20 minutes Genève n°2020-10-08 jeudi
20 minutes Genève n°2020-10-08 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-10-08 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 8,7 Mo

  • Dans ce numéro : les Grecs en ont fini avec leurs nazis.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Actu, Le pourcentage de dépistages positifs est en augmentation. –KEYSTONE Terrorisme : la loi contestée Un référendum est lancé contre la loi sur le terrorisme que le parlement vient de mettre sous toit. Les Jeunes Verts, la Jeunesse socialiste, les Jeunes Vert’libéraux et le Parti pirate estiment que ce texte restreint les droits fondamentaux et qu’il est trop vague. Ils ont jusqu’au 14 janvier prochain pour réunir 50’000 signatures. 20 secondes Arrêté pour négligence BÂLE La police a interpellé un second suspect après la mort d’un ado de 15 ans, qui avait succombé à une intoxication d’origine inconnue, lundi. Il s’agit d’un garçon de 16 ans qui n’aurait pas porté secours à la victime, ont indiqué les autorités hier. Une fille de 15 ans est également sous enquête. Tweets débloqués BERNE L’Office fédéral de la communication est de retour sur Twitter depuis hier, après une semaine de silence forcé et sans autre explication qu’une « erreur » de la part du réseau social. Ces derniers jours l’Office avait dû avoir recours aux communiqués de presse. Transports à développer BERNE Pour les années 2022 à 2025, les transports publics devraient bénéficier d’une enveloppe plus importante. Le Conseil fédéral prévoit un crédit d’environ 4,4 milliards de francs pour les déplacements régionaux. La consultation du projet est ouverte depuis hier. ZURICH La fortune des ultrariches de Suisse a bondi de près d’un tiers entre avril et juillet, a révélé une étude d’UBS. Le « club des milliardaires » de ce monde se partageait 10’200 milliards de dollars à fin juillet, soit une hausse de 14,6% par rapport à fin 2017. Ce bond s’explique principalement par la reprise du marché boursier, a expliqué hier une analyse de la banque UBS. La tendance n’a pas épargné la Suisse, les 37 milliardaires y résidant ayant vu leurs revenus augmenter de 29% pour atteindre 123,5 milliards de dollars entre avril et juillet 2020. Parmi eux, on retrouve notamment d’anciens entrepreneurs comme le Bernois Hansjörg Wyss, ex-patron de Synthes, Thomas Schmidheiny, qui dirigeait Holcim, le Vaudois Ernesto Bertarelli ou encore deux des enfants du politicien zurichois Christoph Blocher. Cette progression spectaculaire s’explique en partie pour UBS par la polarisation de ces nantis au sein de l’économie mondiale. Ainsi, ceux qui investissent et innovent dans les secteurs de la technologie, de la santé ou de l’industrie ont toutes leurs chances de voir leur fortune augmenter encore. Au contraire, ceux qui sef, ler ti'a rir.t !. (JE, ef IL ! HuF lie I II actu.20min.ch Le magot des milliardaires a enflé durant la pandémie Le WEF s’exilera au Bürgenstock NIDWALD Après un report de quelques mois en raison de la pandémie, le Forum de Davos a annoncé qu’il allait quitter les Grisons pour sa réunion annuelle 2021. Elle se tiendra au Bürgenstock, dans le canton de Nidwald, du 18 au 21 mai. Des « Dialogues de Davos » en ligne auront lieu en janvier. Quant à la réunion annuelle, elle combinera des sessions dans les salles et en ligne. Le WEF espère revenir à Davos en 2022. Les participants se pencheront sur la relance post-Covid. –KEYSTONE Hausse des cas et mesures renforcées COVID-19 La Suisse compte 1077 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres publiés hier par l’OFSP. Ce taux n’a plus étéatteintdepuisfinmars-début avril, au plus fort de la pandémie. Deux décès supplémentaires et 10 hospitalisations sont à déplorer. Le pourcentage de positivité s’élève à 7,12%. Mardi, il était Ernesto Bertarelli disposerait de 18,6 milliards de dollars. –KEY de 9,69%, le taux le plus haut depuis la recrudescence de l’épidémie cet été. Touché par une multiplication des cas, Zoug a introduit dernièrement l’obligation de mettre le masque dans les commerces et pour le personnel des restaurants. Et Berne a annoncé hier le port du masque obligatoire dans les espaces clos à partir de lundi. –ATS Généreux mécènes de la lutte antiCovid Les cibles 200 cerfs C’est le nombre de bêtes qui pourront être tirées lors d’une chasse spéciale dans deux régions valaisannes afin d’atteindre les quotas. Actuellement, 1890 cerfs ont été abattus sur les 2090 prévus. Les milliardaires sont « devenus plus actifs dans le monde de la philanthropie, la responsabilité des entreprises et l’investissement durable », écrit UBS. Les États-Unis sont ainsi les champions des dons pour lutter contre les effets du Covid-19, avec 98 personnes ayant fait don de près de 4,6 milliards de dollars. C’est la septième fois qu’UBS entreprend une telle étude sur la richesse des milliardaires. La banque prend en compte 2000 milliardaires dans 43 marchés différents. trouvent « sur le mauvais côté des tendances économiques, technologiques, sociétales et environnementales deviennent moins riches », selon les experts de la banque. Pour UBS, les gagnants de ces dernières années sont « les milliardaires innovateurs », ceux qui sont parvenus à apporter des disruptions au sein de l’économie, comme le désormais célèbre Elon Musk, qui est derrière Tesla et SpaceX. –ATS ffn II
JEUDI 8 OCTOBRE 2020/20MINUTES.CH Formation après l’école plébiscitée Aide à l’enfance dénoncée pour ses procédés brutaux GEN2VE GENÈVE Neuf adultes, dont 4 policiers, sont intervenus pour transférer à l’hôpital un garçon de 11 ans. Cette violence choque sa mère. « Le bien-être de l’enfant, ce n’est pas ça ! » s’émeut Isabelle. Le 30 septembre, son fils de 11 ans a été hospitalisé sur décision du Tribunal de protection de l’adulte et de l’enfant (TPAE). Ce n’est pas le bienfondé de cette mesure qu’elle conteste, mais la manière : le garçon a été plaqué au sol et menotté par la police, devant sa sœur de 16 ans. Ce jour-là, deux employés du Service de protection des mineurs (SPMI) se sont rendus au domicile d’Isabelle – alors STATISTIQUE Une fois l’école obligatoire accomplie, seuls 4,4% des jeunes Suisses en restent là, selon une étude européenne. À l’inverse, les moins enclins à suivre une formation postobligatoire sont les jeunes Turcs et Turques : à Istanbul, un jeune sur quatre âgé de 18 à 24 ans s’est contenté en 2019 du degré secondaire. Dans certaines provinces du pays, la part des jeunes quittant l’école après la scolarité obligatoire atteint 57%. L’Espagne suit juste derrière, avec un quart de jeunes abandonnant l’école dans les régions de Ceuta, Melilla et des Baléares. La Sicile compte 22,4% de « minimalistes », l’Islande 17,9%, le sud de l’Écosse 16,9% et la Roumanie 15,3%. Ce sont souvent les jeunes vivant dans des régions périphériques qui renoncent à une formation au-delà du nécessaire. –ATS La poursuite des études plaît à une majorité de Suisses. –KEYSTONE Agité, l’enfant avait été menotté par les agents chez sa mère. –ISTOCK absente – sans l’avoir avertie. Quatre policiers les accompagnaient, et trois agents municipaux ont été appelés quand la situation s’est envenimée. Le SPMI muet, la police en appui Le SPMI, interpellé sur l’usage de la contrainte, a indiqué ne faire aucun commentaire sur le cas, afin de ne pas violer son devoir de fonction. Il ne s’exprime pas de manière générale. Il précise ne « pas commenter l’action de la police ni sa doctrine d’intervention ». Et dit agir sur mandat exprès de la justice. La police, elle, explique être « en appui » (du SPMI, des TPG, des ambulanciers, etc.) pour « sécuriser l’intervention. Le but est toujours d’abord de dialoguer, puis, si besoin, d’empêcher le sujet d’être violent vis-à-vis de lui-même ou d’autres civils. » Voir les requérants en action sur notre app. L’enfant, qui souffre de graves troubles comportementaux, ne voulait pas être touché, explique Isabelle, revenue chez elle en catastrophe. Il a craqué à l’arrivée des agents, hurlant, insultant et jetant des objets. C’est là qu’il a été maîtrisé par la force. « Il a crié « j’ai mal », il avait un genou dans le dos. C’était important qu’il soit hospitalisé, mais pas de cette façon violente et traumatisante dans sa maison. » Depuis un mois, le garçon fuguait de chez son père, qui a sa garde, et filait chez sa mère. La situation familiale est complexe. Le SPMI a agi dans ce cadre. « Si j’avais été informée et avertie, j’aurais pu collaborer et préparer mon fils, juge Isabelle. Là, il s’est senti agressé. Je n’ai rien contre les policiers, qui ont des ordres. Mais j’en veux au SPMI et au TPAE. Le problème dépasse mon fils. Ce n’est pas le premier enfant que ces instances viennent chercher façon Gestapo. Ces abus doivent cesser ! » –JÉRÔME FAAS Actu 3 Le bilan après deux mois de formation est jugé très favorable par les autorités fribourgeoises. –KEYSTONE Des migrants travaillent au resto de la police Pas proportionnel Me François Rod, avocat de la mère, juge « choquante » l’intervention du SPMI, secondé par la police. Il y voit un problème de proportionnalité et de subsidiarité. « Il faut toujours prendre les mesures les moins incisives. Là, ma cliente avait invité le SPMI à venir discuter avec son fils. Cela aurait valu la peine de parler avant d’envoyer les « forces spéciales ». Le TPAE aurait d’ailleurs dû faire ce travail de vérification de la proportionnalité avant d’autoriser l’intervention. » FRIBOURG Depuis le 17 août, des demandeurs d’asile servent le personnel de la police cantonale fribourgeoise dans son restaurant d’entreprise, Le Vidocq. La brigade est constituée de quatre apprentis venus d’Afghanistan et de Somalie. La police a choisi la société ORS, qui encadre les requérants dans le canton, pour favoriser leur intégration. Après deux mois, « le succès est au rendez-vous », a relevé Claude Gumy, directeur opérationnel d’ORS Fribourg. Retraite dans une petite ville BERNE Une enquête du site homegate.ch le révèle : pour leurs vieux jours, les Suisses privilégient la qualité des infrastructures, la desserte par les transports publics et le niveau d’intimité pour choisir l’endroit où ils veulent vivre. Deux cinquièmes des sondés souhaitent rester dans leur maison ou leur appartement actuel quand ils seront âgés et 14% voudraient des appartements protégés. Côté romand, 46% des personnes interrogées souhaitent vivre dans une petite ville et 35% à la campagne. Fan de cercueils puni en justice Un croque-mort valaisan a été condamné hier pour atteinte à la paix des morts et tentative d’escroquerie. En 2017, il avait voulu faire incinérer deux cercueils sans les couvercles afin de garder les pièces ouvragées et de les exposer dans son entreprise. Les défunts étaient recouverts d’un simple voile sur le visage. Le crématorium avait refusé de procéder à l’incinération.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :