionnels tels Viadeo et Linkedin sont également incontournables. « Mettre en ligne son CV et constituer un réseau ne suffit pas », précise Julien Maleinge, qui conseille W CYBER-ENQUÊTE Près de 40% des recruteurs européens feraient systématiquement appel à Internet pour vérifier le profil de leurs candidats et 25% y auraient recours ponctuellement, d’après une enquête de l’Apec de novembre 2008. Ce que recherchent en priorité ces futurs employeurs ? Vérifier le diplôme des candidats et trouver les éventuelles productions afin de s’assurer que les compétences correspondent au avec le profil recherché. de s’inscrire à des groupes et forums de discussion traitant de son domaine professionnel. « Désormais, chaque grande école a son site d’anciens élèves, ces derniers ne doivent pas oublier de s’y inscrire », indique Patrice Malaurie, du cabinet de conseil ressources humaines Talentys. Nec plus ultra de la e-réputation, le blog personnel ne fonctionne que si l’on aun minimum de compétences rédactionnelles et qu’on l’alimente régulièrement. Une chose est sûre : « Plus vous occuperez le terrain sur Internet, plus vous ferez redescendre les commentaires ou clichés malheureux dans les pages de résultats de Google », conclut Julien Maleinge. Malin ! W



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :