20 minutes Genève n°2020-01-29 mercredi
20 minutes Genève n°2020-01-29 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-01-29 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 11,6 Mo

  • Dans ce numéro : la paix selon Trump récolte la colère.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 Cinéma, Sa bataille  : innocenter les détenus qui doivent mourir DRAME Dans « La voie de la justice », un avocat prend le parti de défendre les hommes qui attendent dans le couloir de la mort. ENVEG Diplômé de Harvard, Bryan Stevenson (Michael B. Jordan, vu dans « Creed » et « Black Panther ») ne choisit pas la voie la plus simple  : le jeune avocat part s’installer en Alabama, État fortement raciste, où il va mettre cœur et âme pour défendre les condamnés à mort. C’est la fin des années 1980. Il rencontre alors Walter McMillian (Jamie Foxx), ouvrier afroaméricain accusé d’avoir assassiné une jeune fille de 18 ans dans une laverie. Mis à part un unique témoignage contre lui provenant d’un criminel blanc aux motivations douteuses, tout porte à croire que Walter, marié et père de trois enfants, est innocent. Bryan va alors remuer ciel et terre pour tenter d’obtenir un nouveau procès pour son client. Avec « La voie de la justice », Destin Daniel Cretton adapte l’autobiographie écrite par Bryan Stevenson, parue en 2014. N’évitant pas un certain Des espions pas comme les autres COMÉDIE Interné à l’hôpital psychiatrique, Léo (Dany Boon, qui fait plaisir avec sa crinière hirsute) a le chic pour inventer des récits d’espionnage. Mais au fait, est-ce qu’il les invente vraiment ? Son médecin (Philippe Katerine, agaçant à gémir sans cesse) lui laisse le bénéfice du doute et le fait sortir de l’asile, afin qu’il l’aide à retrouver sa fiancée disparue. Un buddy movie passable. « Le lion » De Ludovic Colbeau-Justin.Avec Dany Boon, Philippe Katerine. HHIII Persuadé qu’il n’est pas coupable, Bryan Stevenson (Michael B. Jordan) n’abandonne pas son client. –DR manichéisme (le récit ne passe jamais de l’autre côté, essayant d’expliquer ce qui pousse une poignée d’hommes blancs à briser la vie d’un innocent juste parce que c’est plus « pratique ») et sous-utilisant une Brie Larson inexistante, le film captive pourtant par la puissance de l’histoire qu’il raconte. Sans être aussi fort que « La ligne verte » (1999), qui se déroulait aussi dans le couloir de la mort, « La voie de la justice » dénonce avec panache le racisme et l’injustice qui règnent au cœur d’un système hostile. Une fleur aux pouvoirs étranges Phytogénéticienne, Alice est passionnée par son job. Elle a conçu une fleur spéciale, censée rendre heureux. Mais, après en avoir offert une à son fils, les effets de la plante lui échappent... Enveloppé d’un jeu sonore inquiétant et d’un cadre clinique, « Little Joe » intrigue avec son atmosphère mystérieuse. Emily Beecham a reçu le Prix d’interprétation à Cannes (mouais...) pour sa performance. « Little Joe » De Jessica Hausner. Avec Emily Beecham, Ben Whishaw. HHHII C’est cette injustice justement, qui finit par mettre très en colère, tandis que l’intensité du combat insensé de Bryan Stevenson prend aux tripes. –MARINE GUILLAIN « La voie de la justice » De Destin Daniel Cretton.Avec Michael B.Jordan,Jamie Foxx. HHHII THRILLER Neuf traducteurs se retrouvent isolés dans une luxueuse demeure en France, complètement coupés du monde. Privés d’internet, de cinema.20min.ch... et encore La nature et l’allemand LAUSANNE Regarder gratuitement un documentaire en famille ? Ce sera possible lors de Ciné au Palais, au Palais de Rumine, les 1er et 2 février. L’écologie, les dinosaures et la préhistoire seront au centre de ce minifestival. Et se faire une toile dans la langue de Goethe ? Entre le 4 et le 6 février, le 2e FilmFest propose de découvrir quelques productions germanophones au Casino de Montbenon. Les festivités commenceront avec « Le tambour », Palme d’or à Cannes en 1979. Tensions familiales DRAME Dans un village reculé d’Anatolie, enserré par des montagnes enneigées, trois sœurs de 13, 16 et 20 ans vivent avec leur père, rêvant d’un avenir meilleur. Avec leur fort caractère, elles sont plutôt du genre à prendre les choses en main qu’à se laisser abattre. « ATale of Three Sisters » est un touchant portrait de famille, entre rivalité et solidarité. « A Tale of Three Sisters » D’Emin Alper. Avec Cemre Ebüzziya, Ece Yüksel, Helin Kandemir. HHHII Attention, tout le monde est suspect Katerina (Olga Kurylenko) ressemble à l’héroïne du livre. –DR leur téléphone et de tout autre objet personnel, ils doivent, durant quelques mois, traduire le dernier tome de la saga à succès « Dedalus ». Malgré les précautions prises, les dix premières pages du roman se retrouvent sur internet et un pirate fait chanter l’éditeur (Lambert Wilson). Qui est le coupable ? D’où vient la fuite ? Régis Roinsard prend un malin plaisir à balader le spectateur avec de nombreuses fausses pistes jusqu’au dénouement final. D’Olga Kurylenko à Riccardo Scamarcio, ce bal tumultueux est mené par le talentueux Alex Lawther. –MAG « Les traducteurs » De Régis Roinsard.Avec Lambert Wilson, Olga Kurylenko. HHHII
MERCREDI 29 JANVIER 2020/20MINUTES.CH Une mort qui va tout bouleverser Vous connaissez ce sentiment, lorsqu’un proche meurt et que l’on regrette les derniers mots qu’on lui a dits ? C’est ce qui arrive à Alexandre (Guillaume de Tonquédec). Après le décès de son père Jacques (François Berléand, photo), COMA'DIE Cinéma 19 Hitler, un chouette copainScarlett COMÉDIE « Jojo Rabbit » est une satire sur le nazisme à la sauce américaine, qui passe à côté de ce qui aurait pu être une réussite. Jojo (Roman Griffin Davis), 10 ans, a une bouille d’ange. Il participe avec son copain Yorkie à ce qui, de loin, ressemble à un camp scout. De près, il s’agit en fait d’un camp d’entraînement mené par un colonel intransigeant (Sam Rockwell), où l’on apprend aux gosses à se battre, à faire exploser des objets, à tuer ou encore à brûler des livres. Eh oui, Jojo est un fervent nazi, décidé à se débarrasser des juifs  : pour le bien de son pays, pour faire partie du club. Et il échange des conseils avec son meilleur ami imaginaire, un certain Hitler… Un jour, le garçon découvre que sa mère (Scarlett Johansson) cache une jeune juive (la prometteuse Thomasin McKenzie) chez eux... Osé, provoc, absurde, décalé  : « Jojo Rabbit » l’est sans aucun doute. C’est sûrement cela qui a séduit le public du Festival de Toronto, qui lui a décerné un prix. Sauf que pour traiter de l’horreur avec humour, il faut savoir y faire (prenez Roberto Benigni et « La vita è bella » ou Charlie Chaplin avec « Le dictateur »). Taika Waititi, lui, rate le coche. Tout cloche, à commencer par le fait que ce sont des Américains qui jouent des Allemands. Les interprétations de Alexandre commence à le voir partout. L’occasion de lui faire part de sa rancœur ? Cousue de fil blanc, cette douce comédie reste néanmoins sympathique. « L’esprit de famille » D’Éric Besnard.Avec Guillaume de Tonquédec, François Berléand. HHIII Jojo (Roman Griffin Davis) soutenu par son pote Adolf (Taika Waititi). –DR Scarlett Johansson et de Roman Griffin Davis créent le malaise. De plus, rien n’est drôle. Le cinéaste néo-zélandais avait les ingrédients pour bien faire  : l’originalité, la raillerie, le scénario (adapté d’un roman), le casting ; mais c’est comme s’il les avait jetés ensemble Il lui reste très peu à vivre ÉPOUVANTE En 2020, la technologie n’a plus beaucoup de limites. Il existe des applications à peu près pour tout, et dans « Countdown », il y en a même une qui dit précisément aux gens dans combien de temps ils vont mourir. Lorsque c’est dans 80 ans, ça fait rigoler, mais lorsque c’est dans deux jours, comme l’appl’annonce à Quinn(Elizabeth Lail, vue dans les séries « Once Upon a Time » et « You ») , il y a de quoi s’inquiéter... La jeune infirmière va tenter de comprendre ce qui se cache derrière ce logiciel, c’est sa seule option pour rester en vie... Premier long métrage de l’Américain Justin Dec, « Countdown » tire les ficelles connues des films « Countdown » De Justin Dec. Avec Elizabeth Lail,Jordan Calloway. HHIII dans un bol et servis tels quels, en oubliant de les mélanger. –MARINE GUILLAIN « Jojo Rabbit » De Taika Waititi.Avec Roman Griffin Davis, Thomasin McKenzie, Scarlett Johansson. HHIII d’épouvante pour ados et va chercher les explications (bancales) de la malédiction chez un vilain démon. Le tout procure quelques sursauts et, bien qu’il manque furieusement de substance et d’originalité, parvient à divertir. –MAG Quinn(Elizabeth Lail) tente d’échapper à son funeste destin. –DR Johansson joue Rosie Betzler, la mère de Jojo. –DR Notre chronique vidéo est à voir sur l’appCOTATION HHHHH Chef-d’œuvre HHHHI Excellent HHHII Bon HHIII Passable H Mauvais I Détestable Pas vu



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :