20 minutes Genève n°2020-05-27 mercredi
20 minutes Genève n°2020-05-27 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-05-27 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 7,1 Mo

  • Dans ce numéro : ravis de pouvoir bosser à la maison.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Actu, Le Basel Tattoo est la 2e plus grande manifestation du genre au monde après celle d’Édimbourg. –KEY Défilés au pas cadencé reportés à l’automne BÂLE D’abord annulé en raison du coronavirus, le Basel Tattoo est finalement reporté de juillet à la fin de novembre. Le festival international de musique militaire n’aura en revanche pas lieu dans une arène en plein air, mais à la salle Saint- 20 secondes Nageur repêché sans vie BERNE Le corps d’un Bulgare de 28 ans, porté disparu depuis jeudi alors qu’il nageait entre Douanne et l’île Saint-Pierre, a été retrouvé lundi dans le lac de Bienne. Appelés en renfort, des spécialistes des polices genevoise et vaudoise ont utilisé leur sonar pour localiser la victime à 40 m de fond. Piétons sur les routes LAUSANNE La Ville fermera les quais d’Ouchy et de Belgique à la circulation les samedis et dimanches dès cette semaine et jusqu’au 20 septembre. Les habitants pourront ainsi profiter de l’espace public bordant le lac tout en respectant les normes sanitaires de distance sociale. SUISSE Début avril, les actes graves de piratage informatique étaient en hausse de 1700% par rapport à début janvier. Jacques, à Bâle. Onze représentations de deux heures sont prévues. Chacune d’entre elles pourra accueillir 6000 spectateurs. Les billets déjà achetés pour le mois de juillet resteront valables pour cet automne. Travail à distance, multiplication des canaux de communication : la crise du Covid-19 est une aubaine pour les cybercriminels. En Suisse, 240 annonces pour attaques ou incidents graves ont été recensées la première semaine d’avril, contre 14 début janvier. Un bond de près de 1700%, comme le relevait le capitaine Patrick Ghion, chef de la brigade forensique de la police judiciaire genevoise, dans le magazine « Cybersecurity Trends ». À Genève, le formulaire d’annonce en la matière a enregistré 22 cas par semaine en moyenne durant la crise, contre six en temps normal, relate l’officier. « Lescybercriminelstouchent toutes les couches de la population et des entreprises », préciset-il. Les moyens qu’ils emploient « sont très variés », mais, de manière générale, « ils vont tenter de faire faire une action à la victime, que ce soit cliquer sur un lien ou ouvrir un document », le but étant d’obtenir des infos personnelles en vue d’un gain financier par la suite. Ces derniers temps, par exemple, des pseudo-livreurs appellent leurs victimes en leur demandant d’ouvrir un PDF pour récupérer leurs colis. Arrêter ces escrocs « est extrêmement difficile », souligne le policier : leur identification est rendue très compliquée car ils actu.20min.ch Les cyberattaques ont été dopées par la pandémie Effectifs en hausse pour la fin de l’année se dissimulent, et « la probabilité de pouvoir se rendre à l’étranger et de procéder à l’arrestation d’un suspect est ténue ». Pour des arnaques comme les commandes frauduleuses sur le web émanant de Suisse, « nous avons beaucoup plus de succès ». –LÉONARD BOISSONNAS Le bon sens pour éviter les pièges tendus par les escrocs Le nombre de phishings ou de spams a été multiplié avec la crise du Covid-19. Le mode d’extorsion varie : cryptage de données d’entreprise, chantage aux données personnelles, détournement de carte de crédit. Pour se protéger en tant qu’usager, « le bon sens aide Ils étudieront en petits groupes VAUD Onze gymnases et quatorze écoles professionnelles rouvriront leurs portes le 8 juin. Le plan présenté hier par le canton pour ces 37’000 élèves prévoit notamment des effectifs réduits. Suivant les cas, les gymnasiens viendront à l’école en alternance un jour sur deux, voire un jour sur trois, ou une semaine sur deux ou sur trois pour les apprentis. Trop ivre pour se souvenir du meurtre Le Centre de compétence régional de lutte contre la cybercriminalité pour la Suisse occidentale est opérationnel depuis 2019. Il est situé au sein de la police cantonale genevoise. La Brigade de criminalité informatique compte à ce jour 13 policiers et 3 ingénieurs informaticiens. Les effectifs seront augmentés avec trois policiers supplémentaires d’ici à la fin de l’année, indique Patrick Ghion. La Brigade de renseignement criminel lutte aussi contre la cybercriminalité avec neuf spécialistes de plus : cinq policiers et quatre analystes criminels. Le piratage 480’000 C’est le nombre de Suisses victimes d’une cyberattaque qui a touché 9 millions de clients d’Easyjet. Les données de 2208 cartes de crédit ont pu être obtenues. La compagnie aérienne a annoncé que les voyageurs affectés devaient être contactés hier au plus tard. MOUTIER (BE) Un Chinois de 32 ans comparaît depuis hier. Il est accusé d’avoir poignardé à mort son patron, un compatriote de 45 ans, avec un couteau de cuisine en janvier 2019, lors d’une altercation en présence d’autres personnes. Peu après son arrestation, il était passé aux aveux. « Je ne sais pas qui a donné le coup de couteau », a pourtant déclaré l’accusé hier, s’exprimant en mandarin. « On avait consommé beaucoup d’alcool », s’est-il défendu. Outre le meurtre du restaurateur, cet homme de 32 ans arrivé en Suisse illégalement il y a une dizaine d’années doit répondre d’infraction à la loi sur les étrangers. Verdict la semaine prochaine. –ATS souvent à éviter les pièges des cybercriminels », déclare Patrick Ghion. Il ne faut pas cliquer sur des liens, ni ouvrir de document, ni fournir de données personnelles ou, pire, de mots de passe. Il faut naturellement maintenir ses antivirus et autres protections à jour.
MERCREDI 27 MAI 2020/20MINUTES.CH Salariés et patrons sont conquis par le télétravail EMPLOI L’organisation mise en place d’urgence a fait ses preuves et pourrait perdurer, mais pas sans des adaptations. Près de 90% des employés veulent pouvoir continuer à télétravailler au moins de temps en temps après la reprise. C’est ce qui ressort du sondage mené par le syndicat Syndicom et l’institut gfs.bern. La pratique mise en place d’urgence a largement convaincu, notamment puisqu’elle libère du temps durant les déplacements (78%), et qu’elle permet d’être plus productif (62%) et plus créatif (55%), ou encore de mieux concilier vie privée et vie professionnelle (61%), sans compter les avantages pour l’environnement ou les infrastructures de transport. Mais plusieurs problèmes sont soulevés par les sondés, de l’ergonomie insuffisante de leur place de travail improvisée (49%) au manque de contacts avec l’équipe (71%), en passant par une perte de contrôle sur les heures de travail (29%). L’invasion du travail dans la sphère privée a aussi pu avoir un impact négatif sur le couple ou la famille (20%), et causé un Double drame sur les chantiers Un ouvrier a succombé lundi matin après un accident à Oron (VD). Cet Italien de 48 ans a été heurté par la chute d’une lourde pièce métallique suspendue audessus de lui. Quelques VALAIS La police cantonale n’a pas apprécié de ne pas avoir été informée, mercredi dernier, que les Gitans qu’elle allait escorter vers la place d’accueil de Martigny venaient d’entrer en La pratique a le vent en poupe depuis quelques mois. –ISTOCK heures plus tard, un compatriote du même âge a été mortellement blessé alors qu’il travaillait sur la façade d’un bâtiment à Montreux. Il est resté coincé entre le bâtiment et la nacelle. Un aller-retour vers la douane suisse Suisse en violant la fermeture des frontières. En réaction, et pour « ne tolérer aucune forme d’impunité sur territoire valaisan », elle a procédé, lundi, à une action d’envergure. Avec une centaine d’agents, elle a identifié les gens du voyage et les a escortés, puis remis à l’Administration fédérale des douanes, au poste de Saint-Gingolph. En parallèle, une pétition lancée en ligne et relayée par l’UDC du Valais romand réclame la fermeture totale de la place d’accueil de Martigny. Elle a récolté plus de 1800 signatures en un jour. –YWE sentiment de solitude (64%). En revanche, il a permis de réduire le stress lié au travail pour 60% des sondés. Reste à régler des questions importantes, insiste le syndicat, comme la répartition des frais, la protection de la santé ou la compatibilité avec le travail domestique. Les sondés VAUD Le recrutement pour l’armée ne baisse pas les armes face à la pandémie. Hier, une centaine de jeunes étaient convoqués pour passer les tests d’aptitude à Payerne. Les mesures de protection de l’OFSP ont été appliquées avec notamment Un apprentissage Du côté des patrons aussi, l’expérience a été positive. « Sans télétravail, on aurait dû tout arrêter », rappelle Christophe Reymond, directeur du Centre patronal vaudois. La pratique sera sûrement proposée davantage, mais pas telle quelle : il faudra apprendre à gérer le cadre, les outils, la fréquence... Si la perspective augure des économies en voyages d’affaires et places de travail, les frais d’électricité ou de wifi sont minimes, estime-t-il. jugent à 28% que la garde d’enfants est conciliable avec le télétravail, alors que 39% pensent le contraire. Syndicom souligne que les femmes sont particulièrement défavorables à l’idée de mélanger les deux, rappelant qu’elles assurent déjà la majeure partie de cette tâche. –PAULINE RUMPF Actu 3 Le canidé s’est acharné, causant un véritable carnage. –DR Un loup égorge huit moutons VALAIS Un loup a tué huit moutons d’un troupeau protégé dans la nuit du 10 au 11 mai sur la commune d’Orsières. Les bêtes étaient parquées dans un enclos sécurisé. L’éleveur et sa famille se relaient depuis cette tragédie, jour et nuit, pour assurer une présence humaine au sein du troupeau. Inquiète pour la sécurité de sa population et des animaux, la commune a demandé au Conseil d’État de prendre des mesures. Au premier trimestre 2020, trois loups ont été identifiés en Valais. Futures recrues testées en toute sécurité masques, distance sociale ou encore marquage au sol. Les effectifs ont été revus à la baisse. Les futurs militaires qui envisagent de commencer l’école de recrues cet été ont été priorisés par rapport à ceux qui partiront en janvier 2021. Une centaine de jeunes ont participé à des tests physiques et théoriques dans la Broye. –KEY Les explications du commandant Beaud, chef du recrutement à Payerne, sont sur notre app.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :