20 minutes Genève n°2020-04-01 mercredi
20 minutes Genève n°2020-04-01 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-04-01 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 7,8 Mo

  • Dans ce numéro : la ville de New York accueille un hosto flottant.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
–P. MAEDER/24H 2 Actu, 20 secondes Radars presque vides GENÈVE Le trafic dans l’espace aérien contrôlé par Skyguide a reculé d’environ 90% au cours du mois de mars. À l’occasion de la publication de son rapport annuel 2019, la société suisse de contrôle aérien s’inquiète des conséquences de la pandémie sur ses finances. Retour très compliqué LIMA Trois personnes ont été blessées dans un accident de bus lors du rapatriement de Suisses depuis le Pérou. Ceux-ci circulaient dans un convoi reliant Cuzco à Lima, d’où ils doivent décoller pour Zurich, a indiqué blick.ch. Mousses pour PME NEUCHÂTEL L’incubateur Microcity veut soutenir les entreprises locales touchées par la crise en commercialisant une bière artisanale fabriquée à Marin par Celestial. Le bénéfice sera investi dans un fonds de soutien à l’innovation destiné aux PME, start-up et entrepreneurs neuchâtelois. GENÈVE Des associations caritatives et la Ville s’écharpent à propos du dispositif mis en place aux Vernets pour protéger les SDF du coronavirus. GENÈVE L’Exécutif va « dans le mur en voulant gérer seul l’hébergement des sans-abri ; il se coupe de l’expertise associative. » Via un post Facebook publié le 28 mars, le directeur du Centre social protestant a fustigé le plan de la Ville de regrouper les SDF aux Vernets, dès demain. Selon Alain Bolle, « en concentrant 260 personnes à la caserne, la Municipalité crée une poudrière. Elle met en danger les personnes accueillies et les actu.20min.ch L’accueil de sans-abri à la caserne ? « Une poudrière » Un des bâtiments classé en zone rouge Les Vernets accueilleront leurs nouveaux pensionnaires demain, mais l’un d’eux, malade, est déjà sur place. Le bâtiment secondaire du site sera en effet réservé aux sansabri infectés ou qui présentent des symptômes du virus. Là, des zones confinées rouge, orange et verte L’ex-complexe militaire pourra héberger au total 255 personnes. –KEY devraient permettre une prise en charge adéquate et sans risque pour les occupants. Une trentaine de places seront disponibles. Le bâtiment principal sera, quant à lui, réservé à l’accueil des autres personnes sans domicile fixe. Il est doté d’une capacité de 225 places. À ceux obligés de rouler à moto, les polices demandent un comportement « irréprochable » sur la route. Motards à leur tour priés de faire des efforts SUISSE ROMANDE La police valaisanne s’est adressée hier aux motards, les enjoignant à renoncer à leurs virées, à l’instar des concessions demandées au début de la crise aux passionnés de sports de montagne. « Une simple chute peut entraîner l’occupation d’un lit d’hôpital pendant plusieurs jours », souligne le message posté sur les réseaux sociaux. Jeudi passé, la police cantonale vaudoise avait elle aussi demandé aux motards de laisser leur deux-roues au garage. ÉTUDE Les mesures prises jusqu’à fin mars pour freiner l’avancée de l’épidémie de Covid-19 ont épargné la vie de 59000 personnes dans 11 pays européens. Telle est la conclusion d’une étude de chercheurs de l’Imperial College de Londres. Ces spécialistes en épidémiologie et en mathématiques ont modélisé la dynamique de l’épidémie et estimé le freinage de la contagion par Site transformé Voués à la démolition, les lieux se sont métamorphosés en quelques jours pour répondre aux normes de sécurité sanitaire. Les dortoirs ont vu leur capacité d’accueil réduite de 10 lits à 5. Le réfectoire est passé de 350 places à 100. Les douches collectives chères à l’armée ont été transformées en cabines individuelles. Enfin, il a fallu installer des machines à laver, ou encore réparer des tuyauteries et une partie du circuit électrique. collaborateurs du dispositif. » L’Armée du Salut abonde. Il faut des réponses multiples à la situation, plaide Valérie Spagna, membre de la direction  : « Nous souhaitions la réquisition de chambres d’hôtel pour les sans-abri, plus sûres sur le plan sanitaire. La Ville refuse. » Critiquée, la conseillère administrative Esther Alder, chargée de la Solidarité, réplique  : « Le temps n’est pas à la polémique. Face à la pandémie, on doit repenser les dispositifs en matière d’hébergement, de distribution de repas et de normes sanitaires. La gestion de crise de la Ville en situation exceptionnelle impose une ligne de conduite unique. » Elle ajoute que la commune bénéficie de l’expertise de l’ONG Médecins sans frontières, habituée à gérer des pandémies, et qu’elle collabore avec les HUG. « Des protocoles assureront la protection des sans-abri et de nos collaborateurs. » Esther Alder exclut enfin d’héberger des SDF dans des hôtels  : « Nos dispositifs répondront aux besoins. Si ceux-ci évoluent, l’accueil peut y être étendu. » –DAVID RAMSEYER Confinés, on sauve des milliers de vies Dès aujourd’hui, l’Hôpital universitaire de Zurich dépistera toutes les personnes admises en traitement stationnaire, qu’elles soient malades ou accidentées. Un test par frottis dans le les différentes mesures sanitaires, comme la quarantaine pour les malades, la fermeture des écoles et universités, l’interdiction des rassemblements, la distanciation sociale et le confinement général. C’est en Italie que l’impact est le plus fort, avec 38000 vies sauvées. Viennent ensuite l’Espagne (16000) et la France (2500). En Suisse, 340 personnes auraient déjà échappé à la mort. –ATS Dépistage systématique à Zurich nez et la gorge permettra de s’assurer qu’elles ne sont pas infectées par le coronavirus et de protéger le personnel et les autres patients. L’hôpital peut en réaliser jusqu’à 500 par jour.
MERCREDI 1ER AVRIL 2020/20MINUTES.CH La protection 10000 C’est le stock de masques qu’un industriel jurassien va offrir pour équiper le personnel des petits commerces ou des services à la population du canton. Les autorités communales se chargeront de distribuer ce matériel, qui couvrira les besoins pendant un mois, de la manière « la plus pertinente, efficace et équitable ». Monsieur Corona reste en place EXPERT L’heure de la retraite sonnera à la fin d’avril pour Daniel Koch (photo), chef de la division des maladies transmissibles à l’Office fédéral de la santé (OFSP). Dès aujourd’hui, il sera remplacé à ce poste par Stefan Kuster. Toutefois, en raison de la situation actuelle, il restera le « Monsieur Coronavirus » suisse jusqu’à la fin de la pandémie. Daniel Koch apportera son conseil et son soutien à l’OFSP et continuera à représenter cet office lors d’interventions publiques. BERNE La communication fédérale sur les déchets a été mal interprétée. Une possible pénurie inquiète des pros du secteur. « Il convient de se rendre à la déchetterie uniquement en cas de stricte nécessité. Les déchets non périssables ou propres doivent être entreposés à la maison. » Ces recommandations de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) ont provoqué beaucoup d’incompréhension au sein de la population, certains renonçant même à trier. En réalité, l’OFEV visait à limiter les déplacements à la déchetterie. À l’exception des personnes malades, il faut donc continuer le tri sélectif et, surtout, continuer d’alimenter « la boucle du recyclage », comme l’explique David Crettenand, président de l’Association des transporteurs et des recycleurs de déchets du Valais romand et du Chablais. « L’exemple des vieux papiers et cartons est le plus flagrant. S’ils ne sont plus acheminés vers les usines papetières qui en dépendent à plus de 90%, les stocks seront vite épuisés. Et pourtant, en cette période de crise, elles sont plus importantes que jamais. Car ces usines produisent les papiers d’hygiène, notamment les mouchoirs, le papier-toilette, les essuie-mains ou encore les papiers spéciaux pour, entre Actu 3 « Sans papier recyclé, on pourrait manquer de PQ » Déchetteries à géométrie variable Dans ses recommandations, l’OFEV demande que les déchetteries restent ouvertes, tout en respectant les consignes de l’OFSP. Certaines ont malgré tout fermé, d’autres ont réduit leurs horaires, alors que d’autres encore les ont étendus. « Berne n’a pas la compétence pour « Ce mois d’avril sera inhabituel », a déclaré hier Alain Berset. Malgré l’arrivée de températures clémentes et les congés de Pâques qui se profilent, il faudra résister à l’envie de sortir profiter du beau temps. « Nous devons Le sort de Cointrin et celui d’Easyjet sont étroitement liés. –KEYSTONE Les entreprises spécialisées dépendent à plus de 90% de la récolte du vieux papier. –D. FUCHS/BZ décider de l’ouverture ou de la fermeture de ces installations. Cette décision appartient aux cantons, aux communes ou aux entreprises, qui font une pesée d’intérêts entre le maintien du service public et la protection de la santé du personnel et des visiteurs », explique l’OFEV. Il va faire beau, mais il faudra résister à la tentation Fin juin, l’aéroport sera sur la paille nous montrer endurants dans la solidarité », a dit le ministre de la Santé. En outre, un retour à la normale le 20 avril, après la première vague de restrictions décrétées par Berne, est « illusoire », a indiqué Alain Berset. GENÈVE « On peut tenir jusqu’à fin juin. Au-delà, des solutions de financement seront à trouver », a dit lundi Ignace Jeannerat, porte-parole de l’aéroport. Celui-ci songe à faire appel à son propriétaire, le Canton. Si la plateforme n’a pas réclamé d’aide directe à la Confédération, elle lui a demandé « de prendre des actions pour assurer la survie du système aérien de la Suisse (compagnies, aéroports, partenaires, etc.) et garantir sa connectivité avec le monde ». La discussion avec Berne « est ouverte ». Cointrin juge ainsi qu’un soutien fédéral à Easyjet Suisse, son principal client, « ne doit pas être exclu d’office ». Justement, la compagnie orange, clouée au sol depuis lundi, a sollicité Berne en ce sens, arguant employer un millier de personnes avec des contrats locaux. –JEF/ATS autres, les masques ou les notices de médicaments. » Autrement dit, « sans papier recyclé, on pourrait manquer de PQ. Et Dieu sait que ça a l’air de tenir à cœur aux consommateurs d’en avoir en réserve », ironise David Crettenand. Il relève que les quantités de papier ont déjà fortement diminué. « Rien qu’avec la fermeture de certaines sociétés, on a senti une grosse baisse. Si les gens arrêtent de recycler, c’est la catastrophe. » –XAVIER FERNANDEZ Le masque pour tous, exige l’UDC SUISSE L’UDC demande au Conseil fédéral de redémarrer l’économie au plus vite. Pour cela, le parti prône le port du masque obligatoire. Il est sûr de son efficacité, contrairement à l’avis des autorités. Avec cet accessoire, les Suisses bien portants doivent retourner au travail s’ils ne peuvent l’effectuer à domicile, plaide l’UDC, qui craint en outre que de nouvelles aides ne lèguent une dette trop lourde aux générations futures.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :