20 minutes Genève n°2020-04-22 mercredi
20 minutes Genève n°2020-04-22 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-04-22 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : le Tour de Suisse en home-office.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Coronavirus Mineurs et femmes SDF accueillis par un 3-étoiles –KEYSTONE GENÈVE Privé de clients, un hôtel a mis 31 chambres à disposition des démunis. Avec l’Armée du Salut. « C’est le luxe. On est dans le confort total ! » Comme dix autres mineurs non accompagnés et vingt femmes sans abri, Sofiane a encore de la peine à y croire. Cet Algérien de 16 ans a quitté la rue pour s’installer provisoirement dans le bien nommé Hôtel Bel’Espérance. Cet établissement 3 étoiles en plein centre de Genève a décidé de mettre 31 chambres à disposition des personnes sans domicile fixe. « Les choses se sont faites assez naturellement », explique son directeur, Alain Meuwly. Avec la crise du coronavirus, « plus de 90% de nos réservations ont été annulées », observe le patron du Bel’Espérance. Géré comme entreprise destinée à générer des revenus Sofiane (à g.) fait partie des mineurs non accompagnés qui ont le bonheur d’avoir une chambre. –AFP Une vocation sociale déjà ancienne En accueillant des personnes sans abri, le Bel’Espérance n’a fait que renouer avec son ancienne vocation sociale. Avant d’être transformé, en 1996, en hôtel 3 étoiles doté de chambres élégantes et confortables, le bâtiment a servi pendant plus de 60 ans de foyer pour les femmes.Aujourd’hui, les profits générés par l’activité hôtelière sont attribués au financement de l’hébergement de nuit de l’Armée du Salut. À Genève, cette dernière accueille, bon an mal an, quelques centaines de familles et de mineurs sans domicile fixe. pour l’Armée du Salut, l’hôtel était vide alors que l’organisation cherchait des lieux sûrs pour loger des sans-abri pendant la pandémie. Les employés ont été placés au chômage technique et une équipe de travailleurs sociaux a été mise sur pied pour accueillir les nouveaux pensionnaires. Si quelques gadgets sensibles, comme les tablettes ou les machines à café, ont été retirés des chambres, le confort est resté le même, assure le patron des lieux. Qui a reçu de nombreux messages de félicitations de la part de clients réguliers. BERNE L’application qui doit retracer les chaînes d’infection au Covid-19 sera prête pour le 11 mai. Appelée DP-3T (pour Decentralized Privacy-Preserving Proximity Tracing), elle avertira ses utilisateurs lorsqu’ils seront en contact avec des personnes infectées. Des chercheurs de l’EPFL et de l’EPFZ ont participé au développement de l’outil. Une version test a été publiée la semaine dernière, indiquent les deux écoles. L’armée a participé aux premiers essais Mais le développement se poursuit. Les utilisateurs avertis d’un contact pourront faire un test. Les résidents, eux, profitent avec bonheur de l’aubaine. Contrairement à ce qu’impose la vie dans les dortoirs, ici, ils ont leur propre chambre et peuvent « se reposer, prendre soin d’eux, dormir le temps qu’ils veulent, retrouver une vie un peu plus normale », souligne Valérie Spagna, directrice de l’accueil de nuit à l’Armée du Salut. Sans oublier que cette période de répit prendra fin le 1er juin et que le retour à la réalité risque de faire mal. –AFP/AIA, actu.20min.ch Craintes pour les employés SANTÉ L’Organisation internationale du travail (OIT) s’inquiète d’une hausse des cas de violence au travail. Discrimination, harcèlement, violences domestiques : il n’y a pas que les personnes en télétravail qui sont concernées, a indiqué hier l’OIT. Dans l’alimentation, certains doivent parfois maintenir l’ordre dans leur magasin. Policiers et gardiens de prison ont vu leurs tâches compliquées par le confinement tout en étant très exposés au virus. Idem pour le personnel de soins, parfois victime de réactions de rejet motivées par la peur. Plus largement, alors que le déconfinement se profile, l’OIT appelle les entreprises à garantir à leurs employés des conditions de travail « sûres ». –ATS/JFZ Appde traçage Infirmiers à bout de patience prête le 11 mai Les applaudissements aux L’apaisement « En Chine, en Italie (...) ou en Suède, où le confinement n’est pas appliqué, aucun rapport n’a fait état de miniépidémies émanant des écoles » Alain Gervaix Chef du Département de la femme, de l’enfant et de l’adolescent aux HUG, interrogé par la « Tribune de Genève » balcons ne suffisent plus. Dans une lettre ouverte au Parlement, l’Association suisse des infirmiers (ASI) exige des actes : effectifs, une filière de formation renforcée, de meilleures conditions de travail et la hausse des salaires. « Le scandale du manque de matériel de protection n’est qu’un point parmi beaucoup d’autres », souligne l’ASI.
MERCREDI 22 AVRIL 2020/20MINUTES.CH Coronavirus 3 « Tu es mauvais, tu es puni, tu peux choper le Covid » GENÈVE Une directive des TPG visant à gratifier des employés en fâche d’autres craignant pour leur santé. « La pilule passe très mal. Cela donne l’impression que certains méritent plus de vivre que d’autres. » Ce conducteur des TPG est révolté par la dernière instruction de service. Les journées appréciées de piquet à domicile explosant vu l’épidémie et l’offre réduite, le transporteur a choisi d’en attribuer une par défaut à quelques chauffeurs : ceux qui n’ont pas eu d’accident depuis trois ans ou ceux qui ont été notoirement méritants en 2019. « Cette directive divise, déplore une Ces villes qui font rêver les Suisses VOYAGE Bloqués à la maison, les Suisses rêvent de repartir visiter le monde. Et ce sont les grandes villes européennes qui les attirent le plus, selon les données d’ArgYou, société basée à Baar (ZG) qui examine les recherches sur divers sites web et sur les réseaux sociaux. Même si personne ne sait encore quand on pourra repasser les frontières, elle a relevé sur FRIBOURG Les quelque 10500 étudiants de l’Université ne retourneront pas en auditoire avant l’année prochaine, pas même pour les examens. La fin du semestre comme les épreuves se feront à distance, Hygiène renforcée Alors que le virus effraie certains chauffeurs, les TPG listent les mesures de protection prises : les portes avant des véhicules sont condamnées ; du matériel désinfectant est distribué ; les locaux de pause ont été repensés, notamment avec des bus à l’arrêt à Cornavin ; le nettoyage des véhicules et des locaux de pause a été renforcé. Quant à la directive contestée, elle déploie ses effets du 20 avril au 11 mai. Londres est la capitale qui inspire le plus les Suisses confinés. –ISTOCK ces trente derniers jours plus de 600000 demandes concernant Londres, près de 400000 Paris et plus de 200000 Berlin. « On constate également une forte augmentation des recherches concernant le fitness, la beauté, la coiffure, les mariages, les massages et le bienêtre en général », a observé Christoph Glauser, PDG d’Arg- You. –JEB/SZU Fin de semestre à distance a indiqué hier la rectrice, Astrid Épiney. Les examens auront lieu à la période habituelle de mai-juin, mais les Facultés tiendront compte des difficultés engendrées par le confinement et le travail à distance. Les TPG rouleront avec un horaire réduit jusqu’au 11 mai. –KEY conductrice. Déjà, personne ne fait exprès d’avoir un accident, qui peut venir de la malchance. Avec le virus, ceux qui roulent se sentent en danger. C’est choquant qu’on nous dise : tu es mauvais, tu es puni, tu peux choper le Covid-19. » Secrétaire syndicale au SEV, Valérie Solano parle de discrimination et critique vivement le message. Pour elle, un tournus intégral serait préférable. Le porte-parole des TPG François Mutter replace la mesure dans un contexte plus large « d’effort en faveur de nos conducteurs ». L’instruction de service introduit ainsi des journées réduites d’une demi-heure et la possibilité de déplacer des jours de travail de manière favorable. Quant aux fameux piquets, seuls 5% ont été attribués sur la base du mérite, les autres étant ventilés normalement. « Cette mesure est l’occasion de souligner l’importance de la sécurité et de la qualité de nos opérations, nullement de prétériter une partie de nos collaborateurs. » –JÉRÔME FAAS La lueur d’espoir 119 patients C’est le nombre de nouveaux cas de coronavirus en Suisse en un jour, soit 85 de moins que la veille et 217 de moins que le jour précédent. Le pays comptait hier 28063 cas et déplorait au total 1187 décès. 20 secondes Posez vos questions ! LIVE Le conseiller fédéral Alain Berset et le chef de la division des maladies transmissibles de l’OFSP, Daniel Koch, répondront en direct à vos interrogations sur le virus, jeudi entre 11 h 45 et 12h45. Posez vos questions sur l’appaujourd’hui avant midi ! , 20minutes.ch SOS pour les locataires GENÈVE L’Asloca demande que le Canton vienne en aide aux locataires dont les revenus ont brusquement chuté, comme il l’a fait pour les locaux commerciaux. Certaines personnes risquent de voir leur bail résilié. Genève a déjà annoncé un gel des évacuations. Pas de Knie avant l’été RAPPERSWIL-JONA (SG) Le cirque national a annoncé hier qu’il reportait de nouveau le début de sa tournée au mois de juillet, au lieu de mai. Les spectacles prévus notamment à Delémont et Neuchâtel sont annulés. Dans les starting-blocks pour proposer des fleurs NIDWALD À l’instar de cette jardinerie de Stans, les commerces de plantons et autres articles de jardin vont rouvrir dès le lundi 27 avril. Ce premier pas vers un retour à la normale irrite pourtant les cantons d’Argovie et de Saint-Gall, qui exigent la réouverture de tous les commerces dès lundi. Leurs gouvernements estiment le calendrier de ces réouvertures injuste et incohérent. –PHOTO KEYSTONE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :