20 Minutes France n°1728 2 déc 2009
20 Minutes France n°1728 2 déc 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1728 de 2 déc 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (235 x 305) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 13,5 Mo

  • Dans ce numéro : L'un des derniers procès du nazisme

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
36 PARIS SPORT FOOTBALL L’entraîneur du PSG, qui affronte Boulogne ce soir, adapte son attitude à la forme des joueurs ANTOINE KOMBOUARÉ JOUE AVEC SES HUMEURS ROMAIN SCOTTO Antoine Kombouaré n’est pas lunatique. Il adapte juste son humeur et ses discours aux performances de son équipe. De façon très habile, le coach du PSG alterne depuis le début de la saison coups de gueule, compassion, indifférence, esprit de corps ou résignation avec ses joueurs. A chaque fois, l’objectif est le même : inculquer l’esprit de la gagne et bousculer un groupe parfois montré du doigt pour son manque de caractère. « Contre Auxerre, on a répondu au défi physique. Ça nous offre des perspectives pour Boulogne. » A. REAU/SIPA « Avec une série de victoires, on peut vite se retrouver assez haut », affirme Kombouaré. Mardi, à la veille d’un déplacement à Boulogne-sur-Mer, match décalé après le report d’OM-PSG, le technicien kanak a laissé ses colères au vestiaire. La victoire poussive de son équipe face à Auxerre (1-0) et la cheville fracturée de Grégory Coupet auraient pu le contrarier. Kombouaré préfère pourtant positiver. Et retenir, la « réaction de [ses] joueurs par rapport au match de Marseille. On n’avait pas envie de se faire marcher dessus. On a répondu au défi physique. Ça nous offre des perspectives intéressantes pour le match de Boulogne. » Autrement dit, du côté du Camp des Loges, on recommence à regarder vers le haut. Il y a moins d’une semaine, personne ne prêtait d’ailleurs attention à l’évocation d’un « début de crise ». Les Parisiens sont en revanche bien plus séduits par la possibilité de « passer un palier », ce soir (19 h). En cas de victoire, ils retrouveraient la première moitié secondes 20 du championnat. Le minimum syndical quand on joue dans la capitale. Après un gros tiers de la saison, la situation du club (12 e de Ligue 1) n’a pourtant rien d’illogique pour Antoine Kombouaré. « On est à la place qu’on mérite, tonne le coach en mâchouillant un chewing-gum. On n’a pas toujours fait ce qu’il fallait, mais on n’a pas non plus été épargnés. On n’a perdu qu’une seule fois par plus d’un but d’écart. Ce championnat est très équilibré. Avec une série, on peut vite se retrouver assez haut. » Pas question pour autant de tomber dans l’excès de confiance ou de prendre le promu nordiste à la légère. Un privilège réservé seulement « au premier, ou au deuxième ». Pas à un Paris Saint- Germain amoindri par les blessures (Cearà, Coupet, Hoarau) et les suspensions (Sessegnon). L’ancien entraîneur de Valenciennes s’apprête à « affronter une équipe qui n’a rien à perdre dans un « match piège », qui peut même virer au traquenard ». Cela tombe bien, dans la philosophie d’Antoine Kombouaré, c’est surtout dans l’adversité qu’on repère les équipes vraiment soudées. W LES BOULONNAIS SONT CONFRONTÉS À UN SACRÉ PARI Ils sont peut-être les derniers y croire. Ce soir, les Boulonnais reçoivent Paris en match en retard de la 11 e journée, et tenteront d’avaler sans indigestion un mois de décembre pantagruélique. Car après le PSG ce soir, l’USBCO recevra Lens dimanche, puis affrontera Marseille et Lyon. Les hommes de Laurent Guyot, 19 es et placés à 5 points du premier non-relégable Saint-Etienne, sont encore loin de renoncer. « A la trêve, il faudrait que l’on soit dans une fourchette comprise entre quinze et vingt points. A ce moment-là, tout espoir sera encore permis », promet le coach MERCREDI 2 DÉCEMBRE 2009 boulonnais. Cela voudrait dire gagner au moins deux fois d’ici à Noël, et pour une équipe qui ne sait plus prendre trois points depuis la fin août, cela n’a rien d’évident. « On se doit d’arracher la victoire. En mettant en avant notre collectif, notre groupe, il n’y a que comme cela que l’on pourra s’en sortir. On va bien finir par prendre des points », lance Jean-Franois Bédénik, le gardien rouge et noir. Et le plus tôt serait le mieux. Par ailleurs, un dispositif de sécurité renforcée est prévu pour accueillir les 600 Parisiens déjà détenteurs d’un billet. W ANTOINE MAES RUGBY Biarritz-Racing, c’est ce soir Le match en retard du Top 14 Biarritz-Racing-Métro, qui devait se disputer le 5 novembre et avait été repoussé pour cause d’intempéries, aura lieu ce soir à 19h. VOLLEY Paris se lance en Coupe d’Europe La Ligue des champions débute ce soir (17 h) pour les coéquipiers de Jiri Novak. Placés dans la poule F, les Parisiens affrontent pour leur premier match Istanbul, en Turquie.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :