20 minutes Genève n°2019-06-26 mercredi
20 minutes Genève n°2019-06-26 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-06-26 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 13,8 Mo

  • Dans ce numéro : Montreux Jazz lance le son sur mesure.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
DIVERS CONSULTATIONS, VOYANCE allo voyance JUSTe la vÉRITÉ onemarketing.com 0901 147 147 Fr. 2.-/min. votre avenir en toute Sérénité Pour les casaniers. Le programme TV le plus actuel. Toutes les deux secondes, une surface forestière égale àun terrain de football est détruite. L’exploitation des forêts tropicales détruit les conditions de vie des peuples indigènes et entraîne la disparition d’espèces animales et végétales. Sanctionnez les pratiques abusives par un carton rouge. Adhérez àGreenpeace. Il yalefeu. www.greenpeace.ch Au Myanmar, les paysansvainquent la faim grâceà l’agriculture bio. CP 30-303-5 www.swissaid.ch CESSONS CE JEU ! MISONS SUR UN COMMERCE JUSTE  : DROITALIMENTATION.CH
MERCREDI 26 JUIN 2019/20MINUTES.CH... et encore Le diable en personne HORREUR Brandon (Jackson A. Dunn) est littéralement tombé du ciel, au fond du jardin d’un couple en mal de procréation. Mais il n’est pas un cadeau pour autant, sitôt qu’il se découvre des pouvoirs dévastateurs. L’amour maternel le sauvera-t-il ? Réponse au terme d’un film radical qui ne laisse aucune prise à l’empathie. « Brightburn » De DavidYarovesky.Avec Elizabeth Banks, David Denman. HHHII Problème d’origines COMÉDIE Parisien né de parents chinois, François (Frédéric Chau) va être papa. Il serait temps qu’il renoue avec sa famille, qu’il n’a plus vue depuis dix ans. Pas facile quand on a un jambon-beur (Medi Sadoun) pour meilleur ami. Sympa, « Made in China » hésite pourtant trop entre caricature pure et dure et chronique sociofamiliale. « Made in China » De Julien Abraham. Avec Frédéric Chau, Medi Sadoun. HHIII Son papy est un zombie DRAME Haïti, 1962. Victime d’un sortilège vaudou, un homme revenu des morts est exploité dans les plantations de canne à sucre. C’est un zombie (ainsi orthographié car dérivé du mot créole « zonbi »). Il s’enfuit, erre longtemps… De nos jours, dans Mélissa (Wislanda Louimat, à dr.) intrigue ses camarades. –DR un pensionnat de jeunes filles réservé à l’élite, Mélissa, nouvelle venue d’origine haïtienne, éveille la curiosité de ses camarades. Elle partage néanmoins son secret avec elles, sans se douter des conséquences… Le vaudou n’est pas mort. Mais le lien que « Zombi Child » tente d’établir entre les deux époques est bancal. L’errance du zombie, reflet de l’esclavage, fait mouche. Le rituel vaudou en pleine modernité rationnelle fait mouche. Moins convaincant, le fait que l’ado qui provoque le drame est travaillée par une déception amoureuse. C’est sûr, Bonello est ambitieux, mais, malgré des moments de grâce, son film n’est pas assez ensorcelant. –CMA « Zombi Child » De Bertrand Bonello. Avec Louise Labeque, Wislanda Louimat. HHHII Cinéma 27 Bye bye, très chers jouets, on ne vous oubliera jamais ANIMATION Les studios Pixar l’avaient annoncé  : les suites, c’est fini. « Toy Story 4 » est donc le dernier de la série. Snif ! Certains redoutaient que ce 4e « Toy Story » soit l’épisode de trop. Eh bien non ! Après l’avoir vu, on en voudrait aux studios Pixar de ne pas nous avoir gratifiés d’un adieu aussi touchant et généreux. Passé entre les mains de Bonnie, Woody le cow-boy doit se faire une raison  : la fillette se désintéresse de lui. Pas parce qu’il est vieillot, ni parce qu’il est un jouet de garçon. Bonnie a simplement fabriqué son propre jouet avec trois fois rien, une fourchette en plastique, un cure-pipe, un peu de pâte à modeler… Et elle l’adore, sa Fourchette ! Pour s’assurer que le nouveau joujou n’abandonnera pas sa créatrice, Woody s’incruste dans les vacances familiales. Avec passage par une fête foraine et un magasin d’antiquités où il retrouve… Non, on ne vous dira pas qui ! Bonnie raffole de son nouveau jouet, Fourchette, qu’elle a fabriqué de ses propres mains. –DR Un peu plus de vingt-trois ans après sa naissance, la saga tire ses dernières cartouches en inventant notamment une méchante poupée qui tord le cou aux clichés. Et tant pis si ce quatrième volet n’utilise pas le potentiel de Billy la marionnette ventriloque, tant pis s’il ne se confronte pas aux jouets de l’ère numérique. Le scénario s’emmêle un peu les pinceaux dans des péripéties qui tournent en rond sur le champ de foire, d’où une vingtaine de minutes superflues (les vingt Le danseur russe Oleg Ivenko incarne Rudolf Noureev. –DR Transfuge en guerre froide minutes de plus que la durée du premier « Toy Story »). Mais on ne lui en veut pas trop. Que ne ferait-on pas pour retarder le moment des adieux ? –CATHERINE MAGNIN « Toy Story 4 » De Josh Cooley. HHHHI BIOPIC Paris, juin 1961. Pour danser à l’Opéra, le prodige Rudolf Noureev, âgé de 23 ans, sort d’URSS. Et n’a guère envie d’y retourner. Mais comment échapper à ses chaperons du KGB ? Pour son 3e film derrière la caméra, l’acteur Ralph Fiennes évoque un chapitre précis de la vie du célèbre danseur. Bien vu ! Sa reconstitution du Paname de l’époque est réussie. Et pertinent son choix d’Oleg Ivenko dans le rôle principal, plutôt qu’Hayden Christensen à la notoriété encombrante, un temps envisagé. « Noureev » De Ralph Fiennes.Avec Oleg Ivenko,Adèle Exarchopoulos. HHHII COTATION HHHHH Chef-d’œuvre HHHHI Excellent HHHII Bon HHIII Passable H Mauvais I Détestable Excellent



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :