20 minutes Genève n°2019-08-26 lundi
20 minutes Genève n°2019-08-26 lundi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-08-26 de lundi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 13,2 Mo

  • Dans ce numéro : accusée du premier délit depuis l'espace.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
LUNDI 26 AOÛT 2019/20MINUTES.CH Auto 11 Quand la Trabi faisait le mur RÉTRO Souvent moquée, la voiture emblématique de l’ancienne Allemagne de l’Est est entrée dans l’histoire en 1989. Dans la nuit du 9 au 10 novembre 1989, date de la chute du mur de Berlin, des dizaines de milliers de Trabant se retrouvent sur les routes ouest-allemandes. Certaines seront abandonnées par leurs propriétaires, lesquels avaient parfois attendu quatorze ans avant de recevoir leur voiture pétaradante made in RDA. Aujourd’hui, cette Trabi que plus personne ne voulait voir en peinture est devenue collector. Reinhard Müller est l’heureux propriétaire d’une Trabant 601 break de 1962. Cet ancien chef de train qui coule des jours heureux à Bâle-Campagne fut durant dix ans président du Trabant Club Suisse  : « J’avais 20 ans lorsque je suis allé pour la première fois à Berlin-Est, en 1969. Lorsque j’ai vu ces voitures sur la route, j’ai ri, comme tous les Allemands de l’Ouest. Plus tard, j’ai eu l’occasion de conduire une Trabant en Hongrie et j’ai été impressionné. C’est une petite voiture toute simple pouvant accueillir quatre personnes. » « Bien serrées… », ajoute madame qui avoue que le bruit du moteur 2 temps empêche toute conversation à bord, et ce bien avant d’atteindre la vitesse maxi de 105 km/h. « Cette voiture représente une période très dure pour la Un passé militaire camouflé Le Bâlois Reinhard Müller est un passionné. Il possède une Trabant 601 break de 1962. –PTH Outre son modèle 601 de la première génération, Reinhard Müller possède une Trabant de la Nationale Volksarmee de la République démocratique allemande. Mais n’y voyez surtout aucune admiration de sa part pour un régime honni. D’ailleurs, le Bâlois, plutôt antimilitariste, a repeint son véhicule en rouge vif. population, mais aussi pour les ingénieurs. Je connais les constructeurs. Ils ont plus de 90 ans aujourd’hui, ils ont eu une vision », ajoute le Bâlois. La Trabant a été fabriquée de 1957 à 1991 à Zwickau, sur le site de l’ancienne usine Horch/Audi. Un lieu de pèlerinage pour Reinhard Müller, qui se souvient évidemment de la chute du mur  : « J’ai vu l’événement à la télévision et deux semaines après, des amis de Cottbus en RDA ont débarqué chez nous, non pas en Trabant mais dans une voiture… japonaise. » –PIERRE THAULAZ Elle est entrée plusieurs fois au musée Escapade attendue en Suisse romande ÉVÉNEMENT Apparemment, la Trabant a franchi plus facilement le mur de Berlin que le rideau de röstis. C’est d’autant plus étonnant que Roger Membrez, l’importateur officiel de la voiture est-allemande de 1965 à 1990, était établi à Courtételle (JU.) On recense aujourd’hui 118 Trabant sur les routes suisses, même s’il en existe sans doute beaucoup d’autres cachées dans les hangars et autres garages. Basé à Kloten, le Trabant Club Suisse est composé notamment de nombreux étudiants et d’une poignée de femmes. Sans doute pour attirer de nouveaux adeptes en Suisse romande, le club fera rouler ses protégées sur les routes vaudoises et fribourgeoises dans le cadre de sa sortie d’automne prévue les 14 et 15 septembre prochain. L’occasion de découvrir de près la Trabant, cet étrange « compagnon de route ». –PTH Un sacré panache Pas de vitres électriques ou de climatisation sur cette voiture de 600 kilos habillée d’une carrosserie en Duroplast, une résine plastique renforcée de fibres. Le moteur 2 temps fonctionne grâce à un mélange d’essence et d’huile. La Trabant se reconnaît d’ailleurs à son panache de fumée bleue. COLLECTION Cette Trabant que les Allemands de l’Est abandonnaient au bord des routes est devenue un objet de collection. Mais attention, la valeur de la plus rare des Trabi ne dépasse pas 10000 francs. Rien à voir avec les prix astronomiques atteints par certaines anciennes Ferrari. Il n’empêche, de Berlin à Prague en passant par Weimar, plusieurs musées honorent aujourd’hui « la VW de l’Est » que plus personne ne voulait. Il est rare de voir des Trabant sur les routes romandes. –DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :