20 minutes Genève n°2021-01-29 vendredi
20 minutes Genève n°2021-01-29 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-01-29 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 13,9 Mo

  • Dans ce numéro : Nell fait son retour en nounou stressante.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Actu, Lecteur reporter à,/ ! 20 secondes E 0306251 à Obligatoire dès lundi AUTOROUTES Attention à l’oubli  : la vignette 2021 sera obligatoire pour circuler sur les autoroutes et semi-autoroutes suisses dès le 1er février. Les contrevenants risquent une amende de 200 fr. Trafiquant canin arrêté ZURICH Un trentenaire a été arrêté début janvier pour trafic de chiots, indique la police. Il aurait importé des toutous étrangers pour les revendre en ligne. Certains ont été pucés en Suisse pour être vendus plus cher et plus facilement. Cas d’inceste en hausse SUISSE En 2019, 343 enfants ont été victimes d’inceste en Suisse, contre 250 il y a dix ans, révèle la RTS. Ce n’est que la pointe de l’iceberg, disent les experts. Dans 94% des cas, l’agresseur est un homme. COVHD-18 COVID-19 La plateforme d’inscription pour se faire immuniser ne permet pas de détecter les fraudeurs. Les doses de vaccin anti-Covid sont, pour l’heure, une denrée rare. En théorie, elles devraient donc être réservées aux résidents de chaque canton, livrées au prorata de sa population. En fait, c’est plus compliqué. Mardi, 3836 personnes ne vivant pas à Genève étaient inscrites dans les fichiers du bout du lac (lire encadré). Il y a les exceptions  : les résidents français assurés à la LA- Mal ; les résidents français hors LAMal mais travaillant dans les institutions de santé genevoises ; enfin, les résidents français employés dans les organisations internationales. Mais il y a aussi les fraudeurs. « Le tourisme de la vaccination n’est pas acceptable, mais quelques cas ont été repérés », admet Laurent Paoliello, porte-parole du Département de la santé. Un car d’Italiens a ainsi été éconduit au centre m3 Sanitrade, relate-t-il. D’autres, notamment deux Transalpins dont les enfants sont établis à Genève, sont passés entre les gouttes. « Ces gens hors catégories autorisées, on leur facture rétroactivement les vaccins, même si normalement ils auraient dû être refusés. » Le souci, c’est que rien n’empêche d’entrer une donnée erronée (l’adresse d’un proche, par exemple) dans la plateforme d’inscription en ligne de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). « Niveau filtre, il devrait être possible de mieux faire. C’est un manque, juge Laurent Paoliello. Nous avons demandé à l’OFSP de mettre en place un garde-fou. Reporter sur les centres de vaccination la responsabilité du contrôle, cela ne va pas. » –JÉRÔME FAAS actu.20min.ch Des étrangers vaccinés à Genève faute de contrôle Des milliers de non-résidents inscrits Mardi, 1273 personnes vivant dans un autre canton que Genève étaient inscrites dans les fichiers du bout du lac (189 avaient obtenu un rendez-vous) ; 2398 individus résidant à l’étranger mais assurés à la LAMal étaient aussi enregistrés (420 avaient un rendez-vous). Et 165 inscrits vivaient à l’étranger avec une assurance étrangère. Aucun n’avait de rendez-vous. « Avec cette catégorie, les centres de vaccination sont très attentifs », assure Laurent Paoliello. La coulée de neige des Diablerets serait partie du bas de l’un des sommets entourant la station. –DR En théorie, les doses sont réservées aux résidents du canton. Tourisme vaccinal entre les cantons « Formellement, l’OFSP n’interdit pas à un Vaudois de venir se faire vacciner à Genève. Mais il le déconseille fortement », vu le contingentement des doses par canton, observe Laurent Paoliello. Dans les faits, plusieurs Suisses se livrent au tourisme intercantonal, comme ce Danger d’avalanches  : axes fermés VAUD Jeudi soir, deux routes de l’Est vaudois ont été bouclées dès 23h en raison du fort risque d’avalanches dans la région. Il s’agit de tronçons entre Lavey et Morcles et entre Bex et Les Plans-sur-Bex. Vers midi, une coulée de neige spectaculaire s’était produite aux Diablerets. L’avalanche n’a pas atteint la station, mais plusieurs chalets ont dû être évacués durant la nuit et leurs occupants relogés en lieu sûr, selon la police vaudoise. Par ailleurs, un glissement de terrain s’est produit sur la route Aigle-Le Sépey, nécessitant des travaux pour protéger la chaussée. Les grandes quantités de neige tombées ces derniers jours ont fortement accru le danger d’avalanches dans les Alpes. Certaines régions sont même passées jeudi matin en degré 5 (très fort), soit le niveau d’alerte maximal. –COMM/SZU L’avalanche des Diablerets en vidéo sur l’app. couple de Genevois inscrit à la fois dans son canton et dans celui du Valais (qui lui a après coup prié de se faire vacciner au bout du lac). « Nous arrivons ici à la limite du système, qui fait appel à la responsabilité individuelle et morale des Suisses », note Laurent Paoliello. L’augmentation Le nombre de binationaux résidant en Suisse a augmenté de 5% depuis 2010. La deuxième nationalité (en plus de la suisse) la plus représentée parmi la population en ayant deux est l’italienne (24%). Canton critiqué après les renvois GENÈVE La mobilisation citoyenne et la grève de la faim n’ont pas permis d’éviter le renvoi de trois requérants d’asile éthiopiens déboutés. Ils ont quitté Genève mercredi soir en avion, écrit « Le Temps ». Depuis, les réactions fusent dans la classe politique. Certains dénoncent un « manque de courage » des autorités. « Il aurait pu en être autrement », a fait valoir le conseiller d’État Antonio Hodgers sur Facebook, invitant l’État à « ne pas tomber dans une dérive autocratique ». –GETTY
VENDREDI 29 JANVIER 2021/20MINUTES.CH o Le crash d’un Junker Ju-52, un appareil historique, avait fait vingt morts à l’été 2018. –POL. GR L’analyse détaillée des circonstances et des causes de l’accident est à voir sur notre app. Un pilotage « à haut risque » a causé le drame GRISONS On connaît désormais les raisons du crash d’un Junker Ju-52 ayant coûté la vie à vingt personnes, le 4 août 2018 au Piz Segnas. Selon le Service suisse d’enquête de sécurité (SESE), l’équipage a pris de grands risques en volant à VAUD/GENÈVE VMDIGE AVE Sa boîte de gestion de fortune en liquidation, un boss jetsetteur s’est expatrié. Ses employés sont démunis. « Nous avions pas mal de clients très fortunés. Jules* menait un train de vie de pacha. Mais à un moment donné, les affaires ne marchaient plus. Il allait en jet privé au Bal de la Rose à Monaco. Ses enfants continuaient de fréquenter des écoles privées. Ils pouvaient claquer des dizaines de milliers de francs en un seul week-end. Nous, nous étions sans salaire. » C’est avec amertume que Marco*, informaticien de 49 ans, narre ses malheurs avec son ancien employeur. Croulant sous les faible altitude et sans changement de trajectoire possible, le tout à une vitesse dangereusement basse. « Cela a engendré la perte de contrôle de l’avion lors de turbulences pourtant non extraordinaires », conclut le SESE dans son rapport. Les voyagistes veulent simplifier l’accès aux tests Grosse bagarre après les cours RENENS (VD) Une rixe opposant une poignée de collégiens de 14 à 15 ans a éclaté devant une cinquantaine de spectateurs, mercredi vers midi. Bilan  : un blessé léger et quatre interpellations, selon la police. Le phénomène serait récurrent  : « Les élèves s’allument à la récréation puis se retrouvent à la fin des cours pour des bastons », témoigne la mère d’un écolier de 10 ans. La Direction des écoles a entamé un travail de prévention de la violence. Les agences de voyages se démènent pour aider leurs clients à se procurer des tests PCR, rapporte le « Tages-Anzeiger ». Car, dès le 8 février, toute personne arrivant sur sol suisse par avion devra présenter un dépistage négatif, a annoncé le Conseil fédéral mercredi. Or, la mesure concerne uniquement le trafic aérien. De quoi diminuer les réservations au profit du rail ou de la route, déplorent certains acteurs de la branche. dettes, le boss jet-setteur a laissé tomber sa Société à responsabilité limitée (Sàrl) avant de s’expatrier avec sa famille. Resté plusieurs mois sans salaire, Marco a porté l’affaire aux Prud’hommes. En décembre 2020, le Tribunal a statué en l’absence de Jules. L’homme d’affaires suisse a été reconnu Actu 3 « Il voyageait en jet privé sans payer les salaires » Le boss vivait dans le luxe, ses employés dans la misère. –GETTY Le tueur de Morges guidé par « l’émir » TERRORISME Le Turco-Suisse qui avait poignardé à mort un passant le 12 septembre 2020 à Morges (VD) connaissait le trentenaire vaudois condamné le 15 janvier à Paris à 15 ans de prison pour jihadisme. Selon des documents de l’enquête consultés par la RTS, ils se seraient rencontrés en 2016 et se croisaient régulièrement à la mosquée de Prélaz, dans l’ouest lausannois. Le tueur de Morges se trouvait sous « l’emprise Malheurs en série pour le personnel La villa avec personnel domestique et les enfants à l’école privée, c’est du passé.Après l’hôtel payé par le social,Thomas est hébergé par un ami. D’informaticien, Marco est devenu monteur de stores avec des loyers impayés. Thomas aussi est au social. Tous ces anciens employés de la Sàrl ont vu leur couple se disloquer. Pendant ce temps, les commandements de payer envoyés à Jules restent sans effet. idéologique » de celui qui se faisait appeler « l’émir », note le Service de renseignement de la Confédération. Les deux hommes parlaient avec d’autres radicalisés sur la messagerie cryptée Telegram. En 2017, « l’émir » y avait diffusé un plan d’attentat à la bombe visant une discothèque du centre de Lausanne. Mais le groupe de discussion était infiltré par des agents du FBI, qui avaient lancé l’alerte en Suisse. –JBM Le suspect avait été arrêté au lendemain du meurtre de Morges. –DR débiteur d’un montant de 14’643 francs. « Il me devait au moins 70’000fr. mais il ne me versera même pas un franc », se désole l’informaticien. Ancien vice-président de la société, Frank* fait aussi partie des victimes de la vie dispendieuse et de la propension au « m’as-tu vu » de l’ex-boss. « Je ne suis resté qu’un mois sans salaire avant de démissionner, mais il me doit pour plus de 80’000fr. de commissions », regrette-t-il. « Jules est un escroc sans cœur. Cet embobineur a poussé la bassesse jusqu’à vendre le mobilier de la boîte avant de s’en aller », s’étrangle Thomas*, ancien assistant administratif de la Sàrl. –ABDOULAYE PENDA NDIAYE *Prénoms d’emprunt



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :