20 minutes Genève n°2021-01-05 mardi
20 minutes Genève n°2021-01-05 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-01-05 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 9,5 Mo

  • Dans ce numéro : Stephen Curry, un sniper en mission.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Actu, 20 secondes Attention à la visibilité ! SUISSE ROMANDE « Libérez, dégivrez… pour sauver des vies »  : ce message a été diffusé sur 1600 affiches dans les cantons de Vaud et du Valais. Les polices des deux cantons rappellent que démarrer en n’ayant dégagé que quelques ouvertures pour le regard constitue une négligence grave. Chiffres pas si positifs BERNE L’OFSP a indiqué que 9665 résultats positifs lui ont été transmis entre le 31 décembre et hier matin. La moyenne quotidienne peut sembler faible par rapport aux jours précédents, mais cette baisse s’accompagne également d’une baisse sensible du nombre de tests. Petite laine de rigueur MÉTÉO Les thermomètres ne sont pas près de remonter. Selon les spécialistes de la chaîne alémanique SRF, les températures ne devraient pas dépasser zéro degré durant plusieurs jours, oscillant entre - 2 et -7. La neige pourrait de nouveau tomber jusqu’en plaine ces prochains jours. SUISSE Les élèves de plusieurs cantons ont repris les cours hier matin. Mais la question de renvoyer tout le monde à la maison se pose de nouveau. Le rebond de l’épidémie de coronavirus et la présence de nouvelles souches ont déjà incité plusieurs pays à repousser la rentrée scolaire. Dimanche sur la SRF, le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé, Lukas Engelberger, n’a d’ailleurs pas exclu de repasser SANTg SANTÉ Dry January, c’est un mois sans boire pour analyser sa consommation. À l’heure des miniapéros, le concept a tout son sens. « Avec le Covid, j’ai bu moins souvent, mais quand je l’ai fait c’était vraiment déraisonnable ! » Jean-Claude* l’avoue volontiers  : la crise a bouleversé ses habitudes de consommation. Avant, le trentenaire lausannois était au bar chaque semaine. Désormais, c’est beaucoup moins. Alors quand il voit ses amis, il se lâche. Ces comportements induits par la pandémie sont sous la loupe des acteurs de la prévention. En organisant pour la première fois en Suisse un Dry January, soit un mois sans alcool, ils espèrent faire réfléchir les gens sur leur consommation. « Une enquête mondiale de la Global Drug Survey révèle par exemple que 41% des participants boivent seuls plus souvent qu’avant, souligne Romain Kohler, secrétaire général de la Croix-Bleue romande. Ce chiffre, même s’il n’est pas représentatif, allume un signal d’alarme dans mon esprit. Boire en groupe ou dans un établissement public offre certains garde-fous. Seul, on est livré à soi-même. » L’expérience d’un mois blanc en janvier prend donc un sens particulier dans le contexte du Covid. Les excès des Fêtes n’ont peut-être pas eu lieu, mais la solitude ou la multiplication de petits apéros restreints peuvent représenter des actu.20min.ch Alcool et confinement  : un cocktail explosif à méditer Et si on fermait les écoles ? Certains ont trinqué plus souvent que d’habitude l’an dernier. –GETTY à l’enseignement à distance « en dernier recours ». Si la ministre vaudoise de l’Éducation, Cesla Amarelle, ne juge pas cela nécessaire « à ce stade », elle a expliqué hier dans « La Matinale » de la RTS qu’elle discutait de cette éventualité avec ses collègues. « Nous allons observer les chiffres, les taux d’absence des élèves et des enseignants et, si la situation empire, nous regarderons pour prendre de nouvelles mesures. » –YWE Le rebond épidémique pourrait contraindre les élèves à repasser à l’enseignement à distance. –Y. GENEVAY/LMD Le Musée Bolo de nouveau à flot LAUSANNE Le musée suisse de l’informatique, de la culture numérique et du jeu vidéo basé à l’EPFL a réussi à récolter suffisamment de fonds pour assurer sa survie immédiate. La campagne de parrainage lancée par Les amis du Musée Bolo lui a permis de rassembler les 65’020 francs nécessaires au bouclement des comptes 2020 et aux loyers 2021. Le lieu cherche des sponsors pour assurer son avenir à long terme. Les restrictions 27 C’est le nombre de dossiers classifiés de 1991 que la Confédération a refusé d’ouvrir aux historiens après le délai de protection légal de trente ans, révèle « Le Temps ». Des divergences entre les départements fédéraux après la chute du mur de Berlin et la fin de la guerre froide expliqueraient ce refus. Pas l’unanimité Inventé en Grande-Bretagne en 2013, le mouvement Dry January passe mal au sein de certaines corporations chez nous. Le président de la Fédération vaudoise des vignerons s’était montré peu enthousiaste le mois dernier dans « 24heures », arguant que les temps étaient déjà durs dans la branche. Juste avant Noël, le Grand Conseil valaisan a même exhorté le gouvernement à renoncer à soutenir l’opération, pour les mêmes raisons. motivations différentes. Cancers, cirrhoses, suicides ou accidents  : en 2017, plus de 8% des décès dans le pays pouvaient être attribués à l’alcool. Pour l’heure, Dry January a séduit environ 1100 Suisses qui se sont inscrits sur le site de l’opération. –FRANCESCO BRIENZA * Prénom d’emprunt L’institution retrace l’histoire de la révolution numérique. –DR Deux motards au lieu des sangliers SAINT-GALL Oskar Trunz, de la société de chasse de Bernhardzell, comprend le besoin de se ressourcer en forêt. Mais le relevé du piège photographique installé dans les bois, après la nuit de Nouvel-An, l’a incité à déposer plainte, a-t-il dit à la chaîne locale TVO. Au lieu des sangliers, il a immortalisé deux pilotes de motocross. Leur virée a perturbé les animaux et abîmé de jeunes pousses.
MARDI 5 JANVIER 2021/20MINUTES.CH Cody le chien a pincé le fuyard GRISONS Appelée pour une moto qui circulait sans plaque, la police de Coire a réussi à pincer son pilote grâce au flair de son chien policier Cody, dimanche soir. Le limier à quatre pattes a pisté le conducteur, qui avait profité de l’obscurité pour s’enfuir, jusque devant l’entrée d’un immeuble. Réfugié en haut de la cage d’escalier se trouvait un adolescent de 14 ans. Il a reconnu avoir roulé sans plaque et sans permis. Le procureur a ordonné un prélèvement de sang et d’urine. Voleur d’auto âgé de 17 ans Un jeune a donné du fil à retordre à la police valaisanne, dimanche. Ayant repéré un véhicule volé dans les rues de Sion, les agents ont tenté d’arrêter le conducteur. Mais ce dernier a franchi un barrage et commis plusieurs infractions avant d’être pincé. Il s’agit d’un Sri Lankais de 17 ans domicilié dans le Valais central. Holcim attaque les zadistes LE MORMONT (VD) Le cimentier a déposé début décembre une plainte civile contre les activistes de la ZAD (zone à défendre), a relaté hier la RTS. Les zadistes, qui ont déjà fait l’objet d’une plainte pénale, bloquent la zone depuis mi-octobre afin d’empêcher Holcim d’ouvrir une carrière sur le plateau de la Birette. La nouvelle action contre eux pourrait faciliter leur expulsion, a confié une source autorisée à la RTS. Les militants s’opposent aux projets du cimentier. –J.-P. GUINNARD/24H GEN2VE GENÈVE Faisant fi des craintes, les habitants sont très nombreux à vouloir se faire piquer rapidement. Hier matin, ce ne sont pas moins de 20’000 Genevois qui ont décroché leur téléphone pour se renseigner et s’inscrire pour la vaccination contre le Covid-19 auprès de la hotline cantonale (0800 909 400). Une déferlante qui fait suite aux centaines d’appels quotidiens reçus durant la semaine dernière. « On sent un très fort engouement de la part de la population, ce qui nous réjouit », a réagi Laurent Paoliello, porte-parole du Département de la santé. En prévision d’une forte demande, les effectifs de la centrale téléphonique Voiture et remorque à bateau ont glissé dans le Walensee. –POL. GL avaient été renforcés, mais cela n’a pas suffi à éviter l’engorgement. Des milliers de rendez-vous ont par ailleurs été Actu 3 La hotline ouverte pour la vaccination prise d’assaut Les Genevois semblent pressés d’accéder au vaccin. –GETTY Il met bateau et... auto à l’eau GLARIS La mise à l’eau d’un bateau, dimanche à Mühlehorn, a mal tourné pour son propriétaire de 68 ans. Alors que voiture et remorque atteignaient la zone de dépose, l’auto s’est mise à glisser dans le Walensee. Son conducteur a juste eu le temps de s’en extraire avant que tout l’attelage ne soit immergé. Le convoi a été récupéré par une grue mobile et des plongeurs. L’incident n’a pas causé de pollution dans le lac. Berset pourrait prolonger les fermetures La galère des restaurants risque de se prolonger. « Blick » a indiqué hier que l’ouverture des établissements publics, initialement prévue le 22 janvier, pourrait être repoussée à la fin de février. Selon le journal alémanique, le même régime serait appliqué pour les fitness, les lieux de culture et les musées. Ces mesures devraient être annoncées demain par le Conseil fédéral. De son côté, le « Tages-Anzeiger » indique qu’aucune exception cantonale ne devrait être admise. enregistrés, mais à midi il restait encore de la place. « Les habitants qui appellent sont plutôt ceux qui veulent se faire vacciner au plus vite. Il y a assez peu de critiques ou de craintes », poursuit le communicant. Les questions portent essentiellement sur les modalités d’inscription. Pour l’heure, seuls les plus de 75 ans ont droit à une injection. Ce qui n’empêche pas les personnes qui appellent de vouloir procéder à des « préinscriptions », indique Laurent Paoliello. « On estime à 80’000 le nombre de personnes à risque à Genève », précise-t-il. Alors que 6000 doses ont été livrées et que 12’000 autres sont attendues d’ici à fin janvier, il va falloir jouer des coudes pour pouvoir se faire vacciner rapidement. Début février, la vaccination sera élargie à de nouvelles catégories de population. –MARIA PINEIRO Sa petite fringale aurait pu être fatale BÂLE-VILLE Boire ou manger, il faut parfois choisir. C’est la leçon durement apprise par un Bâlois éméché dans son appartement. Pris de fringale, il avait mis six petits pains à cuire dans son four avant de s’endormir sur son canapé tandis que son casse-croûte brûlait. Le locataire ne s’est même pas réveillé lorsque le détecteur de fumée s’est mis à hurler dans sa cuisine. C’est un voisin qui a alerté la police, laquelle a réussi à réveiller l’endormi en tambourinant à sa porte. « Il semblait un peu confus, l’appartement était plein de fumée », a raconté la police sur sa page Facebook. Elle estime que son intervention rapide a probablement sauvé l’homme d’une intoxication qui aurait pu être mortelle. –JBM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :