20 Minutes France n°1734 10 déc 2009
20 Minutes France n°1734 10 déc 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1734 de 10 déc 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (235 x 305) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6 Mo

  • Dans ce numéro : Le RER A sur une ligne dure

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 GRAND PARIS MAGALI GRUET « Puisque le pouvoir politique soutient la direction de l’entreprise, on va se les faire cette fois. » Ce commentaire, recueilli hier par 20 Minutes auprès d’un syndicaliste, laisse présager la dureté du conflit qui s’ouvre aujourd’hui. Les syndicats de la RATP appellent en effet à une grève reconductible sur le RER A, car ils estiment ne pas avoir eu gain de cause dans la négociation sur la hausse des salaires des conducteurs de la ligne. « Ils ont mis la barre trop haut » Ouvertes le 30 novembre, à la suite d’une grève, les discussions entre direction et syndicats se sont enlisées. Ces derniers réclamaient environ 180 € d’augmentation mensuelle pour pallier des conditions de travail dégradées sur cette ligne de plus en plus saturée. Avec environ un million de voyageurs par jour, c’est l’une des plus fréquentées d’Europe. « Ils ont mis la barre trop haut, on ne peut pas accepter une telle revendication, nous devons veiller à l’équilibre financier entre les catégories de personnel, explique Philippe Martin, directeur général adjoint chargé des transports à la RATP. Nous avons proposé plusieurs dizaines d’euros d’amélioration mensuelle des salaires, car l’entreprise est consciente de leurs difficultés, mais nous ne sommes pas capables de répondre à une augmentation de près de 2 000 € par an. » Côté syndicats, on estime que la direction veut « pousser à la grève ». « Nous ne sommes pas d’accord sur le niveau de rémunération, mais nous préférons ne pas donner de chiffre, cela ne ferait qu’attiser l’agacement des usagers. Notre niveau de mobilisation sera à la hauteur du niveau de tension des conducteurs du RER A, prévient Eric Nabet, secrétaire général CGT-Métro- RER. Avec les voyageurs, ce sont eux qui JEUDI 10 DÉCEMBRE 2009 SOCIAL Un mouvement qui pourrait durer plusieurs jours va perturber fortement la ligne dès ce matin LA GRÈVE S’ANNONCE MUSCLÉE SUR LE RER A ÉVÉNEMENT LA RÉGION PRÉSENTE SA VITRINE POUR L’EXPOSITION UNIVERSELLE V. CAPMAN/SIPA Les conducteurs de la ligne A, aujourd’hui saturée, demandent des hausses de salaire. La Seine s’invite sur les rives du Huangpu. La région Ile-de-France, la Ville de Paris et la chambre de commerce et d’industrie de Paris ont révélé hier la maquette du pavillon de 600 m 2 qui représentera la région lors de la prochaine Exposition universelle de Shanghai, en Chine, du 1 er mai au 31 octobre 2010. Cette « vitrine de l’excellence » écologique francilienne, dans laquelle la région et Paris ont investi 2,5 millions d’euros, est parcourue par un immense ruban bleu symbolisant la Seine, sur lequel seront projetées des vidéos. Localisé dans le secteur de l’Exposition consacrée « aux meilleures pratiques urbaines » – aux côtés de Prague ou Osaka –, le pavillon francilien s’adressera en priorité aux décideurs asiatiques. W A. S. La maquette du pavillon de l’Ile-de-France pour l’Exposition universelle de Shanghai.M. DOVIC/20 MINUTES W PRÉVISIONS La RATP prévoit pour aujourd’hui et demain un train sur deux aux heures de pointe (7 h 30-9 h 30 et 16 h 30-19 h 30) et un trafic quasi nul en heures creuses. En heures de pointe, les trains en provenance et à destination de Poissy auront pour terminus ou départ la Défense. Tous les trains en provenance de Cergy- Le Haut arriveront à Saint- Lazare, et inversement. Les lignes de métro 1, 2, 4, 6 et 14 seront renforcées. Pour samedi, la RATP prévoit un trafic « très perturbé ». Rens. : 0 800 15 11 11. pâtissent de la surfréquentation de la ligne. » Discours plus modéré à l’Unsa- RATP, où Thierry Babec, délégué central, raconte que « depuis un ou deux ans, le malaise est évident dans les RER car la fréquentation augmente et les équipements ne suivent pas. La direction ne veut pas négocier, et les usagers vont payer les pots cassés. » W URBANISME DES FEMMES DU 93 VONT TESTER LES RUES DE LEUR VILLE DE NUIT Les femmes, nouvelles consultantes en urbanisme. Les villes de Montreuil, Drancy et L’Ile-Saint-Denis, en Seine- Saint-Denis, testent la mise en place de « marches exploratoires », a-t-on appris hier. A la tombée de la nuit, des groupes de dix femmes arpenteront les rues puis, selon leurs impressions et leur sentiment d’insécurité, pourront désigner un endroit jugé mal éclairé ou un chemin pas assez sûr. « On va remédier aux dysfonctionnements signalés, si les propositions sont accessibles. Nous aurons ainsi une vision humanisée de l’urbanisme », a expliqué Jean-Christophe Lagarde, maire (NC) de Drancy, où les marches commenceront en début d’année pour un bilan en mars. W TRANSPORTS LE RER C PAS CADENCÉ AVANT 2012 Finalement, le forfait Imagine’R n’augmentera l’an prochain que de 1%. C’est ce qu’a voté hier le conseil d’administration du Syndicat des transports d’Ile-de- France (Stif). Un « geste envers les jeunes », alors que la hausse prévue était de 2,19%. Autre surprise : la manifestation devant le Stif d’une cinquantaine d’élus de l’Essonne opposés au cadencement prévu sur le RER C (passage des trains à horaires fixes). Parmi eux, Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’Etat au Développement de l’économie numérique et maire (UMP) de Longjumeau. Après une rencontre avec le président (PS) du Stif, Jean-Paul Huchon, il a été décidé que le cadencement serait gelé durant deux ans, « le temps de trouver une solution ». Les habitants de grande couronne s’inquiètent en effet de voir leur temps de parcours jusqu’au cœur d’agglomération s’allonger. Par ailleurs, l’abonnement annuel Intégrale devient « Navigo annuel » pour être « en cohérence avec le reste de la gamme Navigo » (semaine et mois). W A. S.
JEUDI 10 DÉCEMBRE 2009 GRAND PARIS 3 CONSOMMATION Trois entreprises présentent leur offre aux élus aujourd’hui LA BATAILLE DE L’EAU COMMENCE WILLIAM MOLINIÉ Une compétition censée faire baisser le prix de l’eau à la sortie du robinet. Une commission de cinq élus du Syndicat des eaux d’Ile-de-France (Sedif) doit ouvrir aujourd’hui les plis des candidats au renouvellement du plus gros marché de distribution d’eau potable en Europe. Trois sociétés se disputent ce juteux contrat de délégation de service public, d’un montant de 3 à 4 milliards d’euros sur dix à douze ans. Veolia a le monopole depuis 1922 Depuis six mois, Veolia, Suez Environnement et Derichebourg (lire encadré) dépensent plusieurs millions d’euros pour constituer leur dossier de candidature. Ce choix d’une gestion privée plutôt que publique (lire ci-dessous) est supposé faire baisser les prix grâce à une mise en concurrence. Mais depuis quatrevingt-sept ans, c’est Veolia seul qui assure la distribution dans les 144 communes franciliennes du Sedif. Le dernier contrat, négocié en 1962 et prenant fin en 2010, s’élevait à 371 millions d’euros annuels. Un pactole longtemps dénoncé par plusieurs associations et collectifs d’usagers, qui regrettaient que le prix de « En rénovant le mode de gestion actuel, on pourrait réduire la note de 35 à 42 millions d’euros par an. » l’eau en région parisienne soit l’un des plus élevés (voir infographie). L’année dernière, l’UFC-Que Choisir avait évalué à 90 millions d’euros le montant des « surfacturations injustifiées ». « Il ne faut pas oublier qu’en dehors de Paris, l’eau est plus difficile à traiter car le territoire est moins dense. C’est plus À PARIS, ON REMUNICIPALISE DANS MOINS D’UN MOIS L’eau en Ile-de-France, c’est aussi une affaire politique. A Paris, après vingtsix ans de gestion privée, ce marché sera rendu à la Ville le 1 er janvier. En 1984, la capitale avait fait le choix de déléguer la distribution de l’eau à deux opérateurs privés : Veolia pour la rive droite et Suez pour la rive gauche. En créant un opérateur public unique, Eau de Paris, la Ville veut prouver qu’une autre façon de gérer l’eau est possible. « Nous nous sommes engagés à stabiliser le prix de l’eau à 1 €/m 3 [hors taxes, assainissement et distribution]. Tous les bénéfices sont UN PRIX RECORD EN ILE-DE-FRANCE PRIX DE L’EAU À PARIS ET DANS LES GRANDES VILLES Nantes 2,41 €/m³ Bordeaux 3,42 €/m³ Toulouse 3,26 €/m³ 3 types de gestion Lille 2,57 €/m³ Lyon 2,95 €/m³ régie publique Source : Office national de l’eau et des milieux aquatiques, Sedif, Mairie de Paris, mairie de Toulouse coûteux », nuance Sylvain Rotillon, chef de projet à l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques, qui a mis en place un observatoire du prix de l’eau le mois dernier. Au Sedif, on reconnaît tout de même que des économies sont possibles. « En rénovant le mode de gestion actuel, on pourrait réduire la note de 35 à 42 millions d’euros par an », souligne Patrick Sitbon, directeur général adjoint du syndicat. Mi-janvier, la commission du Sedif devra rendre un avis sur les offres. La phase de négociations débutera en février. Le contrat sera définitivement conclu après un vote au printemps. Veolia a déjà assuré qu’il se battrait « jusqu’au bout » pour conserver le marché. Derichebourg et Suez, eux, espèrent bien mettre fin à ce qu’ils considèrent comme « un monopole de quatre-vingt-sept ans ». W réinvestis dans le développement du service, explique Anne Le Strat (PS), adjointe chargée de l’eau, de l’assainissement et de la gestion des canaux. Mais nous n’avons pas cessé de travailler avec le privé, puisqu’on redélègue aux entreprises certaines fonctions. » D’après la Ville, 39 millions d’euros seront économisés dès l’an prochain. L’eau du Sedif 40% plus chère Du côté du Syndicat des eaux d’Ile-de- France (Sedif), on met surtout en avant « la qualité de l’eau et les compétences Strasbourg 2,96 €/m³ Marseille 3,17 €/m³ délégation de service public (privé) W Paris 2,89 €/m³ Syndicat des eaux d’Ile-de-France (144 communes franciliennes réparties dans 7 départements) 4,03 €/m³ mixte (régie et DSP) TROIS CONCURRENTS Veolia le leader, Suez le challenger et Derichebourg… l’outsider. Les trois candidats ont eu six mois pour préparer leur offre. Seule Pascale Perez, PDG de Derichebourg, associé à l’Allemand Remondis Aqua, se risque à dévoiler à 20 Minutes une partie de son projet. « Nous allons proposer des économies d’au moins 20% sur la facture finale. Tout en poursuivant les investissements et la rénovation des 120 à 150 km de canalisations nécessaires tous les ans », révèle-t-elle. des entreprises privées ». Ce qui aun prix : l’eau du Sedif (4,03 €/m 3) est près de 40% plus chère que celle de Paris (voir infographie). Certaines communes limitrophes, membres du Sedif, seraient d’ailleurs prêtes à se raccorder au réseau parisien pour faire baisser leur facture. « C’est vrai que certaines sont venues me voir. On verra s’il est possible d’exploiter le réseau autrement », dévoile Anne Le Strat. Le Sedif, lui, ne semble pas inquiet. « On a 144 villes chez nous. Certaines partent, d’autres arrivent », confie un élu. W W.M. SANTÉ LES HÔPITAUX FRANCILIENS BIEN CLASSÉS L’hôpital Lariboisière, à Paris (10 e) , arrive en tête des centres hospitaliers universitaires et régionaux pour la lutte contre les infections nosocomiales, dans un classement 2008 des « établissements les plus sûrs », à paraître aujourd’hui dans L’Express. Ce palmarès national combine quatre indicateurs du ministère de la Santé : l’indice Icalin sur la lutte contre les infections nosocomiales, la consommation de solutions hydroalcooliques par le personnel, celle d’antibiotiques et la surveillance des infections du site opératoire. En deuxième position, on trouve l’hôpital Emile-Roux de Limeil-Brévannes (94), suivi de l’hôpital Paul-Brousse de Villejuif (94), sur une liste de 71 établissements. Néanmoins, l’Ile-de-France occupe aussi la queue du classement avec l’hôpital Joffre-Dupuytren, à Draveil (91), dernier après le centre hospitalier Victor-Dupouy, à Argenteuil (95). Par ailleurs, la polyclinique Saint-Jean, à Melun (77), est première ex aequo des cliniques de plus de cent lits. W 20 secondes INSOLITE Des sex-toys aux parlementaires Pour protester contre l’annulation par la préfecture de police de sa distribution gratuite de 6 000 sex-toys prévue le 12 décembre à Paris, le site sexyprive.com a décidé d’en envoyer aux 577 députés et 345 sénateurs, ainsi qu’à la préfecture de police, à partir de demain. Les kits restants seront distribués gratuitement sur le site, après inscription. FAITS DIVERS Un braqueur de cinémas arrêté Un homme de 22 ans suspecté de vols à main armée en octobre et en novembre dans trois cinémas parisiens, pour un butin de 6 500 €, a été interpellé lundi à son domicile de Vitry-sur-Seine (94). Les enquêteurs, qui ont rapproché les affaires grâce à un logiciel d’analyse des infractions liées (Corail), ont retrouvé un pistolet automatique lors de la perquisition.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :