20 minutes Genève n°2020-05-20 mercredi
20 minutes Genève n°2020-05-20 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-05-20 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : Sofia a pu intégrer sa série préférée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Coronavirus 20 secondes Des millions promis aux bonnes œuvres LAUSANNE Le bénéfice net de la Loterie Romande (LoRo) a atteint 224,3 millions de francs en 2019. Ce montant sera intégralement redistribué à des œuvres d’utilité publique. Cette aide sera précieuse en cette année de coronavirus, qui s’annonce difficile pour la LoRo. Ils sont encore près de 4000 à l’hôpital BERNE La Suisse a enregistré depuis lundi matin 21 nouveaux cas de coronavirus, a annoncé mardi l’Office fédéral de la santé publique. Plus de 3900 personnes étaient encore hospitalisées. Au total, 1614 personnes testées positives sont décédées en Suisse et au Liechtenstein, pour 30’618 cas confirmés. SUISSE Par pragmatisme et en raison de la crise, des cantons acceptent au cas par cas que des discos changent provisoirement leur licence. Si les bistrots ont le droit d’ouvrir depuis le 11 mai, les directives sanitaires demeurent restrictives pour les boîtes de nuit. Actuellement, aucune date de réouverture possible ne leur a été communiquée. Les patrons de ces clubs n’ont plus de revenus, mais doivent faire face à des charges fixes à payer. C’est pourquoi Zurich, Vaud et Genève ont décidé de se montrer pragmatiques. Dans ces cantons, une disco peut donc faire la demande de changer sa licence pour un statut provisoire d’établissement de jour. La démarche permet d’ouvrir le bar jusqu’à minuit et même de demander le droit d’avoir une terrasse extérieure à proximité de façon éphémère. Porte-parole du Département vaudois de l’économie, Denis Pittet explique que le droit cantonal permet tout changement de catégorie de licence via une procédure. « Mais pour des modifications mineures, notamment en cas d’absence d’impact sur le voisinage, une dispense d’enquête peut être octroyée par la commune qui gère la mise à l’enquête », précise-t-il. À Lausanne, deux lieux publics nocturnes ont déjà fait une telle demande. « Nous, actu.20min.ch Fermées, les boîtes de nuit pourraient rouvrir de jour L’an dernier, le Livre sur les quais avait attiré quelque 40’000 personnes en trois jours. –KEYSTONE Les fans de bouquins font de la résistance MORGES (VD) Le Livre sur les quais aura lieu comme prévu, du 4 au 6 septembre. Alors que les annulations de manifestations se succèdent, le festival morgien sera bel et bien au rendez-vous. Malgré les incertitudes, l’équipe du Des discos peuvent demander une licence « bar » et une terrasse. –ISTOCK festival a décidé de maintenir sa 11e édition en imaginant un nouveau concept adapté aux mesures sanitaires. Des informations plus détaillées sur la forme du salon et sur sa programmation seront annoncées en juin. VAUD Le Tribunal des baux du canton ne tient plus d’audience en présence des juges assesseurs représentant les locataires et les propriétaires. La mesure est prévue jusqu’à la fin septembre. En cause  : la taille des salles d’audience, qui ne permettrait pas de respecter la distance sociale. Les associations cantonales des locataires, des propriétaires et des régies contestent cette décision. Ces dernières critiquent un dispositif qui ne possède pas de base légale solide. Coûteux, il retarde en outre la notification Cafetiers inquiets Des boîtes qui ouvrent jusqu’à minuit, comme des bars ? Certains tenanciers de bistrots s’inquiètent de cette concurrence alors que la crise perdure. À Genève, le Service de l’économie étudie les demandes au cas par cas, selon Laurent Terlinchamp, patron des cafetiers-restaurateurs, qui note qu’un horaire en journée ne correspond pas à la majorité de la clientèle des nightclubs. Pour le patron lausannois Thierry Wegmüller, il faut tenir compte des aspects sanitaire, social et économique. nous efforçons de faciliter la reprise des activités de tous les établissements avec cette situation hors normes due au Covid-19, en demeurant aussi peu intrusifs que possible au niveau économique », explique Pierre-Antoine Hildbrand, responsable de l’Économie lausannoise. –FRÉDÉRIC NEJAD TOULAMI Dilemme pour les rétifs au vaccin Si un vaccin contre le Covid-19 était disponible, il pourrait être obligatoire, mais tout un chacun pourrait le refuser, a expliqué à « La Liberté » le professeur en droit de la santé Dominique Sprumont. En cas de refus, la loi prévoit toutefois des mesures d’éloignement de certains lieux, voire de quarantaine et d’isolement. Régies et locataires sans représentants des jugements. Enfin, les juges assesseurs apportent des compétences techniques bienvenues et contribuent ainsi au déroulement équitable des audiences. –ATS –ISTOCK
MERCREDI 20 MAI 2020/20MINUTES.CH Coronavirus 3 Virus encore actif dans les cadavres SCIENCE Alors que la pandémie semble sous contrôle dans la plupart des pays d’Europe, les chercheurs comprennent de mieux en mieux les caractéristiques du virus. En plus d’être très contagieux, il serait particulièrement résistant. Des médecins allemands ont ainsi pu identifier la présence du virus jusqu’à cinq jours après le décès des patients. Ils ont effectué Il cède sa place de bon cœur et se retrouve coincé MAROC Malgré les vols de rapatriement opérés par le DFAE, des Suisses n’ont pas pu rentrer. Parmi eux, un Vaudois craint à présent de perdre son emploi. Depuis plus de deux mois, Daniel est coincé près d’Agadir, au Maroc. Il aurait dû rentrer le 21 mars. Trois jours avant, ayant appris que l’OMS qualifiait désormais le Covid-19 de pandémie, ce Vaudois s’était annoncé aux autorités suisses et, pour mettre toutes les chances de son côté, avait installé sur son smartphone l’appTravel Admin. On lui avait fait savoir que les personnes âgées, à risque ou n’ayant plus les moyens de rester sur place pourraient avoir la priorité  : « À des scanners post-mortem, ainsi qu’une biopsie des organes. Des traces ont été repérées dans les poumons des défunts. Chez certains, le foie, les reins, le pharynx, le cœur et même les jambes et le cerveau étaient également infectés. Le virus serait donc également assez envahissant, mais pas forcément très contagieux après la mort. –THO Cadeau des CFF aux locataires BERNE Les CFF renoncent aux loyers des commerces ou les réduisent afin d’atténuer les effets du coronavirus. Il s’agit principalement des magasins et des restos dans les gares. Au total, les loyers de plus de 1200 baux seront ajustés pour la phase de confinement allant du 17 mars au 26 avril, voire au 10 mai ou au 8 juin. Au niveau national, locataires et propriétaires continuent d’attendre un signal clair de la Confédération concernant le traitement des loyers des magasins fermés. Certains ont manqué leur avion, faute d’accès à l’aéroport. –ISTOCK ce moment-là, ça ne m’a ni choqué ni dérangé. Je ne suis pas à risque et j’avais encore assez de sous pour tenir. J’ai donc cédé ma place de bon cœur », raconte le trentenaire. Depuis, son vol de retour a été annulé et il n’a pas eu l’occasion d’embarquer sur un des vols de rapatriement organisés par le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Daniel affirme n’avoir reçu aucune autre information que celle de se débrouiller par ses propres moyens pour rentrer. L’employeur n’est pas tenu de payer un salarié absent Se fondant sur l’article 119 du Code des obligations, Olivier Dunant, avocat spécialisé dans le droit du travail, note que, si un employé est dans l’impossibilité de fournir ses prestations, sans faute de sa part, l’employeur n’est pas tenu de lui verser son salaire  : « Mais, à ce moment-là, il n’a aucun intérêt à le licencier. » Les airs d’opéra s’invitent dans le jardin de l’EMS L’avocat précise qu’un licenciement avec effet immédiat ne peut se faire que s’il y a un juste motif qui rompt le rapport de confiance. « Si l’employé n’a pas été informé des vols disponibles, cela ne justifie pas une rupture de contrat sans préavis. Il doit cependant pouvoir prouver qu’il a tenté de revenir, sans succès. » Prévenu trop tard Le DFAE estime qu’une centaine de Suisses sont toujours bloqués à l’étranger. Dont Patrick, qui est en République dominicaine. Il a eu une offre de rapatriement du DFAE, arrivée tard le soir pour le lendemain. Il l’a ratée, faute d’avoir pu rejoindre l’aéroport à temps. Depuis, le sexagénaire a réservé déjà six vols de retour, tous annulés. Mais il n’a, dit-il, reçu aucune information du consulat suisse ni du DFAE sur les possibilités de rentrer. De son côté, le DFAE assure que les deux avions qu’il a affrétés pour le Maroc n’étaient pas complets. Mais il reconnaît que la difficulté de se déplacer dans le pays a pu compliquer les trajets vers l’aéroport. Ces difficultés, l’employeur de Daniel n’en a cure. Il a exigé que le Vaudois reprenne le travail le 11 mai, puis le 18, « faute de quoi, nous considérerons que vous avez abandonné votre poste », a-t-il écrit. Hier, il lui a fixé un nouvel ultimatum au 27 mai. Contactée, l’entreprise n’a pas répondu à nos questions. –VALENTINA SAN MARTIN BERNE Les musiciens du Konzert Theater Bern ne peuvent toujours pas jouer en raison de l’interdiction des manifestations. Pendant ce temps, les pensionnaires d’EMS restent confinés. Pour permettre aux uns d’exercer leurs talents et aux autres de vibrer au son de l’opéra, des artistes sont venus donner un petit récital dans les jardins d’une maison de retraite, lundi. –PHOTO KEYSTONE Aussi le samedi Pour rattraper le retard dû à la pandémie, le Service vaudois des autos permettra de passer les examens théorique et pratique du permis de conduire les samedis 6, 13 et 20 juin. Masques gratuits dans les trams ZURICH La compagnie de transports publics VBZ a commencé à distribuer des masques gratuits mardi matin. Au total, 50’000 pièces seront ainsi remises au cours des prochaines semaines pour encourager les usagers à se protéger durant leurs trajets en transports publics aussi longtemps que le coronavirus sévira, indiquent les VBZ. Depuis peu, plusieurs trams zurichois « portent » un masque peint à l’avant de leur carrosserie, sous la cabine de pilotage.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :