20 minutes Genève n°2019-10-29 mardi
20 minutes Genève n°2019-10-29 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-10-29 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 11,6 Mo

  • Dans ce numéro : toute la Californie en état d'urgence.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
20% DE RABAIS Lampe de table VIOLA 31.90 au lieu de 39.90 sur tous les luminaires (excepté les ampoules) 29.10–25.11.2019 Suspension ORAZIO 63.90 au lieu de 79.90 Lampadaire NOVA 239.– au lieu de 299.– Va avec tout ce que vous avez déjà. Lampadaire OSLO 239.– au lieu de 299.– Valable du29.10 au 25.11.2019, excepté sur les ampoules et les tubes fluorescents. Offre valable dans tous les magasins Micasa, sur présentation de la carteCumulus etdans la boutique en ligne,moyennantlasaisie du numéro Cumulus. La réduction s’applique uniquementaux nouvelles commandes.Les directives Cumulus habituelles s’appliquent.
MARDI 29 OCTOBRE 2019/20MINUTES.CH PUB Suisse 7 Les sols à l’aide du climat GENÈVE Des agriculteurs renoncent au labour, pour revivifier les terres mais aussi y piéger le carbone. Cesser de labourer les sols pour lutter contre le réchauffement climatique  : AgriGenève, la faîtière des agriculteurs du bout du lac, promeut cette solution. Elle pratique depuis dix ans « l’agriculture de conservation » qui non seulement rend sa fertilité à la terre, mais y séquestre le carbone, expose-t-elle. Hier, elle présentait cette méthode qui séduit de plus en plus de cultivateurs de céréales. L’idée consiste à ne plus retourner la terre (action qui permet au carbone, ainsi oxygéné, de s’en échapper) et de la couvrir, entre deux cultures, de diverses plantes vertes. Puis, écrasées, elles pénètrent le sol et le gorgent de matière organique, donc de carbone. Avantage  : la Nicolas Courtois, d’AgriVulg, montre la terre d’un champ de blé alimenté par de la verdure. –JEF vie animale (vers, etc.) revient, l’agriculteur n’a plus besoin de fertilisant et il économise en gasoil, vu qu’il ne laboure plus. Inconvénient  : le rendement est Discriminés, même avec un passeport suisse ÉTUDE Une personne née en Suisse et qui possède un passeport à croix blanche porte malgré tout les caractéristiques de ses ascendants  : son nom ou sa couleur de peau témoignent de ses racines, constate le Pôle de recherche national consacré aux études sur la migration et la mobilité. Dès lors, ces individus sont pénalisés dans la recherche d’un appartement ou d’un emploi. À qualifications égales, les Suisses issus de la migration doivent envoyer 30% de candidatures en plus que leurs congénères afin d’être conviés à un entretien d’embauche. C’est ce qui ressort de l’envoi de 11000 candidatures fictives en réponse à des annonces immobilières. Il est aussi apparu que les politiciens aux noms étrangers avaient été plus souvent rayés des listes que ceux ayant un nom suisse. –ATS Abandonné dans une cour d’école BERNE « Je n’en ai pas cru mes yeux ni mes oreilles lorsque j’ai entendu de petits piaillements sortir d’un sac à commissions et qu’en l’ouvrant j’ai vu un canari emprisonné dans une cage toute petite, confie une habitante d’Unterssen. Et quand j’ai vu le petit mot « gratis », j’ai compris que le volatile avait été abandonné. » L’oiseau, découvert dans une cour d’école, a été emmené chez un vétérinaire. Une photo circule pour retrouver son propriétaire. Le propriétaire du canari est activement recherché. –DR plus faible et la technique complète n’est pas bio  : elle nécessite l’usage d’herbicides. Vu la crise climatique, Pascal Boivin, professeur à l’HEPIA, interroge  : « Peut-on se permettre de ne pas essayer ? » Car, précise-t-il, 9 gigatonnes de CO2 par an filent dans l’atmosphère, « le quatre millième (0,025%) de ce qui est Confédération à la rescousse L’agriculture de conservation est subventionnée par Berne depuis deux ans. À Genève, sur 6000ha de cultures céréalières, la rotation des espèces est pratiquée partout. Les couverts végétaux plantés entre les cultures sont utilisés sur 2000ha. Enfin, le semis direct, c’est-à-dire juste « posé » sur ce lit vert broyé, est mis en œuvre par 20 exploitations sur 180, sur un total de 1000ha. Genève est le seul canton qui mesure le carbone de ses sols. stocké dans les sols. » Conclusion  : si, chaque année, la capacité de captation des terres croît de ce fameux 0,025%, « on absorbe le carbone émis par la combustion des énergies fossiles », résume Marc Favre, président d’AgriGenève. Genève y parvient depuis 2013. Le hic, c’est que l’effort doit se faire au niveau mondial. –JÉRÔME FAAS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :