20 minutes Genève n°2020-09-16 mercredi
20 minutes Genève n°2020-09-16 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-09-16 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 7,7 Mo

  • Dans ce numéro : cité écolo envahie par les moustiques.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Actu, Après un été libre, Vaud referme les boîtes de nuit COVID Le Canton constate que l’épidémie touche les personnes vulnérables et prend des mesures. o « L’épidémie déborde vers les personnes à risque et les hospitalisations reprennent. » La présidente du Conseil d’État vaudois, Nuria Gorrite, voit une évolution « inquiétante » dans le canton (lire ci-dessous). Fermeture des boîtes de nuit, masque obligatoire dans les restaurants dès que l’on n’est pas assis, interdiction des manifestations privées de plus de 100 personnes et masque pour celles de plus de 50  : les mesures entrent en vigueur demain. Avec un équilibre à trouver  : empêcher une circulation trop rapide du virus sans ravager des secteurs en ordonnant des fermetures comme en mars. Pour le Conseil d’État, il faut cibler les comportements, et pas la taille d’un événement. Il sera donc possible de voir plus –AFP L’âge augmente Les jeunes étaient les plus touchés par la reprise de l’épidémie. Mais, depuis deux semaines, la courbe des infections chez les personnes âgées décolle. Corollaire  : les hospitalisations aussi. Pour le Canton, la situation n’est pas comparable à celle de mars, où les hôpitaux avaient déployé toutes leurs forces pour la lutte contre le Covid. « Un gros foyer d’infection localisé peut vite mettre un hôpital sous tension », estime la ministre Rebecca Ruiz. –ISTOCK Outre la fermeture des boîtes de nuit, le Canton limite aussi les rassemblements privés à 100 personnes. GENÈVE Graphiques à l’appui, les autorités sanitaires se sont félicitées de la décision, prise le 31 juillet par l’État, de fermer les boîtes (et d’imposer le masque aux serveurs et aux clients debout dans les cafés). Cette mesure « a permis de casser la courbe exponentielle des contaminations », a jugé Adrien Bron, directeur général de la Santé. Avant, le nombre d’infections bondissait chaque semaine  : 36 (semaine 28), 80, 213, La manif « pour le retour de la liberté » a réuni 2000 Genevois samedi. de 1000 personnes dans un stade, mais il sera interdit d’organiser un mariage avec plus de 100 personnes. « Dans un mariage, on va danser, s’enlacer… ce qui n’arrivera jamais entre des supporters du Lausanne HC et du Genève-Servette », a blagué le conseiller d’État Philippe Leuba. Les événements sportifs seront soumis à de stricts plans de protection, ce qui ne peut être garanti dans une manifestation privée. À l’exception des boîtes, aucun secteur n’est interdit d’activité, ce qui aurait forcément des conséquences économiques. « Derrière le mot économie, il y a des gens, il y a la Une interview de Nuria Gorrite à voir sur l’app. des vies », a rappelé Philippe Leuba. Quant aux craintes de voir les jeunes organiser des fêtes « sauvages » sans traçage, le Canton dit que des contrôles de police sur le terrain seront menés. –YANNICK WEBER Genève s’autocongratule L’État veut punir les antimasques GENÈVE Les autorités veulent sanctionner les responsables de la manifestation de samedi, où 2000 personnes avaient protesté contre les mesures antiépidémie. Plusieurs participants n’étaient pas masqués. Or, les organisateurs s’étaient engagés à ce qu’ils le soient. Selon la « Tribune de Genève », ils seront entendus par la police. Ils risquent 10’000 francs d’amende. 303. Après, il est resté stable  : 237, 243, 226, 268, 290, 287 (semaine 37). Afin d’appuyer leur propos, les autorités ont comparé la situation avec le canton de Vaud. « On constate une courbe bien plus inquiétante, qui n’a pas été brisée vu l’absence de mesures semblables à celles décidées à Genève », a dit Adrien Bron. De fait, les nouveaux cas s’y sont envolés mi-août  : 177 (semaine 33), 349, 471, jusqu’à 704 début septembre. –JEF actu.20min.ch Le panel 1000 C’est le nombre de Vaudois et de Bernois de 20 à 69 ans qui participeront cet automne à une étude sur la santé pour évaluer la charge de polluants dans le corps. Ce sera aussi l’occasion de répondre à des questions sur le Covid-19. Des anticorps contre le coronavirus seront ainsi mesurés, indique l’OFSP. Aide demandée pour les crèches BERNE Les crèches publiques devraient aussi être soutenues financièrement face aux conséquences économiques du Covid-19. Le National a adopté hier par 117 voix contre 67 une motion en ce sens. Ce texte demande d’élargir l’aide de la Confédération aux structures subventionnées par les cantons ou les communes, voire exploitées par les pouvoirs publics. Actuellement, seules des institutions privées d’accueil extrafamilial bénéficient de l’aide d’urgence. Les États devront se prononcer sur un texte similaire. –ISTOCK Toute une ville confinée en Chine De la France au Canada en passant par le Royaume- Uni, les tours de vis sanitaires se multiplient face à la progression du Covid. En Irlande, le gouvernement a décidé de retarder la réouverture des pubs de Dublin prévue le 21 septembre et d’imposer des restrictions sur les rassemblements privés. En Chine, à Ruili, les 210’000 habitants doivent rester chez eux et subir un test de dépistage.
MERCREDI 16 SEPTEMBRE 2020/20MINUTES.CH L’étrange quarantaine du « personnel indispensable » CORONAVIRUS Lors de suspicions d’infection, le personnel médical doit parfois continuer à travailler, tout en restant isolé dans le cadre privé. sfurAVNOHOO Fin août, un patient hospitalisé au CHUV s’est révélé positif au Covid-19. Parmi les intervenants ayant été en contact avec lui, treize d’entre eux ont été placés en quarantaine. Mais difficile de se passer d’autant de personnel médical à la fois, surtout aux soins intensifs. « Nous avons donc été placés en « quarantaine sociale », raconte une collaboratrice. Nous devions continuer à travailler, donc à prendre les transports publics, mais de retour chez nous, on ne pouvait pas aller faire les courses ou sortir se promener. » Trois employés non essentiels, eux, ont subi une quarantaine stricte. Pour cette employée du CHUV, outre la frustration de se voir refuser une vie privée tout en devant rester « un bon soldat », la La distinction Le Prix des Arts, des Lettres et des Sciences du Jura a été attribué à René Prêtre. Le chirurgien a été récompensé pour son engagement humanitaire, son talent de vulgarisateur et sa contribution au rayonnement du canton. Voyage lacustre d’une loco LUCERNE Une locomotive à vapeur historique a été transportée hier sur le lac des Quatre-Cantons entre le Musée des transports à Lucerne et Vitznau, au pied du Rigi. Elle reprendra du service pour le 150e anniversaire du premier chemin de fer de montagne d’Europe. Datant de 1873, la machine effectuera, après rénovation, des montées au sommet du Rigi l’année prochaine. –PHOTO KEYSTONE Médecins et infirmiers n’ont pu quitter leur poste, même face à des patients à risque. –KEY Chauffeur Uber « salarié » LAUSANNE La justice vaudoise a reconnu le statut de salarié à un ancien chauffeur d’Uber. La Cour d’appel cantonale a confirmé un jugement du Tribunal des prud’hommes de Lausanne, qui avait estimé que cet homme avait été licencié de manière injustifiée. Alors qu’il travaillait pour Rasier Operations B.V., une filiale d’Uber, son compte avait été désactivé fin 2016 en raison de plaintes à son égard. Dans son arrêt, le Tribunal cantonal a reconnu « l’existence d’un rapport de subordination » qui est l’un des éléments caractéristiques du contrat de travail entre le chauffeur et Uber, a observé l’avocat du chauffeur dans un communiqué. La Cour a indiqué que le véhicule devait être approuvé par Uber, mais aussi que l’itinéraire à suivre, le prix de la course et le montant revenant au chauffeur étaient déterminés par l’entreprise. Début septembre à Genève, ce sont les livreurs d’Uber Eats qui ont obtenu en justice le statut d’employés. –ATS Surchauffe  : vers la grève Le personnel médical exprimait déjà une grosse « fatigue structurelle » avant la mobilisation de ce printemps. Il demande maintenant des mesures, notamment par la voix du syndicat SSP. « Les budgets sont si limités que la marge de manœuvre n’existe qu’en rognant sur les droits des travailleurs », dénonce David Gygax, secrétaire syndical. Le SSP exige une revalorisation salariale, une hausse des effectifs ainsi qu’une prime Covid, « au moins symbolique », et menace d’une grève. Le Canton, lui, promet des réponses lors d’une conférence de presse prévue demain. sécurité des patients était également en question. « Nous avons évidemment dû prendre des précautions supplémentaires, mais il est étrange de travailler avec des personnes ultravulnérables alors qu’on est potentiellement infecté... » La base légale permet en effet au médecin cantonal d’accorder des dérogations pour les personnes dont l’activité est absolument nécessaire au maintien des capacités du système de santé, rappelle Catherine Cossy, porte-parole du Département de la santé. Qui ajoute  : « Ces collaborateurs n’ont pas été contraints d’aller travailler en raison d’un manque de remplaçants. Ils sont retournés au travail car leur sécurité était garantie dans le respect des mesures de l’OFSP. » –PAULINE RUMPF PUB Je personnalise Le travail de recrutement s’apparente àlahaute couture. Martine Gauderon Co-fondatrice, Alec Allan &Associés SA nosentreprisesnotreavenir.ch Actu 3 20 secondes Choc fatal à Aubonne VAUD Un motard a perdu la vie hier après un accident survenu près d’Aubonne. Pour une raison inconnue, ce Portugais de 41 ans a dévié et est allé heurter violemment la barrière métallique d’une propriété. Il a succombé à l’hôpital. Recherches financées VALAIS À l’inverse du Canton, Chamoson prendra en charge provisoirement le coût des recherches des deux victimes emportées sur son sol par une lave torrentielle l’été passé. La commune a validé cette décision en adoptant les comptes 2019, a relaté « Le Nouvelliste ». Éjecté de l’excavatrice ARGOVIE Un homme de 45 ans est décédé hier à Oftringen. Il était aux commandes d’une pelle mécanique lorsque celle-ci s’est renversée. Le malheureux a été retrouvé sans vie à côté de son engin au bas d’une pente. Les tentatives de réanimation sont restées vaines. Le trajet de l’ancêtre à revivre sur l’app. NOS ENTREPRISES NOTRE AVENIR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :