20 minutes Genève n°2019-11-06 mercredi
20 minutes Genève n°2019-11-06 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-11-06 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 10 Mo

  • Dans ce numéro : l'astuce pour éviter les wagons qui puent.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 Cinéma, Combat de fous en plein Pacifique GUERRE Après l’attaque de PearlHarbor, Japonais et Américains s’affrontent dans la bataille de Midway. Roland Emmerich (« Independence Day », « Godzilla ») sait y faire et aborde en détails, à l’aide d’images fortes, ce qui fut l’un des tournants de la Seconde Guerre mondiale. Il traite même le point de vue des Japonais (bien que pas assez), évitant ainsi le manichéisme. Ainsi prit fin, avec fracas, l’impunité de la mafia BIOPIC En compétition pour la Palme d’or au Festival de Cannes 2019, « Le traître » en est reparti bredouille. Injuste ! Les réunions de famille où, entre une procession religieuse et une photo-souvenir, un parrain distribue promotions et punitions pour garder la mainmise sur les membres avides de pouvoir de la Pieuvre… La mafia. Inutile de vous la présenter, tant le thème est cher au cinéma. Mais il est un pan de son histoire que le réalisateur Marco Bellocchio, 80 ans ce samedi, explore avec une maestria inédite  : sa chute. Au début des années 1980, après l’assassinat de ses fils, Tommaso Buscetta (Pierfrancesco Favino) se met à table pour le juge Falcone, entraînant quelque 380 arrestations. Le repenti se retrouve à témoigner au tribunal dans une cage de verre qui semble l’exposer plus que le protéger. Tout au long des confrontations, Buscetta et les mafiosi refusent, « Midway » De Roland Emmerich. Avec Ed Skrein, Patrick Wilson. HHHII Un agriculteur à bout de souffle Édouard Bergeon raconte quarante ans de la vie de son père, un paysan (Guillaume Canet) écrasé par les dettes et le labeur. Il donne « Au nom de la terre » D’Édouard Bergeon.Avec Guillaume Canet,Anthony Bajon. HHHII chair à une statistique terrifiante  : en France, un paysan se suicide tous les deux jours. Comme « Sorry We Missed You », son pendant anglais en milieu ouvrier, « Au nom de la terre » dresse un état du monde tragique. Dans une cage de verre, lunettes noires, dos à la salle, Buscetta (Pierfrancesco Favino) témoigne. –DR de près, de se regarder dans les yeux, et s’invectivent, de loin, dans une déferlante de paroles. Bellocchio s’en amuse parfois, comme dans cette scène où un inculpé exaspère les juges en baragouinant un dialecte incompréhensible. Un peu de De l’amour à revendre ROMANCE C’est l’histoire de Victor (Daniel Auteuil), blasé parce que ses amours se sont fanées. Un entrepreneur (Guillaume Canet) lui propose de vivre une soirée dans l’époque de son choix. Victor demande à revivre sa rencontre avec sa femme. Pour sa deuxième réalisation, Nicolas Bedos retrouve ce qui faisait le sel de « Monsieur & Madame Adelman »  : des personnages forts, des comédiens sublimés (Doria Tillier en tête), des ruptures de ton et de scénario pétillantes, des moments d’émotion en apesanteur, un amusement de cinéaste jouant avec le cinéma comme l’écrivain jouait avec l’écriture dans « Adelman ». C’est assez irrésistible. –CMA « La belle époque » De Nicolas Bedos.Avec Daniel Auteuil, Fanny Ardant, Doria Tillier. HHHII comédie dans cette tragédie d’un homme qui trahit parce qu’il s’était senti trahi. Film d’action au suspense haletant, reconstitution historique minutieuse, « Le traître » est porté, dans le rôle principal, par un Pierfrancesco Favino cinema.20min.ch Victor (Daniel Auteuil) se sent revivre avec Margot (Doria Tillier). –DR absolument impérial. Dommage qu’ils aient été éclipsés, à Cannes, par « Parasite » et l’Antonio Banderas de « Douleur et gloire ». –CATHERINE MAGNIN « Le traître » De Marco Bellocchio. Avec Pierfrancesco Favino, Nicola Cali. HHHHI... et en plus « To the Ends of the Earth » Trouver un poisson rare dans un lac ou tester une attraction à vous retourner l’estomac  : voilà les activités qu’essaie l’animatrice télé japonaise Yoko en Ouzbékistan, surjouant l’enthousiasme. Malgré quelques moments forts, Kiyoshi Kurosawa s’égare dans son propos. HHIII « La terre est plate » Filmer, en noir et blanc, le quotidien de deux amis en quête de sens  : le propos du premier long métrage du Suisse Matteo Carrega Bertolini est fragile. Il vibre parfois, casse souvent. HHIII « Vox Lux » Natalie Portman (brillante), Jude Law, Stacy Martin et Raffey Cassidy dans les rôles phares, Sia à la musique  : Brady Corbet s’est bien entouré pour son œuvre déroutante, qui sort au Bellevaux (VD). Résumé et critique à lire sur notre site. HHHII « La grande cavale » Une chatte qui se rêve détective, un coq fan de yoga, un âne zébré et un chien de garde  : tels sont les héros de ce film d’animation allemand, réalisé par les jumeaux Christoph et Wolfgang Lauenstein. « Dora et la cité perdue » Adapté du célèbre dessin animé « Dora l’exploratrice », ce film d’aventures s’adresse aux petits, avec une Dora (Isabela Moner) qui vous parle face caméra, beaucoup de naïveté et un trop-plein de bons sentiments. Bof bof bof... HHIII COTATION HHHHH Chef-d’œuvre HHHHI Excellent HHHII Bon HHIII Passable H Mauvais I Détestable Pas vu
MERCREDI 6 NOVEMBRE 2019/20MINUTES.CH Tournage dans les nuages pour « The Aeronauts » EXCLUSIF « 20 minutes » a rencontré Eddie Redmayne et Felicity Jones jouant les aventuriers dans un studio de cinéma londonien. Dans « The Aeronauts », de Tom Harper, Eddie Redmayne incarne James Glaisher, météorologue anglais qui, avec l’aide de l’aéronaute Amelia Rennes (Felicity Jones), décida en 1862 de battre le record d’altitude et d’étudier les phénomènes atmosphériques à bord d’une montgolfière. Le comédien de 37 ans évoque pour nous ce long métrage. – Qu’est-ce qui vous a interpellé dans cette histoire ? – Je n’avais jamais lu un scénario pareil. Nous vivons dans un monde où nous sommes forcés de garder le regard rivé sur nos écrans. Cette histoire invite à lever le nez vers le ciel, à rêver et à s’émerveiller. Et aussi à ne pas se laisser enfermer dans les attentes des autres. – Le scénario est inspiré d’un livre. – Le scénariste Jack Thorne a amalgamé différents récits rassemblés dans « Falling Upwards », bouquin sur l’histoire des vols en montgolfière. Il parle notamment de Sophie Blanchard, aéronaute française qui a inspiré le personnage joué par Felicity Jones. Et aussi du météorologue James Glaisher, qui a bel et bien existé et était considéré comme à moitié fou à l’époque parce qu’il pensait que prédire le temps était possible. Le copilote était un homme En réalité, le copilote de James Glaisher était Henry Coxwell. Le tandem a effectué plusieurs vols pour mesurer la température et l’humidité de l’atmosphère. Il a failli périr lorsqu’il a battu le record d’altitude (8838 mètres à l’époque) le 5 septembre 1862. Regardez la BA du film sur notre app ! James (Eddie Redmayne) et Amelia (Felicity Jones) entament leur ascension. –AMAZON STUDIOS Les traces d’avion dans le ciel seront gommées en postproduction. –AMAZON STUDIOS En quête de réalisme ASTUCES Le tournage de « The Aeronauts » s’est déroulé principalement aux studios LH2, que « 20 minutes » a pu visiter. Afin de recréer de façon réaliste les conditions glaciales de vol en très haute altitude, une partie du plateau a été frigorifiée. Avant de grimper dans le ballon grandeur nature, amarré au sol et entouré de fonds verts, Eddie Redmayne (ci-contre) et Felicity Jones trempaient leurs mains dans un grand seau rempli de glace. Ce souci – Vous n’êtes pas acrophobe (effrayé par les lieux élevés) ? – Non, mais quand Felicity et moi avons fait un tour en ballon, l’atterrissage a été terrifiant  : on a heurté des arbres, on s’est écrasés dans un champ. On a réalisé que la technologie des aérostats n’a pas évolué en 150 ans ! Notre mésaventure n’a pas été filmée, contrairement à une scène tournée à 300 m du sol où Felicity, attachée à une corde, est perchée au-dessus de la nacelle. –MIGUEL CID de réalisme s’est appliqué aussi aux nuages que l’on verra à l’écran. Le réalisateur anglais Tom Harper nous a confié qu’il est allé chasser les plus beaux cumulus à La Nouvelle-Orléans et en Namibie. –MIGUEL CID « The Aeronauts » De Tom Harper. Avec Eddie Redmayne, Felicity Jones. Sortie le 5 février 2020. Cinéma 19 Trois questions à Felicity Jones – À quel point vous êtesvous dépensée physiquement pour ce rôle ? – À fond ! Amelia est aéronaute et acrobate, constamment pendue à des cordes, très à l’aise dans les airs. Dans une scène, elle doit se hisser au sommet du ballon sans utiliser ses mains gelées. – Retrouver Eddie après « Une merveilleuse histoire du temps », un bonus ? – Oui. On a vécu une expérience extraordinaire avec ce film-là. En plus, nous sommes amis. C’est donc toujours une joie de travailler ensemble. – Que représente « The Aeronauts » pour vous ? – Le ballon est symbole d’espoir, le film invite à croire que tout est possible. Un optimisme nécessaire par les temps qui courent.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :