20 minutes Genève n°2020-05-07 jeudi
20 minutes Genève n°2020-05-07 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-05-07 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : restaurants réaménagés face au coronavirus.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Coronavirus 20 secondes Home fatal à 11 seniors GLARIS Un EMS d’Ennenda a été le théâtre tragique de onze des douze décès dus au coronavirus recensés en terres glaronnaises. La trentaine de pensionnaires en bonne santé avaient été relogés dans un hôtel. Hier, leur exil de trois semaines a pris fin et ils ont pu réintégrer leur établissement. À l’abri des poursuites VOYAGISTES Jusqu’à fin septembre, les clients ne pourront pas mettre une agence de voyage aux poursuites. Le Conseil des États a soutenu hier tacitement cette motion du National. Ce gel permet aux voyagistes d’espérer être remboursés par les hôtels et les compagnies aériennes avant d’indemniser à leur tour leurs clients. Frais d’écolage en jeu LAUSANNE Les étudiants de l’École hôtelière de Lausanne veulent être dédommagés pour les prestations payées qui ne peuvent être fournies ou encore les infrastructures fermées en raison du Covid-19. Selon « 24 heures », ils sont 1748, soit la moitié des élèves, à avoir signé une pétition en ce sens. RAPPERSWIL (SG) Le Cirque Knie a déposé une demande de chômage partiel, a expliqué hier Fredy Knie au « Tages-Anzeiger ». Pour lui, la situation n’a jamais aussi été mauvaise que maintenant dans l’histoire du cirque. « En 1919, année SUISSE Les transports publics seront en partie boudés dès le 11 mai. Mais la voiture ne reviendra pas en force pour autant. Comment aller bosser lundi prochain ? La question trotte dans la tête de bon nombre d’employés qui vont retourner sur leur lieu de travail le 11 mai. D’un côté, les transports publics du pays reprendront leur cadence normale, avec tout un concept de protection et de nettoyage. Mais tenir les 2m de sécurité à l’heure de pointe sera pratiquement impossible. « Nous allons surveiller les modes de transport choisis par les travailleurs, relève Mehdi- Stéphane Prin, porte-parole du département vaudois qui chapeaute la mobilité. Mais une chose est sûre : la fréquentation des transports publics sera en baisse. Il faudra donc travailler pour rassurer les clients inquiets. » Les routes ne devraient pas être saturées pour autant. « Le télétravail reste encouragé et le trafic de loisirs est quasi inexistant. » Et ceux qui souhaiteraient se garer la journée en ville seront découragés par les différentes polices, qui ont choisi de mettre un terme à leur trêve des amendes déjà la semaine dernière. Reste alors la mobilité douce, qui, si elle ne peut satisfaire tout le monde, tire tout de même son épingle du jeu (lire ci-dessus). Environ un tiers des pendulaires, qu’ils soient en transports privés ou collectifs, parcourent moins de, actu.20min.ch Pendulaires face à un vrai dilemme avant la reprise Clowns, dresseurs et acrobates sans boulot Difficile de tenir les 2 mètres de distance dans un train bondé. –KEY de notre fondation, l’arène non couverte de l’époque a dû être fermée pendant trois mois à cause de la grippe espagnole, qui sévissait depuis 1918. Sinon, les représentations n’ont jamais cessé », a rappelé le dresseur de chevaux. La tournée annuelle a été reportée à juillet. Reste le problème de la distance entre les spectateurs. –KEY CULTURE Horaires et nombre de lecteurs restreints, ouvrages placés en quarantaine : comme d’autres, la Bibliothèque municipale de Lausanne se prépare à rouvrir ses portes lundi. « Ces règles, valables pour toute la branche, ont été fixées par la faîtière Bibliosuisse », explique Nadia Roch, cheffe du Service bibliothèques et archives de la Ville. « Nous allons récupérer les livres, les mettre de côté et ne plus y toucher pendant 72 heures ». Même si les choses semblent plus simples pour les musées qui rouvrent la semaine prochaine, à l’instar de Ruée sur les vélos Les magasins spécialisés sont unanimes : la demande en vélos électriques explose depuis quelques semaines. Chez Tandem, à Vevey (VD), on a même dû adapter les stocks pour l’absorber. « Les gens nous disent clairement qu’ils veulent éviter les transports publics », explique un collaborateur. Même constat chez Cyclable, à Genève et Lausanne. « Les demandes ont augmenté de 30% d’un coup, note le directeur Romain Marandet. On sent un engouement très net. » 5 km pour aller au travail. Professeur de sociologie urbaine à l’EPFL, Vincent Kaufmannestime que la mobilité va diminuer après la crise. « Le télétravail restera, professait-il récemment sur Swissinfo. Et, crise économique oblige, les distances parcourues seront plus courtes. » –FRANCESCO BRIENZA Bibliothèques et musées s’activent Plus de 5000 personnes, dont 133 Suisses, ont porté plainte contre la station de ski d’Ischgl (Autriche). Le village est en effet considéré comme un haut lieu de propagation du coronavirus celui de l’Élysée à Lausanne ou de la Fondation Gianadda à Martigny (VS), des mesures ont dû être prises pour permettre de respecter la distance sociale entre visiteurs. –ATS Foyer du Covid-19 dans le viseur à travers l’Europe. L’enquête du Ministère public doit désormais découvrir si les autorités ont volontairement minimisé la situation pour ne pas nuire au tourisme. –AFP
JEUDI 7 MAI 2020/20MINUTES.CH Coronavirus 3 Le tourisme sera soutenu à hauteur de 40 millions. –ISTOCK Des milliards pour redémarrer BERNE Les Chambres fédérales ont donné leur feu vert hier aux crédits urgents de 57 milliards de francs pour aider l’économie et le monde du travail. Le Conseil des États s’est aligné sur le National à propos de l’aide au tourisme, qui se montera à 40 millions. Cette somme doit permettre à Suisse Tourisme de mener des campagnes de promotion sur la période 2020-2022. Les deux Chambres s’opposaient sur le montant de cette aide, que le Conseil fédéral n’avait pas prévue. La crainte Près de 20% des employés de Suisse estiment qu’il est probable qu’ils perdront leur emploi et quasiment un quart des indépendants pensent qu’ils vont faire faillite, selon un sondage de Deloitte publié hier. « Rouvrir mon resto, c’est un casse-tête heureux ! » VERNIER (GE) Lundi, les établissements pourront de nouveau accueillir leurs clients. Avec les limitations liées au Covid, ils devront se réinventer. Reportage. « Le double-mètre, c’est mon nouveau pote », s’esclaffe Julien Mégevand. Entre deux tables à l’ombre d’un marronnier, il se penche sur la barre jaune graduée et vérifie : « Bon, là, la distance joue. » Le patron du Café de l’Étoile contemple sa terrasse. Il va rouvrir le 11, avec les limitations imposées par la pandémie. À l’extérieur, l’établissement passera de 70 à 44 places. « Lundi, j’avais fait un agencement à l’œil mais j’ai tout dû redéplacer. Je ne m’imaginais pas que 2 mètres entre les tables, c’était si grand ! » Puis, il lève les yeux au ciel : « Si la météo n’est pas avec nous, ce sera très, très dur ! » Julien retourne dans la salle du restaurant, qui va tourner avec moitié moins de couverts. Il s’agite : « La tablée centrale, je la crame ! Là, je mets la table L’activité des vols de sauvetage s’est effondrée de 90%. –KEYSTONE Les mesures anticoronavirus prévoient une distance obligatoire de 2 mètres entre chaque table. –DRA dans l’autre sens, ça fera un passage plus large. Celle-ci, au coin, je ne peux pas l’ôter, je n’ai pas d’espace de stockage. Je mettrai des fleurs dessus. » Le personnel, lui, est déjà drillé. Lavage des mains « trente fois par jour », rigole le patron, Aller chercher le bonheur à l’extérieur Pour accueillir plus de clients alors que les places seront limitées à l’intérieur, les restaurants miseront sur leur terrasse. Lundi dernier, la Ville de Lausanne a assoupli ses règles en la matière. Des espaces pourront être agrandis ou créés sur le domaine public et même, dans certains cas, empiéter sur des places de parc. De son côté, la Ville de Genève étudie une possible extension des terrasses, « mais aucune décision n’a été prise ». À Carouge, où pullulent les bars et les restaurants, « les discussions sont en cours », informe l’Exécutif. Des hélicos dans la tourmente SION Air-Glaciers a ouvert une procédure de licenciement collectif. Jusqu’à 60 emplois sur un total de 146 pourraient être supprimés, soit 41% du personnel. Les syndicats ont été alertés. On ignore pour l’heure dans quelle mesure seront concernés les six sites de Sion, Collombey, Gampel (VS), Leysin (VD), Lauterbrunnen et Gstaad-Saanenland (BE). Celui de La Chaux-de-Fonds (NE) sera en revanche transféré à une autre compagnie avec effet immédiat. et les deux serveuses resteront à distance lorsque la clientèle passera commande. À cela, il faut ajouter une désinfection soutenue des cartes de menu, des chaises et des tables. Les nappes seront en papier, car « désinfecter le tissu au fur et à mesure, c’est impossible ». Le restaurateur prend un risque financier à rouvrir avec une capacité d’accueil réduite de moitié. « C’est un casse-tête, mais un casse-tête heureux. Je vais retravailler. C’est mon métier et je l’aime. » –DAVID RAMSEYER Reportage en images à voir sur notre app. Un anticancéreux protégerait du virus SCIENCE Les médicaments antiandrogènes administrés contre le cancer de la prostate semblent avoir un effet protecteur contre le coronavirus. Une équipe de l’Université de la Suisse italienne a analysé les données de plusieurs milliers d’hommes de Vénétie (It). De manière générale, les hommes souffrant d’un cancer ont un risque 1,8 fois plus élevé que la moyenne de contracter le Covid-19 et d’évoluer vers une Règles strictes Pour ne pas inscrire le virus au menu des restaurants, ils devront suivre des directives précises. Seule la clientèle assise sera autorisée, avec quatre personnes maximum par table, sauf pour les parents et leurs enfants. La traçabilité des convives sera de mise (noms, numéros de téléphone, heure d’arrivée, etc.), et ce pour reconstituer la chaîne d’infection au cas où un client devait contracter le Covid-19. Les établissements devront aussi protéger leur personnel et faire respecter la distance sociale. forme grave par rapport à la population de sexe masculin. En y regardant de plus près, les chercheurs ont constaté que seulement quatre des 5273 patients traités par antiandrogènes en Vénétie ont contracté la maladie, et aucun n’en est mort. En comparaison, sur les 37161 hommes ayant également un cancer de la prostate, mais non traité aux antiandrogènes, 114 sont tombés malades et 18 sont morts. –ATS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :