20 minutes Genève n°2019-09-17 mardi
20 minutes Genève n°2019-09-17 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-09-17 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 14,0 Mo

  • Dans ce numéro : les jeunes s'enivrent avec de l'eau gazeuse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Actu, 20 secondes Aiguillage en cause BÂLE Comme suspecté, c’est bien un problème d’aiguillage qui a causé le déraillement d’un ICE allemand entre les deux gares de la cité rhénane, le 17 février dernier. Une commande a été activée au mauvais moment, selon le rapport publié hier par le Service suisse d’enquête de sécurité. Choc mortel en canot HEMISHOFEN (SH) Un canot pneumatique a percuté dimanche un panneau de navigation sur le Rhin. La conductrice a réussi à rejoindre la rive seule. Son accompagnateur a été retiré de l’eau inconscient. Il a pu être réanimé, mais a succombé à ses blessures plus tard à l’hôpital, selon la police schaffhousoise. GENÈVE Deux mains qui s’enlacent, comme un symbole d’entraide et d’unité. Cette grande fresque peinte sur les pelouses du parc des Bastions et du parc La Grange est l’œuvre de l’artiste français Saype. Genève ne constitue qu’une SUISSE Une Neuchâteloise s’est vu répondre par écrit que la Confédération ne voulait pas d’elle à cause de son âge. Les autorités plaident le malentendu. Cet été, Anabel* a postulé auprès de Securitas pour un poste au centre fédéral pour requérants d’asile de Vallorbe (VD). « Tout le processus s’est bien passé, raconte la Neuchâteloise de 51 ans. Alors, quand j’ai reçu le verdict négatif début septembre, je suis restée bouche bée. » Dans son e-mail, l’entreprise de sécurité évoque son « client », qui « exige » un candidat de moins de 50 ans pour ce poste. « Une condition essentielle, à laquelle nous ne pouvons pas déroger. » La quinquagénaire est scandalisée, car le client est la Confédération. Securitas refuse de commenter ce cas particulier. De actu.20min.ch Recalée d’un job de Secu à 51 ans  : malaise à Berne Tâche sous-traitée Les centres fédéraux d’asile sont placés sous l’autorité du Secrétariat d’État aux migrations (SEM), rattaché au Département fédéral de justice et police. Leur exploitation est assurée par l’entreprise privée ORS. En revanche, les agents de sécurité sont, eux, recrutés directement par les sociétés de sécurité privées. Les candidats sont retenus en concertation avec le SEM. Securitas n’a donc pas le monopole dans ce domaine. son côté, la Confédération a son explication  : « L’âge n’est pas la raison décisive du refus, indique une porte-parole du Secrétariat d’État aux migrations (SEM). D’ailleurs, dans nos centres fédéraux, 57 agents de sécurité sont âgés de 50 ans ou plus. Et parmi eux, 31 ont été engagés alors qu’ils avaient Poignée de main symbole de trait d’union étape pour cette œuvre intitulée « Beyond Walls ». L’action a démarré sur le Champ-de- Mars, à Paris, en juin. L’artiste de land art ira ensuite exercer ses talents à Berlin, puis sur d’autres continents. Le but de l’artiste est de créer la plus grand chaîne humaine du monde. –KEYSTONE La vidéo de la création de « Beyond Walls », par l’artiste Saype, est à voir sur notre app. La gestion de la sécurité des centres d’asile est sous-traitée. déjà atteint cet âge. Pour ceuxlà, la procédure comprend des tests plus rigoureux visant à vérifier qu’ils sont physiquement capables d’assurer les tâches exigeantes du service de sécurité d’un centre d’asile. » Selon Berne, l’âge ne serait donc pas la raison décisive du refus. Reste que c’est la seule Le Tribunal pénal fédéral a acquitté hier un entrepreneur tessinois accusé de tentative d’infraction à la loi sur le matériel de guerre. Les deux carcasses d’hélicoptères que cet Italo- Liberté de recruter Selon la Constitution fédérale, les collectivités publiques sont, sauf exception motivée, contraintes de proscrire la discrimination liée à l’âge lors de l’embauche. En revanche, les entreprises privées sont libres d’écarter les seniors directement dans leurs annonces si elles le souhaitent. En ce qui concerne le sexe, pas question d’en exclure un d’office. Cette disposition concerne tous les employeurs en Suisse. Reste qu’il n’est pas rare de rencontrer des annonces « illégales » sur le marché de l’emploi. que Securitas a invoquée. La Confédération s’accommode de cette contradiction et ne voit pas de rupture du lien de confiance avec son sous-traitant. « Le SEM collabore depuis longtemps et sans problème avec Securitas », martèle la porte-parole. –FRANCESCO BRIENZA *Prénom d’emprunt Carcasses d’hélicos inoffensives Suisse de 54 ans avait achetées en Italie pour le compte de sa société aéronautique étaient bel et bien démilitarisées et donc inaptes au combat, a conclu le président du tribunal. Élus focalisés sur la libre circulation –KEYSTONE BERNE Plus de 80 députés, dont 40 UDC, sont montés hier à la tribune du Conseil national lors du débat sur l’initiative « pour une immigration modérée ». Si ce texte était accepté par le peuple, les autorités auraient un an pour négocier la fin de la libre circulation avec l’Union européenne. Hormis l’UDC, tous les partis estiment que la fin de cet accord mettrait en danger des emplois. Elle serait « fatale pour notre économie », selon Isabelle Chevalley (PVL/VD). Le texte doit permettre de mener enfin un débat sur l’expérience de la libre circulation, a plaidé Michaël Buffat (UDC/VD). Selon lui, elle est ratée et la volonté du peuple qui a voté oui à l’initiative sur l’« immigration de masse » n’a pas été prise en compte. –ATS –KEYSTONE
MARDI 17 SEPTEMBRE 2019/20MINUTES.CH Odeur suspecte sur la piste du karting VAUD « On a senti une odeur bizarre dans les toilettes », raconte un lecteur. Dimanche aux alentours de 18h, le karting de Vuiteboeuf a été entièrement évacué. Tous les occu- BÂLE-VILLE Le Tribunal fédéral (TF) rejette le recours d’une femme qui voulait scolariser son fils à la maison. En 2017, elle avait adressé aux autorités scolaires de Bâle-Ville une demande d’enseignement privé à domicile pour son fils de 8 ans. Sa requête avait été balayée, de même que son recours au Tribunal administratif cantonal. GENÈVE Un homme a investi une bibliothèque de l’alma mater en août. Il y a adopté un comportement outrageant. Puis a disparu. pants, une cinquantaine de personnes, se sont retrouvés sur le parking. Un important dispositif de secours a été mis sur pied. « Huit véhicules du SDIS Nord vaudois, cinq ambulances, un médecin, trois patrouilles de la gendarmerie, le détachement poste médical avancé et deux véhicules de soutien sanitaire ont été mobilisés », a détaillé la police cantonale. Plusieurs clients ont présenté des symptômes d’intoxication au monoxyde de carbone, comme des maux de gorge. « Ils ont fait l’objet d’un contrôle médical par le personnel sanitaire. Aucune prise en charge médicale n’a été nécessaire », précise la police. –ATS/PHF Une cinquantaine de personnes ont été évacuées. –DR Suivre l’école à domicile n’est pas un droit Il se masturbe à Uni Mail et terrorise les étudiantes Elle estimait que la réglementation cantonale, restrictive en la matière, violait son droit constitutionnel au respect de la vie privée et familiale. Dans son arrêt publié hier, le TF rappelle qu’à Bâle-Ville, l’enseignement à domicile ne peut être accordé que si le requérant démontre que la fréquentation d’une école n’est pas possible. « Il est resté vingt minutes devant moi, mais ce n’est que lorsqu’il a remonté sa braguette et est parti en courant que j’ai réalisé ce qu’il faisait. » Eva* a été choquée. Début août, alors qu’elle révisait ses examens à la bibliothèque d’Uni Mail, elle a croisé quatre fois d’affilée le même individu qui se masturbait en observant les étudiantes. « Il se cache bien, les filles ne savent pas qu’elles sont épiées », confiet-elle. Au total, elle l’a signalé et décrit trois fois aux bibliothécaires. Il avait « toujours les mêmes habits, environ 35 ans ». Lors de leur première rencontre, Eva était si effrayée qu’elle n’a rien fait. « Le lendemain, je l’ai revu. Une amie m’a encouragée à le dénoncer. » L’étudiante, parfois accompagnée d’amies, est encore tombée deux fois sur le rôdeur. Un Uni Mail abrite le droit, les sciences sociales et l’économie. –L. FORTUNATI Securitas est intervenu. Celui-ci « a avoué que ça n’était pas la première fois qu’un type bizarre se promenait à Uni Mail », affirme-t-elle. L’Université a confirmé la présence de l’individu et a pris au sérieux les plaintes à son sujet. Elle a collaboré avec la police et « la sécurité a été renforcée par un agent en civil sur le site de la bibliothèque », précise Aurélie Kuntschen, attachée de presse de l’institution. Mais le rôdeur n’a pas été pincé. Eva se dit « très déçue. J’ai expliqué et décrit tout ça en vain. J’espère qu’avec la rentrée, il ne reviendra pas, mais j’ai peu d’espoir vu qu’apparemment rien ni personne n’arrête ce type. » –LUCIE FEHLBAUM *Prénom d’emprunt Actu 3 L’EPFL a attiré les foules pour son 50e anniversaire LAUSANNE Environ 40000 personnes, dont beaucoup d’enfants, ont profité des portes ouvertes de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), ce week-end. Cet événement marquait les 50 ans de l’institution. Histoire des bâtiments, ateliers scientifiques, course de drones  : quelque 300 activités étaient proposées durant deux jours. Les visiteurs ont aussi pu découvrir des labos. –PHOTO KEY Le coup de pouce 12 francs C’est la contribution fédérale par élève que la ministre des Sports, Viola Amherd, a décidé d’octroyer dès l’hiver prochain en soutien aux camps de ski. Jusqu’ici, la subvention de Berne était de 7fr.60. Les dégâts au mobilier urbain et à l’auto avoisinent les 15000fr. Apprenti sans accompagnant ARGOVIE Un jeune automobiliste a perdu le contrôle d’une Smart, dimanche en début d’après-midi à Lenzbourg. Il a ainsi embouti un lampadaire. Souffrant d’une fracture de la mâchoire, le conducteur âgé de 21 ans a été conduit en ambulance à l’hôpital. Un contrôle de police a révélé que le jeune au volant n’avait qu’un permis d’élève conducteur et que personne ne l’accompagnait durant son trajet... –POL. AG



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :