20 minutes Genève n°2021-02-02 mardi
20 minutes Genève n°2021-02-02 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-02-02 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 8,9 Mo

  • Dans ce numéro : la junte écarte l'icône de la Birmanie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
–POLICE CANTONALE VALAISANNE 2 Actu, La coulée s’est déclenchée dimanche dans le val Ferret. Clip interrompu par la police AIN (F) Il faudra trouver un plan B pour terminer le clip de rap commencé dimanche dans les rues de Bellegarde-sur-Valserine, près de Genève. Les responsables du tournage ne disposaient d’aucune autorisation administrative. Selon « Le Dauphiné libéré », vingt gendarmes sont parvenus à disperser dans le calme la centaine de figurants, acteurs, artistes et techniciens qui y participaient. L’artiste à l’initiative du rassemblement devrait être convoqué par la police. 20 secondes Swiss réduit la voilure GENÈVE La compagnie a annoncé hier qu’elle limiterait les vols depuis Cointrin « au strict minimum » jusqu’à fin février. Seuls Zurich et Francfort (All) restent desservis, dans l’attente d’infrastructures permettant la réalisation de tests Covid. Le groupe se veut rassurant sur sa stratégie à long terme. Feu d’artifice sauvage GENÈVE Des engins pyrotechniques ont été lancés dimanche soir dans le quartier de la Servette. Alertée, la police n’a trouvé personne sur place. Selon le porte-parole de la police, des groupes de jeunes se rassemblent fréquemment à cet endroit. Concert de sirènes SUISSE Comme chaque premier mercredi de février, le système d’alarme général sera testé demain à 13 h 30. L’essai pourrait durer jusqu’à 14h. Les cantons diffuseront aussi, pour la troisième année consécutive, une notification via les canaux d’Alertswiss. FRIBOURG Dans nombre de communes, il y a juste assez de candidats pour siéger à l’Exécutif, voire moins. Un professeur veut changer le système. Les élections communales fribourgeoises auront lieu le 7 mars prochain. Mais dans la majorité des communes, en particulier les petites, elles seront presque tacites (lire ci-dessus), notamment parce qu’il y a tout juste assez de candidats pour l’Exécutif. « Ce manque de choix est contraire aux principes de la démocratie », déplore Mark Schelker, professeur d’économie politique à l’Université de Fribourg, qui appelle de ses vœux une réforme du système. Pour lui, deux leviers devraient être activés  : mieux rémunérer les conseillers communaux et Un snowboarder décède à la Fouly VALAIS Une avalanche s’est déclenchée dimanche en dehors du domaine skiable sécurisé de la station du val Ferret. Un Italien de 31 ans domicilié dans le canton de Fribourg y a perdu la vie, a indiqué la police. Il a été découvert par deux skieurs, qui ont essayé de le réanimer. Les recherches ont été largement compliquées par le risque de suravalanche. Il n’est pas exclu que d’autres personnes aient été ensevelies. abolir l’obligation de résider dans la commune. « En ville de Fribourg par exemple, il y a de nombreuses personnes compétentes. Mais les places sont rares. Pourquoi ne pourraient-elles pas apporter leur expertise ailleurs ? » interroge le professeur. Il estime aussi qu’on pourrait autoriser les conseillers à cumuler plusieurs mandats, afin de faire de la fonction un job à temps plein. À l’heure actuelle, la solution privilégiée est plutôt celle des fusions de communes, ce qui permet de réduire le nombre d’élus. Mais, selon Mark Schelker, « à moyen terme, les problèmes sont les mêmes ». D’autres cantons romands souffrent aussi de ce manque de vocations. Par exemple, huit communes vaudoises (sur 309) n’ont pas assez de candidats. –XAVIER FERNANDEZ actu.20min.ch « Ce manque de choix est contraire à la démocratie » Mark Schelker a des conseillers communaux parmi ses élèves. –DR Des seringues pas assez précises VACCINATION La Suisse n’est pas épargnée par les retards de livraison des vaccins anti-Covid de l’entreprise Pfizer/BioN- Tech. Pour pallier ce problème, la firme américaine recommande désormais de vacciner 6 personnes avec un flacon, et non plus 5 comme auparavant. Mais, selon le « Tages-Anzeiger », il y a un hic  : la plupart des seringues fournies par la pharmacie de l’armée, responsable de la distribution, sont trop épaisses et imprécises. Une médecin témoigne dans le journal zurichois  : « C’est comme si vous deviez peser le sel d’une portion de spaghettis avec une balance prévue pour un humain. » Problème qui ne se pose pas avec le vaccin de Moderna, ses flacons contenant un peu plus de sérum qu’indiqué. –AWA Tous les citoyens deviennent candidats –PDL/GRÉGORY BATARDON Pas d’élection tacite à Fribourg. Lorsqu’il n’y a pas assez, ou juste assez, de candidats, tous les citoyens de la commune sont potentiellement éligibles. « Vous pouvez voter pour n’importe qui. Faut-il encore que la personne accepte son élection », explique Samuel Russier, secrétaire général de la Direction des institutions, de l’agriculture et des forêts (DIAF). En revanche, dès qu’il y plus de candidats que de sièges, on ne peut voter que pour l’un d’eux. De 19 à 76 ans Le plus jeune candidat pour un siège dans un Conseil communal est Corentin Frésard, de Belfaux, né en 2002. Les plus âgés sont Christiane Ubertini, de Granges, et Jacques Bonfils, du Val-de-Charmey, tous deux nés en 1945. L’âge moyen des candidats est de 48 ans. La proportion de femmes continue de progresser, mais reste loin de la parité. « Cette année, nous avons 29,4% de candidates contre 25,6% en 2011 et 27,8% en 2016 », détaille le secrétaire général de la DIAF. Début du Prix de Lausanne Le prestigieux concours international de danse s’est ouvert dimanche. Il se déroule en streaming, coronavirus oblige. Près de 80 jeunes danseurs de 20 nationalités y prennent part. Un concours pour jeunes chorégraphes est au programme cette année. L’événement est retransmis sur Arte Concert, ainsi que sur prixdelausanne.org.
–GETTY IMAGES MARDI 2 FÉVRIER 2021/20MINUTES.CH Des visiteurs pas assez disciplinés VALAIS Masques enlevés, embrassades... le non-respect des mesures sanitaires par certains a eu raison des visites sur les sites hospitaliers romands du canton, selon « Le Nouvelliste ». La décision a pris effet samedi, après que plusieurs foyers de contamination avaient été détectés à l’hôpital de Sion. Ces restrictions ne s’appliquent pas dans le Haut-Valais, où « il n’y a pas de problème de sécurité », selon Éric Bonvin, directeur de l’Hôpital du Valais. Des exceptions restent négociables. La baisse 22,6% C’est le recul des demandes d’asile en 2020 (11’041 au total), soit 3228 de moins qu’en 2019. Le Secrétariat d’État aux migrations s’attend à une hausse en 2021, jusqu’à 15’000 demandes, expliquée par plusieurs foyers de crise au Moyen-Orient et en Afrique. Les Érythréens, victimes collatérales du conflit au Tigré, ont déposé le plus de demandes (1917). HUMANITAIRE Pour éviter les contraintes liées au virus, les ONG ont réduit l’envoi de personnel expatrié, au profit d’employés autochtones. Quarantaines, tests PCR, visas… Les contraintes pour déployer du personnel humanitaire à l’étranger se sont multipliées avec la pandémie. « Une mission auparavant organisée en deux semaines nous prend aujourd’hui entre quatre et six semaines », confirme Claudio Rini, directeur des opérations à la Fondation Terre des hommes. Si à l’heure actuelle, aucune interdiction n’empêche les organisations non gouvernementales (ONG) d’envoyer des employés aux quatre coins du monde, dans les faits, les départs ont été revus à la baisse. À Médecins sans frontières, « près de 1400 personnes sont parties en mission entre juin et août 2020, contre un peu plus de 1800 en 2019 sur la même période, soit une baisse d’environ 23% », précise son porte-parole à Genève, Étienne L’Hermitte. L’Association pour la prévention de la torture, elle, a suspendu ses rencontres en présentiel avec les autorités gouvernementales et les institutions partenaires l’an passé. Malgré ces annulations, les ONG assurent avoir réussi à poursuivre leurs activités à l’étranger grâce à une stratégie adoptée de longue date  : la plupart d’entre elles emploient plus de 90% de personnel local. Un staff bien plus mis à contribution depuis le début de la crise. « Nous avons réorienté les personnes sur place, rapporte Claudio Rini. C’est une manière intelligente de contourner les contraintes et de valoriser les compétences déjà présentes. » –LEÏLA HUSSEIN Actu 3 À l’ère du Covid, les ONG privilégient le staff local Le vaccin, une contrainte de plus ? La vaccination contre le Covid-19 a commencé en Suisse et à l’étranger fin 2020. Une nouvelle variable à prendre en compte pour les ONG, même si aucune obligation ne semble à l’ordre du jour. « La vaccination est recommandée, mais elle ne peut pas être imposée », indique L’activité des ONG a augmenté depuis l’arrivée du coronavirus. –TDH/MARIE-LOU DUMAUTHIOZ Baisse des offres d’emploi pour les expatriés  : témoignage en vidéo à découvrir sur notre app. la Fondation Terre des hommes. À Médecins sans frontières, l’organisation ne dispose pas d’un stock qui lui est exclusivement réservé, mais des échanges sont en cours pour que les collaborateurs soient inclus dans les plannings de vaccination des pays où ils œuvrent. Insonorisation « insuffisante » GENÈVE Unique et court tronçon à découvert du Léman Express entre Lancy et Annemasse, le pont de la Seymaz pose problème. Un projet d’insonorisation est prévu pour 2022. Mais selon la « Tribune de Genève », l’Exécutif de Chêne-Bougeries et plusieurs riverains s’y opposent, estimant les mesures « pas assez efficaces ». Cela pourrait retarder l’ouvrage. Le Département des infrastructures va examiner une variante. Les voisins du pont de la Seymaz souffrent du bruit. –L. GUIRAUD/TAMEDIA ZOUG Certains aiment le travail bien fait, même s’il faut pour cela se mettre hors la loi et braver toutes sortes de dangers. C’est assurément le cas de ce livreur de pizzas. Vendredi soir, en chemin pour une livraison sur une route près de Menzingen, le coursier s’est retrouvé face à une chaussée fermée. Une coulée de lave torrentielle avait obligé les forces de l’ordre à barrer cette voie plus tôt dans la journée. « Ça n’a visiblement pas intéressé le livreur, qui a Personnel expatrié en difficulté Rentré en juillet dernier d’une mission au Liban,Amir Siame n’attend qu’une chose  : repartir sur le terrain. Chaque jour, ce logisticien épluche les offres d’emploi en ligne. « Il y en a bien moins depuis la crise du Covid », relève le trentenaire, qui comprend les difficultés liées à la situation. « L’urgence est au cœur de notre métier. Si envoyer des expatriés implique de perdre un temps précieux, il est normal que les ONG cherchent à l’éviter. » Il voulait livrer ses pizzas à tout prix déplacé les barricades pour pouvoir poursuivre sa route », a expliqué la police sur ses réseaux sociaux. Un geste le mettant lui-même en danger, ainsi que les personnes travaillant sur ce tronçon. L’intrépide a alors été intercepté. Outre le fait d’avoir ignoré la signalisation, il ne portait pas de ceinture de sécurité et n’avait pas de permis de conduire sur lui. Il a donc écopé de plusieurs amendes, d’un montant total de 180 francs. –OFU



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :