20 minutes Genève n°2020-03-24 mardi
20 minutes Genève n°2020-03-24 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-03-24 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 7,7 Mo

  • Dans ce numéro : le Canada renonce aux JO de Tokyo.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Actu, 0 Sur l’app  : des gares sans voyageurs. Trains vides et gares désertes « L’offre en transports publics est réduite de manière marquée et est perceptible par les usagers » a indiqué hier Martin Meier, porte-parole des CFF. Les effets ont été ressentis dans les gares avec des quais quasi déserts. Ces réductions resteront en vigueur jusqu’au 26 avril, a ajouté ce dernier. Un hébergement gratuit VAUD Les autorités ont annoncé hier que le Vortex était « opérationnel pour héberger gratuitement quelque 450 personnes engagées dans la lutte contre le coronavirus ». Selon Denis Froidevaux, chef de l’état-major cantonal de conduite, ce dispositif vise à éviter au personnel médical et à d’autres corps réquisitionnés de parcourir de longues distances entre domicile et lieu de travail. Pour éviter l’engorgement des hôpitaux, le médecin cantonal Karim Boubaker souhaite la mise en place de « trois à quatre centres ambulatoires par région ». Il compte sur des renforts de médecins, d’infirmiers et des troupes sanitaires de l’armée. En attendant, le cas de la vallée de Joux inquiète. Sur 16 décès vaudois liés au coronavirus, 5 viennent de cette région. –APN Village des JOJ, ce site du campus de l’Unil va abriter des personnes mobilisées contre la pandémie. –ISTOCK ARMÉE Un quart des 2000 militaires mobilisés depuis la semaine dernière sont déjà engagés, a affirmé hier le brigadier Raynald Droz. Il a par ailleurs annoncé l’annulation des cours de répétition non essentiels. Les écoles de recrues, quant à elles, se poursuivent, afin de « former les futurs cadres ». Par ailleurs, l’armée compte actuellement 200 militaires en quarantaine. actu.20min.ch « L’interprétation de Berne est injuste et déloyale » GENÈVE L’Office fédéral des assurances sociales refuse d’indemniser les chauffeurs de taxi. Pierre Maudet monte au front. « On est traités comme des moins que rien ! » s’émeut S., chauffeur de taxi. Hier, comme plusieurs pairs, il a contacté l’Office cantonal des assurances sociales (OCAS) pour avoir le formulaire permettant aux indépendants de demander une allocation compensant leurs pertes  : « On m’a répondu qu’on n’allait pas être indemnisés car on pouvait travailler ! » Or, vendredi, le conseiller d’État Pierre Maudet avait pris l’exemple des taximen pour illustrer le dispositif de perte de gain voulu par le Canton pour sauver les indépendants. Les chauffeurs de taxi sont dans une impasse. –KEY La signalisation Depuis hier, les piétons lausannois n’ont plus besoin de pousser un bouton pour pouvoir traverser la route. La majorité des carrefours passe temporairement aux feux clignotants ou adopte des temps de traversée figés. Les chauffeurs en zone grise L’OCAS, qui dépend de Berne, se fonde sur l’ordonnance du Conseil fédéral du 13 mars, en particulier son article 6. Il liste les établissements fermés (magasins, restaurants, bars, musées, piscines, salons de coiffure, de massage, etc.) et ceux qui restent ouverts (kiosques, stations-services, banques, garages, cabinets liés à la santé, etc.). Les activités de transport privé ne figurent dans aucune des deux catégories. Elles se trouvent donc dans une zone grise sur laquelle se basent les caisses de compensation pour exclure les chauffeurs de taxi des prestations. L’OCAS, qui dépend de Berne et non de Genève, n’est pas de cet avis. « En l’état, seuls ont droit à l’allocation les indépendants qui ont dû fermer leur établissement selon les ordonnances du Conseil fédéral. » Berne a confirmé hier cette lecture (lire l’encadré). S. est révolté  : « On nous dit de garder 2m de distance. Comment je fais dans un taxi ? Je ne travaille plus depuis vendredi, je ne veux pas ramener le virus à la maison. Et même si je travaillais, il n’y a plus de clients ! » Pour le Canton, Berne manque de bon sens. Pierre Maudet juge son interprétation « injuste et déloyale. Je suis profondément choqué de l’approche très restrictive transmise aux caisses de compensation. Si cette procédure se confirmait, voire s’étendait, à d’autres indépendants touchés par la crise du Covid-19, nous monterions au front auprès du Conseil fédéral. Laisser sur le carreau des gens se trouvant de facto dans l’incapacité de travailler est exclu. » –JÉRÔME FAAS Épidémie assurée, pas la pandémie ! VALAIS Cruelle désillusion pour la gérante d’un café d’Uvrier. Titulaire d’une assurance épidémie, elle se pensait couverte, après la fermeture de son établissement. « Je me suis dit que je n’avais pas payé pour rien ! » a-t-elle confié au « Nouvelliste ». Hélas pour elle, Axa lui a annoncé que la pandémie, décrétée par l’OMS le 11 mars, était exclue des risques couverts. Les conditions varient selon les compagnies. En l’occurrence, l’assurance épidémie concernait surtout la perte d’activité liée à la contamination de marchandises. Cours de répétition annulés Aucune suspension n’est prévue pour les écoles de recrues. –KEY
MARDI 24 MARS 2020/20MINUTES.CH 20 secondes Vétérinaires en appui BERNE La clinique pour petits animaux de l’Uni de Berne dispose de respirateurs qui pourraient être utilisés en médecine humaine. En cas d’urgence, l’Hôpital de l’Île aurait accès à au moins huit appareils dans un premier temps. Ils devront au préalable être soumis à un contrôle rigoureux. Du lest pour les impôts GENÈVE L’Exécutif cantonal a annoncé hier plusieurs mesures fiscales pour aider les contribuables. Les intérêts pour les impôts jusqu’au 31 décembre sont supprimés. Les acomptes 2020 pourront être reportés ou modifiés sans annonce. La déclaration 2019 pourra être déposée jusqu’au 31 mai. La protection 10 millions C’est le nombre de masques que la Confédération a mis en circulation le week-end dernier. Leur date d'expiration est dépassée, mais ils peuvent encore être utilisés durant huit heures, deux fois plus longtemps que les masques standards. CONSTRUCTION Pas question pour le Tessin de fermer usines et chantiers. Pas plus pour les chantiers genevois. Berne tance les cantons prenant de mesures allant au-delà de celles du Conseil fédéral, a souligné hier Martin Dumermuth, directeur de l’Office fédéral de la justice. Uri avait déjà été prié de revoir sa décision de confinement des plus de 65 ans. Pour Berne m z ‹ w Berne exige des mesures uniformes seule la fermeture de chantiers ne respectant pas les règles de l’OFSP est possible. Syndicats et patrons genevois dénoncent cette intransigeance, alors que les normes sanitaires sont quasi impossibles à faire respecter sur les chantiers. De son côté, le syndicat Unia traquait hier les entreprises vaudoises qui ne respectaient pas les dispositions en vigueur. –ATS/GMA Actu 3 Le confinement comporte aussi des dangers cachés SANTÉ La sédentarisation crée des risques pour la santé physique et mentale. En prendre conscience permet de s’en prémunir. En épidémiologie, on appelle ça la « compétition des risques »  : quand le plus grave est maîtrisé, soit la propagation du virus grâce au confinement, on voit apparaître des problèmes collatéraux, ici liés à la sédentarisation. « Nous n’avons aucun recul, mais des indices nous inquiètent déjà concernant les thromboses, ces caillots qui apparaissent dans les jambes lors d’immobilité prolongée », alerte le Dr Dominique Fournier, directeur du Réseau radiologique romand. Non traitée, elle peut dégénérer en embolie pulmonaire et être fatale ; outre bouger et bien s’hydrater, le praticien recommande de ne pas prendre le problème à la légère. Une attention particulière à sa posture et au mouvement est aussi conseillée par Francisco Donoso, directeur de la permanence ostéopathique de La télémédecine redore son blason Éviter de solliciter les médecins autant que possible  : le message a été compris. Mais certaines pathologies ne doivent pas être ignorées. Pour faire le tri, les HUG mettent à profit la plateforme de télémédecine qui était en gestation. Près de 300 médecins en cabinet s’y –L. GUIRAUD/TDG Trop peu d’exercice, une posture et une alimentation déréglées peuvent avoir des conséquences graves. Lausanne, qui constate déjà de nombreux problèmes de dos liés par exemple à du télétravail « avachi dans le canapé ». Or, la plupart des gens évitent désormais de recourir rendent disponibles pour proposer un suivi et donner un feu vert à ceux qui doivent vraiment être auscultés. « La culture de la télémédecine, décriée il y a peu, va faire un bond en avant. Quand on reviendra à la normale, tout aura changé », prédit Idris Guessous. au personnel de soins pour ne pas le surcharger. « À terme, on pourrait donc voir apparaître des complications liées à la rupture de l’accès aux soins de personnes souffrantes », craint Idris Guessous, médecin-chef de la médecine de premier recours aux HUG. Il craint aussi des problèmes d’hyperglycémie ou d’hypertension liés au dérèglement de l’alimentation, ainsi que de sévères affections morales (lire l’encadré de droite). Des solutions se mettent en place (lire l’encadré de gauche). –PAULINE RUMPF Les chantiers genevois sont à l’arrêt depuis vendredi dernier. Traumatisme réel Moralement, l’isolement et la crise peuvent être très durs, prévient Idris Guessous. Le sentiment d’inutilité peut conduire à la dépression. En outre, ceux qui suivent activement l’actualité s’exposent à un syndrome post-traumatique parfois plus fort que ceux qui la vivent, y compris chez les soignants. « L’intrication entre vie privée et professionnelle est très forte. Il faut se ménager des parenthèses pour s’en éloigner. » Détenus placés en isolement GENÈVE Un homme en détention administrative dans l’établissement de Frambois a été testé positif au coronavirus, a révélé hier la « Tribune de Genève ». Il a été placé en isolement médical dans la prison de Champ-Dollon, a confirmé le Département de la sécurité. Quatre autres détenus de Frambois, centre dont un gardien est infecté, sont suspectés d’avoir contracté le Covid-19 et ont été eux aussi confinés. –KEYSTONE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :