20 minutes Genève n°2019-06-07 vendredi
20 minutes Genève n°2019-06-07 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-06-07 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,8 Mo

  • Dans ce numéro : Maurice est accusé de chanter trop fort.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 Suisse, 20 secondes On ne force pas le don ÉGLISE Les évêques suisses se positionnent contre l’initiative qui demande que toute personne décédée soit présumée volontaire pour le don d’organe à moins qu’un refus n’ait été explicitement formulé. Pour l’Église, le don d’organe doit rester un « acte d’amour » et ne doit pas devenir une obligation morale. Fraîches dents de lait BERNE Une équipe de l’Université de Berne a mené des analyses génétiques sur deux dents de lait vieilles de 31000 ans provenant de Sibérie. L’étude a permis d’identifier un peuple qui vivait dans la région lors de la dernière ère glaciaire dans des conditions de froid extrême. Ils gardent leur rente BERNE Le Conseil des États a refusé jeudi par 22 voix contre 18 d’adapter le régime de retraites des anciens conseillers fédéraux. Ceux-ci pourront donc toujours toucher une rente à vie après leur retraite ou leur non-réelection. Le gouvernement estime que le système actuel reste le plus simple et efficace pour les élus. Des milliards pour la route BERNE Le Conseil des États met le paquet sur le développement et l’entretien des routes nationales jusqu’en 2023. Jeudi, il a adopté une enveloppe totale de 13,8 milliards de suisse.20min.ch Pas de manif sanguinolente aux abords du Parlement ! BERNE Des militants pour le climat voulaient verser de la fausse hémoglobine devant le Palais fédéral. La police les en a empêchés. Les activistes d’Extinction Rebellion ont finalement mené leur action sur la Bärenplatz. –KEYSTONE Des images de l’action des militants environnementalistes sont à voir sur notre app. Une opération qui n’a guère dérangé les politiciens Le mouvement Extinction Rebellion, qui s’était notamment fait connaître en bloquant des ponts à la circulation à Lausanne, en avril, voulait attirer l’attention des parlementaires. Mais ceux-ci n’ont guère été dérangés par la manifestation, dont la tenue avait été annoncée.francs. Le projet prévoit notamment la suppression du goulet d’étranglement de Crissier (VD), le contournement du Locle (NE) et le financement du deuxième tube du tunnel rou- tier du Gothard. Toutefois la Chambre haute s’est opposée à trois constructions controversées voulues par le Conseil national. Des projets pas mûrs, selon elle. Il s’agit du tunnel de Muggenberg (BL) sur l’A18 reliant Delémont à Bâle, la route lac de Constance-Thurtal et le tronçon manquant de l’autoroute de l’Oberland zurichois. D’ici 2040, 20% du réseau autoroutier seront régulièrement surchargés si rien n’est fait, d’après les prévisions de la Confédération. –ATS Le réseau autoroutier a reçu le soutien des sénateurs. –KEYSTONE Certains élus ont toutefois fait part de leur agacement, ayant été invités à entrer au Palais fédéral par les portes latérales. Sur les ondes de la RTS, le PLR valaisan Philippe Nantermoda déploré « l’usage de la force » par les militants. Passeront, passeront pas ? La question ne s’est pas posée longtemps, jeudi matin à Berne. Un cortège du groupe Extinction Rebellion est parti de la gare à 7h pour rejoindre le Palais fédéral, où son objectif était de répandre des litres de faux sang sur la place, pile à l’heure où les parlementaires arrivaient pour siéger. Mais la police a stoppé le cortège d’une centaine de personnes aux abords de l’esplanade. C’est donc le plan B qui a été suivi, selon la porte-parole du groupe, Anaïs  : « L’action de ce jour a un but symbolique pour attirer l’attention des élus sur l’urgence dans laquelle nous nous trouvons avec le climat. Mais notre mouvement a une stratégie d’escalade à long terme avec des manifestations qui seront toujours plus perturbatrices. Nous constatons que demander gentiment ne suffit plus et qu’il faudra aller vers un rapport de force et la désobéissance civile. » Sur la place Fédérale, plusieurs manifestants ont tenu des discours aux accents alarmistes sur la situation de la planète et la responsabilité de la Suisse  : « Ce sang, c’est celui de nos frères et sœurs... Celui des millions de personnes qui doivent quitter leurs terres à cause de la montée des eaux... Ce sang, nous l’avons déjà sur nos mains... Mesdames et messieurs les décideurs, cela fait trente ans que les scientifiques vous avertissent et la Suisse n’a pas fait grand-chose pour éviter le désastre... » La manifestation avait été annoncée à l’avance et la police bernoise était fortement mobilisée. –ÉRIC FELLEY Bondo  : reconstruction financée Le village sinistré des Grisons et les hameaux voisins vont être remis en état par étapes après l’éboulement du Piz Cengalo le 23 août 2017. Le Canton leur accorde 12 millions de francs. La catastrophe avait vu plus de 3 millions de mètres cubes de roche se détacher de la montagne et avait causé la mort de 8 promeneurs dont les corps n’ont pas été retrouvés. Les dégâts ont été estimés à près de 40 millions de francs et 150 personnes avaient été évacuées.
VENDREDI 7 JUIN 2019/20MINUTES.CH La rallonge 75,4 millions C’est le montant supplémentaire alloué à l’unanimité par le Conseil des États au budget 2019 de la Confédération. Plusieurs départements se sont vu accorder cette rallonge grâce au vote des sénateurs. Mais le Conseil national devra valider à son tour ces budgets. Une prof condamnée pour avoir giflé un élève agité VAUD La plainte visant une enseignante pour un geste contre un élève a été jugée. L’amende se monte à 300 francs. Une « petite gifle ». Cette réaction d’une enseignante vaudoise aurait pu lui coûter plus que la condamnation pénale dont elle a écopé. Il y a un an exactement, la prof quinquagénaire d’une école de la Broye a donné « une légère gifle » à un élève de 8 ans. La mère de l’enfant a déposé plainte cinq jours plus tard. PUB 100% écologique 100% locale Enragés ou pas, les chiots ont été tués SAINT-GALL Le service vétérinaire a tué trois bébés chiens importés illégalement par un trafiquant serbe car ils étaient fortement suspectés d’avoir la rage. L’homme aurait vendu en Suisse de manière répétée des chiens en mauvaise santé élevés en Serbie, pays jugé à risque pour cette maladie. Il a été pincé en mai dernier. Lors d’un contrôle de routine, les douaniers ont découvert les Les condamnations pénales pour ce genre de gestes sont rares. La scène s’est déroulée en classe, devant le bureau où se tenait l’enseignante. L’enfant avait « violemment poussé –ISTOCK chiots dans une boîte de transport placée au pied du siège passager. Ils ont été confisqués, piqués et examinés. La rage est quasi toujours mortelle pour les humains. C’est pourquoi l’importation de chiens, de chats ou de furets âgés de moins de 7 mois en provenance de pays à risque est interdite en Suisse, ont rappelé jeudi les autorités saint-galloises. –ATS avec ses mains l’un de ses camarades pour passer devant lui ». La réaction de l’enseignante a été instantanée. Elle s’est immédiatement excusée pour un geste qu’elle a qualifié de « malencontreux ». L’enfant giflé n’a pas pleuré et n’a pas eu de marque. La plainte n’ayant pas été retirée, l’institutrice expérimentée vient d’être condamnée à une amende de 300 francs pour voie de fait et devra aussi payer les 675 francs de frais. « C’est la seule plainte en justice dont nous avons connaissance pour une gifle », Suisse 7 Les animaux d’origine illégale doivent être tués, affirme le Canton.commente Julien Schekter, responsable de la communication du Département de la formation. Et de compléter à ce sujet  : « Les seuls autres cas remontés au Département en dix ans se sont limités à une plainte auprès de l’employeur. » La condamnée, l’une des près de dix mille enseignants du canton, risque un avertissement. Mais s’il était démontré qu’elle faisait régulièrement usage de la menace ou de la violence, il s’agirait d’une faute professionnelle grave qui pourrait justifier un licenciement. –CHRISTIAN HUMBERT Les travaux ont pu reprendre À Engelberg (OW), le téléphérique Titlis Xpress devrait rouvrir samedi, trois jours après l’accident qui a coûté la vie à un ouvrier, percuté par un câble lors de travaux. L’état de santé des trois autres blessés hospitalisés s’est amélioré. Fait ici, pour ici, avec moi. Projet d’un étang dans les bois d’Onex, financé par le Fonds Vitale Environnement de SIG. A découvrir en vidéo sur bit.ly/sig-etangs –ISTOCK



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :