20 minutes Genève n°2020-10-07 mercredi
20 minutes Genève n°2020-10-07 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-10-07 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 8,4 Mo

  • Dans ce numéro : infecté, Shaqiri rate son come-back.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Samedi 26 septembre Samedi 3 octobre
MERCREDI 7 OCTOBRE 2020/20MINUTES.CH Échapper à tout prix à l’horreur de l’esclavagisme THRILLER TIELLER « Antebellum » dénonce (un peu trop limpidement) le racisme à travers un effrayant récit en deux temporalités. La scène d’ouverture accroche, avec un plan-séquence sublime doté d’une musique saisissante. Quelque part dans une plantation, des esclaves afro-américains cueillent du coton toute la journée, maltraités par leurs maîtres blancs. Pour avoir tenté de s’enfuir, Eden (Janelle Monae) est torturée et marquée au fer rouge. Dès lors, la violence psychologique et physique monte en escalade dans « Antebellum », thriller qui n’y va pas de main morte pour mettre en scène les atrocités commises par les maîtres esclavagistes. Après quarante minutes, le ton change du tout au tout et le film des réalisateurs Gerard Bush et Christopher Renz plonge dans le présent, dans le monde d’une célèbre sociologue (Janelle Monae, encore) qui milite pour les droits des Noirs. « Antebellum » n’est pas sans rappeler « Get Out » de Jordan Peele (qui a ensuite mis en scène « Us », avec la même Janelle Monae en tête d’affiche), Manifestants contre police  : un retour sur images qui frappe fort. –DR Esclave ou sociologue, Janelle Monae est de presque tous les plans. –DR 0 Les bandes-annonces sont à voir sur l’app. Mais que fait la police ? DOC Gilets jaunes, banderoles et provoc contre uniformes, matraques et démonstrations de force. Au choc, inouï, des images, le film de David Dufresne confronte le poids des mots. Ceux de participants ou témoins, d’historiens, de sociologues, d’un général de gendarmerie (le seul qui a accepté ou n’a pas été empêché de s’exprimer). Pour une question fondamentale  : quelle légalité, quelle légitimité la police a-t-elle pour recourir à la violence ? Est-elle au service de la population ou du pouvoir ? La dérive n’est pas anodine et interpelle toute démocratie. Pas seulement chez nos voisins de l’ouest ou du far west. –CMA « Un pays qui se tient sage » De David Dufresne HHHHH en moins subtil. « Manichéen, caricature du progressisme ! » déplorent certains à l’issue de la projection presse. On ne peut pas leur donner tout à fait tort sur le premier point. Mais le maniement efficace des temporalités (loin de « Tenet », avec ici une conclusion tout à fait compréhensible) vaut la peine qu’on le défende. Conseil  : en lire le moins possible, les synopsis standard en révèlent trop. –MARINE GUILLAIN « Antebellum » De Gerard Bush et Christopher Renz. Avec Janelle Monae. HHHII À l’assistante sociale qui l’interroge sur sa proportion de rapports sexuels non consentis, Autumn (Sidney Flanigan, photo) peut répondre par « jamais », « rarement », « parfois », ou « toujours ». C’est la seule scène où l’émotion point dans le Cinéma 13... et encore Faux père, vrai dragueur COMÉDIE Pourquoi un jeune adulte sans travail fixe décide-t-il de se faire passer pour le papa d’un gosse qui n’est pas le sien ? Parce qu’il veut séduire la maîtresse d’école. Avec ce scénario quelconque, mis en scène de manière quelconque, avec des interprètes quelconques, « Parents d’élèves » ne passera pas l’année. « Parents d’élèves » De Noémie Saglio. Avec Vincent Dedienne, Camélia Jordana. H Pour sauver un poney AVENTURE Lorsque Cécile la Parisienne déménage dans le sud de la France avec sa maman, l’intégration n’est pas des plus simples. Souvent seule, elle se prend d’intérêt pour un cirque de passage. Quand elle découvre que le poney est maltraité, elle organise son kidnapping. Adapté du feuilleton télé, « Poly » est un film familial et romanesque tout gentillet, qui s’achève sur un épilogue très gnangnan. « Poly » De Nicolas Vanier. Avec Elisa de Lambert, François Cluzet,Julie Gayet. HHIII Voyage au bout de l’avortement parcours de cette ado qui va avorter à New York. Un seul aveu à demi-mot au milieu de non-dits qui finissent par empêcher toute empathie avec le personnage. Dommage. « Never Rarely Sometimes Always » D’Eliza Hittman.Avec Sidney Flanigan. HHIII COTATION HHHHH Chef-d’œuvre HHHHI Excellent HHHII Bon HHIII Passable H Mauvais I Détestable Pas vu



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :