20 minutes Genève n°2020-04-02 jeudi
20 minutes Genève n°2020-04-02 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-04-02 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 6,8 Mo

  • Dans ce numéro : Berne va s'activer pour les PME plombées par la crise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Actu, Piégés, les proches aidants sont au bout du rouleau CONFHNEMENT CONFINEMENT Ceux qui partagent leur vie avec une personne en situation de handicap peinent à voir le bout du tunnel. « Alors que le monde attend de savoir comment il va se réorganiser pour survivre à un quotidien chamboulé, je vous supplie de penser aux proches aidants qui vont s’occuper 24h sur 24 d’un enfant ou d’un parent dépendant. » Ce cri du cœur, lancé il y a deux semaines sur Facebook, est celui de Marjorie Waefler. Cette Vaudoise de 45 ans est mère de quatre ados, dont Silas, 11 ans. Frappé par le syndrome de Heller en 2014, le garçon a dès ce moment perdu toutes les capacités qu’il avait acquises jusqu’alors : « Mon fils ne parle plus. Il porte des couches en permanence, mange tout ce qu’il trouve, ne dort quasiment –ISTOCK S’occuper d’un parent ou d’un enfant à temps plein n’est pas simple. pas sans l’aide de médicaments... Il est hyperactif et s’exprime souvent par des cris. » Pris en charge par une école spécialisée, Silas a été, comme tous les élèves du pays, privé de cours à partir du 16 mars. « Quand nous avons su que la situation allait durer au moins sept semaines, mon mari et moi avons reçu comme un coup de massue. » Depuis, l’équilibre familial est mis à mal : « Nous nous relayons pour le surveiller, lui qui ne peut pas rester seul une minute. Tout est sous clé et la moindre inattention de notre part peut être catastrophique », continue cette maman, en précisant que son Ouvriers trop rapprochés VALAIS Le Canton tire un premier bilan des contrôles réalisés pour lutter contre la propagation du Covid-19 dans les entreprises. Les consignes sont « relativement bien respectées », même si la situation est « un peu plus préoccupante » sur les chantiers. Quatre sociétés, dont une boîte de ferraillage, ont été sommées de stopper leurs activités. La règle de l’éloignement de 2m lors de déplacements vers les chantiers ou pendant les travaux reste difficile à respecter. Par ailleurs, à Lausanne, la Ville a proposé aux entreprises mises à l’arrêt forcé sur des chantiers dont elles sont maîtres d’ouvrage de demander des dérogations si elles estiment que les conditions de sécurité sont suffisantes. Les documents seront examinés par la Ville, la faîtière des entrepreneurs et le syndicat Unia. –ATS/FRS La distance de 2 mètres entre les travailleurs est difficile à appliquer sur les chantiers. –KEYSTONE S’adapter au chaos Pour la Fondation suisse des proches aidants (Pro-XY), la situation force ceux qui prennent soin d’un enfant ou d’un parent à « trouver une routine dans le chaos, ce qui est très compliqué », souligne Laurence Thueler, coordinatrice de l’antenne Morges-Cossonay. « Ils sont habitués à faire face à beaucoup d’imprévus. Mais là... » En ces temps troublés, la fondation propose donc un appui à domicile, pour relayer les proches aidants dans leurs tâches quotidiennes. histoire n’est de loin pas un cas unique. Marjorie Waefler insiste : « Ce n’est de la faute de personne et j’ai de la chance d’avoir du soutien de toutes parts. Mais je me fais du souci pour les personnes qui se retrouvent, elles, complètement démunies face à cette situation. » –SOPHIE ZUBER Coup de pouce aux bouchers Le Conseil fédéral veut garantir l’approvisionnement alimentaire du pays et a annoncé hier quelques mesures. Il a toutefois assuré qu’il n’y a aucun souci à se faire et qu’il s’agit de « simples précautions ». Berne va ainsi consacrer 3 millions de francs au soutien des bouchers. Il s’agit d’éviter une chute des prix de la viande après l’effondrement de la demande, notamment celle de la restauration. SANTÉ L’Alliance du vaccin craint que les mesures de confinement ne provoquent d’autres épidémies dangereuses, telles que la rougeole. Près de la moitié de la population mondiale est invitée à rester chez elle, ce qui oblige de nombreux parents à reporter la vaccination actu.20min.ch La générosité 10 millions C’est le montant récolté mardi soir dans le cadre de la collecte contre la pandémie. La Chaîne du Bonheur a transféré une première tranche de 2 millions à ses partenaires, Caritas et la Croix-Rouge suisse. Examens à l’Uni chamboulés VAUD L’Université de Lausanne maintient ses sessions d’examens en juin-juillet et en août-septembre. Mais leur déroulement sera largement réorganisé. Certaines évaluations se dérouleront comme prévu. D’autres pourraient se tenir à distance. En cas d’échec, les évaluations de ce semestre ne seront pas comptées comme une tentative. Mais cette décision ne pourra pas s’appliquer aux étudiants de 1re année. N’oubliez pas les vaccinations ! de routine de leurs enfants. Celle-ci est toujours absolument essentielle, particulièrement dans un moment pareil. En République démocratique du Congo, en proie à une épidémie d’Ebola depuis 2018, la rougeole a ainsi tué deux fois et demi plus qu’Ebola.
JEUDI 2 AVRIL 2020/20MINUTES.CH Masques vendus très cher : marché « digne de la mafia » SUIT SUISSE 1E ROMANDE Un site propose des protections à prix d’or. Son boss explique les conditions extrêmes dans lesquelles il négocie ses produits. Rares, les masques médicaux sont parfois proposés à prix d’or. Le site vac.ch propose le lot de 50 pièces de protection basique à 125fr. Il y a quelques jours, c’était même 159fr. Or, le prix de vente ordinaire de ces boîtes excède rarement le dixième de ces montants. « Utiliser le coronavirus pour se faire de l’argent sur le malheur des autres est écœurant », s’exclame une Fribourgeoise. Contacté, le commerçant se dit lui-même victime des surcoûts des différents intermédiaires dans la filière. « En effet, c’est du vol autorisé, explique Éric Dupasquier. En trente ans dans le métier je n’ai jamais vu ça. J’ai carrément eu l’impression de vendre de la drogue et de négocier avec des mafieux... » Le patron explique que les prix ont gonflé du producteur aux exportateurs, jusqu’aux entreprises de livraison. « Quand la marchandise était déjà posée dans l’avion, on m’a informé que le coût du Patients Covid-19 à part FRIBOURG Hier, l’Hôpital cantonal a invité la presse aux urgences afin de montrer les structures mises sur pied dans le cadre de la pandémie. Principaux changements : des tentes ont été aménagées à l’extérieur du bâtiment et des filières ont été créées pour séparer les patients Covid-19 des CONSULTAIIM KONSULTAITOk i Le Dr Ribordy a constaté une baisse de l’activité aux urgences. –KEY Des péripéties pour se procurer les masques expliquent le coût hallucinant, selon le boss de vac.ch. –GETTY transport serait majoré de 3fr. par kilo, c’est du délire ! » Malgré le prix élevé des masques sur son site, l’entrepreneur jure Dénonciations au surveillant des prix Les cas de prix de vente susceptibles d’être abusifs sont centralisés auprès du surveillant des prix. À ce jour, une cinquantaine de plaintes lui ont été adressées, indiquait « Le Temps » ce week-end. « Nous traitons les cas qui concernent un éventuel abus de prix et contactons en premier lieu les entreprises concernées afin d’obtenir les informations nécessaires à une analyse », notait Stefan Meierhans. Les potentiels soupçons d’usure ou d’escroquerie sont confiés aux polices cantonales.Trois hommes ont été arrêtés outre-Sarine. autres. Sur place, il est toutefois étonnant de constater que l’activité n’est pas aussi frénétique qu’on pouvait l’imaginer. « C’est ce que j’appelle le paradoxe du coronavirus. Avant, nous avions une moyenne de 150 passages quotidiens. Maintenant, nous en avons environ la moitié, alors qu’on s’attendait à être débordés », explique le Dr Vincent Ribordy, médecinchef transversal des urgences. Ce phénomène s’explique par deux facteurs : « L’activité humaine a ralenti, et ceux qui viennent le font désormais pour de vraies urgences », se réjouit le responsable. –XFZ 0 Vidéo : reportage aux urgences sur notre app. que sa marge est identique à celle de ses autres produits. Il ajoute que le risque qu’il a pris est énorme. « Les braquages de masques sont hypercourants ces temps. » La marchandise venait par la route depuis la Turquie. Par précaution, il a fait transvaser les cartons dans un autre camion, au niveau de l’Autriche. « Figurezvous que le premier véhicule a été braqué 45 kilomètres plus loin ! J’ai failli tout perdre. Lorsqu’ils sont enfin arrivés, j’ai ouvert une bouteille. » Comptablement, l’opération est une réussite : « Je n’en ai bientôt plus. » – FRANCESCO BRIENZA Les jardiniers Les conditions de vente de semences, de plantons et de terreau seront assouplies dans le canton de Fribourg. Dans le canton de Vaud, les clients de certains garden-centers pourront venir chercher leurs produits en respectant les distances de sécurité. Actu 3 20 secondes Voitures en chute libre MOBILITÉ Le marché suisse de l’automobile commence déjà à subir les affres de la pandémie. Le nombre de nouvelles immatriculations a chuté de 39,4% en mars, a affirmé hier la faîtière des importateurs, qui parle d’« effondrement ». En France, les ventes ont reculé de 72,2% le mois dernier. Désinfectant offert VAUD Le site de Prangins du géant pharmaceutique britannique GSK va produire 5000 litres de solution désinfectante dans la lutte contre le Covid-19, a révélé « La Côte ». Ils seront offerts aux médecins de la région et aux centres de diagnostic de Nyon et de Morges. Armée plus souple BERNE L’interdiction de congé faite aux militaires mobilisés dans la lutte contre le coronavirus a été levée, a indiqué le porte-parole de l’armée. Une liste des raisons possibles de congé a été établie. Actuellement, 4500 militaires sont à disposition. La moitié d’entre eux sont actifs à plein temps. Bol d’air dans la vigne VAUD Le Canton a pris hier des mesures pour soulager son secteur vitivinicole. Il a supprimé 90% de la taxe de 3,3 millions de francs que les vignerons doivent normalement verser à l’Office des vins vaudois. Cette somme sera prise sur le fonds de prévoyance pour les risques non assurables. Averti du danger par Bluetooth VAUD Un consortium de chercheurs européens avec participation de l’EPFL met au point une appqui devrait permettre à tout un chacun d’être informé s’il a été en contact avec un porteur du virus. Le but est de développer un protocole totalement anonymisé de suivi et d’alerte, basé sur le Bluetooth. De telles apps existent déjà à Singapour, en Corée du Sud et en Chine. Elles ne sont pas utilisables telles quelles en Europe pour des raisons de protection des données.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :