20 minutes Genève n°2021-11-30 mardi
20 minutes Genève n°2021-11-30 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-11-30 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 17,8 Mo

  • Dans ce numéro : le monde de la mode pleure la disparition de Virgil Abloh.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
ANNONCE 4 BRANDREPORT EIT.SWISS UN SUPPLÉMENT THÉMATIQUE DE SMARTMEDIA Bienvenue dans l’équipe du futur SANS TOI, RIEN NE FONCTIONNE -mi #FOCUSNOTREJEUNESSE Des termes tels que l’automatisation du bâtiment, smart home ou smart cities font désormais presque partie du vocabulaire courant lorsqu’il s’agit de projets de rénovation et de construction. Ils sont le signe que la transformation numérique ne s’arrête pas aux bâtiments. La réponse àcedéveloppement est lenouveau domaine professionnel de « l’informatique du bâtiment ». Les bâtiments modernes contiennent beaucoup de technologies  : des capteurs mesurent des valeurs telles que la température, l’humidité, la luminosité ou la qualité de l’air et utilisent ces informations pour assurer un climat intérieur optimal. La consommation d’énergie des bâtiments est optimisée par la mise en réseau des différents consommateurs et le confort d’habitation est augmenté par l’automatisation. La mise en œuvre de telles applications dans les bâtiments nécessite le savoir-faire dedifférentes branches. Des connaissances du domaine de l’électricité,mais aussi de l’informatique sont requises. C’est pourquoi EIT.swiss, l’association delabranche électrique,et ICT-Formation professionnelle suisse en tant que représentant du domaine de l’informatique,ont développé une nouvelle formation initiale.L’informaticienne ou l’informaticien du bâtiment CFC couvre précisément les besoins qui sont demandés aujourd’hui sur le marché. Un profil de profession –trois orientations Les activités des informaticiennes et informaticiens du bâtiment sont diverses. Concrètement, on peut distinguer trois orientations, àsavoir la planification, l’automatisation dubâtiment et le multimédia. Toutefois, l’objectif de ces trois spécialisations est fondamentalement le même  : les informaticiennes et informaticiens du bâtiment veillent àceque les bâtiments deviennent « intelligents », ce qui profite àlafois aux habitantes et habitants d’un immeuble et aux collaboratrices et collaborateurs d’un complexe de bureaux. C’est notamment pour cette raison que le respect des exigences en matière desécurité et la garantie de la protection des données revêtent une importance particulière pour les informaticiennes et informaticiens du bâtiment. Bien plus qu’untravail de bureau Même si le mot « informatique » suggère le contraire  : les informaticiennes et informaticiens du bâtiment ne sont en aucun cas des gens qui ne travaillent qu’au bureau. Leurs activités se concentrent sur l’infrastructure visuelle,mais aussi physique, des bâtiments. Ils sont donc souvent en déplacement, que ce soit pour exécuter des commandes pour des clients ou sur des chantiers de nouveaux bâtiments ou lors de rénovations. Le travail mobile fait partie de leur quotidien au même titre que le recours àdes aides numériques. La formation initiale de quatre ans estproposéedès 2021 La formationinitiale d’informaticienne ou d’informaticiendubâtiment est proposéeà partir de l’annéescolaire2021. Elle dureau totalquatreans.Comme pour les autresformations initiales,laformation professionnelle pratique se déroule dans l’entreprise et dans des lieux d’apprentissagecomparables. Vous trouverez de plus amples informations sur lesformations initialesdelabranche électrique sur e-chance.ch et electriciens.ch –laplateforme des futurs.es professionnels.lesdela branche électrique. SMARTPHONE TÉLÉVISION VIDÉOS INTERNET TÉLÉPHrIN TÉLÉPHONE E MICROONDES LUMIÈRE SYSTÈME DE CLIMATISATION TRAIN STARLETTE-YOUTUBE EMOJIS E-MAIL IMPRIMANTE MUSIQUE VIEWS REALITY-STARS COMMANDES EN LIGNE INFLUENCER ORDINATEUR FEUX DE DE SIGNALISATION SCAN D'EMPREINT D’EMPREINTE FOUR FRIGO GAMING DISLIKES INSTA-STORIES STEAMIN'STEAMING E-SPORTS 5 ATELIER RÉSEAU DE TÉLÉPHONIE CINÉMA ACCU MACHINE DE DE RECHERCHE TRAMWAY LAVE-VAISSELLE SMS QUICKCHARGING WHATSAPP SHARE LIKE AND — —m— SUBSCRIBE e DEVIENS ACTIF e-chance.ch
#FOCUSNOTREJEUNESSE UN SUPPLÉMENT THÉMATIQUE DE SMARTMEDIA TPG BRANDREPORT 5 Lestransports en commun sont un secteur d’avenir Créés en1977, les Transports Publics Genevois (tpg) sont aujourd’hui ancrés dans l’inconscient collectif local. Acteurs del’innovation au sein de l’agglomération genevoise, ils mettent notamment l’accent sur la formation des jeunes. Conscients de l’importance de l’innovation dans le cadre des nouvelles technologies, de la durabilité et de la formation des jeunes, les tpg cherchent àinvestir dans des solutions novatrices. Uneentreprisetournée vers l’innovation En 2018, les tpg démarrent une nouvelle expérimentation avec une ligne destinée BALOISEGROUP BRANDREPORT Employé.e de commerce en assurance  : une formation passionnante LaBâloiseAssuranceaune forte réputationd’entreprise formatrice. L’apprentissage permet de découvrir différents départements au sein de l’entreprise.Les plus motivé.e.speuvent même aller travailler en Suisse allemande ou encore effectuer un stage d’uneannéeintermédiaire à l’étranger ! Avec le soutien de spécialistes confirmé.e.setpédagogues,les jeunes développent les compétences techniques et adoptent les comportements nécessaires pour ce métier d’expertise.Àl’issuedelaformation initiale,les jeunes obtiennentleur CFC et Davide Azzuolo 23 ans, Fribourg Apprenti en 3 ème année Centredecourtage,Lausanne àrelier levillage etlagare deMeyrin àbord d’un véhicule autonome.La même année,lebus TOSA commence en première mondiale àcirculer sur la ligne 23. Il s’agit d’un bus électrique dont la batterie se recharge automatiquement àcertains arrêts. Ces projets témoignent de la volonté des tpg d’innover enmatière demobilité durable etdepoursuivre leurs engagements envers l’environnement et leur clientèle. Uneformation riche et diversifiée L’attention portée àl’innovation et au développement durable passe par l’emploi des jeunes. Avec plus de 2000 collaborateur.rices dans plus de 80 métiers, les tpg regroupent des secteurs divers, ce qui enfait un employeur de référence àGenève. La société de transport propose eneffet de nombreux L’apprentissage en trois ans proposé par la Bâloise offre l’opportunité aux jeunes talents de découvrir le monde captivant des assurances etdelafinance. sont déjà en mesuredeconseiller la clientèle, de traiter des sinistresetdefournirdes renseignementsdequalité sur des produits d’assurance.LaBâloise proposedenombreuses opportunités d’emploi après l’apprentissage, Après avoir terminé l’École de Culture Générale, j’aurais dû continuer les études pour devenir enseignant. Je me suis néanmoins réorienté vers un domaine plus lié àl’économie. Jesouhaitais découvrir le secteur des assurances etcomprendre son fonctionnement. J’ai ainsi opté pour l’apprentissage en assurances privées avec maturité intégrée. Grâce àcette formation, je réalise que ce domaine est aussi varié que passionnant. Exercer un métier concret et aider des gens est important pour moi. À l’avenir, j’aimerais rester àlaBâloise et intégrer la HEG enemploi. programmes de stage et d’apprentissage afin d’accompagner les jeunes dans leur formation etles aider àconstruire leur avenir professionnel. D’automaticien.ne àdessinateur.rice en passant par informaticien.ne ou encore agent.e relation client, les différents domaines de formation permettent d’acquérir des compétences variées et d’obtenir le Certificat Fédéral de Capacité tout en offrant de nombreuses perspectives de carrière.comme travailler au siègeprincipal àBâle ou entreprendreune formationsupérieure comme le brevet fédéral en assurances. Texte Andrea Tarantini Julien Broccard 27 ans, Sion Apprenti en 3 ème année Sinistres,Lausanne De plus,les apprenti.es etstagiaires sont accompagnés tout au long de leur formation par des formateur.rices passionné.es et qualifié.es qui ont àcœur de transmettre leurs connaissances et qui garantissent une formation dequalité. Anastasia Gilli, chargée de mission formation –apprentissages &stages au sein des tpg, indique  : « Nous tenons vraiment àceque nos apprentis.es puissent acquérir tant un savoir-faire qu’un savoir-être durant leur formation ». www.tpg.ch. Desquestions au sujet de la formation ? Contactez  : Angelo Iorio, HR Business Partner et responsable des apprentis +41 58285 60 48, angelo.iorio@baloise.ch Texte Léa Stocky Lestpg recrutent actuellement desapprentis.es ! Renseignez-vous sur tpg.ch/fr/stage-et-apprentissage.Baloise Group Àlafin de l’école obligatoire, j’ai entrepris d’abord unapprentissage de maçon. J’ai ensuite réalisé que je préférais travailler dans un bureau. La Bâloise m’a fait confiance et m’a permis de changer de voie. L’apprentissage en assurance est exigeant, mais il me permet de comprendre les besoins et les préoccupations des assuré.e.s et de les aider au mieux. En ce qui concerne l’avenir, j’aimerais poursuivre dans le domaine des sinistres et obtenir le brevet fédéral.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :