20 minutes Genève n°2020-06-19 vendredi
20 minutes Genève n°2020-06-19 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-06-19 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 8 Mo

  • Dans ce numéro : orgie d'electro à déguster chez soi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Actu, Le ministre veut imposer les masques dans le bus GENÈVE Le conseiller d’État Mauro Poggia désire que le canton puisse décider sans passer par Berne. Les Suisses ne sont pas fans du masque : selon une étude publiée par plusieurs médias, à peine 6% des pendulaires le portent dans les gares. Mauro Poggia, ministre genevois de la Santé, milite, lui, pour l’imposer dans les transports publics du bout du lac. Il l’a écrit jeudi sur sa page Facebook. Mais actuellement, Berne prend seul les décisions liées à la crise sanitaire. La situation pourrait changer aujourd’hui. – Qu’est-ce qui vous motive à vous mobiliser pour le port du masque dans les transports genevois ? – Je sens un large consensus en ce sens. Le Conseil fédéral pourrait réduire la distance de sécurité de 2m à 1m50. C’est de la cosmétique, 50 centimètres ne changeront rien dans le métro à Lausanne ou le tram à Genève. Il faut prendre des mesures dans les lieux les plus risqués. – Les manifestations en font partie ? – Oui. Si je peux autoriser un événement, mais fixer des conditions et me donner Chef de la Santé, Mauro Poggia imagine vendre des masques à 50 centimes. –FACEBOOK les moyens de les faire respecter, je suis crédible. Je comprends ceux qui ont douté de l’action de l’État en opposant la manifestation de la semaine passée (ndlr : le rassemblement « Black Lives Matter » a réuni 10’000 personnes à Genève le 9 juin), autorisée sans conditions autres qu’un plan général de protection, et les mesures imposées aux restaurateurs. Imposer le masque lors de gros rassemblements est à la fois cohérent et incitatif. – Qui paierait pour ces masques ? – Nous devons ouvrir des points de vente Le Bösegg-Stein avait été « volé » par un particulier qui l’avait installé dans son jardin. –APPENZELLERLINKS.CH Replacé à la vue de tous APPENZELL Un gros rocher sculpté par la nature a bien bourlingué ces dernières années. Le Bösegg- Stein a été découvert en 2011 dans les Préalpes appenzelloises par un passionné de la région. La pierre se trouvait dans un fossé et il a fallu deux jours d’efforts pour remonter le bloc. L’espèce de sapin minéral a ensuite été placée dans un endroit visible des randonneurs. Mais le rocher a soudainement disparu en 2018. Ignorant tout de la saga, un homme l’avait tout bonnement installé dans son jardin en guise de décoration grâce à un hélico qui effectuait alors des vols dans la région pour un chantier. Des tractations ont été engagées avec lui, et le Bösegg-Stein a finalement été ramené dans un lieu où il peut à nouveau être admiré de tous. –JIR/OFU Au magasin et en boîte ? « Je n’ai pas encore d’avis tranché sur les grandes surfaces. Ces points devront être débattus avec l’ensemble du collège et les autorités sanitaires. Les conditions de travail des vendeuses et vendeurs ne seraient pas simples. Cela pèse dans la balance. Quant aux discothèques, c’est la grande inconnue. Singapour a connu une recrudescence du virus en rouvrant ces lieux. Mais la seule mesure efficace, la fermeture, est extrême et personne ne la comprendrait. » plus nombreux, en lien avec le lieu dans lequel le masque est imposé. Pourquoi ne pas les distribuer dans les transports, sans sanction dans un premier temps ? Le but n’est pas de faire entrer l’argent, juste d’éviter que les gens ne baissent la garde. Les masques devraient être vendus à prix coûtant, ensuite, dans des points névralgiques de la cité. Dans le privé, ils coûtent encore 1franc, voire 1fr.20. Nous pouvons les mettre à disposition pour 50 centimes. –LUCIE FEHLBAUM, L’interview complète est sur notre app. Accusé d’avoir crashé son jet BERNE Le pilote du F/A-18 qui s’était écrasé en 2015 dans le Jura français a été mis en accusation par l’auditeur en chef de l’armée. Il lui est reproché de ne pas avoir respecté les prescriptions en situation d’urgence. L’accident était survenu lors d’un entraînement. L’officier en était ressorti légèrement blessé. L’avion s’était crashé dans un champ à proximité du village de Glamondans (F). 20 secondes actu.20min.ch Lac souterrain rajeuni VALAIS Les visites du lac souterrain de Saint-Léonard reprendront samedi. L’ensemble des infrastructures extérieures a subi une cure de jouvence depuis septembre dernier. Covid-19 oblige, les visites se feront pour l’instant uniquement sur réservation. Allocations en hausse BERNE En 2019, les dépenses pour les prestations complémentaires ont atteint 5,2 milliards de francs, en hausse de 3,1%. Au total, 337’000 rentiers AVS et AI ont touché une allocation, soit 2,7% de plus qu’à fin 2018, selon l’Office fédéral des assurances sociales. Sous pour les jeunes NEUCHÂTEL Le Canton alloue près de 150’000 francs aux organismes publics ou privés mettant sur pied des activités destinées aux enfants et jeunes jusqu’à 25 ans cet été. L’initiative répond à la période prolongée d’isolement et de restrictions liée au Covid-19. Retard à la patinoire JURA Les travaux en vue de l’agrandissement et de l’assainissement de la patinoire de Porrentruy prennent du retard à cause du coronavirus. La surface principale, qui accueille le HC Ajoie, n’ouvrira qu’à mi-novembre, au lieu de début octobre. Bouteille de gaz meurtrière Un homme de 77 ans a été tué par une explosion, mardi dans une petite maison d’alpage près d’Arvigo (GR). Une fuite s’est probablement produite lorsqu’il a voulu changer la bouteille de gaz. Sa famille s’est inquiétée de ne pas avoir de nouvelles mercredi. Une personne s’est alors rendue sur place et a découvert le septuagénaire sans vie.
VENDREDI 19 JUIN 2020/20MINUTES.CH Ils devraient essayer de ramer avec des raquettes YVERDON-LES-BAINS (VD) Le chômage partiel a été refusé au club d’aviron, mais accepté dans d’autres sports, tels que le tennis. Tous les clubs sportifs ne sont pas logés à la même enseigne pour bénéficier des RHT. –ISTOCK Peter Fischer, caissier du Club nautique d’Yverdon-les-Bains, a du mal à boucler ses comptes. À cause de la pandémie, la structure est restée trois mois à l’arrêt, mais ses deux employés – un entraîneur et une femme de ménage – ont continué de percevoir leur salaire. « En plus, nous avons perdu des membres et nous n’avons pas pu organiser notre manifestation, La Fête Eau-Lac, qui est l’une de nos principales sources de revenus », déplore-t-il. Pour préserver ses finances, le club a demandé une réduction d’horaire de travail (RHT). Mais le Service de l’emploi du canton de Vaud a refusé, au motif que l’entreprise n’était pas « en contact direct avec un marché économique ». Néanmoins, d’autres sports, tels que le tennis, ont pu bénéficier de cette mesure, notamment pour leurs entraîneurs. Et, à Genève, le club d’aviron a lui aussi obtenu des RHT. Interpellé sur ces différences de traitement, le Service de l’emploi explique que « cette mesure a pour but de prévenir le chômage et de maintenir des emplois et non de couvrir une perte d’exploitation ». Rien à voir, donc, avec la réponse fournie au club au moment de refuser sa demande. –XAVIER FERNANDEZ Renvoi confirmé pour un prof amateur de sextos Licencié en 2018 pour des messages à caractère sexuel envoyés à des élèves majeures, un ex-enseignant du Collège de Saussure (GE) a vu sa sanction confirmée par la justice. Selon elle, il a violé son « devoir de fidélité », lequel doit aussi s’observer hors de Des fonctionnaires critiquent Papyrus GENÈVE Entendus dans le cadre d’une enquête pénale pour fraude, des employés de l’Office de la population ont affirmé que, durant l’opération Papyrus (la régularisation de 2390 sans-papiers), le contrôle des dossiers a été déficient. Selon la RTS, ils avancent que la véracité de certains documents n’a pas pu être prouvée et que des demandes ont été approuvées à tort. « Des allégations », selon les syndicats et les associations, qui notent que Papyrus a été longuement préparée, avec des critères précis. Ils expliquent avoir fait un gros tri en amont, écartant eux-mêmes 50% des dossiers. L’État, lui, a répété que tout s’était déroulé de manière légale. Il n’exclut pas des fraudes « marginales » découvertes a posteriori. –JEF Dans le droit public, il n’y a pas de RHT Pas besoin d’être une S.A. ou une S.à.r.l. pour demander le chômage partiel. Les associations aussi peuvent le faire. Mais pas les sociétés soumises au droit public. Le Canton estime qu’elles n’ont aucun risque de faire faillite. Certaines d’entre elles ne sont toutefois qu’en partie subventionnées. C’est par l’école ; « sous peine de le vider de toute substance ». Citée par « Le Courrier », la Cour a jugé que ses actes ont « gravement porté atteinte à l’image que l’enseignant doit véhiculer envers ses élèves », majeures ou pas, et même si elles ont répondu à ses messages. exemple le cas d’une école de musique de la Riviera. « Annulés, nos cours collectifs n’ont pas pu être facturés, mais les professeurs ont été payés. Et, étant subventionnés, nous ne pouvons pas faire des réserves. Si nous finissons dans le rouge, notre survie passera par un appel aux dons », craint le directeur. ZURICH Le directeur de la clinique de chirurgie orale et maxillo-faciale de l’hôpital universitaire a donné sa démission. Il est soupçonné d’avoir systématiquement orienté des patients vers son cabinet privé. L’opération Papyrus a permis de régulariser 2390 clandestins. –KEYSTONE Actu 3 La percée Des chercheurs du CHUV, de l’EPFL et du Swiss Vaccine Research Institute ont mis au point un nouveau test sérologique du coronavirus. Il permet de détecter les anticorps longtemps après avoir été infecté par le virus. Manger un steak au musée ? Niet LAUSANNE Les amateurs d’art et d’entrecôte auront du mal à conjuguer leurs passions dans les restaurants du pôle muséal de la capitale vaudoise. Dans l’appel d’offres de la Ville, le gérant des établissements devrait en théorie renoncer à certaines espèces de poissons menacées et à la viande rouge, a révélé « 24 heures » jeudi. Les responsables ont toutefois souligné que ce souhait ne devait pas être vu comme un « acte de politique cantonale ». De lourds soupçons à l’hosto Deux autres cadres sont aussi visés. Un gynécologue aurait opéré trois femmes en même temps, tandis qu’un cardiologue aurait utilisé des implants provenant d’une société dans laquelle il a des intérêts. La facture 13,4 milliards C’est le montant des coûts indirects de la mobilité sur la santé et l’environnement en 2017. C’est ce qui ressort de la dernière étude de la Confédération « Coûts et bénéfices externes des transports en Suisse », publiée jeudi.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :