20 minutes Genève n°2019-06-05 mercredi
20 minutes Genève n°2019-06-05 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-06-05 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,7 Mo

  • Dans ce numéro : il veut jouer au flic et tombe sur un policier.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 Suisse, Recycler le CO2 de l’océan pour en faire du carburant BERNE Des chercheurs suisses et norvégiens ont imaginé la création d’îles artificielles pour changer la pollution en ressources. L’idée semble venue de la science-fiction, et est encore au stade de la modélisation. Elle est cependant prometteuse, assure la Confédération. Il s’agit de recycler les émissions de CO2 pour en faire du méthanol, à utiliser comme carburant liquide, le tout sur d’immenses îles artificielles au milieu de l’océan. Le projet comporte de nombreux avantages, estime l’équipe de scientifiques issus du Laboratoire fédéral de recherche Empa, de l’EPFZ et des Unis de Zurich, Berne et Trondheim (Nor). D’abord le PUB lieu  : le dioxyde de carbone est 125 fois plus concentré dans l’eau que dans l’air. L’océan fournirait l’espace considé- Mykonos Athènes Santorin L’installation serait couverte de panneaux photovoltaïques. –DR rable requis par cette technologie, « une zone inutilisée qui n’appartient à personne », constate l’Empa dans son communiqué. Une surface de 170000km2 permettrait de répondre à la demande mondiale d’énergie pour le transport de marchandises. L’innovation consiste aussi à produire un carburant liquide, le méthanol, comme alternative à l’électricité, difficilement stockable et transportable. Le méthanol peut aussi être utilisé pour fabriquer d’autres produits comme les polymères. Une plateforme de démonstration à Dübendorf (ZH) a donné des résultats encourageants. Le prix d’un tel projet reste un frein  : pour un complexe de 70 îles avec un navire, il faudrait investir 80 millions de dollars. Or pour un recyclage de tout le CO2 émis, 170000 de ces îles flottantes seraient nécessaires. –PAULINE RUMPF 20 secondes suisse.20min.ch Le tir était involontaire GLARIS La jeune femme de 25 ans retrouvée morte, tuée par balle, dans son appartement de Mollis, jeudi dernier, n’a pas été victime d’un homicide, mais d’un accident, selon le Ministère public. Son compagnon, âgé de 28 ans, a été remis en liberté. Faons sauvés par drone APPENZELL Déjà 59 faons ont échappé à la faucheuse depuis le début de la saison des foins dans le canton, le 30 mai. Des drones avec caméra thermique détectent ces bébés, cachés dans les hautes herbes pour échapper aux prédateurs. Chaque année, près de 3000 faons meurent ainsi. La fermeture d’une clinique menace 120 emplois Quelque 120 emplois sont menacés à Schaffhouse en raison de la fermeture probable de la petite clinique privée Belair, membre du groupe Hirslanden. Une consultation est ouverte jusqu’au 21 juin afin que les collaborateurs puissent proposer des solutions alternatives. Un plan social est en cours d’élaboration. La clinique ne dispose que de 28 lits et évoque un bassin géographique restreint ainsi que peu de mandats cantonaux. Un duo vandalise et cambriole autos et wagons GRISONS Deux jeunes de 13 et 19 ans s’en sont pris à des voitures et à des wagons autour de la gare de Coire, dans la nuit de mardi à mercredi dernier. Ils ont aussi visé un bâtiment des CFF. Leur butin n’atteint que quelques centaines de francs, mais les dégâts s’élèvent à des dizaines de milliers de francs. Ces actes ont aussi causé une suppression de train. Les deux ont été démasqués. –PHOTO POL. GR
MERCREDI 5 JUIN 2019/20MINUTES.CH E-mails d’autrui bien protégés Accéder aux mails d’autrui est punissable, même si le mot de passe a été découvert par hasard. Le Tribunal fédéral a confirmé l’amende avec sursis infligée à une Argovienne séparée de son époux. Elle avait trouvé les accès sur une carte laissée par son ex dans l’ancien domicile conjugal. Pour les juges, ce n’est pas un consentement. PUB Suisse 7 Bambin privé de masque pour cause de voyeurisme GRANGES (SO) Un enfant de 4 ans s’est vu interdire d’utiliser son accessoire de plongée par un maître nageur un peu trop zélé. « Mon fils s’intéresse aux Lego et aux Avengers, mais sûrement pas aux corps des femmes sous l’eau ! » Voilà le message publié récemment sur Facebook par Adea. Cette mère de famille soleuroise est encore estomaquée par un incident survenu ce week-end. Elle raconte que dimanche passé, un maître nageur de la piscine de Granges a interdit à son garçon de 4 ans de porter son masque de plongée dans le bassin des non-nageurs. Il aurait indiqué que cette règle ferait suite à des plaintes de femmes qui se seraient senties Le masque permet d’observer les gens sous l’eau. –ISTOCK observées sous l’eau par des jeunes baigneurs. Le chef des maîtres nageurs, Paul Markus, confirme les faits. Il parle toutefois d’un gros malentendu  : il ne s’agit que d’un excès de zèle, explique-t-il. « J’ai rappelé au maître nageur en question que les masques étaient autorisés Denner apporte de la fraîcheur à votre divertissement. Il vous suffit de télécharger l’appli Fraîcheur Bingo sur votre portable et c’est parti ! Collectez ensuite tout simplement à l’aide de l’appli les neuf motifs Fraîcheur de la campagne publicitaire actuelle. Participez maintenant – du 3 au 30 juin 2019 – et, avec un peu de chance, gagnez  : 1er prix  : 1 semaine aux Maldives d’une valeur de 10’000 fr. 2 e prix  : escapade citadine de 3 jours en Europe d’une valeur de 2000 fr. Prix immédiats  : 20 bons d’achat d’une valeur totale de 2000 fr. Téléchargement et informations  : denner.ch/bingo dans ce bassin. Il a reconnu son erreur. » Paul Markus tient également à souligner qu’il n’est pas au courant que des femmes se seraient senties observées sous l’eau, même s’il n’exclut pas que cela ait pu être le cas. Finalement, l’homme rappelle que le personnel de la « S’adapter à la situation » En Suisse romande, les masques sont aussi bannis dans certaines piscines, mais plutôt pour des raisons historiques.Autrefois il y avait du verre dans ces accessoires. Beaucoup de choses ont évolué, explique Christian Barascud, président de l’Association des piscines romandes. « Les tubas sont de plus en plus autorisés pour raisons de santé, par exemple pour les nageurs qui ont des problèmes de cervicales. Mais on s’adapte à la situation. » Il ajoute toutefois que les smartphones posent de plus en plus problème pour des questions de voyeurisme. piscine intervient régulièrement lorsque des enfants se rendent dans le bassin de natation avec des masques, des tubas ou des palmes. Non pas par crainte de voyeurisme, mais plutôt pour éviter que les nageurs soient importunés par des coups de palmes, par exemple. –SUL/OFU/RMF



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :