20 minutes Genève n°2019-06-21 vendredi
20 minutes Genève n°2019-06-21 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-06-21 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 12,8 Mo

  • Dans ce numéro : dix jours en cadeau aux nouveaux papas.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 Cuisiner avec Fooby BIEN-ÊTRE La vie actuelle ne laisse plus forcément une grande place à la préparation des repas. Pourtant, c’est un acte bénéfique ! À l’heure où l’on est sans cesse en mouvement, stressé et tendu, le repas et, plus encore, le temps que l’on consacre à sa préparation passent vite à l’as. D’autant qu’aujourd’hui les alternatives existent en nombre  : livraisons, plats à réchauffer ou take-away sont, en effet, autant d’options qu’on n’hésite plus à considérer. Et pourquoi cuisiner, quand d’autres le font peut-être mieux ? Pour plein de raisons ! Les voici... Se sentir mieux La cuisine peut aider au bien-être ! Après une longue journée, la cuisine aide bien des gens à déconnecter de leur quotidien stressant. En se faisant un bon, 20minutes.ch À quoi ça sert de cuisiner ? Astuce repas, on est concentré sur les goûts, les quantités. Et cette attention qu’on porte à notre futur casse-croûte peut avoir des effets semblables, pour certaines personnes, à la méditation et à d’autres activités apaisantes. En bref, ça détend. Gagner en confiance S’affairer en cuisine n’est pas que détente... Donner du goût aux petits fruits MACÉRATION Même si la saison des petits fruits est là, on tombe malheureusement de temps en temps sur une barquette au goût médiocre. S’il est bien sûr hors de question de se débarrasser de ces fruits peu goûtus, il faut trouver une solution pour les rendre appétissants. Comment faire alors pour aider ces baies à mûrir ? Attendre ? Le risque est grand que le temps n’amène rien de bon... Il existe toutefois une astuce pour que des fruits moyens deviennent meilleurs... Il suffit de les couper et de les faire macérer un moment avec un peu de sucre et une pincée de sel. La chair des fruits va foncer un peu, mais le résultat ne vous décevra pas ! Fraises, mûres, raisinets, tous en ressortiront bien meilleurs ! De quoi oublier qu’ils n’étaient pas parfaits à première vue. –RWA Malgré une belle allure, les baies n’ont pas toujours du goût. –ISTOCK C’est aussi parfois un défi ! Réussir des recettes compliquées ou un soufflé au fromage, par exemple, ça peut aider à renforcer la confiance en soi ! Meilleur pour la santé En cuisinant soi-même, ce n’est pas certain qu’on se prépare des repas plus sains que ceux qu’on pourrait trouver ailleurs. Mais une chose est sûre, on va contrôler ce qu’on ajoute dans notre assiette. Taux de sel, sucre, édulcorants ou conservateurs, on aura le contrôle sur tout cela. Et la clé pour une alimentation plus saine est aussi là. Moins cher Budget serré ? Essayez de cuisiner. Un plat, même basique, vous reviendra facilement à moitié moins cher s’il est cuisiné par vos soins plutôt qu’acheté tout prêt. –ROMAIN WANNER Préparer les repas, pour d’autres ou pour soi-même, ça a des effets bénéfiques. –ISTOCK Une activité qui rassemble Faire à manger, c’est bien plus que juste préparer de la nourriture. Il y a une dimension de plaisir, pour soi, mais aussi de faire plaisir, dès qu’on cuisine pour autrui.Au même titre que le bénévolat, cuisiner pour quelqu’un peut être gratifiant ! La cuisine, c’est également une des pièces « de vie ». Et si on tend peut-être moins à s’y rassembler, il reste dans le geste de faire à manger une dimension qui rassemble, un lien qui se crée. Et des souvenirs, bien sûr. L’histoire de nos cépages Ce lundi, à 21h30 sur RTS Deux, sera diffusé le documentaire « Cépages rares ». Un film de Florian Burion qui s’intéresse à toutes ces variétés de vignes autochtones et presque confidentielles, cultivées en Suisse aujourd’hui ou à l’époque, du Tessin aux Grisons, en passant par les cantons de Vaud et du Valais. De quoi s’interroger sur l’évolution des vins, des goûts et de la viticulture suisse.
VENDREDI 21 JUIN 2019/20MINUTES.CH Foodscouting Un adorable morceau d’Italie Ce qu’on sert dans les Pouilles est la meilleure preuve qu’il n’y a pas besoin de se ruiner pour bien manger. Quand on évoque la cuisine italienne, on pense d’abord au Piémont, à la Ligurie ou à la Toscane. Sans doute parce que ces régions sont à quelques heures de voiture de chez nous. Mais on trouve aussi des plats délicieux au sud du pays. Les Pouilles, une région agricole qui correspond au talon de la Botte, est peut-être même la plus intéressante en matière de gastronomie. C’est de là que viennent, entre autres, les orecchiette, dont la production est une des principales attractions de la capitale régionale  : Bari. Sur la Via Arco Basso, surnommée rue des Orecchiette par les indigènes, on peut d’ailleurs observer leur fabrication à la main. Grâce à leur forme courbée et à leur surface rugueuse, ces pâtes, originaires de Provence et importées au XIIe siècle, absorbent particulièrement bien la sauce. Elles se composent essentiellement de deux éléments  : de l’eau et de la semoule de blé dur. Le sel, on ne l’ajoute que lors de la cuisson. Les gens de Bari n’appellent par ailleurs pas leurs pâtes orecchiette, mais « strascinati ». Le verbe « strascinare » signifie « traîner », en référence au geste caractéristique de leur fabrication. Les orecchiette sont en général servies avec de la cime di rapa (brocoli-rave), de l’ail, des anchois, de l’huile d’olive et des peperoncini. Mais on en retrouve plusieurs variantes, par exemple à la sauce tomate ou à la stracciatella di bufala et aux boulettes de viande. C’est d’ailleurs ainsi que les sert Antonio Colainanni, chef au Restaurant Gustav à Zurich, une des meilleures tables de cuisine italienne de Suisse. Les Pouilles ont longtemps été une région pauvre. C’est pourquoi on retrouve assez peu de viande dans sa cuisine. On y trouve surtout des pâtes, des légumes et des légumineuses. Une version végétarienne des polpette, à base d’aubergines, y est d’ailleurs répandue. Les fèves sont aussi très présentes. On les mange en purée ou on les saute avec du pecorino, du poivre et de l’huile d’olive. Conseil FOOBY Orecchiette Les orecchiette sont originaires des Pouilles. Leur nom peut se traduire par « oreillettes ». Leur surface légèrement striée leur permet de mieux retenir les sauces. En vente dans certains magasins Coop. Cuisiner avec Fooby 25 Recette de la semaine Orecchiette et pesto au brocoli 1 h de prép. 1h 30 min en tout 458 kcal par personne Pour 4 personnes, il vous faut 100 g de pousses d’épinard eau salée frémissante 200 g de farine blanche 100 g de semoule de blé dur 300 g de brocoli détaillé en petits bouquets ¼ cc de sel 1 bouquet de basilic, quelques feuilles réservées 1 bouquet de menthe poivrée, quelques feuilles réservées 1 gousse d’ail 50 g de parmesan râpé 3 cs d’huile d’olive 1 cs de jus de citron un peu de poivre eau salée frémissante 250 g de pois mange-tout coupés en lamelles Voici comment faire 1. Orecchiette  : blanchir les épinards env. 30 sec. dans l’eau frémissante salée. Réserver env. 1 dl d’eau de cuisson. Égoutter les épinards, les presser et les mixer avec l’eau de cuisson réservée (pour env. 180 g de purée d’épinards). Dans un saladier, mélanger la farine et la semoule. Ajouter la purée d’épinards et pétrir le tout en une pâte lisse et souple. Former une boule, la placer sous un saladier préalablement passé sous l’eau chaude et la laisser reposer env. 30 min à température ambiante. Diviser la pâte en 4, façonner des rouleaux de l’épaisseur d’un doigt puis couper ceux-ci en tronçons d’env. 1 cm. Pour obtenir la forme typique des orecchiette, presser fermement chaque tronçon avec le plat d’un couteau en tirant vers soi, puis repousser la partie raclée vers l’extérieur. 2. Pesto au brocoli  : disposer un panier cuit-vapeur dans une grande casserole, ajouter de l’eau jusqu’au fond du panier, mettre les brocolis dans le panier, les saler et les faire cuire pendant env. 5 min. Passer le brocoli, le basilic, la menthe et l’ail au hachoir, ajouter le fromage, l’huile et le jus de citron, assaisonner. 3. Cuisson des orecchiette  : faire cuire les orecchiette al dente dans l’eau frémissante salée pendant env. 5 min, ajouter les pois mange-tout, prolonger la cuisson d’env. 2 min et égoutter. Mélanger les orecchiette et les pois mangetout avec le pesto de brocoli, parsemer d’herbes aromatiques. Télécharge l’appFOOBY ! Grâce à FOOBY, la plateforme culinaire de Coop, nous t’emmenons dans le monde magnifique de la cuisine, des bons produits et du plaisir des papilles. Découvre l’univers de FOOBY sur www.fooby.ch Ce contenu a été rédigé par le Commercial Publishing, en collaboration avec FOOBY.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :