20 minutes Genève n°2021-06-17 jeudi
20 minutes Genève n°2021-06-17 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-06-17 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 8,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'Italie bien trop forte pour la Suisse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Actu, 20 secondes Impôts rétrocédés GENÈVE Le Conseil d’État a annoncé hier avoir versé 326 millions de francs à l’Ain (F) et à la Haute-Savoie (F). Il s’agit de la rétrocession annuelle d’une part de l’impôt à la source que Genève prélève sur les travailleurs frontaliers. Prolifération de fourmis VAUD Les fourmis pullulent et ont fait doubler les demandes d’intervention des entreprises spécialisées, a relaté « 24 heures ». Selon le biologiste Gérard Cuendet, spécialiste de la lutte contre les insectes, ce « comportement inhabituel » est dû au « printemps pourri ». Chargement trop lourd JURA Le chauffeur roumain d’un train routier a été intercepté début juin à la douane de Boncourt. Son chargement de rondins de bois était mal arrimé et son poids dépassait de 30% la norme autorisée, a indiqué hier l’Administration fédérale des douanes. La surcharge représentait 14 tonnes. L’armée met le feu TESSIN Un exercice militaire qui a pris une ampleur inattendue a provoqué un incendie spectaculaire, mardi soir à Cadenazzo. Le feu a détruit un motel fermé depuis une dizaine d’années. Il a aussi touché un bâtiment voisin et une forêt. BERNE Contre l’avis de sa commission, le Conseil des États s’est rallié au National sur ce point. Il faudra bientôt payer une taxe si on se rend aux urgences pour un cas bénin. Suivant le National, le Conseil des États a accepté hier, par 17 voix contre 15 et 2 abstentions, une initiative parlementaire en ce sens de l’ex-conseiller national Thomas Weibel (PVL/ZH). Les sénateurs ont voté contre l’avis de leur commission qui, à l’unanimité, ne voulait pas donner suite à ce texte. L’initiative entend imposer une taxe de 50 francs pour toute admission aux urgences hospitalières. Cette taxe ne serait pas prélevée sur la franchise ou la participation aux coûts. « L’habitude de se rendre de plus en plus fréquemment dans les services d’urgence des hôpitaux y surcharge l’organisation des urgences. Il en résulte un stressinutile pour le personnel médical et des délais d’attente qui pourraient être actu.20min.ch Aux urgences pour une broutille  : ça coûtera 50fr. Trains de nuit en bonne voie MOBILITÉ Berne remettra sur les rails le développement des trains de nuit. Le National a adopté hier un postulat demandant au gouvernement d’élargir l’offre existante et de rendre ce moyen de transport Il faudra bientôt payer une taxe pour se rendre aux urgences. –R. OESCHGER plus attrayant. Un élu UDC a estimé que le texte rendrait l’avion plus attractif. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a rappelé que ces formes de voyages étaient très demandées par la population. Deux adorables minois dans la famille guépard BÂLE Le zoo a ajouté deux bébés guépards à son carnet rose fin avril. Après avoir passé leurs premières semaines de vie cachés, ces frère et sœur peuvent être aperçus dans l’enclos extérieur. Ils sont les premiers nés de Dina, 3 ans, arrivée en novembre dernier. Leur papa, Ross, 4 ans, se trouve dans un autre enclos, les guépards vivant en solo sauf lors de la saison des amours. –PHOTO ZOO BÂLE évités pour les vraies urgences, avec parfois des conséquences potentiellement dangereuses », plaidait le texte déposé en 2017. Les enfants et les adolescents de moins de 16 ans, de même que les patients envoyés par un médecin et les malades dont le traitement nécessite par la suite une hospitalisation, pourraient en être exemptés. Les coûts à la charge de l’assurance maladie seraient ainsi réduits et les urgences déchargées, selon l’initiant. En 2019, les députés du National avaient vu dans ce texte un instrument approprié pour renforcer la responsabilité individuelle des patients et les inciter à consulter leur médecin de famille avant de se rendre à l’hôpital. –CHRISTINE TALOS Fête des étudiants sous surveillance SION Tout comme l’année dernière, la traditionnelle Fête des étudiants, organisée pour marquer la fin de l’année scolaire, n’a pas pu avoir lieu en raison des mesures sanitaires en vigueur, annonce la police valaisanne. Elle s’attend donc, ce soir et demain, à une forte affluence sur la place de la Planta, très prisée de la jeunesse en fin de semaine. C’est pourquoi l’accès à cette place sera limité et contrôlé par les forces de l’ordre, afin d’éviter que la fête ne soit gâchée par des fauteurs de troubles, comme cela avait été le cas fin mars. De plus, l’accès aux secteurs de Valère et de Tourbillon ne sera pas autorisé. La police dit avoir pris ces mesures après avoir constaté, depuis quelques jours, des appels sur les réseaux sociaux faisant craindre des débordements. Leurs auteurs ont été mis en garde. –COMM/BMT La police veut éviter des débordements à la place de la Planta. Élu privé de congé paternité Pour le conseiller national Baptiste Hurni (PS/NE), la situation est « ubuesque ». Alors que tous les jeunes papas de Suisse ont droit à deux semaines de congé paternité depuis janvier, il en est privé, selon « ArcInfo ». En raison d’une lacune législative, il ne touche aucune indemnité du Parlement depuis qu’il est devenu papa le 6 juin, et est même considéré comme absent non excusé. –DR
JEUDI 17 JUIN 2021/20MINUTES.CH Quelques voix discordantes Alors que les deux présidents se séparaient, près de 200 personnes se sont réunies sur la plaine de Plainpalais pour dénoncer l’impérialisme des deux puissances. « Le message que nous voulons leur faire passer, c’est le respect des droits des peuples, des droits humains », a déclaré un militant de longue date. « Un sommet bon pour la Suisse » DIPLOMATIE Le président de la Confédération Guy Parmelin et son collègue Ignazio Cassis affichaient de grands sourires au terme de la journée  : « Ce sommet a été bon pour la Suisse », s’est réjoui le ministre des Affaires étrangères. Le Tessinois a assuré que « la rencontre avec Vladimir Poutine était détendue ». Le thème des droits de l’homme a été abordé, mais pas celui de l’opposant Alexeï Navalny (lire ci-contre). GENÈVE La Cité de Calvin a accueilli hier la rencontre entre les deux chefs d’État. L’occasion d’affirmer leurs positions mais aussi de faire quelques concessions. Joe Biden ? « Je peux dire que c’est une personne constructive, équilibrée (...) et c’est ce à quoi je m’attendais », a commenté le président russe. Vladimir Poutine ? « Il ne cherche pas une guerre froide avec les États-Unis », a commenté son homologue. Les deux chefs d’État ont vanté hier leurs échanges, affichant leur volonté d’apaiser les tensions tout en restant avares en annonces concrètes. « Il n’y avait aucune animosité (...) C’était une discussion franche et directe », a estimé le président russe à l’issue de la rencontre, tandis que son homologue américain évoquait, lors d’une conférence de presse distincte, une tonalité « positive ». Dans une nette rupture avec les atermoiements et les ambiguïtés de son prédécesseur Républicain, Donald Trump, le locataire de la Maison-Blanche a assuré avoir clairement mis en garde l’homme fort du Kremlin, en particulier sur les cyberattaques. Il a aussi assuré qu’il ne tolérerait pas de « tentatives de déstabilisation de nos élections démocratiques », dans une référence à l’ingérence russe dans l’élection présidentielle de 2016. Seul signe un peu concret d’un certain dégel, les deux hommes ont convenu du retour de leurs ambassadeurs respectifs. « Ils retournent sur leur lieu d’affectation. Quand exactement, c’est une question purement technique », a assuré Vladimir Poutine. Le Russe a aussi jugé qu’un « compromis » sur un échange de prisonniers était possible. –AFP/FRS Actu 3 Biden et Poutine balancent entre fermeté et ouverture Poutine sans états d’âme pour Navalny Alexeï Navalny « savait qu’il violait la loi » en ne respectant pas les conditions d’une condamnation avec sursis alors qu’il était soigné en Allemagne après un empoisonnement, a assuré hier Vladimir Poutine. L’opposant russe avait Près de 200 personnes se trouvaient sur la place du Port. –LHU Réactions lors des convois présidentiels à voir sur l’app. Les deux hommes se sont entretenus durant un peu moins de quatre heures hier à Genève. –REUTERS été transféré dans le coma à Berlin en août après un empoisonnement en Russie, dont il accuse le Kremlin. Il a été arrêté six mois après son retour en Russie, les autorités lui reprochant de n’avoir pas pointé comme il aurait dû. GENÈVE Certains sont venus de loin pour voir les chefs d’État russe et américain traverser la ville hier. Postés devant le pont du Mont-Blanc, ils étaient quelques dizaines à avoir fait le déplacement dans la matinée. « Je suis venue d’Allemagne il y a deux jours. Je suis là depuis 9h », nous a confié Anatoli. Au fil des heures, la place du Port s’est remplie, accueillant près de 200 personnes. Face à l’imposant dispositif de sécurité, le calme régnait. « Il faut venir sur place pour entendre ce silence relatif. Il y a quelque chose de spécial. C’est un moment historique », a relevé Valérie. Le convoi de Vladimir Poutine a fait son apparition vers 13h, suivi, peu après, de celui de Joe Biden. Un passage « impressionnant » et « fascinant » pour les uns, « un dérangement incompréhensible pour accueillir des dictateurs » pour les autres. Dans les deux cas, l’événement n’est pas passé inaperçu. – LHU Crispations sur les droits de l’homme S’il a reconnu que la question des droits humains avait été abordée, Vladimir Poutine s’est aussitôt lancé dans une longue diatribe contre les États-Unis sur ce thème  : de l’attaque du Congrès le 6 janvier à un bombardement de civils en Afghanistan en passant par les violences policières contre la minorité afroaméricaine. Cette sortie a provoqué, une demi-heure plus tard, une vive réplique du président américain, qui a dénoncé des « comparaisons ridicules ». Venus de loin pour Commerçants indemnisés voir les présidents GENÈVE Si on ne sait pas encore quel sera le montant de la facture de ce sommet, les commerçants qui ont dû fermer seront indemnisés. Le Conseil d’État a adopté hier un arrêté relatif à cette indemnisation. Le Canton recevra et traitera les demandes. Les indemnités seront versées par la Confédération. Toutes les entreprises ayant subi un préjudice direct sont susceptibles de recevoir des compensations. Les sociétés concernées ont 30 jours pour faire valoir leur droit aux indemnités.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :