20 Minutes France n°1728 2 déc 2009
20 Minutes France n°1728 2 déc 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1728 de 2 déc 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (235 x 305) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 13,5 Mo

  • Dans ce numéro : L'un des derniers procès du nazisme

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 GRAND PARIS EXCLUSIF « 20 Minutes » révèle des statistiques de création d’entreprises L’AUTO-ENTREPRISE FAIT DU CHIFFRE MAGALI GRUET L’auto-entreprenariat booste la création d’entreprises dans la région. Selon une étude du centre régional d’observation du commerce, de l’industrie et des services de la chambre de commerce et de l’industrie de Paris, que s’est procurée 20 Minutes, le statut de l’auto-entrepreneur, entré en vigueur le 1 er janvier 2009, a permis une explosion du nombre d’entreprises créées au premier semestre de l’année. + 53,4% dans la région, selon l’étude, passant de 36 000 au premier semestre de 2008 à 64 600 sur la même période cette année. Cette augmentation est plus importante en petite (+ 62,6%) et grande couronne (+ 61,6%) qu’à Paris (+ 38,8%) . Les services en tête du classement Principales bénéficiaires de cet engouement, les entreprises de services (73,5%) . Suivent les commerces (18,9%) , la construction (4%) et l’industrie (3,6%) . A y regarder de plus près, l’évolution dans les sous-secteurs est toutefois hétérogène. Parmi les services, les arts, spectacles et activités récréatives explosent de + 250,4% , l’éducation de + 206,4% et les services aux personnes de + 146,9% , tandis que les transports se stabilisent (+ 5%) et l’immobilier s’effondre (- 21%) . Dans la distribution, c’est le commerce de détail non alimentaire qui s’en sort le mieux, devant le commerce de détail alimentaire et le commerce de gros. W INFO 20 MINUTES VOILÀ LA FUTURE DÉCO DES RER C 39% des Franciliens ont voté pour cette déco. Voilà donc ce à quoi ressemblera, à partir de début 2011, l’intérieur des rames du RERC. Les usagers étaient invités par la SNCF à choisir, parmi trois gammes différentes, l’habillage intérieur de leur train. 25 000 personnes ont répondu entre le 5 et le 16 octobre. Le sol sera de deux couleurs. Quant aux murs et aux plafonds, bordés de liserés rosés, ils représenteront des motifs évoquant le patrimoine des villes traversées par la ligne. W A. S. NOMBRE DE SOCIÉTÉS CRÉÉES EN ÎLE-DE-FRANCE DE 2005 À 2009 STIF W COMPARAISON En valeur, la progression est plus forte sur le reste du territoire français, avec + 63,6% de création d’entreprises au 1 er semestre. Mais en volume, l’Ile-de-France reste devant. MERCREDI 2 DÉCEMBRE 2009 JUSTICE L’AUDITION DE DELANOË AJOURNÉE Il ne sera finalement pas entendu par les magistrats. En tout cas, pas tout de suite. L’audition du maire (PS) de Paris, Bertrand Delanoë, par les juges d’instruction Sophie Clément et Brigitte Brun, prévue initialement aujourd’hui, a été ajournée hier. Les deux magistrats enquêtent sur les modalités d’attribution de la concession par la ville, en 2004, du stade Jean- Bouin (16 e) à l’association Paris Jean- Bouin (PJB). Selon la société plaignante, Paris Tennis, la Ville aurait dû procéder à une mise en concurrence et conclure un contrat de délégation de service public et non avoir recours à une procédure de gré à gré, comme elle l’a fait avec PJB. Faux, selon la municipalité qui argue qu’il s’agit d’une convention d’occupation domaniale, comme pour la totalité des vingt-sept autres concessions sportives de Paris. Le Conseil d’Etat, saisi par la Ville, doit trancher cette question de droit en janvier. « D’où le report de l’audition », selon la Mairie de Paris. W ALEXANDRE SULZER GRAND PARIS FORT DE SA LOI, CHRISTIAN BLANC PLANCHE DÉJÀ SUR L’URBANISME « Ce qu’il faut, c’est pouvoir démarrer et démarrer rapidement. » Après l’adoption en première lecture de la loi sur le Grand Paris, hier à l’Assemblée nationale, le secrétaire d’Etat à la Région-capitale, Christian Blanc, veut aller vite. Les travaux du métro automatique pourraient débuter fin 2013 si, comme il le souhaite « personnellement », la procédure accélérée du texte de loi était maintenue. « Quand on me dit qu’il y a des problèmes entre les architectes et moi, je me marre ! » Mais le ministre a déjà en tête l’aménagement urbain autour des gares. Hier, il a indiqué qu’un appel d’offres d’études urbanistiques avait été remporté par l’équipe allemande de FinnGeipel et de Giulia Andi – l’un des dix cabinets consultés par Nicolas Sarkozy –, pour l’aménagement des communes d’Aulnay-sous-Bois, Clichy-sous-Bois, Montfermeil et Sevran (Seine-Saint-Denis). Une information confirmée par le maire de Sevran, Stéphane Gatignon, tête de liste départementale d’Europe Ecologie aux régionales, qui se réjouit du « travail de cette équipe sur le développement durable ». Pour l’aménagement du plateau de Saclay, c’est le paysagiste Michel Desvignes – transfuge de l’équipe de Jean Nouvel, avec lequel Christian Blanc est en froid – qui a été retenu. Des appels d’offres sur deux autres territoires sont sur le point d’être lancés. « Quand on me dit qu’il y a des problèmes entre les architectes et moi, je me marre ! », ironise le secrétaire d’Etat. Il a aussi confirmé que l’ensemble des architectes consultés par l’Elysée devrait se regrouper « après les régionales » en un Atelier du Grand Paris. Il prendra la forme d’un groupement d’intérêt public doté de 2 millions d’euros. Reste un problème juridique à régler : que les architectes ne se retrouvent pas « en situation de conflit d’intérêts sur les appels d’offres lancés ici ou là ». W A. S.
MERCREDI 2 DÉCEMBRE 2009 GRAND PARIS 3 ENVIRONNEMENT « 20 Minutes » a assisté à un contrôle de la raffinerie Total de Grandpuits (77) INSPECTER POUR PRÉVENIR TOUTE CATASTROPHE A la raffinerie Total de Grandpuits, comme dans toutes les installations sensibles, les systèmes de prévention des risques industriels sont régulièrement contrôlés par l’Etat. À GRANDPUITS, MAGALI GRUET PHOTOS : SÉBASTIEN ORTOLA Déjouer les risques pour éviter l’accident. La semaine dernière, 20 Minutes accompagnait deux agents de la direction régionale de l’industrie, de la recherche et de l’environnement (Drire) d’Ilede-France, lors d’un contrôle de la raffinerie Total de Grandpuits (Seine-et- Marne). Un établissement particulièrement sensible, classé Seveso seuil haut dans l’échelle des risques industriels, et que ces ingénieurs visitent quatre à cinq fois par an. Un scénario d’accident Leur mission est de relever d’éventuels dysfonctionnements, d’émettre des recommandations et, le cas échéant, d’envisager des sanctions. Cette raffinerie, la seule d’Ile-de-France, produit tous types de carburants et de gaz et alimente tout le Sud francilien. « On aune obligation de résultat. Nous avons des systèmes internes d’audit et de contrôle. Nous confrontons nos expériences scientifiques avec les agents de la Drire, c’est un espace de dialogue », assure Jean-Marc Otero Del Val, le directeur de la raffinerie. Cette fois, Léonard Brudieu, chargé de mission risques à la Drire, veut tester les sphères dans lesquelles est stocké le gaz. « On aimerait réaliser un scénario d’accident. Une fuite de gaz, au niveau du stockage du GPL, pour vérifier si les détecteurs et le rideau d’eau se déclenchent et voir les réactions de ceux qui doivent intervenir. Après, on simulera l’inflammation du nuage de gaz », lancet-il en guise d’introduction. Les ingénieurs de Total encaissent, réfléchissent un instant à la faisabilité du test, puis donnent leur accord. Tous prennent la direction du site où se trouvent les sphères. Serge Artico, ingénieur de la Drire de Seine-et-Marne, restera en salle de contrôle pour observer les réactions des équipes. Sur le terrain, du gaz en bombonnes est lâché au niveau des détecteurs. Une sirène assourdissante ne tarde pas à se faire entendre. La zone est évacuée, des rideaux d’eau se mettent en marche pour contenir le gaz. Léonard Brudieu se demande pourquoi le rideau central reste inactif. « Vous pouvez le commander manuellement ? », demande-t-il au chef des opérations, qui lui répond : « Vous le voulez ? » « Moi je ne veux rien, je veux voir comment vous organisez la sécurité », lui rétorque l’ingénieur. « Grand déluge » sur les sphères Les pompiers débarquent, demandent si la zone a été évacuée, revêtent leur équipement d’intervention. Vient la seconde phase de l’opération, la simulation d’inflammation du gaz, qui se fait sans utilisation de feu ni de chaleur. En réaction, un « grand déluge » s’abat sur les sphères, 10 litres d’eau par m 2 et par minute. Un « petit déluge » entoure les sphères voisines. « C’est possible d’avoir un grand déluge sur toutes les sphères en même temps ? », demande l’ingénieur de la Drire. « Non, ce n’est pas prévu », répond un pompier. L’exercice est terminé. L’après-midi se passera en salle, où Total tentera de répondre à l’avalanche de questions de la Drire. L’ingénieur risques industriels de l’entreprise fait de rapides calculs, donne des estimations et dégaine les documents nécessaires. Les inspecteurs n’ont plus qu’à rédiger leur rapport et à émettre leurs recommandations. Jusqu’au prochain contrôle. W W CENT ACCIDENTS INDUSTRIELS RELEVÉS EN 2008 2 338 inspections ont été réalisées en 2008 dans les installations classées d’Ile-de-France et 1 301 dans celles soumises à autorisation, les plus sensibles. 171 procès-verbaux ont été dressés. 100 accidents industriels ont été relevés sur l’année, dont 16% ont provoqué des blessures.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :