20 minutes Genève n°2020-04-03 vendredi
20 minutes Genève n°2020-04-03 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-04-03 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 7,1 Mo

  • Dans ce numéro : la gaffe qui fait marrer les Japonais.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Actu, Le répit 6 mois C’est le délai dont les entreprises en difficulté pourraient disposer avant d’être déclarées en faillite. Cette période supplémentaire pourrait donner plus de temps aux créanciers, aux débiteurs ainsi qu’à la justice. Près de 1 million de contaminés BILAN Le coronavirus poursuit sa course cruelle à une vitesse quasi exponentielle. Il a déjà contaminé près de 1 million de personnes et fauché 48000 vies à travers le monde. La moitié des infections sont recensées en Europe. Avec 215000 nouveaux cas, les États-Unis sont devenus le nouvel épicentre de la pandémie. En Suisse, jeudi matin, on comptait 18267 cas testés positifs, ainsi que 432 décès. BERNE/BELLINZONE Le respect des règles face à la pandémie de coronavirus est d’une importance vitale, « même quand il fait grand beau ». Le président de la Conférence des commandants des polices cantonales a exhorté jeudi les Suisses à rester chez eux à LAUSANNE Une mesure de l’Université pour la session à venir reste en travers de la gorge des étudiants. F.- -79- * Quand le vice-recteur de l’Unil Giorgio Zanetti a dévoilé les modalités des prochains examens dans une vidéo mise en ligne mercredi, certains ont cru à un poisson d’avril. Il expliquait que les examens seraient bel et bien organisés et, mesure généreuse, que les échecs ne seraient pas comptabilisés. Le hic : « Cette disposition ne pourra pas s’appliquer aux étudiants de la première année de bachelor, ceci afin de préserver la qualité et la validité de vos enseignements », leur a-t-il dit. Outrés, des étudiants ont lancé une pétition en ligne pour exiger l’abandon de la mesure. « La première année est l’année d’adaptation au monde universitaire, à ses difficultés et à son rythme. Il s’agit de l’une des plus compliquées et qui affiche le plus grand taux d’échecs. La vulnérabilité des étudiants y est donc plus grande et nous ne comprenons pas ce régime d’exception défavorable », dénonce le texte. Certains ont aussi relevé que l’Uni de Genève, elle, ne comptabilisera les échecs pour personne, première année incluse. Idem à Neuchâtel, même si ses étudiants en médecine et en pharmacie n’y sont pas encore fixés sur leur sort. Mais l’Unil maintient le cap et a précisé ses raisons jeudi. En première année et selon les facultés, le taux de réussite oscille entre 40 et actu.20min.ch Exas maintenus : coup dur pour les première année « Ne venez pas au Tessin ! » Suivez en direct toutes les infos sur le virus Pâques. « Il faut éviter tout voyage inutile. Ce n’est pas le moment de vouloir profiter du Tessin », a déclaré Stefan Blättler en transmettant un appel de son collègue tessinois. Cela vaut aussi pour les autres destinations de vacances, comme le Valais ou l’Oberland bernois. Les axes nord-sud devraient échapper aux traditionnels bouchons pascals cette année. –KEYSTONE –ISTOCK À cause du coronavirus, les examens sont chamboulés cette année. Il faut éviter de surcharger les infrastructures, notamment hospitalières. La police procédera à des contrôles au Gothard ou au San Bernardino, mais elle ne pourra pas interdire aux gens de se rendre au Tessin. « Les routes restent ouvertes », rappelle-t-il. –ATS Bouger malgré le confinement Les personnes de plus de 65 ans doivent continuer à bouger malgré le conseil qui leur est fait de rester chez elles. Sans exercice durant la période de crise, elles perdent de la masse musculaire et risquent davantage de chuter, prévient jeudi le Bureau de prévention des accidents. Sur le site equilibre-enmarche.ch sont proposés des exercices à effectuer à domicile pour rester en pleine forme. ALLEMAGNE Présente en Suisse à Lausanne, Genève, Fribourg, Berne, Zurich et Bâle, la chaîne allemande de cuisine italienne Vapiano cesse ses activités. En difficulté financière depuis plusieurs années, la société s’était déclarée insolvable le 20 mars, peu après avoir dû fermer ses Grande souplesse Lausanne, Genève et Neuchâtel ont déjà annoncé le maintien des examens, au prix de nombreuses adaptations qui devront être précisées aux étudiants par chacune des facultés. Des oraux pourront se transformer en écrits ou se faire par vidéoconférence. Les étudiants pourront ne pas se présenter aux examens et prolonger leurs études sans pénalité. Les situations individuelles (garde d’enfants pendant le confinement, protection civile, etc.) seront prises en compte. 70%. Octroyer une chance supplémentaire amoindrirait la valeur du cursus, selon l’institution, qui ajoute que permettre à ceux qui échouent de retenter l’année suivante, en plus de tous les nouveaux étudiants qui débuteront, créerait une surpopulation nuisible à tous. –YANNICK WEBER Faillite précipitée par le virus 230 restaurants. L’enseigne explique jeudi dans un communiqué que la crise du coronavirus a « augmenté considérablement les besoins de liquidités » et qu’« aucun accord n’a pu être trouvé avec les banques de financement et les principaux actionnaires ».
–ISTOCK VENDREDI 3 AVRIL 2020/20MINUTES.CH 20 secondes Pas de rab à l’école BERNE L’année scolaire ne sera pas prolongée. Elle doit être intégralement validée pour les enfants de l’école obligatoire. Concernant le secondaire II, les élèves doivent obtenir leurs certificats assez tôt pour pouvoir commencer des études ou un emploi à l’automne, a décidé mercredi la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique. Les rails sont désertés MOBILITÉ La dernière étape de la réduction des horaires des transports publics suisses est entrée en vigueur jeudi. Selon les CFF, la demande a chuté de 80 à 90%. Les intercity Genève-Aéroport –Saint- Gall ne circulent ainsi plus entre Genève-Aéroport et Fribourg. Patients tous testés ZURICH Le Canton a étendu jeudi à l’ensemble des hôpitaux l’obligation d’effectuer un test de dépistage du coronavirus sur tous les patients stationnaires, peu importent les raisons de leur séjour. Il s’agit d’une première en Suisse à une telle échelle. SUISE SUISSE ROMANDE Les effusions qui résonnent tous les soirs dès 21 h font des mécontents, surtout parmi les propriétaires d’animaux. Pétards, feux d’artifice, casseroles et sonos dignes d’un club : depuis trois semaines, des balcons accueillent parfois de bruyantes explosions de joie le soir, à 21h. Au départ, l’idée était de montrer, à travers des applaudissements, un soutien aux travailleurs en première ligne dans la lutte contre le coronavirus. Mais très vite, le phénomène a pris une dimension festive et exubérante. Ces manifestations font des mécontents. Ils sont discrets, de peur de passer pour des rabat-joie ou pire, des égoïstes. Parmi eux figurent des propriétaires d’animaux. « J’ai une r ne ! iii Tl ! iéi IT L ! i{1 IL ide 4 y In, :sitym Actu 3 Quand les acclamations au balcon virent au tintamarre De sérieux risques pour les toutous Énorme stress, acouphènes, risques de fuite, aboiements et incontinence : à cause d’une ouïe sensible, les chiens peuvent développer de fortes réactions à un bruit de pétard inattendu. « Si l'animal n'y a pas été habitué dans VAUD « Avant, beaucoup nous considéraient comme des emmerdeurs, voire de gros pollueurs. Tout d’un coup, c’est comme si on dérangeait nettement moins. Les chauffeurs se sentent revalorisés. Leur seule crainte, aujourd’hui, c’est de tomber malade et ne plus pouvoir travailler. » Alors que les Du monde au balcon : la vidéo sur notre app. La majorité des Suisses s’en tiennent aux applaudissements, mais parfois, des pétards sont lancés. –KEY sa vie, nous recommandons de le tenir aussi loin que possible des balcons pendant l'émission de bruit et de faire jouer de la musique pour le couvrir », évoque la fondation de protection des animaux Quatre pattes. Sympas avec les routiers poids lourds continuent de sillonner les routes désormais désertées par les pendulaires pour livrer les commerces, ce témoignage de la responsable d’une entreprise vaudoise est partagé par l’Association suisse des transporteurs routiers : « Nous recevons beaucoup de réactions positives. Avec le coronavirus, les gens reconnaissent à quel point les transports routiers sont indispensables pour leur approvisionnement quotidien ou pour l’élimination des déchets. Nous espérons que cette appréciation se poursuivra après la pandémie. » –XFZ Le volume des transports a explosé dans certains secteurs. chienne qui a une phobie terrible des pétards et qui est paniquée chaque soir de 21h à passé minuit », relate une Genevoise, presque en s’excusant. D’autres ont un souci plus moral avec la démarche. « On dirait que les gens oublient qu’on parle d’une épidémie, déplore un Vaudois. Il n’y a rien à fêter ! » Le fait que la pratique divise n’a rien d’étonnant pour René Knüsel, sociologue à l’Uni de Lausanne. « Il y a deux propos qui se rencontrent, analyse-t-il. Une manifestation de solidarité dans une crise grave et une volonté de montrer qu’on est là, vivants, bien que confinés. » Les tests Un drive-in de dépistage du coronavirus avec inscription en ligne est opérationnel depuis jeudi midi à Berne. Il est également ouvert aux personnes qui n’appartiennent pas aux groupes à risques. Entre 200 et 300 tests peuvent être effectués chaque jour. GENÈVE Dans le canton, de nombreux amateurs de balades qui profitent de la campagne depuis le début de la pandémie ne sont pas respectueux de l’environnement. Des déchets sont abandonnés et des cultures piétinées, déplore le Pour le scientifique, les citoyens qui exultent de façon excessive sont dans une forme « d’expérimentation des limites » difficile à supporter pour certains. « Ceux-là se retrouvent face à un paradoxe. Dénoncer un mouvement de solidarité est délicat. En même temps, ces débordements festifs, en soirée qui plus est, sont une déviance sociale importante dans nos cultures. Le bon équilibre est donc encore à trouver. » –FRANCESCO BRIENZA Promeneurs peu respectueux Conseil d’État. Les automobilistes se garent sur des bandes herbeuses et dans des prairies, bloquant parfois l’accès des tracteurs. Le gouvernement demande de rester sur les chemins balisés et de ne pas pénétrer dans les champs.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :