20 minutes Genève n°2020-12-14 lundi
20 minutes Genève n°2020-12-14 lundi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-12-14 de lundi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 9,2 Mo

  • Dans ce numéro : quand Rachel affronte les gangsters.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Actu 20 secondes Non au port obligatoire BERNE Le Conseil fédéral aura du mal à rendre obligatoire le port du casque pour les conducteurs de vélo électrique. Les partis de gauche et de droite s’y opposent. Seuls le Touring Club Suisse et le Bureau de prévention des accidents approuvent cette mesure. Un collège contaminé GLARIS En raison du nombre croissant de cas de coronavirus en ses murs, une école de degré secondaire I sera fermée à Glaris jusqu’aux vacances de Noël. Environ 260 élèves et enseignants vont être testés aujourd’hui. Hôpital sur le qui-vive ZURICH Un groupe de « négationnistes du coronavirus » a indiqué sur la messagerie Telegram vouloir entrer dans l’Hôpital universitaire de Zurich pour voir combien de personnes y sont hospitalisées. L’établissement dit avoir renforcé sa sécurité. COVID Bientôt débordés, les plus grands hôpitaux du pays tirent la sonnette d’alarme. Jusqu’à appeler à un confinement complet. Berne doit prendre des mesures drastiques pour éviter une troisième vague de Covid-19 pendant les vacances de Noël ou, au plus tard, dès la mi-janvier 2021. Cet appel général a été lancé mercredi dernier par les directions des cinq hôpitaux universitaires de Bâle, Berne, Genève, Lausanne et Zurich dans un courrier à Alain Berset, a relaté hier la « SonntagsZeitung ». Plus concrètement, Gregor Zünd, directeur de l’Hôpital de Zurich, exige le confinement de tout le pays, la fermeture des restaurants, commerces, installations culturelles et sportives et l’interdiction de skier. À défaut, le niveau de nouvelles infections risque d’augmenter encore de façon exponentielle et le système sanitaire du pays menace de s’effondrer. Mercredi dernier, l’Association, é « //'À-y.1111, actu.20min.ch Les hôpitaux s’inquiètent de l’arrivée d’une 3e vague Vaccins  : ne pas foncer tête baissée Swissmedic a encore besoin de précisions avant qu’un vaccin puisse être autorisé en Suisse, a expliqué Claus Bolte, un de ses responsables dans le « Sonntags- Blick ». L’efficacité, la qualité et la sécurité doivent notamment être Des milliers d’opérations ont été repoussées depuis octobre. –KEY étudiées pour les 65 ans et plus et les ados. Swissmedic n’en sait pas encore assez sur la façon dont les personnes souffrant de maladies préexistantes et les patients à risque réagissent aux vaccins, précise Claus Bolte. Le gradé aux commandes avait réussi à s’éjecter à temps. L’avion avait été totalement détruit. –KEY Crash d’un F/A-18  : pilote militaire acquitté ARGOVIE La justice militaire a acquitté vendredi le pilote suisse qui s’était éjecté d’un F/A-18 avant de s’écraser dans le Jura français. Âgé de 43 ans, l’homme était accusé notamment de violations des règles de service par négligence. Le prévenu n’a pas commis de violation des règles de service. Il n’a pas dilapidé le matériel et n’en a pas abusé. Le fait qu’il ait actionné le siège éjectable est « compréhensible », a souligné le président du tribunal. suisse des infirmiers et infirmières avait également exigé des mesures plus sévères de la part de Berne et des Cantons, rapporte la « NZZ am Sonntag ». Les services de soins intensifs sont en passe de manquer de lits, notent encore les hôpitaux universitaires. À Zurich, un jeune patient atteint de cancer et nécessitant une opération d’urgence a ainsi dû être renvoyé chez lui, car il ne restait que trois lits disponibles aux soins intensifs. Des milliers d’opérations vitales ou indispensables pour préserver la qualité de vie des patients ont d’ailleurs dû être retardées dans ces établissements (2600 personnes en attente lundi dernier) pour assurer les soins aux malades du Covid-19. –EWE/ATS Soucieux, Alain Berset maintient le cap CORONAGRABEN Alors que, depuis samedi, les restaurants romands peuvent ouvrir jusqu’à 23h, à l’exception du Valais qui a fixé la limite à 22h, ils doivent fermer à 19h outre-Sarine. Mais le malheur des uns fait souvent le bonheur des autres, notamment celui des établissements frontaliers des cantons alémaniques. Certains ont vu affluer de nouveaux clients, comme cette patronne d’un restaurant-bar à Cudrefin (VD). Samedi, à la fermeture, elle se frottait les mains  : « J’ai eu deux fois plus d’Alémaniques que d’habitude. C’est bien que la roue tourne enfin », a-t-elle salué. « On est bien allés chez eux « Je crois que cela est à prendre très, très au sérieux. » Alain Berset a réagi hier soir aux propos des directeurs des hôpitaux. Sur le plateau du « 19:30 » de la RTS, le ministre de la Santé a rappelé que si la pandémie ne devait pas ralentir, le Conseil fédéral devrait annoncer de nouvelles mesures vendredi. Selon lui, toutefois, « déclarer à nouveau la situation extraordinaire ne servirait à rien ». Selon le directeur de l’Hôpital de l’Île à Berne, il faudrait pourtant des mesures claires et unifiées pour diminuer le nombre de contacts entre les gens. Attablés chez leurs voisins romands Les Alémaniques ont profité de « l’exception romande » pour aller malgré tout au restaurant. –KEY quand c’était fermé ici », confiet-on dans un établissement de Rougemont (VD) proche de la frontière bernoise. « La moitié de notre clientèle vient de Gstaad. Mais c’était comme ça même avant le coronavirus », a précisé l’établissement. –LVB/APN
LUNDI 14 DÉCEMBRE 2020/20MINUTES.CH Actu 3 Le transport 200’000 C’est le nombre de palettes qui seront nécessaires pour acheminer les vaccins dans le monde ces deux prochaines années, selon le géant suisse de logistique Kuehne+Nagel, cité dans la « NZZ am Sonntag ». Les autorités espèrent tester les deux tiers de la population-cible. –KEY Tests à la chaîne aux Grisons SAINT-MORITZ Des tests de masse inédits en Suisse se sont déroulés de vendredi à hier dans le sud des Grisons. Jusqu’à samedi soir, environ 11’427 personnes se sont fait tester pour Espérance de vie raccourcie En Suisse, une femme a une espérance de vie de 86 ans, un homme 82 ans. Mais le passage du virus a changé la donne. Pendant la première vague, elle a baissé de six ans pour les Tessinois, passant de 82 à 76 ans, a indiqué samedi le démographe Philippe Wanner sur la RTS. Dans l’arc lémanique, elle a diminué de trois ans. Fête interrompue par la police SCHWYTZ Une patrouille est intervenue samedi soir vers 22h pour mettre un terme à une fête privée à Unteriberg. Environ la moitié des 80 participants n’ont pas voulu quitter les lieux. Tous ont été dénoncés pour infraction aux mesures de lutte contre le coronavirus. L’un d’entre eux a été arrêté pour violence et menace contre un fonctionnaire ; un autre a été placé en cellule de dégrisement. le Covid sur une base volontaire. Un résultat a été positif pour 112 d’entre elles, soit une proportion de 0,98%. À l’échelle du canton, ce taux correspond à 2000 personnes. GENÈVE Les demandes d’aide d’universitaires privés de leur petit job d’appoint à cause de la pandémie ont bondi. La Haute École sollicite les membres de sa communauté. « Jeanne remet depuis des mois un rendez-vous urgent chez son dentiste, son salaire d’appoint s’est arrêté fin mars. Émilie travaillait dans un fast-food ; aujourd’hui elle n’arrive plus à payer son loyer. » C’est ainsi que s’ouvre un e-mail adressé la semaine passée aux alumni, les anciens étudiants de l’Université de Genève. Celle-ci sollicite également ses employés pour des dons en faveur des actuels élèves de l’alma mater. Des centaines d’entre eux ont glissé dans la précarité  : ils ont perdu leur job neri « 711.111 7 L’Uni en appelle aux siens pour aider ses étudiants Des dons venus du Brésil ou du Japon Au premier jour de l’appel aux donations, soit le 8 décembre dernier, 44’000 francs ont été récoltés, et « de nouveaux dons sont enregistrés toutes les heures », assure l’uni. Celle-ci se félicite notamment de « l’importante mobilisation des alumni. Les versements, de Merkel fait tout refermer BERLIN « Nous sommes contraints d’agir et nous agissons maintenant »  : Angela Merkel a ordonné hier un reconfinnement pour l’Allemagne à partir de mercredi et jusqu’au 10 janvier. En clair, les commerces « non essentiels », ainsi que les écoles et crèches, resteront portes closes face à la deuxième vague de virus. Les employeurs sont invités à privilégier le plus possible le télétravail ou les vacances pour leurs employés pendant trois semaines et demie « afin de mettre en application dans tout le pays le principe de « nous restons à la maison ». La pandémie « est hors de contrôle », a averti le dirigeant de la Bavière, Markus Söder. C’est « une catastrophe qui touche davantage nos vies que toute autre crise de ces 50 dernières années ». –AFP De nombreux étudiants ne peuvent plus compter sur un job d’appoint. –KEYSTONE d’appoint, effacé par la crise du Covid. L’institution a enregistré 1100 nouvelles demandes d’aide cet automne. « Pour couvrir leurs dépenses de première nécessité, beaucoup travaillaient dans des secteurs quelques francs à plusieurs milliers de francs, arrivent de Suisse mais aussi du Canada, du Brésil, du Japon ou encore des États-Unis. » L’opération se poursuivra jusqu’à la fin de l’année académique, l’été prochain.Aucun montant limite à la récolte n’a été fixé. Crèches et écoles seront fermées jusqu’au 10 janvier. –AFP Voir un extrait du discours de la chancelière sur notre app. sinistrés par la pandémie, comme la restauration et l’événementiel », note l’Unige. Ils peinent aujourd’hui à régler leur loyer ou leurs repas. Lors du premier confinement, plus d’un millier d’étudiants ont bénéficié d’un plan d’aide interne de 3,6 millions de francs. « Cette manne a été épuisée lors de la première vague, relève Marco Cattaneo, porte-parole de l’uni. Nous finançons toujours des aides mais les besoins sont énormes. » Le syndicat étudiant CUAE applaudit l’action, avec un bémol  : « Solliciter tout le personnel, c’est parfois se tromper de cible, estime Hugo Molineaux, secrétaire permanent. Les assistants, par exemple, sont peu rémunérés et on les culpabilise avec cet appel aux dons. Il aurait été plus judicieux de s’adresser aux hauts salaires de l’Université. » –DAVID RAMSEYER La crise est moins aiguë côté vaudois L’Uni de Lausanne n’a pas prévu d’appel aux dons, et pour cause  : il y a eu une baisse des demandes d’aide entre la première et la seconde vague, annonce la direction des affaires sociales de l’UNIL. Qui rappelle que tous les commerces, grands pourvoyeurs de ce type de jobs, sont restés ouverts dans le canton, contrairement à ce printemps, et à la différence de Genève cet automne. Un fonds d’urgence en faveur des hautes écoles vaudoises devrait bientôt être créé.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :