20 minutes Genève n°2019-09-06 vendredi
20 minutes Genève n°2019-09-06 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-09-06 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 12,6 Mo

  • Dans ce numéro : un vacancier prend la place du pilote absent.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
L E N O U V E L A L B U M D E N I S K A « M R. S A L » D I S P O N I B L E PAR T O U T ! C D/D O W N L O A D/S T R E A M I N G
VENDREDI 6 SEPTEMBRE 2019/20MINUTES.CH Régions 7 20 secondes Moins de CO2 à l’Uni ENVIRONNEMENT L’Université de Genève veut réduire de 50% ses émissions de CO2 dues aux déplacements professionnels en avion d’ici à 2030. Les vols pour des destinations accessibles en train en moins de quatre heures ne seront plus permis. Lacune sociale comblée LAUSANNE Le quadragénaire laissé quasi sans ressource depuis sa sortie de prison en juin (« 20 minutes » du 29 août) n’aura plus à se contenter « d’eau et de pain sec ». Son cas a été traité et il a touché des prestations sociales au titre de revenu d’insertion. Malaise au moment de signaler un cas de violence VAUD Appeler la police lors de bruits de violence chez ses voisins est légitime. Mais une lanceuse d’alerte estime que son anonymat n’a pas été assez protégé. « Dimanche, vers 10h du matin, j’ai entendu des cris d’une femme hors d’elle, venant de l’immeuble en face, raconte Célia*. Les voisins se penchaient à la fenêtre, alertés. J’entendais des coups sourds, comme des objets lancés à travers l’appartement. C’était violent, impressionnant. J’ai attendu 15 minutes, pour voir si ça diminuait... mais non. Et j’ai appelé la police. » Cette jeune femme a bien réagi, selon les conseils de la police, qui invite à signaler un cas dès que l’on a un doute. Mais l’inquiétude l’a Par la petite porte GENÈVE Thierry Cerutti, élu du MCG au Grand Conseil et ancien conseiller administratif à Vernier, revient par la petite porte dans sa commune. Il devrait siéger au Conseil municipal dès le 1er octobre, écrit la « Tribune de Genève ». Il avait pourtant démissionné de cette même assemblée en 2016. Pour son retour, l’ex-policier a compté sur la démission de Rui Oliveira et le refus de... onze viennent-ensuite ! Selon la Mairie interrogée par le quotidien, cinq ou six d’entre eux ont déménagé depuis les dernières élections. Les autres n’avaient pas envie d’occuper ce poste, notamment pour des raisons privées. Ils ont tous approuvé la démarche de Thierry Cerutti, qui a récolté les 25 signatures nécessaires au dépôt de sa candidature à la Chancellerie. En 2008, il avait offert au MCG son premier siège dans un Exécutif. –LFE Un entrepôt ravagé par les flammes Un entrepôt a flambé à Satigny, mercredi vers 19h40, dégageant une importante fumée. Vingt-huit hommes du Service d’incendie et de secours, renforcés par les pompiers volontaires de la commune, et onze véhicules ont été dépêchés sur place. Le sinistre, qui n’a pas fait de blessés, a pu être maîtrisé peu avant 21h. L’entrepôt a été détruit. Les agents se sont notamment montrés sur le balcon de Célia. –KEY saisie ensuite  : « Je ne voulais pas que la situation se retourne contre moi, je n’étais pas à l’aise », poursuit Célia, qui demande alors à rester anonyme. On lui répond que « ça ne pose aucun problème ». L’anonymat est accordé d’office par la police, confirme son porte-parole, PUB Raphaël Pomey. Il est garanti « en ne diffusant pas le nom des personnes en question ». Malgré cette assurance, Célia ne se sent pas protégée. Elle raconte, par exemple, que pour reconnaître les lieux, les agents ont passé de longues minutes sur son balcon, faisant des Procédure correcte Sans commenter l’intervention, Raphaël Pomey rappelle que le temps est précieux dans ce genre de cas, et que cela dicte la marche à suivre. Il précise que se rendre chez les gens pour un repérage n’est pas systématique. Face au malaise de cette citoyenne, il refuse de parler de désinvolture et assure que les agents ont mené leur action selon la procédure, avec sérieux. signes et se rendant largement visibles de tout le quartier, malgré ses demandes répétées de discrétion. « Pourtant, ils continuaient à m’assurer que les personnes concernées ne sauraient pas qui avait donné l’alerte. » –PAULINE RUMPF * Prénom d’emprunt



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :