20 minutes Genève n°2021-01-11 lundi
20 minutes Genève n°2021-01-11 lundi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-01-11 de lundi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 6,8 Mo

  • Dans ce numéro : Lara revient au sommet du super-G.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Régions zEt Itemr, 1110 j1c il atedell0t1 Le félin de 8 mois était en état de choc lorsqu’il a été découvert. –POLICE VD Bébé lynx secouru sur l’A9 VAUD Une jeune femelle lynx d’environ 8 mois a été sauvée sur l’autoroute entre Les Clées et Vallorbe, a relaté la police vaudoise. L’accident de voiture qui a coûté la vie à sa mère s’est produit le 10 décembre, mais 20 secondes La fête lui coûte cher VAUD/GENÈVE Un trentenaire genevois a écopé d’une amende de 1000 francs pour la rave party qu’il avait organisée fin juillet dans les hauts de Blonay. Malgré les restrictions sanitaires, elle avait rassemblé au moins mille personnes. Trafic démantelé FRIBOURG La police a saisi 3,5 kg de haschich et mis fin à un trafic portant sur environ 20 kg. Elle a aussi saisi plusieurs armes et identifié deux jeunes hommes de 19 et 21 ans comme auteurs du trafic. Abris ouverts plus tôt GENÈVE En raison de la chute des températures, la Ville a activé son Plan « grand froid ». Les centres d’hébergement d’urgence ouvrent dès 18 h15 et l’abri PC de Pâquis- Centre s’est agrandi de 24 places. n’a été rendu public qu’en fin de semaine dernière. En état de choc, le bébé lynx a été pris en charge par un centre de soins de Chavornay et sera relâché dans le Jura vaudois une fois remis sur pattes. GENÈVE La limitation à trois sites d’injection et la mise à l’écart provisoire des pharmaciens et des toubibs interpellent. Depuis le 4 janvier, les Genevois de plus de 75 ans peuvent être vaccinés dans trois centres  : deux cliniques et un espace de la société m3 sanitrade, créée en avril 2020. Le choix du groupe m3, également actif dans l’immobilier et la restauration, fait tiquer. « Je m’étonne, au vu du nombre d’institutions de soins que compte le canton, qu’on délègue cette tâche à un privé », s’irrite l’élu PDC et médecin Bertrand Buchs. Un sentiment partagé par Michel Matter, président de l’Association des médecins genevois (AMG)  : « S’adresser d’abord à des privés avant les acteurs de la médecine publique interroge. » La Miraculé malgré des tonneaux FRIBOURG Un automobiliste suisse de 27 ans a échappé au pire, dans la nuit de vendredi à samedi sur la route de Neyruz, à Matran. Ivre et roulant à une vitesse inadaptée aux conditions de la route, il a perdu la maîtrise de sa voiture, qui a fait plusieurs tonneaux, a indiqué la police cantonale. Éjecté au cours de l’accident, le conducteur a été hospitalisé avec des blessures. Une interdiction de conduire lui a été notifiée. Scission au sein de l’alliance rose-verte LAUSANNE La course à la Municipalité va marquer un tournant  : les Verts lausannois ont décidé de sortir de l’ombre de leurs alliés socialistes et POP et de partir en solo. Vendredi, ils ont nommé Xavier Company et Daniel Dubas candidats à l’Exécutif de la Ville, avec la sortante Natacha Litzistorf. Face à eux, les locomotives socialistes Grégoire Junod, syndic, et Florence Germond, municipale sortante, accompagneront la nouvelle tête rose Émilie Moeschler, vice-présidente du parti, en remplacement d’Oscar Tosato. Le POP alignera le sortant David Payot. Ce « divorce » entre roses et verts pourrait faire le jeu de la droite et de son ticket composé de Pierre-Antoine Hildbrand et Florence Bettschart-Narbel. –FRB, - ‘ LE'*nie, geneve.20min.ch Le choix des centres de vaccination fait polémique campagne de vaccination est pilotée par l’État qui reçoit, puis distribue les doses. Impossible donc de vacciner sans son aval. « Le Canton a-t-il procédé à un appel d’offres ? » demande Bertrand Buchs. Le Département de la santé confirme l’absence d’appel d’offres. « Les centres se sont Courte expérience Interpellée eu égard à sa courte expérience dans la santé, m3 précise s’être associée aux laboratoires Helvetic Care. « Le projet du centre a été validé par la direction de la Santé », indique Fabrice Eggly, directeur de la communication. Les autorités « viennent sur le site très régulièrement ». Il ajoute qu’un médecin référent est sur place aux horaires d’ouverture » et que toutes les injections sont faites par des infirmiers formés par les HUG. La voiture accidentée a été compactée par la série de tonneaux. annoncés à la suite d’un appel du directeur général de la santé », détaille Florence Forget, porte-parole. La Direction générale a ensuite choisi en fonction du potentiel de vaccinations quotidiennes sans diminuer le nombre de dépistages. Le groupe m3 se montre plus précis  : « L’État nous a La société m3 sanitrade est au sein du dispositif de vaccination. –M-3 GROUP L’État paie pour le tuteur véreux Une ancienne affaire de gestion déloyale a trouvé un accord. L’État de Vaud a versé 10 millions de francs d’indemnités aux héritiers d’un industriel âgé dont les biens avaient été dilapidés par le tuteur, a relayé « 24 heures ». L’ex-gestionnaire est dans une situation d’indigence. contactés en décembre pour nous proposer de participer à la campagne de vaccination dès le 4 janvier. » Les trois centres choisis par le Canton devraient avoir l’exclusivité des injections jusqu’à la fin du mois de janvier. Ensuite, le nombre de sites sera étendu. –MARIA PINEIRO Élargissement Très actifs dans la vaccination contre la grippe, médecins et pharmaciens n’ont pas été retenus pour la 1re phase de la campagne. « Il est incompréhensible que nous ne soyons pas mis à contribution, souligne Antonio Pizzoferrato, de l’AMG. Si cela devait durer, ce serait problématique. » Les pharmaciens sont plus sereins, ne doutant pas de leur participation prochaine. L’État confirme que l’arrivée du vaccin Moderna permettra de multiplier les acteurs. –POLICE FR
Infographie  : Stéphanie Wauters/Source:Agriculture Durable Les betteraves sucrières ont aussi leur pandémie Faut-ilrenoncer àla culturedelabetterave sucrière en Suisse et importer notre sucre ? Peut-onvivre sans sucre suisse ? Onfaitlepoint. Oui, les plantesaussi ont desvirus Les betteraves suisses eteuropéennes sont attaquées par un virus qui provoque une jaunisse. Cette maladie réduit les racines et,donc,leurteneur en sucre, raisonpour laquelle on lescultive.En 2020, les effets de cette maladie ont engendré une baisse catastrophiquedelarécolte, particulièrement enSuisse occidentale (par exemple près de 40% en moyenne pour le canton de Vaud, qui représente un quart de la production suisse). Ceci s’ajoute à d’autres problèmes culturauxsurvenus ces dernières années. Ce virus setransmet via une piqûredepuceron.Silaprésence de ces insectes n’est en général pas undanger pour les plantes cultivées, la transmission de la maladie est ici le vrai problème  : deux pucerons suffisent pour inoculer le virusàune plante. Hélas,les prédateursnaturels des pucerons, comme les cocci- LA BETTERAVE  : UNE USINE NATURELLE o2 0 00 0 ❑ c02 gaz carbonique oxygène min énergie. lumineuse L'eau et les sels minéraux absorbés par les racines sont acheminés vers les feuilles qui, par ! a photosynthèse, les transforment en sucres. Ces sucres sont transportés et stockés dans la racine. Paid Post Il existe plusieursvariétés de betteraves  : sucrière, fourragère(pour nourrir les animaux), rouge (pour la salade) et... les côtes de bettes ! -istock nelles, sont insuffisants pour les éradiquer. Les betteraviers sont donc contraints detraiter leurs récoltes avec desinsecticides. La technique de l’enrobage de la graine avec des néonicotinoïdes aété interdite enEurope eten Suisse en 2019 et lestraitements alternatifs par épandage ne sont pasaussi efficaces. Pour contrer la jaunisse,l’enrobagepar néonicotinoïdesadonc provisoirement étéautoriséenEuropepourtrois ans. Sollicité par les professionnels pour faire de même en Suisse, l’Office fédéral de l’agriculture(OFAG)afinalement maintenu l’interdiction et autorisé deux autresproduits pour lesbetteraves, mais moinsefficaces. Touteune filière 100%suisse concernée Les betteraves sont semées au printemps et poussent jusqu’à l’automne,oùellessont récoltées en entier,feuillesetracine. C’est de la racine qu’est extrait le sucre, viaunprocessusappliqué en Suisse dans deux usines à Aarberg (BE) etFrauenfeld (TG). Comment çamarche ? Réponse ici en vidéo  : www.agriculturedurable.ch/sucrerie. C’est donc toute une filière, comprenant infrastructures et emplois, quidépend de la culture des betteraves sucrières en Suisse.Etc’est aussiune garantie dequalité et de respect des normes de pouvoir assurer de A àZl’ensemble duprocessus de transformationsur solsuisse. Mais, on l’avu, cetteplanteest fragile. Et lesmoyens de lutteal- ternatifs auxproduitsdeprotection font défaut. Larecherche s’active àdévelopper des variétés plus résistantes, mais elle a encore besoin de plusieurs années pour aboutir. Dans le canton de Vaud,les organisations professionnelles et l’État se sont associés pourvenir en aide auxbetteraviersfrappés par cette crise. Un plan de soutien financier conditionnéàlaréduction du recours aux produits phytosanitaires a été mis en place ennovembre 2020 afin de permettre aux producteurs de compenser en partie lespertes. Faut-ilrenoncer àlabetterave suisse et importernotre sucre ? « C’est un poison quidonne le diabète et rend les gens obèses », s’offusquent les détracteurs du sucre. C’est oublier que, comme toutechose,ildoitêtreconsommé avecmodération.Enoutre,c’est le carburantessentiel du cerveau:il apermis àl’être humain dedevenir cequ’il est. On le trouve aussi dans lesfruits, c’estunaliment de base,comme la farine,les œufs,le lait ou le sel. Le sucreest un composant essentiel des aliments usuels traditionnels et locaux  : biscuits,chocolat,confiture... Si la production suisse s’effondre parce que les maladies diminuent les rendements, empêchant ainsi les sucreries d’Aarberg etdeFrauenfeld de tourner correctement, ilfaudra importer car dans le même tempslaconsommation,elle,se poursuivra. Il s’agira alors soit de sucreeuropéentirédebetteravesproduites avecdes néonicotinoïdes prohibés en Suisse, soit du sucredecanne (oudusirop deglucose) produit beaucoup plus loin, dans des conditionsque l’on ne contrôlepas.En d’autres termes, une forme de concurrencedéloyale. Paid Post 41141111,.le Agriculture-Durable.ch Ce contenu aété produit par le Commercial Publishing, en collaborationavec Agriculture Durable, une initiatived’Agoraetdes chambres d’agricultureromandes. Le Commercial Publishing est le département de Content Marketing qui travaille sur mandatde 20 minutes et de Tamedia.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :