20 minutes Genève n°2020-06-08 lundi
20 minutes Genève n°2020-06-08 lundi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-06-08 de lundi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 6,6 Mo

  • Dans ce numéro : la Suisse se dresse contre le racisme.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Actu, Pagaille dénoncée lors d’un incendie BULLE (FR) « Leur matériel était défectueux. De la mousse a recouvert leur véhicule. Je respecte leur job mais là, on dirait des guignols qui vont aux champignons. » L’intervention L’action des pompiers a surpris plusieurs voisins. LECTEUR REPORTER des pompiers lors d’un incendie au premier étage d’un immeuble samedi vers 21h50 fait jaser. Selon plusieurs riverains, les hommes du feu sont arrivés tardivement. « Le déroulement des opérations était comique. C’est Charlie Chaplin version 2020 », rapporte un témoin. « Un tuyau a éclaté durant l’intervention », admet un pompier qui nie tout retard. Selon nos informations, deux jeunes munis d’extincteurs ont éteint le feu et évacué un occupant du lieu sinistré. Ils ont dû aller à l’hôpital pour des contrôles à cause de la fumée inhalée. –APN De Lausanne à Bangkok, ils font barrage au racisme MOBILISATION Plusieurs milliers de personnes ont manifesté ce week-end en Suisse et dans le monde pour dénoncer le racisme. Il y a une semaine, George Floyd décédait après avoir été asphyxié lors de son arrestation à Minneapolis. La vidéo de cet homme noir maltraité par un policier blanc a fait le tour du web. Et soulevé l’indignation dans le monde entier. À Rome, à Madrid, à Londres et jusqu’à Bangkok, des manifestations ont éclaté cette fin de semaine. « Le racisme n’a pas de frontières, a déclaré Leinisa Semedo, une Espagnole de 26 ans originaire du Cap-Vert. J’ai vécu en Chine, au Portugal, et maintenant en Espagne et, dans chaque pays, j’ai connu la discrimination à cause de ma couleur de peau. » Le discours était identique en Suisse. Dans les grandes villes du pays, les participants ont protesté contre la discrimination et la violence policière Soldats retirés de la capitale américaine Donald Trump a ordonné hier le retrait de Washington des soldats de la garde nationale, jugeant que la situation était désormais sous contrôle après des journées de manifestations. Des dizaines de milliers d’Américains ont protesté À Lausanne, les manifestants ont rappelé que la problématique est aussi présente en Suisse. –KEYSTONE pacifiquement samedi dans de nombreuses villes du pays. Et le rassemblement dans la capitale fédérale, sous les fenêtres d’une Maison-Blanche transformée en camp retranché, n’a donné lieu à aucun incident. envers les personnes de couleur. Hier, plus de 2000 personnes ont défilé dans les rues de Lausanne. Dans toutes les bouches, on entendait le slogan « La vie des Noirs compte », ou « I can’t breathe ». « Le problème n’est pas limité aux États-Unis », a expliqué un manifestant. « La Suisse n’est pas dans une bulle antiraciste. J’ai des amis noirs qui me racontent comment ils sont traités. C’est du racisme flagrant », explique-t-il. L’action n’était pas autorisée, mais la police n’est pas intervenue. « C’est une question de proportionnalité. Avec un aussi grand nombre de manifestants, cela aurait été contreproductif », a expliqué un porte-parole. Même topo à Bâle, où 5000 personnes étaient rassemblées. Les agents se sont contentés de rappeler les mesures de protection contre le coronavirus. –ATS/FRS 20 secondes actu.20min.ch « On sent que les gens sont très concernés » SUISSE ROMANDE « Lors de récoltes classiques, les gens amènent deux ou trois paquets de nourriture. Là, ils arrivent parfois avec des caddies à moitié remplis », s’est réjoui Jean- Marc Richard, coresponsable de l’action de solidarité « Caddies pour tous ». Près de 100 organisations romandes venant en aide aux personnes précarisées par la crise ont bénéficié des denrées récoltées entre jeudi et samedi derniers. À Genève, après 3100 paniers de nourriture distribués, l’action a pris fin samedi aux Vernets. La récolte s’est faite dans les supermarchés, maisons de quartier et associations. –KEYSTONE Voir le reportage chez les bénévoles sur l’app. Nouvelle gouvernance LAUSANNE Dès le 1er septembre, le Service de protection de la jeunesse (SPJ) deviendra la Direction générale de l’enfance et de la jeunesse (DGEJ). Une évolution en lien avec la réforme du Tribunal cantonal visant à l’audition systématique des enfants dans les procédures judiciaires les concernant. Des « frimeurs » traqués BERNE Une offensive est menée dans plusieurs cantons contre les « frimeurs » en voiture. La police dénonce les fanfarons et confisque les véhicules « dopés ». Le Conseil fédéral veut également adopter un postulat demandant l’examen de mesures contre le bruit excessif des moteurs. Vers un congé paternité BERNE Le syndicat Travail.Suisse a lancé hier, jour de la Fête des pères, sa campagne pour le congé paternité. Celui-ci sera soumis en votation le 27 septembre prochain. Selon un sondage représentatif réalisé par l’institut Link, 71% des Suisses sont favorables à un congé paternité de deux semaines, tandis que 16% s’y opposent.
–F. BÄRTSCHIGER LUNDI 8 JUIN 2020/20MINUTES.CH Victimes d’une école trop petite Quarante élèves de Lancy (GE) ne seront pas ou plus scolarisés dans l’école primaire de leur quartier (Le Sapay) à la rentrée. Ils intégreront un établissement à plus d’une demi-heure à pied. Lancy, confronté à une hausse de ses effectifs scolaires, n’a pas prévu les investissements nécessaires pour les accueillir. Les parents, mis devant le fait accompli, sont furieux. Un simple fan de feux d’artifice ARGOVIE Un homme a été temporairement arrêté à Klingnau vendredi, suspecté d’avoir fabriqué plusieurs engins explosifs (« 20 minutes » du 4 juin). Le Suisse de 42 ans, qui avait commandé le matériel sur internet, a avoué les faits, mais affirme avoir agi par pur intérêt pour la pyrotechnie. L’homme a admis avoir fabriqué les explosifs et les avoir fait sauter à l’extérieur du village, a indiqué la police samedi. Pendant l’interrogatoire, il a cependant souligné ne pas avoir de mauvaises intentions. GENÈVE La manifestation sportive, prête à s’amputer pour survivre, décidera à la fin de l’été du maintien ou non de sa 43e édition. « Aujourd’hui, c’est du 50/50. » Jerry Maspoli, président de la Course de l’Escalade, admet sans fard que la crise du coronavirus menace l’édition 2020 (5-6 décembre) de la plus grande manifestation de running du pays. Le comité d’organisation « garde l’espoir et fait vraiment le maximum », assure Michael Kleiner, porte-parole. Mais une date couperet existe  : la fin de l’été. La décision d’y aller ou pas y sera prise. « Le truc sûr, c’est qu’on ne veut pas mettre l’institution en péril », explique Jerry Maspoli. Car vu le budget de 3,5 millions, le comité ne peut se permettre de dépenser dans le vide. Or, « un mois avant la course, 95% des frais sont engagés ». Tirer la prise trop tard pourrait tuer les éditions suivantes, sauves en cas de coup de frein anticipé. Les incertitudes ont trait aux normes sanitaires, à l’état de l’épidémie cet automne, mais Galeristes et collectionneurs ne viendront pas à Bâle cette année. Art Basel jette aussi l’éponge BÂLE L’édition 2020 de la plus importante foire d’art au monde n’aura pas lieu. L’organisateur de la manifestation, MCH Group, invoque l’incertitude des conditions-cadres mondiales liée à la pandémie aussi aux finances. Jerry Maspoli ne craint pas de perdre ses gros sponsors, mais s’inquiète pour le volet « partenariats avec les petites entreprises », dont certaines ont été affaiblies par Actu 3 La Course de l’Escalade pourrait bien zapper 2020 de coronavirus et les obstacles aux voyages internationaux. Sa foire jumelle, Design Miami/Basel, a aussi été annulée. Les deux événements avaient initialement repoussé leur édition 2020 de juin à septembre. En 2019, 46’602 coureurs s’étaient inscrits à la course genevoise. –KEY On devrait courir dès la rentrée Les « petites » courses de la rentrée et de l’automne (Mandement, Jussy, Run to Run, RER, Foulées automnales,Trans’Onésienne, etc.) sont, à ce jour, maintenues. Le responsable des courses hors stade à l’Association genevoise d’athlétisme est optimiste  : « Jusqu’à 1000 participants, ça devrait le faire. » Leur taille limite le risque financier, qui oscille entre 2000fr. et 5000fr. Il est moins serein pour le marathon, reporté en octobre, que son affluence fragilise. l’épidémie. « C’est 2000 francs par-ci, 5000 francs par-là, mais ça amène 200’000 francs en tout. Par exemple, le partenaire qui paie les petits pains pour les enfants, c’est 6000 francs. » Et les entreprises de construction qui offrent matériel et hommes ignorent à ce jour si elles pourront renouveler leur aide. Mais le comité ne renonce pas. « Vu l’importance de l’événement pour Genève, ce serait un mauvais signal », s’émeut Jerry Maspoli, qui voudrait aussi ne pas priver de travail ses prestataires. –JÉRÔME FAAS Arrêté, il mord les agents Pactole sans conditions pour le Salon de l’auto GENÈVE Le Grand Conseil l’a décidé vendredi. L’État de Genève octroie un prêt de 16,8 millions de francs au Salon international de l’automobile. Pour la droite, il faut lui donner une chance pour maintenir les emplois qui y sont liés. « La seule condition est le remboursement du prêt d’ici à fin 2037, mais il n’y a aucune garantie que la manifestation survivra jusque-là », a critiqué le député Jean Burgermeister, d’Ensemble à Gauche. Le prêt octroyé par l’État de Genève est garanti par le nantissement de 776 actions de Palexpo. ZURICH Un jeune homme a été grièvement blessé hier matin lors d’une bagarre à la gare de Zurich. Lors de son arrestation, l’auteur présumé a également blessé un employé de Securitrans et un policier. La baston entre les deux jeunes, âgés de 14 et 18 ans, a eu lieu un peu après 6h15, a détaillé la police. L’ado a frappé son adversaire à la tête. Ce dernier a dû être transporté à l’hôpital par ambulance. Les forces de l’ordre déployées sur place ont tenté d’emmener le cogneur au commissariat. Celui-ci a toutefois riposté avec véhémence et a mordu un employé de Securitrans au bras. L’adolescent a toutefois pu être arrêté et emmené au poste. Sur place, il a encore mordu un policier à la cuisse, qui a dû aller se faire soigner à l’hôpital. Le mordeur sera entendu par le Ministère public des mineurs pour une enquête plus approfondie. –ATS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :